La sainteté

Aujourd’hui, frères, c’est le dimanche de tous les saints (le 27 juin 2021) .Et ce dimanche de tous les saints vient juste après le dimanche de la Pentecôte, car la sainteté est le fruit de la venue du Saint-Esprit du Seigneur dans le monde. Aujourd’hui, on se souvient de tous les saints. Bien sûr, il y a des saints dont nous nous souvenons tous les jours, et il y a des saints que nous ne connaissons pas. Dieu les connaît. Pour cette raison, aujourd’hui, tous les saints participent à cette bénédiction qui est venue sur le monde par la venue du Saint-Esprit. Si nous demandons : « Pourquoi Dieu a-t-il créé l’homme ?! Quel est le but de l’existence de l’homme ?! Comment l’homme peut-il accomplir son humanité ?! Quand l’homme atteindra-t-il le but que le Seigneur Dieu a voulu pour Sa création ?! Nous répondons que le but de la création de l’homme est la sainteté. Par conséquent, le Livre Saint affirme : « La volonté de Dieu est votre sanctification » et « Soyez saints, car je suis saint ». Bien entendu, une personne va demander : « Quelle est la signification de la sainteté » ?! Peut-être que certaines personnes pensent que la sainteté c’est lorsque l’on prie tout le temps. D’autres pensent que la sainteté c’est lorsqu’une personne est sans péché. Qu’est-ce que la sainteté, alors ?! La sainteté est avant tout un attribut de Dieu. Dieu est saint ! Une personne ne peut pas être un saint, à moins que le Seigneur Dieu ne lui accorde cette qualité, qui est l’un des attributs de Dieu. Aucun être humain n’est saint en lui-même. Pour cette raison, nous lisons dans la Bible que « tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ». Donc, nous sommes des êtres humains pécheurs. Et si nous sommes des êtres humains pécheurs, nous sommes très étrangers à la sainteté.

