Sur la Résurrection (10)

Les apôtres sont morts en insistant sur la Résurrection, en insistant sur le fait que le Christ est le Messie et le Fils de Dieu, et rien ne pouvait les en dissuader parce qu’ils avaient expérimenté la Résurrection, quelque chose de si inoui que nous ne pouvons pas commencer à imaginer ce que c’était. Ainsi, les apôtres, chers frères et sœurs, ont été les témoins oculaires de la Résurrection du Christ.

D’autres disent que les apôtres ont simplement décidé de dire aux gens que le Christ est ressuscité des morts et ont continué son ministère. Je ne sais pas quel genre de ministère ce serait, mais, avant tout, je veux vous rappeler qu’il y avait bien plus que douze apôtres. Il y avait des centaines d’apôtres, et toutes ces personnes devaient accepter cette mascarade. Mais disons, pour les besoins de la discussion, qu’il y en avait douze. Si vous étiez parmi eux, quitteriez-vous votre maison et vos proches, votre travail, votre pays ? Quitteriez-vous tout ce qui vous est cher pour sortir et mener une vie de souffrance, de persécution, d’emprisonnement, de coups, de froid, de faim, de voyage, de pauvreté et de martyre pour un mensonge ? Feriez-vous cela pour un mensonge ? Personnellement je ne le ferais pas ! Je ne pense pas que vous puissiez trouver douze personnes capables de faire cela. Vous pourriez peut-être trouver quelques personnes mentalement déséquilibrées qui feraient cela, mais vous ne pourriez pas en trouver des centaines. Je ne pense pas que vous puissiez même en trouver douze. Il y a donc quelque chose de très, très important dans le fait que les apôtres sont les témoins oculaires de la Résurrection. C’est leur héritage. Le fait est, chers frères et sœurs, qu’il nous reste à expliquer l’existence de l’Église, parce que les apôtres ont fondé l’Église. Ils ont vécu et ils sont morts pour le message de la Résurrection. C’est ce qui les animait, les motivait, les soutenait. Ils sont allés joyeusement à leur mort – qui étaient des morts terribles et atrocement douloureuses !

Insistant sur le fait que le Christ était le Messie, le Seigneur, qu’il était ressuscité des morts et qu’ils ne craignaient pas la mort ; ils ont accueilli la mort parce qu’ils avaient vécu la Résurrection. Les autres comme nous se fient simplement à leur témoignage. Je crois les apôtres parce que je ne peux pas expliquer l’existence du christianisme d’une autre manière. Rien d’autre n’a de sens pour moi. Et tu sais quoi? Je suis une personne qui a besoin d’être convaincue, je suis avocate, après tout, et je ne crois pas facilement les choses ; Je suis sceptique dans l’âme. Mais rien d’autre que la Résurrection n’a de sens. La seule autre option est de croire qu’ils étaient tous des menteurs, qu’ils se sont tous trompés. Mais quel groupe de personnes souffrirait pour le reste de leur vie et mourrait volontairement d’une mort douloureuse pour un mensonge ? Je trouve juste cela beaucoup plus difficile à croire que la Résurrection, et de ce que tout le monde dit avoir besoin de « preuves scientifiques » pour croire. Pour moi, croire aux apôtres est beaucoup plus crédible que ne pas les croire. Alors quels sont les arguments qui sont soulevés contre la croyance en la Résurrection, outre le fait qu’il faut avoir des preuves ? Tout d’abord, discutons-en. Il y a tellement de choses que nous acceptons sur la base de preuves dont nous ne sommes pas témoins oculaires, même scientifiquement parlant. Je ne suis pas un scientifique, mais je suis sûr que ceux d’entre vous qui le sont pourraient me signaler de nombreuses choses pour lesquelles nous n’avons aucune preuve directe ou que nous ne pouvons pas expliquer, mais que nous acceptons comme vraies sur la base de l’évidence, sur la base des résultats que nous voyons. Prenons un exemple très simple. Vous sortez un matin et le sol est mouillé. Vous concluez qu’il a plu pendant la nuit. Il y a des preuves qu’il a plu; vous voyez que le sol est mouillé, l’allée est mouillée, la rue est mouillée, les voitures sont mouillées, les arbres, tout est mouillé. Faut-il voir la pluie tomber pour croire qu’il a plu ? Les preuves sont tout autour de vous. Soumettons-nous tout le reste à cette exigence, que nous devons avoir la preuve absolue que quelque chose s’est passé? Pensez simplement à toutes les choses que vous supposez être vraies parce que vous en avez l’évidence, même si vous n’en avez pas vous-même été le témoin oculaire. Ainsi l’Église, l’existence de l’Église, est une preuve suffisante de la Résurrection, parce que ces gens ne seraient pas allés jusqu’aux extrémités de la terre – « leurs voix se sont répandues par toute la terre » (Ps. 19:3) – absents… Mais considérons d’autres arguments soulevés contre la résurrection du Christ.

