Un message Pascal

 

 

Message Pascal 2017
Où est la Résurrection ? Où est l’amour ? Où est la joie ? Où est la paix ? Où est le salut ?
Terrifiante est la mort, difficile la souffrance.
Certes, la jouissance charnelle est attrayante ; mais elle est frivole.

Posséder est le filet du diable pour capturer les âmes humaines.                           AnastasisP_97« …veillez et priez, car vous ne savez pas quand
ce temps sera. » ( Mc 13 : 33)
Quel est donc le remède ; où est la vérité, sinon
chez Jésus, toujours Souffrant et Ressuscité ;
sinon en vivant une résurrection perpétuelle, en
effectuant un passage constant entre la
souffrance et la joie, en se faisant violence, en
vivant dans la vigilance, en priant sans cesse par
l’invocation du nom de Jésus « Seigneur Jésus
Christ Fils du Dieu Vivant aie pitié de moi », en
se souvenant toujours dans la présence de Dieu.
Tel est le défi de nos jours, en cette époque assourdissante et folle : remplacer le désir du monde par le désir de Dieu, la folie des mondanités par la folie des choses célestes et le charnel par le spirituel. C’est se souvenir
toujours l’appel de l’Apôtre Paul : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; encore une fois, je vous le dirai: réjouissez-vous… le Seigneur est proche ». C’est être consolé avec ceux qui vivent la simplicité en Christ, les pauvres d’esprit, les nécessiteux de Dieu, ainsi que les faibles psychiquement (malades mentaux), avides de rétablissement : « Et Jésus allait par toutes les villes et par les villages, enseignant dans leurs synagogues, et prêchant l’évangile du royaume » (Mt9 : 35).
Par la charité sans retour, par le service, par la bienfaisance. Il est dit dans
l’écriture sainte : « Rachète tes péchés par la charité ». C’est là que se trouve Jésus le Souffrant et Jésus le Ressuscité ; c’est là-bas que nous communions à son Corps et son Sang précieux, et non seulement dans l’Eglise. Là sont notre consolation, notre joie et notre salut, là où on l’on rencontre le Christ Ressuscité en nous et dans le prochain.
************************************************************
« La plénitude du temps est venue », car nous avons reçu une vie nouvelle par le Christ Ressuscité. Nous n’attendons rien d’autre. Saint Séraphim de Sarov disait :
« Ma joie ! Christ est ressuscité ! La Résurrection du Christ. La Résurrection du Christ inaugura un nouveau cosmos ; la matière revêt la lumière du Christ. Le Cosmos revêt la lumière du Christ et le Christ n’est vêtu que de lumière. C’est la résurrection cosmique.
Par sa Résurrection, le Christ a inoculé une nouvelle vie dans le monde par l’amour de Jésus Christ. Les chrétiens vivaient par quelque chose de plus fort que la mort.
Contemplez les martyrs : comme ils étaient heureux en allant vers la mort. De même, vous, pieux chrétiens de notre mode contemporain, répandus aux quatre coins de la terre, vous êtes martyrs du Christ par votre défi du monde pris en esclavage au matériel, au charnel et au pouvoir en demeurant fidèlement attachés à l’Evangile et aux Saints Pères. Réjouissez-vous et tressaillez de joie, car votre récompense est grande dans les cieux !
Christ est ressuscité !
†Efrem,
Mgr de Tripoli, Koura et leurs dépendances (Liban)

Sur la vie monastique.