Comment, alors, devenons-nous des saints ?! Nous deviendrons des saints, c’est-à-dire que nous deviendrons comme Dieu, si nous suivons deux choses. La première chose, est si nous disons au Seigneur ce que nous disons toujours dans la prière du Seigneur : « Que ta volonté soit faite ». Si nous suivons la volonté de Dieu dans nos vies dans tous les cas, c’est-à-dire si nous suivons les commandements et que nous sommes fidèles à Dieu, si nous marchons dans ce qui plaît à Dieu, si nous faisons sa volonté, nous aurons accompli la première condition. Si nous remplissons la première condition, alors la deuxième condition suit, et elle ne dépend pas de nous, mais de la bénédiction de Dieu. Le Seigneur est celui qui remplit cette condition.   Quelle est cette condition ?!  Elle est que la personne demande toujours à Dieu Sa pitié : « Que Ta miséricorde, ô Seigneur, soit sur nous comme notre espérance en Toi. Ainsi, nous faisons la volonté du Seigneur en suivant les commandements ; et aussi en demandant sans cesse que l’Esprit du Seigneur vienne sur nous : « Viens et demeure en nous, purifie-nous de toute impureté, et sauve, nos âmes Toi qui es bonté « . Par conséquent, une personne doit agir dans ces deux directions, quoi qu’elle fasse. Concernant la première condition, si nous disons au Seigneur : « Que Ta volonté soit faite », alors cela signifie que nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons, mais nous devons faire ce qu’Il veut. Par conséquent, nous devons apprendre ce que le Seigneur veut de nous, quelle est la volonté de Dieu en tout. La personne passionnée par la volonté de Dieu, demande constamment à Dieu, et Lui dit : « Apprends-moi à faire Ta volonté, car tu es mon Dieu ! Il est vrai que le Seigneur nous a donné les commandements. Cependant, parfois, une personne ne sait pas comment mettre en œuvre les commandements et comment les suivre. Il ne fait aucun doute qu’une personne profite des récits de la vie des saints pour apprendre comment ils ont fidèlement suivi les commandements divins. Cependant, il reste que chaque personne a besoin d’apprendre personnellement comment faire la volonté de Dieu dans sa vie. Par exemple, on lit un livre sur la conduite automobile. Cependant, lorsque l’on s’assoit derrière le volant et que l’on essaie de conduire la voiture, les informations lues ne permettent pas de conduire la voiture. L’expérience de conduite est toujours différente de l’information la concernant. Ainsi, dans la vie chrétienne, quand on lit sur les saints, on en bénéficiera sans aucun doute et on sera instruit. Mais, toujours, quand on essaie de marcher dans les commandements, on se retrouve dans une situation différente. L’expérience nous met toujours devant ce qui est nouveau et pas familier. Alors il faut demander au Seigneur Dieu d’etre éclairé, qu’Il nous donne l’intelligence,   et de la sagesse. Il faut demander de l’aide à des pères spirituels ou à des prêtres éclairés afin de trouver ce qu’il convient de faire dans ce cas. Bien sûr, les gens viennent voir le prêtre et lui posent la même question : « Nous avons un problème. Comment devons-nous y faire face ? Le prêtre qui est sage ne donne pas la même réponse à tout le monde, mais donne la réponse à la lumière de la réalité des personnes qui le questionnent. Un medicament est donné aux gens en quantité variable : à l’un un peu, à l’autre davantage, et peut-être qu’un autre médicament est donné… parce que chaque être humain est unique et spécial. Pour cette raison, chacun a besoin d’être guidé, jusqu’à ce qu’il s’assoie avec un père spirituel, ou une mère spirituelle, jusqu’à ce qu’il se révèle, et qu’il apprenne à faire face aux problèmes qu’il traverse. Cependant, lorsqu’une personne rencontre un problème, elle ne peut, souvent, reporter à plus tard l’attitude qu’elle est censée adopter à ce sujet sur le champ. Alors que faire?! Elle s’adresse au Seigneur : « Seigneur, aide-moi. Cependant, pour que le Seigneur l’aide, la personne doit être disposée de tout son cœur à faire ce qui plaît au Seigneur. C’est-à-dire qu’il faut être prêt à accepter une réponse qui lui est convenable ou pas convenable. Par exemple, si cette personne se réveille le matin et se sent fatiguée et ne peut pas se lever pour aller à l’église. Est-ce qu’elle y va, cependant, ou pas ?! Elle doit être prête à aller à l’église, même si ce n’est pas très confortable, car peut-être dans son cœur elle préférerait rester et se reposer à cause de la fatigue. Cependant, quand une personne est prête à se forcer et à s’imposer ce qui ne lui convient pas, mais ce qui plaît à Dieu, alors elle est prête à accepter le conseil de Dieu. Ensuite, et si elle demande à Dieu de l’aider, Dieu l’aidera avec la pensée qui convient. La pensée juste lui sera donnée dans sa conscience et lui dira:  Fais ceci.

Ainsi, le Seigneur nous parle, si nous sommes disposés à l’entendre et à l’accepter. Mais si une personne veut se comporter comme elle le désire, et attribue à Dieu ce qui ne vient pas du Seigneur, parce qu’il traite avec Dieu comme si Dieu la soutenait dans ses désirs ; si la personne agit ainsi, alors Dieu reste silencieux et ne parle pas. Nous les humains, si nous savons que la personne qui se tient devant nous n’est pas prête à nous entendre, alors nous nous taisons. Alors que si nous sentons qu’elle est prêet à écouter et à en prendre en considérations ce que nous disons, alors nous parlons même si nous ne voulons pas parler. Il en est de même avec Dieu. Dieu nous parle en toutes circonstances, si nous sommes disposés à entendre et à accepter.

