« Older Entries Subscribe to Derniers articles

19 avr 2014

Dimanche de la Résurrection

Posté par TB. Aucun commentaire

En cette fête des fêtes, Pâques, celle de la lumineuse Résurrection de Notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ, les messages de abondent partout où se trouvent des communautés chrétiennes. En voici un qui vient du Proche Orient.

 

Message de Pâques – 2014

Voici Pâques qui vient, portant une grande joie ! C’est la joie en la Résurrection du Christ et en sa victoire sur la mort ; mais c’est aussi la tristesse face aux souffrances de l’homme moderne et à sa mort spirituelle.

Que nous inspire Pâques en ce monde pris dans les complexes de l’être humain, travaillé par un labeur terrible, en Orient comme en Occident ?

En apparence et en réalité, Satan, le prince de ce monde, domine toujours l’arène de la société mondiale, qu’il comble de ravages et de désolations. Pâques, qu’ajouterait-il à cette ambiance pernicieuse?

Ô frère qui croit en Christ Souffrant et Ressuscité, je t’assure qu’une bonne part reste fidèle au Seigneur qui a souffert pour elle, et pour tous les hommes, créés à son image et à sa ressemblance.

Du fond des souffrances et des peines de ce monde, ce reste de fidèles – dont tu pourrais faire part, si tu désires-, se réjouit et se console à la Résurrection du Christ.

Le monde est plein de calamités, mais le Seigneur a dit à ses disciples : « Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume » (Luc12, 32).

Le mystère de la résurrection du Christ réside en ce que chacun désire profondément qu’il

s’accomplisse en son être. Saint Syméon le Théologien dit : « Le Christ est enseveli au fond de nous comme dans une tombe… il connut la mort et descendit aux tréfonds de l’Hadès, puis il ressuscita et monta aux cieux. De même, lorsque nous quittons le monde du péché et entrons dans la tombe de l’humilité et du repentir… il s’unit à nos âmes vraiment mortes et les ressuscite.

A nous tous, ressuscités avec lui, il offre de contempler la gloire de sa Résurrection mystique.

La résurrection du Christ est notre propre résurrection, nous qui sommes tombés dans le péché.

Le dimanche de Pâques, ainsi que chaque dimanche, nous ne disons pas « ayant cru en la

Résurrection du Christ », mais « ayant vu la Résurrection du Christ »…

Comment donc cette Résurrection se manifeste-t-elle en nous ? Quand nous brillons d’un éclat spirituel, cela signifie que nous sommes ressuscités de notre péché. Aussi Saint Syméon ajoute-t-il: «En vérité, la résurrection du Christ se produit dans l’âme de chaque fidèle individuellement. Or ce n’est pas une seule fois, mais à chaque instant que le Christ ressuscite en nous, rayonnant de lumière et luisant de son éclat divin et incorruptible. D’où le chant : « Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu, béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur »…

Frère bien-aimé, je termine en t’offrant cette parole apocalyptique, espérant qu’elle t’apportera force, espérance, patience et consolation : lorsque viendra la fin, le monde matériel deviendra lumière.

Ne désespère donc point ! Alors la Résurrection illuminera toute la création et embrassera tous les hommes, les morts et les vivants. Voici pour le Jour dernier. Quant au jour présent, il fournit un avant-goût de la douceur de Pâques, la douceur de la Résurrection du Christ, même au sein de nos souffrances et de celles du monde, -quitte à rester fidèles à la Parole de

Dieu. C’est que le Christ a inauguré la création nouvelle.

Le Christ est revêtu de lumière, et celle-ci inondera le monde entier.

Christ est ressuscité !