 

Source : http://www.pravmir.com/monasticism-21st-century-viable-alternative-forgotten-ideal/

Un frère alla voir Abba Joseph et lui dit : «Abba, autant que je peux, je dis ma règle de prière, je jeûne un peu, je prie et médite, je vis en paix autant que je peux, je purifie mes pensées. Que puis-je faire d’autre ? »Alors le vieillard se leva et tendit les mains vers le ciel. Ses doigts devinrent comme dix lampes de feu et il lui dit : « Si tu veux, tu peux devenir toute flamme. »

 

C’est ce qu’est le monachisme : un désir de Dieu qui ne connaît aucune limite. C’est le début de l’Age à venir, du Royaume des Cieux encore ici sur terre. L’Église appelle le monachisme la vie angélique. Selon la tradition sainte, au IVe siècle un ange apparut à saint Pacome, le premier des moines qui luttait dans le désert égyptien pour établir une communauté monastique, et lui donna une tablette de bronze inscrite avec une règle pour ses moines à suivre. Depuis les temps apostoliques jusqu’à nos jours, des milliers, des centaines de milliers, probablement des millions de personnes ont laissé tout ce qu’ils ont et méprisé tout ce que ce monde a à leur offrir pour suivre le Christ et vivre les Évangiles plus pleinement.

 

Parfois, cette impulsion a été plus forte, parfois plus faible, et les saints Pères parlent du monachisme comme baromètre de la vie spirituelle dans l’Église. Lorsque la vie monastique s’épanouit, les fidèles s’épanouissent réellement spirituellement et inversement, quand peu de gens trouvent l’inspiration dans l’idéal monastique, les monastères diminuent et sont ignorés, la vie spirituelle parmi les fidèles décline.  À la fin du IVe siècle, quand la persécution des chrétiens a cessé et que l’Église a connu la paix pour la première fois, le zèle des convertis ne s’était pas refroidi et beaucoup de chrétiens voulaient tout donner au Christ, le monachisme devint même un mouvement de masse.

 

Un des écrivains voyageurs de l’époque, saint Palladius, raconte sa visite à « Oxyrhynchus, une des villes de la Thébaïde (en Egypte). Il est impossible – dit-il – de rendre justice aux merveilles que nous avons vues là-bas. Car la ville est si pleine de monastères et les murs mêmes résonnent avec les voix des moines. D’autres monastères l’entourent à l’extérieur … Les temples de la ville sont remplis de moines ; chaque quartier de la ville est habité par eux … Les moines sont presque la majorité par rapport aux habitants séculiers … et il n’y a pas d’heure du jour ou de la nuit où ils n’offrent pas des actes d’adoration à Dieu … Que peut-on dire de la piété des gens, qui, quand ils ont vu que nous étions des étrangers…. nous ont approchés comme si nous étions des anges? Comment peut-on donner une idée adéquate de la foule de moines et de moniales qu’on ne peut plus compter ? Cependant, autant que nous pourrions nous assurer auprès du saint évêque de ce lieu, nous dirions qu’il avait sous sa juridiction 10.000 moines et 20.000 moniales. Il est hors de mon pouvoir de décrire leur hospitalité et leur amour pour nous. En fait, chacun d’entre nous avait nos manteaux déchirés par des gens qui nous tiraient pour nous faire aller et rester avec eux.

 

Plus proche de notre époque, en Russie en 1907, vers la fin du renouveau spirituel du 19ème siècle et avant la Révolution, il y avait 24.000 moines et 66.000 moniales, environ 90.000 monastiques, vivant dans 970 monastères. En comparaison, la campagne française, où se trouve mon monastère, est parsemée de monastères vides et en ruines, restes de l’Âge de la Foi, comme les historiens l’appellent le Moyen Âge. Ils témoignent d’une aridité spirituelle …il y a (ici) plus de gens qui croient en l’astrologie que dans le Christ (…) La scène à Ottawa lorsque j’arrivais, ne ressemble en rien de tel à la scène d’Oxyrhynchus lorsque saint Palladius traversa les portes de la ville .On peut probablement voyager partout au Canada ou en Amérique et ne pas voir un seul monastère ni rencontrer un moine ou une moniale .