C’est pourquoi certains de nos saints pères disent aux croyants qui sont prêts à accepter la volonté de Dieu : « Quand vous rencontrez un problème et que vous ne savez pas quoi faire ; Une personne peut prier le Notre Père ou répéter dix ou quinze fois la prière de Jésus : « Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi, un pécheur. L’un de nous va prier, même pour un petit moment. Après cela, la première pensée qui lui vient à l’esprit est celle de Dieu. Mais cela demande une préparation complète, de la part de l’homme, à entendre et à accepter. Alors, le Seigneur parle. Ensuite, nous pouvons être sûrs de lui que la première pensée qui nous vient à l’esprit, après la prière, vient de Dieu. Ainsi, le Seigneur nous parle personnellement et s’occupe de nous personnellement. Et quand nous allons chez le père/mère spirituel, et que nous avons la même préparation, c’est-à-dire quand nous sommes prêts à entendre, obéir et accepter la volonté de Dieu, que se passe-t-il lorsque nous nous asseyons et parlons au père/mère spirituel ?! Je vais vous dire quelque chose de très important. Personne ne penserait que ce père/mère spirituel nous parle uniquement à partir de son expérience ou de ses connaissances, ou à partir de ce qu’il a lu dans les livres ! La vérité est que si nous allons vers lui pour chercher la parole de Dieu, si nous voulons savoir ce que le Seigneur veut de nous : veut-il que je voyage ou que je reste dans ce pays ?! Car peut-être ai-je été tenté de voyager dans un autre pays afin de vivre confortablement et de m’assurer un bon travail et une vie plus facile ; Si je veux savoir ce que le Seigneur veut pour moi : dois-je partir ou rester ?! Que devrais-je faire?! Si je suis disposé à voyager, et dans la même mesure à rester, d’abord et en dernier lieu, pour faire la volonté de Dieu ; Puis, quand je vais chez le parrain/mère et lui dis : « Dis-moi, Père, que dois-je faire ?! Ce qui se passe, c’est que le père spirituel/la mère spirituelle ne parle plus de lui-même, c’est-à-dire qu’il ne traite plus le sujet comme si c’était un sujet qui peut être pris et rejeté, non ! Ce qui se passe, c’est que le Seigneur parle à travers le père spirituel/la mère spirituelle, parce que je suis prêt à prendre la parole du Seigneur et à marcher selon elle. Et ce qu’il me dit alors, je dois l’accepter tel qu’il est, et le prendre comme la parole de Dieu, et c’est vraiment la parole de Dieu, parce que je suis venu pleinement préparé à prendre la parole de Dieu de mon père spirituel /mère. C’est ainsi que le Seigneur nous parle. Le Seigneur nous parle dans la mesure où nous sommes disposés à entendre, obéir et accepter ce qu’il veut de nous et pour nous, que ce soit directement par la prière, ou par l’intermédiaire de pères/mères spirituels. Personne ne pense que Dieu est loin de nous. Dieu n’est jamais loin de personne. Cependant, il y a des moments où le Seigneur parle, et il y a des moments où Il ne le fait pas. Le Seigneur parle quand il y a un avantage à parler. Quand il ne sert à rien de parler, le Seigneur se tait. Nous attribuons souvent des choses à Dieu, mais ce n’est pas toujours vrai. Nous pouvons être sûrs que le Seigneur Dieu est disposé à nous parler, si de notre côté nous sommes disposés à marcher dans ce qui Lui plaît. C’est le travail de base que l’un de nous doit faire. Il faut avoir penser à Dieu à tout moment, vouloir fortement effectuer la volonté de Dieu : Qu’est-ce que le Seigneur veut de moi ?! Pourquoi Dieu m’a-t-il mis dans cette situation ?! Comment régler ce problème ?! Si une personne a cet empressement, Dieu va parler. Si une personne s’habitue à ce type de relation avec Dieu dans l’Église du Christ, ce qui se passe, c’est que la grâce divine descend sur elle, petit à petit, et elle devient capable de voir plus clair, et sa conscience devient plus pure, tout comme l’œil lorsqu’il y a de la poussière ou de la paille ne peut plus bien voir. Mais quand la vision est claire, alors on voit et on prend les choses naturellement. Ainsi, si une personne suit les commandements de Dieu, la grâce de Dieu viendra sur elle, et elle voit les choses clairement, dans la mesure où elle peut voir la volonté du Seigneur avec une clarté étonnante ! Cependant, cela survient lorsque l’homme avance dans l’obéissance à Dieu, dans son amour pour Dieu et dans son zèle pour ce qui appartient à Dieu. Alors, la grâce l’habite ! Et ainsi elle avance. Ne pensez jamais que la sainteté pour les gens est pour après. Non, la sainteté est pour les gens à partir de maintenant. Les croyants dans l’Église du Christ étaient appelés «saints» parce qu’ils devaient être des saints, accomplir l’œuvre de Dieu et devenir une demeure pour l’Esprit de Dieu. Avec Dieu, il n’y a pas d’un côté des gens qui sont des saints et de l’autre des personnes non saintes. Tous les hommes sont des saints. Pour qu’une personne ait une part avec Dieu, elle doit marcher dans la sainteté. Pour cette raison, la sainteté nous concerne tous, car si nous marchons dans la sainteté, nous réalisons  pleine humanité, nous atteignons le but pour lequel le Seigneur Dieu nous a créés. Et quand nous regardons les saints ; nous regardons, en effet, des hommes qui sont devenus parfaits, qui sont devenus des hommes accomplis.  Pour le moment nous sommes encore des humains en gestation. Chacun de nous est un projet d’humanité, et n’est pas encore devenu un être humain au sens plein du terme. Quand une personne devient un saint, elle devient un être humain dans tous les sens du terme. Avant cela, elle est en voie d’achèvement, de croissance. Comme une personne grandit corporellement, aussi elle grandit dans l’esprit, jusqu’à ce qu’elle atteigne la plénitude de sa stature en Christ. Alors elle devient semblable à Dieu, c’est-à-dire que cette personne devient un saint, et accomplit ce que le Seigneur Dieu a demandé : « Soyez saint, car je suis saint ».