† Ephrem,

Métropolite de Tripoli (Liban), Koura, et leurs dépendances

 

 

 

2 avr 2014

Sainte Marie l’Egyptienne

Posté par TB. Aucun commentaire

 

t +5

 

Le cinquième dimanche du Grand Carême est consacré à Marie l’Egyptienne (+522)

Notre Sainte Mère Marie était native d’Egypte. Dès l’âge de douze ans elle quitta ses parents pour se rendre à Alexandrie, où elle vécut pendant dix-sept ans dans la débauche et le plus grand dérèglement. Subsistant au moyen d’aumônes et du tissage du lin, elle livrait néanmoins son corps à tout homme, sans y être poussée par la misère, comme tant d’autres pauvres femmes, mais comme si elle était brûlée par le feu d’un désir que rien ne pouvait assouvir. Un jour, voyant une foule de Lybiens et d’Egyptiens se diriger vers le port, elle les suivit et s’embarqua avec eux pour Jérusalem, offrant son corps pour payer le prix de la traversée. Quand ils parvinrent à la Ville sainte, elle suivit la foule qui se pressait vers la basilique de la Résurrection, le jour de l’Exaltation de la Croix. Mais, lorsqu’elle parvint sur le seuil de l’église, une force invisible l’empêcha d’y entrer, malgré ses efforts réitérés, alors que les autres pèlerins franchissaient aisément la porte.

Restée seule dans un coin du narthex, elle commença à réaliser que c’était l’impureté de sa vie qui l’empêchait d’approcher le Saint Bois. Elle répandit des larmes abondantes et se frappa la poitrine, et voyant une icône de la Mère de Dieu, elle lui adressa cette prière : « Vierge Souveraine qui as enfanté Dieu dans la chair, je sais que je ne devrais pas regarder ton icône, Toi qui es pure d’âme et de corps, car, débauchée comme je suis, je dois t’inspirer le dégoût. Mais puisque le Dieu né de Toi est devenu homme pour appeler les pécheurs au repentir, viens à mon aide ; permets-moi l’entrée de l’église pour me prosterner devant Sa Croix. Et dès que j’aurai vu la Croix, je Te promets de renoncer au monde et aux plaisirs, et de suivre le chemin de salut que tu me montreras. »

Elle se sentit soudain délivrée de cette puissance qui la retenait et put entrer dans l’église où elle vénéra avec ferveur la Sainte Croix ; puis, revenue vers l’icône de la Mère de Dieu, elle se déclara prête désormais à suivre le chemin qu’Elle lui indiquerait. Une voix lui répondit d’en haut : « Si tu passes le Jourdain, tu y trouveras le repos. »

En sortant de l’église elle acheta trois pains avec l’aumône reçue d’un pèlerin, se fit indiquer la route qui menait au Jourdain et elle arriva le soir à l’église de Saint-Jean-Baptiste. Après s’être lavée dans les eaux du fleuve, elle communia aux Saints Mystères, mangea la moitié de l’un des pains et s’endormit sur le rivage. Le lendemain matin, elle passa le fleuve et vécut dès lors dans le désert, pendant quarante-sept ans, sans n’y rencontrer personne, ni homme ni animal.

Pendant les dix-sept premières années de son séjour, ses vêtements étant bientôt tombés en lambeaux, brûlant de chaleur le jour et grelottant de froid la nuit, elle se nourrissait d’herbes et de racines sauvages. Mais plus que les épreuves physiques, elle devait affronter les violents assauts des passions et le souvenir de ses péchés, et c’est en se jetant à terre qu’elle suppliait la Mère de Dieu de lui venir en aide. Protégée par Dieu, qui ne désire rien de plus que le pécheur revienne à Lui et vive, elle déracina de son cœur toutes les passions par cette ascèse extraordinaire et put convertir le feu du désir charnel en une flamme d’amour divin, qui lui faisait endurer avec joie, tel un être incorporel, l’implacable désert.

Après tant d’années, un saint vieillard, nommé Zosime, qui, selon la tradition instaurée par Saint Euthyme, s’était engagé dans le désert au-delà du Jourdain pour y passer le Grand Carême, aperçut un jour un être humain, le corps noirci par le soleil et les cheveux blancs comme de la laine tombant jusqu’aux épaules. Il courut derrière cette apparition qui s’enfuyait à son approche, en la suppliant de lui accorder sa bénédiction et quelque parole de salut. Quand il parvint à portée de voix, Marie, appelant par son nom celui qu’elle n’avait jamais vu, lui révéla qu’elle était une femme et elle lui demanda de lui jeter son manteau afin de couvrir sa nudité.