Sur la Résurrection (9)

Maintenant, si vous pensez que la vie d’apôtre était fascinante, parce que nous les respectons tellement, vous devriez y repenser. Si vous voulez savoir à quoi ressemblait la vie des apôtres, si vous voulez avoir un petit aperçu de la vie des apôtres, vous devriez vous tourner vers Corinthiens 1 , le chapitre 4. Voyez le genre de choses que St. Paul décrit comme étant de sa vie. Regardez 1 Corinthiens 4 pour voir sa vie d’apôtre, le genre de souffrance qu’il a endurée. D’ailleurs, quand il a écrit cette lettre, il n’était pas encore à la fin de sa vie. Il lui restait encore de nombreuses années à vivre, de nombreuses souffrances  en plus. Et plus tôt dans cette même épître, Paul décrit comment les apôtres étaient perçus par le monde. Vous souvenez-vous d’avoir écouté cette lecture d’épître particulière à l’église ? Vous devriez prêter attention aux lectures des épîtres chers frères et sœurs ; ils sont si puissants, surtout celui-ci en particulier. Si je me souviens bien, il est lu en automne, un dimanche d’automne à l’église. Dans cette lecture d’épître particulière, saint Paul explique comment, lorsqu’ils sont maudits, ils bénissent, etc. Et il termine en disant : « Nous, apôtres, nous sommes le rebut de toutes choses, le rebut du monde.

Maintenant encore, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes dans le dénuement, maltraités, nous n’avons pas de domicile,nous travaillons péniblement de nos mains. On nous insulte, nous bénissons. On nous persécute, nous le supportons.On nous calomnie, nous réconfortons. Jusqu’à présent, nous sommes pour ainsi dire l’ordure du monde, le rebut de l’humanité.

Qu’est-ce que cela signifie? Il dit que « nous, les apôtres, nous sommes les ordures du monde », nous sommes « la racaille de la terre ». C’était leur vie ! Maintenant pourquoi est-ce que je vous parle des apôtres et de la Résurrection ? Parce que les gens disent aujourd’hui « Jésus n’est jamais vraiment ressuscité des morts, pas dans le corps. Peut-être qu’il est ressuscité spirituellement, mais après sa crucifixion, les disciples se sont réunis et ont dit : « Continuons pour Jésus. Essayons d’aller de l’avant et de continuer son ministère ». Ainsi, les gens disent aujourd’hui des choses comme : « Il est ressuscité dans leur cœur. Quelle douce idée, mais c’est ridicule ! Pourquoi décideraient-ils de se réunir et de continuer pour Jésus ? Continuer quoi ?! Quel message prêcheraient-ils ? Dans quel but? Qu’allaient-ils sortir et prêcher ?! Qu’il était une fois un Messie, mais qu’Il est mort? Que prêcheraient-ils ? Que Dieu vous aime, que vous devez aimer votre prochain ? Est-ce là l’essence du message chrétien ? Ce n’est pas cela. C’est l’éthique chrétienne, mais ce n’est pas l’Evangile. Est-ce que vous savez pourquoi? Parce que nous ne sommes pas sauvés par cela. Personne ne va vous tuer pour avoir prêché que Dieu vous aime. Les apôtres ne sont pas morts pour avoir insisté pour que chacun aime son prochain. Les apôtres sont morts en insistant sur la Résurrection, en insistant sur le fait que le Christ est le Messie et le Fils de Dieu, et rien ne pouvait les en dissuader parce qu’ils avaient expérimenté la Résurrection, quelque chose de si inoui que nous ne pouvons pas commencer à imaginer ce que c’était. Ainsi, les apôtres, chers frères et sœurs, ont été les témoins oculaires de la Résurrection du Christ.