Que Dieu nous accorde à tous d’être conscients et de préserver ce que le Seigneur Dieu a voulu pour nous, et d’y marcher en tout temps. A l’exception de la sainteté, les choses de la vie, ne comptent pas. La sainteté est dans tout : dans tout ce que nous faisons, dans tout ce que nous disons et dans tout ce que nous pensons. Nous sommes membres de la famille de notre Père céleste, donc une famille de saints.

Archimandrite Touma (Bitar)

https://www.holytrinityfamily.org/%D9%86%D9%82%D8%A7%D8%B7-%D8%B9%D9%84%D9%89-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%B1%D9%88%D9%81/%D8%A7%D9%84%D9%82%D8%AF%D8%A7%D8%B3%D8%A9-%D9%85%D9%86%D8%B0-%D8%A7%D9%84%D8%A2%D9%86

La vie qui nous est donnée

Le don de la vie et le cauchemar d’une mort qui engloutit tout.

Cette vie terrestre qui nous a été donnée n’a de sens que si nous la voyons comme une préparation  pour la vie future. Nous ne devons pas négliger ce qui est de nature éternelle, car le Créateur nous a accordé cette vie comme un temps de préparation pour l’éternité avec Lui. C’est le moment où nous devrions progresser de l’image de Dieu à la ressemblance de Dieu. Cette vie prend un tour tragique si nous ne regardons pas au-delà des limites de cette existence terrestre, car le don d’amour qu’est le Christ, nous aide à échapper au cauchemar d’une mort dévorante. L’apôtre Paul rend compte de la compréhension chrétienne de la mort, en disant : « Quand le corruptible aura   revêtu l’incorruptible, et le mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : « La mort est engloutie dans la victoire ( 1 Cor. 15:54). » C’est durant cette vie présente que nous  » revêtons Christ « , car ce faisant nous atteignons la sainteté qui nous est nécessaire pour nous tenir en présence de Dieu pour toute l’éternité, et ne pas être brûlé. Se concentrer sur cette vie comme autre chose qu’un temps de préparation pour l’éternité, c’est ignorer que Dieu nous a donné la vie présente comme temps de préparation à la vie céleste.