Sur les instances du Moine, ravi d’avoir enfin rencontré un être théophore qui avait atteint la perfection de la vie monastique, la Sainte lui raconta avec larmes sa vie et sa conversion. Puis, ayant achevé son récit, elle le pria de se rendre l’année suivante, le Grand Jeudi, avec la Sainte Communion sur les bords du Jourdain.
Le jour venu, Zosime vit Marie apparaître sur l’autre rive du fleuve. Elle fit un signe de Croix et traversa le Jourdain en marchant sur les eaux. Ayant communié avec larmes, elle dit : « Maintenant, ô Maître, Tu peux laisser aller en paix Ta servante, selon Ta parole, car mes yeux ont vu Ton salut. Puis elle congédia Zosime, lui donnant rendez-vous l’année suivante à l’endroit de leur première rencontre.

Lorsque l’année fut écoulée, Zosime trouva à l’endroit convenu le corps de la Sainte étendu à terre, les bras croisés et le visage tourné vers l’orient. Son émotion et ses larmes ne lui permirent pas de découvrir tout de suite une inscription tracée sur le sol des mains de la Sainte, qui disait : « Abba Zosime, enterre à cet endroit le corps de l’humble Marie, rends à la poussière ce qui est à la poussière, après avoir prié pour moi. Je suis décédée le ler du mois d’avril, la nuit même de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, après avoir participé à l’Eucharistie. »

Consolé de son chagrin en apprenant le nom de la Sainte, Zosime fut étonné de constater qu’elle avait franchi en quelques heures une distance de plus de vingt jours de marche. Après avoir vainement essayé de creuser le sol avec un morceau de bois, il vit tout à coup un lion s’approcher du corps de Marie et lui lécher les pieds. Sur l’ordre du vieillard, la bête creusa de ses griffes une fosse où Zosime déposa avec dévotion le corps de la Sainte.

De retour au monastère, il raconta les merveilles que Dieu accomplit en faveur de ceux qui se détournent du péché pour revenir vers Lui de tout leur coeur. De pécheresse invétérée qu’elle était, Sainte Marie est devenue pour quantité d’âmes accablées sous le poids du péché, une source d’espérance et un modèle de conversion. C’est pourquoi les Saints Pères ont placé la célébration de sa mémoire à la fin du Carême, comme un encouragement adressé à tous ceux qui ont négligé leur salut, proclamant que jusqu’à la dernière heure le repentir peut les ramener vers Dieu.
Source:http://www.histoire-russie.fr/icone/saints_fetes/textes/marie_egyptienne.html

Evangile du jour:  Mc 10, 32-45

32 Ils étaient en route, montant à Jérusalem ; et Jésus marchait devant eux, et ils étaient dans la stupeur, et ceux qui suivaient étaient effrayés. Prenant de nouveau les Douze avec lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver :

33 « Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens,

34 ils le bafoueront, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et après trois jours il ressuscitera. »

35 Jacques et Jean, les fils de Zébédée, avancent vers lui et lui disent : « Maître, nous voulons que tu fasses pour nous ce que nous allons te demander. »

36 Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? ».

37 « Accorde-nous, lui dirent-ils, de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »

38 Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire et être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? »

39 Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez, et le baptême dont je vais être baptisé, vous en serez baptisés ;

40 quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder, mais c’est pour ceux à qui cela a été destiné. »

41 Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean.

42 Les ayant appelés près de lui, Jésus leur dit : « Vous savez que ceux qu’on regarde comme les chefs des nations dominent sur elles en maîtres et que les grands leur font sentir leur pouvoir.

43 Il ne doit pas en être ainsi parmi vous : au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur,

44 et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l’esclave de tous.