Sur la Résurrection (8)

Je peux vous donner le message apostolique, c’est-à-dire l’Evangelion, l’Évangile en 5 phrases environ : « Le Messie est venu. C’est Jésus de Nazareth. Mais Il est encore plus grand que ce à quoi nous nous attendions, Il n’est pas seulement le Messie mais le Seigneur Lui-même. Il a accompli toutes les prophéties et a démontré qui il était par ses paroles et ses actes remarquables. Il a été crucifié, mais il est ressuscité des morts, et grâce à cela vous aussi vous pouvez avoir la vie éternelle. Voilà, en 5 phrases environ l’Évangile.

Et ensuite les apôtres ont fait le tour du monde, ils allaient dans les synagogues qui étaient dispersées dans tout le monde gréco-romain, des centaines sinon des milliers de synagogues d’un bout à l’autre du monde gréco-romain. Ils allaient dans les synagogues parce qu’ils allaient d’abord chez les Juifs, et ils disaient : « Nous venons vous apporter l’Evangelion » parce qu’ils parlaient en grec – tout le monde parlait alors en grec. « Nous sommes venus vous apporter la bonne nouvelle. » Et les Juifs dans la synagogue disaient « super ! » – puisque tout le monde aime entendre de bonnes nouvelles. « Et quelles sont ces bonnes nouvelles? » Et ils disaient que le Messie est venu, c’est Jésus de Nazareth, qu’Il a été crucifié mais qu’Il est ressuscité des morts et qu’à cause de cela vous aussi vous n’avez pas besoin de rester dans la tombe, vous aussi vous pouvez avoir la vie éternelle. C’est cela l’Evangile, c’était ainsi alors et c’est toujours  ainsi. Je peux vous garantir qu’ils n’ont pas fait le tour du monde dans ces synagogues en disant :                « écoutez, je suis venu vous apporter la bonne nouvelle, et la bonne nouvelle c’est que Dieu vous aime » ou « la bonne nouvelle c’est que vous devriez aimer votre prochain comme vous-mêmes. Ce n’est pas çà l’Évangile… Le coeur essentiel du message de l’Evangile est la résurrection du Christ. C’était le message des apôtres, et c’est pourquoi ils étaient si importants, parce qu’ils étaient des témoins oculaires de ce fait. Ils ne seraient pas partis aux qutre coins du monde prêchant la Résurrection, prêchant l’Évangile, si la Résurrection n’avait pas eu lieu, parce que c’est pour cela que les apôtres ont souffert, c’est pour cela qu’ils sont morts, c’est pour cela qu’ils ont vécu, et c’est pour cela qu’ils ont combattu. Ils sont allés au martyr , presque tous, et je veux que vous vous souveniez qu’il s’agit de plus de douze personnes. Nous parlons de centaines de témoins oculaires de l’Evangile ; bien plus que  douze personnes  sont parties et ont prêché—beaucoup, beaucoup d’apôtres sont sortis et ont prêché, et chacun d’eux est allé à la mort en insistant sur ce fait, que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu. Il a été crucifié, mais Il est ressuscité des morts. Ces témoins ont quitté tout ce qu’ils aimaient, ils ont quitté leurs maisons et leur pays, leurs parents, leurs fermes et leurs champs et leurs bateaux de pêche – tout ce qu’ils connaissaient et qu’ils aimaient. Ils ont laissé tout cela derrière eux pour vivre une vie avec de grandes difficultés, de grandes privations et de souffrances pour ce fait, parce qu’ils l’ont revu vivant. Pouvez-vous imaginer ce que c’était pour eux de savoir que le Seigneur était mort et ensuite de Le voir debout devant eux et de Le toucher et de voir les blessures dans Sa main et Son côté ? Pouvez-vous imaginer à quel point cette expérience a été puissante ? Et une fois qu’ils ont eu cette expérience, ils ne pourraient jamais le nier. Et ils ont fait le tour du monde en prêchant à ce sujet. Rien n’est plus puissant que ce message, et c’est pourquoi ils devaient être des témoins oculaires de la Résurrection, car c’est le cœur de leur enseignement. Donc, si quelqu’un les interrogeait et disait: «Ah oui, allez, quelqu’un est-il ressuscité d’entre les morts ??? Et ils disaient : « Je l’ai vu, je l’ai touché, j’ai mangé avec lui ».