Avec amour en Christ, Abbé Tryphon

https://www.facebook.com/profile.php?id=100044595542112

Sur la maladie

Source: https://orthodoxcityhermit.com/category/contemporary-elders/elder-aimilianos/
Nous tombons malades et nous souffrons pour différentes raisons, mais c’est souvent parce que nous avons péché, volontairement ou involontairement, ou parce que nous nous sommes éloignés de Dieu. Mais, si vous êtes malades, n’ayez pas peur et ne vous inquiétez pas, car la maladie est un grand cadeau de Dieu. Les malades sont les enfants spéciaux de Dieu. Les malades sont sous la protection spéciale de Dieu. Ils ont la bénédiction spéciale de Dieu. Ils ont l’amour de Dieu. Ils sont dans Son étreinte, alors que quelqu’un qui a la santé pourrait ne pas l’être. La personne malade, la personne souffrante, la personne malade se trouve dans une situation privilégiée, ou potentiellement privilégiée, par rapport à Dieu. Ceux qui n’ont jamais connu la maladie, et ceux qui n’ont jamais connu la souffrance, manquent souvent d’empathie; et souvent leur cœur est étroit, petit et restreint, et incapable de s’ouvrir et d’embrasser la souffrance des autres parce qu’ils ne le savent tout simplement pas. Les malades, par contre, sont souvent les personnes les plus aimantes, les plus compréhensives et les plus compatissantes que vous rencontrerez jamais, et ce sont eux qui auront l’audace devant Dieu dans leurs prières pour les autres. N’ayez donc pas peur de votre maladie. Laissez-la à Dieu. Faites ce que les médecins vous disent. Lorsque vous prenez vos médicaments, vous recevez le Christ. Ce n’est pas un mal, ni le signe d’un manque de foi, de prendre vos médicaments. Lorsque vous prenez vos médicaments, vous recevez une bénédiction, vous recevez le Christ lui-même. Faites ce que les médecins disent, prenez vos médicaments, passez vos tests, mais ne soyez pas anxieux. Parfois, ce qui est pire que d’être malade, c’est d’avoir peur de tomber malade. Laissez les choses entre les mains de Dieu. Tout ce que Dieu vous donne est le meilleur pour vous. Dieu ne vous donne jamais une croix sans d’abord la peser et la mesurer très soigneusement pour s’assurer que la croix aboutira à votre croissance spirituelle. Alors ne pensez pas que c’est aléatoire, ne pensez pas que c’est un hasard, ne pensez pas que c’est trop. Elle a été très soigneusement pesée et très soigneusement mesurée, de sorte qu’il en résulte une croissance spirituelle et un bénéfice spirituel. Autant le corps dépérit, autant notre vie en Dieu est renouvelée. Dieu ne peut pas naître en nous sans les douleurs de l’enfantement. Et la souffrance que nous éprouvons, que ce soit une souffrance émotionnelle ou physique, ce sont les douleurs de la naissance, le travail, la souffrance dans notre vie qui permettront à Dieu de naître et de grandir en nous. Nous devrions donc avoir du regret pour la personne qui n’a pas goûté à la douleur involontaire parce que cette personne n’est pas susceptible de s’imposer une quantité suffisante de douleur volontaire (…) Elle voudra rester dans son endroit confortable, sa zone de confort, et elle va résister à toutes sortes de changements. La maladie est une visite de Dieu, une visite divine. La maladie nous humilie, elle nous enseigne, elle nous remodèle, elle nous éveille à la réalité, elle nous permet de voir ce qui est vraiment important et ce qui a de la valeur. Ce n’est pas une punition, mais une visite divine pour notre correction et notre éducation. –
L’ Ancien Aimilianos (+ 9 mai 2019) du monastère de Simonopetra  Extrait de: Une conférence intitulée «Heureux ceux qui ont le cœur pur: Réflexions sur la nature spirituelle de la souffrance», par le Père Maximos Constas, Patristic Nectar Publications (2017).