45 Aussi bien, le Fils de l’homme lui-même n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude. »

29 mar 2014

Dimanche de Jean Climaque

Posté par TB. Aucun commentaire

Quatrième dimanche du grand Carême: dimanche de Jean Climaque. Jean Climaque,  est un moine syrien du VIe ou VIIe siècle . Il a été le supérieur du monastère du mont Sinaï. Il a reçu le surnom de Climaque en raison du  traité intitulé L’échelle sainte, qu’il composa pour la formation des moines: il y décrit l’itinéraire spirituel à la manière d’une montée vers Dieu à travers trente degrés. (cf.http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Climaque).

Evangile du jour:  Mc. 9:17-31

9,17 Un de la foule lui répondit : « Maître, je vous ai amené mon fils, qui a un esprit muet.

18 Partout où il s’empare de lui, il le jette contre terre, et il écume, grince des dents et se raidit. Et j’ai dit à vos disciples de le chasser, et ils ne l’ont pu. »

19 Il leur répondit : « O génération incrédule, jusques à quand serai-je près de vous? Jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi. »

20 Et ils le lui amenèrent. À sa vue, l’esprit le jeta aussitôt à terre, et tombé sur le sol, il se roulait en écumant.

21 Et il demanda au père : « Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? – Depuis l’enfance, dit-il.

22 Et souvent il l’a jeté dans le feu et dans l’eau pour le faire périr. Mais, si vous pouvez quelque chose, venez à notre aide par pitié pour nous. »

23 Jésus lui dit : « Si vous pouvez ! Tout est possible à celui qui croit. »

24 Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Venez au secours de mon manque de foi ! »

25 Jésus, voyant accourir une foule, commanda avec force à l’esprit impur, lui disant : « Esprit muet et sourd, je te le commande, sors de lui et ne rentre plus en lui.  »

26 Et ayant poussé un grand cri et l’ayant jeté à terre avec violence, il sortit; et il devint comme mort, si bien que beaucoup disaient : « Il est mort. »

27 Mais Jésus, l’ayant pris par la main, le fit lever, et il se tint debout.

28 Lorsqu’il fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : « Pourquoi n’avons-nous pu le chasser?  »

29 Il leur dit : « Ce genre ne peut être chassé que par la prière [et le jeûne]. »

30 Étant partis de là, ils cheminèrent à travers la Galilée, et il ne voulait pas qu’on le sût,

31 car il donnait cet enseignement à ses disciples : « Le fils de l’homme va être livré entre les mains des hommes, et ils le mettront à mort, et mis à mort, il ressuscitera après trois jours. »

Kondak: Père Jean, notre maître, le Seigneur t’a élevé sur les cimes de la tempérance, comme un astre fixe et vrai pour éclairer les confins de la terre.

 

 Extraits de l’Echelle Sainte (Premier degré):

1. Il convient qu’ayant à parler ici à des Serviteurs de Dieu, je commence mon discours par son nom saint et adorable. Ainsi, Dieu, qui est notre roi suprême, a doué du libre arbitre toutes les créatures raisonnables, auxquelles Il a donné l’être et l’existence; néanmoins on doit remarquer qu’elles diffèrent les unes des autres. En effet, les unes ont mérité d’être pour toujours les amis de Dieu; les autres sont ses bons et fidèles serviteurs; les autres ne sont que de mauvais serviteurs; les autres se sont entièrement séparées de Lui; et les autres enfin sont des ennemis déclarés, et quoiqu’elles ne puissent rien contre Lui, elles ne laissent pas de Lui faire une guerre sacrilège.