Sur la Résurrection (7)

 

Vous savez très bien que des foules immenses le suivaient partout où il allait. Maintenant, tous ces gens n’avaient pas besoin de guérison, alors pourquoi le suivaient-ils ? Certains d’entre eux oui, ils avaient besoin de guérison, mais ils voulaient entendre Sa prédication. Il avait plusieurs milliers d’adeptes. Nous savons qu’à une occasion, Il a nourri 5000 hommes, sans compter les femmes et les enfants. Nous savons que des milliers de personnes l’ont acclamé comme le Messie lorsqu’il est entré à Jérusalem. Il avait donc un grand nombre de disciples, pas seulement douze. Il y avait un cercle intérieur de douze apôtres ou disciples choisis, et ces personnes dans la Bible sont appelées « les douze », donc les douze les plus proches sont simplement appelées « les douze ». Cette terminologie est dans la Bible, donc bien sûr, ils sont aussi appelés les disciples, mais plus précisément, les douze sont appelés « les douze ». Aujourd’hui, nous appelons les douze « les apôtres », mais ce n’était pas le sens du mot « apôtre » dans l’Église primitive.

Par ailleurs avec les douze, il y avait un autre cercle de proches disciples du Christ, appelé « les soixante-dix », et cela est mentionné dans  l’Évangile de Luc. Parfois, nous avons des saints parmi les soixante-dix, et nous disons qu’un tel était parmi les soixante-dix. De plus, il y en avait d’autres qui étaient ses disciples qui étaient des apôtres, mais qui n’étaient pas parmi les douze, y compris de nombreuses femmes, et nous savons qui sont certaines de ces femmes – la plus célèbre étant Marie-Madeleine – mais d’autres les myrophores  et proches disciples du Christ  Joanna et Suzanne qui étaient parmi les porteurs de myrrhe. Toutes ces personnes étaient des apôtres, pas seulement les douze. C’est quelque chose à savoir, et quand nous arriverons à l’introduction au Nouveau Testament dans notre introduction au cours biblique, je vous montrerai précisément dans la Bible comment le terme « apôtre » était utilisé dans l’Église primitive. Ce n’était pas aussi étroit que la façon dont nous l’utilisons aujourd’hui. Toutes ces personnes étaient des apôtres. Qui était apôtre dans l’Église primitive ? Très simplement, un apôtre était quelqu’un qui était un disciple de Christ pendant son ministère terrestre et qui l’a revu vivant après sa résurrection. C’était la définition de l’Église primitive de ce qu’était un apôtre. Un apôtre était un témoin oculaire de la Résurrection. C’est pourquoi il n’y a pas d’apôtres aujourd’hui. Les apôtres étaient extrêmement importants dans l’Église primitive pour cette raison, parce qu’ils étaient des témoins oculaires de la résurrection. Qu’est-ce qu’ils ont prêché? Vous voyez, la raison pour laquelle les gens pensent que la Résurrection n’est pas étayée par des preuves historiques, c’est parce qu’ils ne savent pas vraiment qui étaient les apôtres, ou ce qu’ils ont prêché. Quel était le message de l’Évangile ? Quel était l’Évangile ? Le mot grec pour « Évangile », « evangelion », signifie « bonne nouvelle ». L’Évangile était un message; ce n’était pas un livre à l’origine. L’Évangile était un message, « la bonne nouvelle ». Quand les apôtres sont sortis pour prêcher l’Évangile, « la bonne nouvelle », c’est synonyme de ce que nous appelons le kérygme apostolique, le message apostolique. Je vais vous le dire en quelques mots. Je peux vous donner le message apostolique, c’est-à-dire l’Evangelion, l’Évangile en 5 phrases environ : « Le Messie est venu. C’est Jésus de Nazareth. Mais Il est encore plus grand que ce à quoi nous nous attendions, Il n’est pas seulement le Messie mais le Seigneur Lui-même. Il a accompli toutes les prophéties et a démontré qui il était par ses paroles et ses actes remarquables. Il a été crucifié, mais il est ressuscité des morts, et grâce à cela vous aussi vous pouvez avoir la vie éternelle. Voilà, en 5 phrases environ l’Évangile.