Le Grand Carême

Le Grand Carême
Saint Sophrony l’Athonite.

 

 

    Je désire vous parler maintenant un peu du jeûne. Combien de fois n’avons-nous pas dit qu’il ne dépend que de nous d’introduire dans nos actions, dans nos paroles, tel ou tel sens. Comment et que pouvons-nous faire pour transformer ce « carême terrifiant » en « carême inspirant »?

Lorsque le moine va à la rencontre du grand Carême avec enthousiasme, celui-ci passe vraiment comme une période d’inspiration, de préparation pour recevoir la lumière de la Résurrection. Mais si l’homme est rempli de peur, il peut nuire à sa santé en jeûnant, et le jeûne sera pour lui un tourment.

Nous devons restaurer l’image de Dieu en nous.

Que chacun de vous arrête son esprit, son intelligence sur quelque image sainte qui puisse l’inspirer. Je vous mentionnerai quelques pensées qui me furent précieuses dans ce sens.

Qu’ai-je observé dans la vie du monde, du monde des hommes et, en général, du monde du règne animal?. Que seul l’homme est capable de se contrôler par l’abstinence lorsque de la nourriture se trouve devant lui. Arrêtez-vous sur cette pensée: seul l’homme, qui a reçu l’esprit comme image du Dieu éternel, est capable de créer du nouveau. Ainsi donc, si nous nous abstenons de nourriture ou de sommeil ou encore de quelque chose d’autre, tout cela contribuera à restaurer en nous ce qui appartient à l’image de Dieu. Purifier notre image de Dieu, obscurcie par le péché, – voilà l’effort qui nous attend. Lorsque nous aurons cette pensée, notre abstinence ne sera pas privée de sens. C’est là la grande tâche que notre vie monastique nous assigne: ressembler au Christ qui, en assumant la condition humaine, manifesta sa divinité.

Le Christ a jeûné pendant quarante jours au désert.

Durant les cinquante jours qui viennent, chacun de vous passera par des moments difficiles, mais alors nous nous souviendrons du Christ. En effet, le carême a été établi en mémoire du jeûne de quarante jours que le Seigneur fit au désert où Il était entouré d’animaux sauvages et où, à la fin, Il se laissa même approcher par le démon et parla avec lui.

Devenir semblable au Christ pour l’éternité.

Que pouvons-nous choisir du contenu de la vie du Christ, telle que nous la discernons d’après l’Évangile, les épîtres et la Tradition?. L’apôtre Paul, ce poète de génie, dit que nous devons avoir les mêmes pensées, les mêmes sentiments que le Christ (cf. Philippiens 2, 5).En quoi consiste ce mystère? – En ce que, si nous devenons semblables au Dieu incarné, cela passe jusque dans l’éternité d’avant la création du monde. Nous voulons dire que l’hypostase humaine doit se développer en nous, et contenir en elle la pensée du Christ.

Soyez vos propres créateurs.

Que faut-il avoir à l’esprit, pour ne pas être troublé par le caractère banal de beaucoup de nos activités liées au jeûne et, d’une manière générale, à l’ascèse du mode de vie monastique?. Il nous faut veiller à ce que le sens – je le répète – que nous avons vu en Christ soit aussi en nous.