37. Un jour, j’ai rencontré des gens qui vivaient assez dans l’oubli de leur salut; ils me tinrent cependant ce langage : «Comment nous serait-il possible de penser à la vie religieuse et solitaire, nous qui sommes obligés de vivre avec nos femmes, et qui sommes accablés sous le poids de nos affaires temporelles ?» Je me contentai de leur répondre : «Ne manquez pas de faire exactement toutes les bonnes œuvres que vous pourrez; fuyez le mensonge avec horreur; que l’orgueil ne vous fasse mépriser personne; n’ayez de haine contre personne; assistez régulièrement aux offices de l’église; soyez charitables et bienfaisants pour les pauvres, ne scandalisez jamais vos frères; respectez la femme de votre prochain, et que chacun de vous se contente de la sienne : si vous agissez, et que vous viviez ainsi, vous ne serez pas loin du royaume des cieux.»

source: http://o.sagesse.over-blog.com/article-degres-1-a-3-du-renoncement-au-monde-91944421.html

 

 

22 mar 2014

Dimanche de la sainte croix

Posté par TB. Aucun commentaire

Le troisième dimanche du grand Carême (qui tombe cette année le 23 mars ) est celui de la sainte croix. On lit l’évangile selon saint Marc: 8,34-9,1 Durant ce dimanche, le service divin comprend un rituel spécifique de vénération de la Croix qui prépare les fidèles à la commémoration de la Crucifixion du Christ durant la Semaine Sainte et de sa Résurrection. (cf.http://fr.wikipedia.org/wiki/Dimanche_de_la_Croix).

8,34 Appelant à lui la foule en même temps que ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.

35 Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Evangile la sauvera.

36 Que sert donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il ruine sa propre vie ?

37 Et que peut donner l’homme en échange de sa propre vie ?

38 Car celui qui aura rougi de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi rougira de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »

9,1 Et il leur disait : « En vérité je vous le dis, il en est d’ici présents qui ne goûteront pas la mort avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu avec puissance. »

Kondak: Le glaive de feu ne garde plus la porte de l’Eden. Par une étrange extinction, le bois de la Croix l’a supprimé. L’aiguillon de la mort et la victoire de l’enfer sont anéantis. Tu es descendu ,ô mon Sauveur , pour crier à ceux qui étaient chez Hadès: Venez et entrez à nouveau dans le Paradis!

Le 3ème dimanche du Grand Carême est appelé « La vénération de la Croix. » Lors de la Vigile de ce jour, après la Grande Doxologie, la Croix est apportée en procession solennelle au centre de l’église et y demeurera toute la semaine durant – il y aura un rite spécial de vénération à la suite de chaque office. Il est remarquable que le thème de la Croix qui domine l’hymnologie de ce dimanche est développé en termes non pas de souffrance mais de victoire et de joie. Plus encore, les chants donnant le thème (hirmoi) du Canon du dimanche sont issus de l’Office Pascal – « Le Jour de la Résurrection » – et le Canon est une paraphrase du Canon de Pâques. La signification de tout ceci est claire. Nous sommes à la mi-Carême. D’un côté, l’effort physique et spirituel, s’il est effectué de manière sérieuse et constante, commence à être ressenti, son fardeau commence à être pesant, notre fatigue plus évidente. Nous avons besoin d’aide et d’encouragement.
D’un autre côté, ayant enduré cette fatigue, ayant gravi la montagne jusqu’à ce point-ci, nous commençons à voir la fin de notre pèlerinage, et les rayons de Pâques commencent à croître en intensité. Le Carême est notre propre crucifixion, notre expérimentation, aussi limitée soit-elle, du commandement du Christ entendu dans l’Évangile de ce dimanche : « Si quelqu’un veut Me suivre, qu’il renonce à lui-même, prenne sa croix et Me suive » (Marc 8,34). Mais nous ne savons pas prendre notre croix et suivre le Christ à moins que nous n’ayons Sa Croix, qu’Il a prise pour nous sauver. C’est Sa Croix, et pas la nôtre, qui nous sauve. C’est Sa Croix qui donne non seulement signification mais aussi puissance aux autres.
cf. http://stmaterne.blogspot.com/2007/03/p-schmemann-3me-dimanche-du-carme.html  et aussi:  Le Grand Carême, de P. Alexander Schmemann.  (voir: http://www.orthodoxie.com/lire/recension-alexandre-schmemann-le-grand-careme/).