Chez Jean le Théologien, l’Évangéliste, on peut lire une expression remarquable: « Nous savons que nous sommes les enfants de Dieu. Mais il ne nous a pas encore été révélé comment nous serons après notre sortie de ce monde. Nous savons cependant – dit-il – que, lorsque nous verrons comment Il est, nous pourrons devenir comme Lui, semblables à Lui » (cf 1 Jean 3, 2, citation approximative).

Par conséquent, je vous en prie, mes jeunes frères et sœurs, souvenez-vous de cela, et soyez vos propres créateurs, comme dit Saint Grégoire le Théologien qui exprime cette idée. Créateurs de tout, nous commençons par de petites choses, puis soudain, à partir de là, nous préparons notre esprit, notre être, à recevoir le Souffle divin incréé.

L’énergie qui nous ressuscitera.

Je vous ai dit que l’apôtre Paul était un poète, un théologien et un philosophe génial. Soyons donc ses imitateurs (cf 1 Corinthiens Il, 1) et ainsi nous serons tous les artisans de notre salut éternel en Dieu: « J’attends la résurrection des morts » (Credo). Souvenez-vous en: nous avons dit que, lorsque nous prononçons ces paroles de notre Symbole de foi, nous devons nous rappeler qu’elles manifestent l’état de l’esprit qui attend la venue du Christ. Et cette attente, qui est maintenant la nôtre:

« J’attends la résurrection des morts », est le résultat de notre création. C’est et ce sera l’énergie qui à coup sûr nous ressuscitera.

Nous devons devenir des poètes inspirés …

Oh!. comme je voudrais que vous deveniez tous des poètes!.

Sans inspiration créatrice, il est difficile de passer même un seul jour comme il convient à un chrétien.

Ainsi donc, en nous approchant de ce Carême, ouvrons nos cœurs et nos esprits à la Résurrection qui est devant nous, comme le Seigneur qui, avant de commencer sa prédication, jeûna quarante jours au désert, au milieu des animaux sauvages.

… mais aussi des lutteurs courageux

Ainsi aujourd’hui, j’ai dit quelques paroles pour fixer notre esprit sur l’exploit ascétique qui nous attend. Je veux encore ajouter à cela, qu’il faut être, non seulement poète, mais aussi un lutteur courageux. Le Seigneur a dit que le Royaume des cieux se conquiert par l’effort et l’ascèse, et que seuls ceux qui font des efforts sur eux-mêmes s’en emparent. (cf Matthieu Il, 12).

Lorsque nous vivons sur terre, notre expérience de la vie dans le corps montre qu’il nous faut régulièrement boire, manger, dormir, nous reposer, pour le remplir d’une nouvelle énergie biologique indispensable à la vie. Il en est de même sur le plan spirituel. Nous devons nourrir notre âme, notre intellect, et cela ne va pas sans efforts. Vous connaissez tous cette expression, souvent utilisée ironiquement: « Oh! il est dans les affres de la création! » On peut parler ainsi de tout artiste, dans chaque domaine de l’art.

Nous recevons la vie incréée de Dieu.

De cette manière, en commençant par ce qui est tout petit, nous devenons disponibles à la manifestation de Dieu en nous. Et notre foi, c’est que nous recevons réellement la vie incréée de Dieu. Lorsque nous imitons le Dieu incarné- je parle du Christ – cela passe ensuite également sur le plan de l’esprit, après notre mort. Si nous sommes semblables à Lui tel qu’Il était sur terre, nous Lui serons aussi semblables dans son éternité sans commencement.

Intellect et folie de la foi.


Voici, vous voyez quelles paroles nous prononçons: l’éternité sans commencement de Dieu nous sera communiquée! Une telle audace n’est-elle pas le signe de notre folie?. Mais voici que le génial Paul dit que c’est cette folie qui sauve le monde (cf. 1 Corinthiens 1, 21).

Ce que le Christ nous a promis, l’intellect humain ne le contient pas. Notre intellect terrestre peut être très doué pour la pensée ou l’activité scientifique, pour la philosophie ou pour bien d’autres disciplines, mais non pour croire en l’éternité. Par contre, même les enfants peuvent croire en l’éternité, comme l’a dit le Seigneur (cf. Matthieu 11, 25). Ainsi, vous le voyez, aujourd’hui aussi, c’est toujours le même élan vers notre Dieu céleste, toujours le même Esprit qui nous entraîne à suivre le Christ.

Haine de soi par amour de Dieu et du prochain.

Il y a quelque temps, j’ai entendu quelqu’un me dire: « Je suis fatigué de souffrir. Je ne veux plus souffrir. Je cherche le repos, la joie, le bonheur sur terre. Mon âme est dégoûtée de souffrir. » Bien que l’homme qui me disait cela fut orthodoxe, à vrai dire il ne pensait pas d’une manière orthodoxe. Pour devenir capables d’embrasser par notre amour toute la création, nous devons passer par bien des états douloureux et par beaucoup de souffrances. L’énergie pour supporter ces souffrances, nous la trouvons dans le commandement du Christ de se haïr soi-même par amour pour Dieu et même pour notre prochain (cf. Luc 14,26).

Le Christ souffrit par amour des hommes.

Voilà, je vous ai parlé de choses, à vrai dire, terribles. Vous m’avez entendu dire que, aux jours de sa vie de Dieu incarné sur terre, Jésus-Christ était l’unique homme qui, ayant donné le commandement de se haïr par amour pour Dieu et pour le prochain, monta sur le Golgotha, non pour se sauver Lui-même: Il alla au-devant de toutes les souffrances, plein d’amour pour sauver l’homme, l’humanité. Oh! Cette image de l’Homme!. Ceux qui ont expérimenté cette vision, évidemment, ne peuvent trouver nulle part ailleurs quelque chose de semblable.

Ce que le Seigneur nous a commandé, Il l’a accompli Lui­-même. Par amour pour le prochain, Il s’est livré à toutes les souffrances. Non seulement à la mort, mais encore à une mort qui était ressentie comme une malédiction dans l’Ancien Testament:

« Maudit soit celui qui pend à un arbre » (cf Deutéronome 21, 23; Galates 3, 13).

Nous ne parvenons pas à la mesure que nous voyons en Christ.

Souvenez-vous du Jugement dernier.

Avant le début du Grand carême, nous aurons le service du Grand pardon au cours duquel, dans notre petit cercle, nous demanderons humblement pardon à nos frères et sœurs pour tout ce en quoi nous avons péché devant eux, même dans nos pensées.

Souvenez-vous alors aussi du Jugement dernier.

Passer du petit à l’infini.

Il est dit que le Seigneur viendra dans la gloire, et que, lorsqu’Il s’assiéra sur son trône, tous les peuples se rassembleront devant Lui, depuis la création de l’homme jusqu’au dernier à être né d’une femme. C’est-à-dire: détachez votre esprit des petites choses et transportez-le vers d’autres, illimitées, dont les premières sont néanmoins l’image. Voilà ce qui nous est demandé.

Au cinquième chapitre de Matthieu, on trouve beaucoup de paroles du Christ qui complètent la loi de Moïse. Il dit: « Il est écrit dans la Loi ceci et ceci, mais Moi, je vous dis cela et cela. » Chaque fois, à partir des commandements de l’Ancien Testament, Il passe au sens infini de chacun d’entre eux. Ainsi donc, moi aussi, j’essaie de vous proposer, en tant que votre frère, d’utiliser ce moyen dans le but de rendre notre vie féconde: à partir de petites choses, passez à ce qui est infini.

Référence :

Paroles à la communauté. Février 1994, N*18.

Posted by Holy Trinity Family – Douma

https://holytrinityfamily.blogspot.com/2021/03/le-grand-careme-saint-sophrony-lathonite.html