 

Mais le monachisme est-il complètement une cause perdue aujourd’hui ? Certes, pour des yeux modernes, le moine est de plus en plus une figure du passé, quelqu’un d’idiot et d’excentrique. On pense à la chanson « roly-poly le frère Tuck » de Robin des Bois ou aux moines sinistres et meurtriers du roman « Le Nom de la Rose ». Le mot «religieuse» fait penser à Mère Thérèsa ou à des films stupides sur des femmes belles mais plutôt muettes portant des vêtements étranges et inconfortables. Même dans un esprit plus orthodoxe, le mot «monastique» appliqué à notre époque rappelle l’image de saint Jean de Shanghai, du p. Seraphim Rose(+1982), ou de la Nouvelle Martyre la Grande-Duchesse Elizabeth (+1918), et nous nous demandons ce que ces saints peuvent avoir en commun avec nous. Y a-t-il quelque chose dans leurs vies et expériences des aspects pertinents ou applicables, et comment pouvons-nous, nous les chrétiens orthodoxes du 21 e siècle, oser même les imiter?

Les Paroles des Pères du Désert et la vie des fondateurs du monachisme abondent avec de durs avertissements comme quoi le monachisme, et en particulier l’ascétisme strict des siècles passés, sera à peu près impossible dans les derniers temps. Une fois, quand les saints Pères faisaient des prédictions sur la dernière génération, ils disaient : «Qu’avons-nous fait?» L’un d’eux, le grand Abba Ischyrion, répondit : «Nous avons accompli les commandements de Dieu». «Et ceux qui viendront après nous, que feront-ils?» Il  dit alors: «Ils lutteront pour réaliser la moitié de nos œuvres.» Ils demandèrent : «Et ceux qui viendront après eux, qu’arrivera-t-il ? ». Les hommes de cette génération n’accompliront aucune œuvre et la tentation viendra sur eux ; et ceux qui persévéreront en ce jour seront plus grands que nous ou nos pères ». Lire les instructions de St. Ignace Brianchaninov pour les monastères contemporains, publié pour la première fois il y a un peu plus d’un siècle et connu en anglais sous le nom de « The Arena », (Le Combat Spirituel) peut être franchement déprimant. «Nous sommes extrêmement faibles, dit-il, tandis que les tentations qui nous entourent ont énormément augmenté … L’activité spirituelle nous est tout à fait inconnue. Nous sommes complètement absorbés dans l’activité corporelle et cela dans le but d’apparaître pieux et saint aux yeux du monde et d’obtenir sa récompense. Nous avons abandonné le chemin dur et étroit du salut … nous les moines sommes abaissés plus que n’importe quelle nation, et nous sommes humiliés sur toute la terre aujourd’hui pour nos péchés … « À la fin de l’ouvrage « le Combat Spirituel » Saint Ignace utilise l’image de mendiants mangeant les restes laissés par un banquet somptueux pour décrire les moines des derniers jours, où le Seigneur leur dit: «Frères, en prenant mes dispositions pour le banquet, je ne vous avais pas en vue. Je ne vous ai donc pas donné un bon dîner, et je ne vous donne pas les dons qui ont été donnés selon un objectif que Moi seul peut comprendre. « Si aujourd’hui quelqu’un ose même penser au monachisme alors tout autour lui, à la fois aussi bien le monde que les « orthodoxes » de l’Église semblent lui dire : «Oubliez ! N’essayez même pas ! C’est absolument inutile !

 

Cependant en dépit des épreuves et des conseils à ne pas s’engager (dans la vie monastique) même de la part de sources orthodoxes les plus autorisées, beaucoup de gens choisissent encore de tout laisser ainsi que le monde derrière soi, de prendre la croix des luttes monastiques et de suivre notre Sauveur. Je ne pense pas qu’il soit trop optimiste pour parler d’une sorte de renaissance du monachisme à notre époque. Durant les 20 ans que j’ai lutté dans la vie monastique mon monastère a doublé en taille. Chaque semaine, nous recevons des lettres et des appels téléphoniques de femmes et de filles qui veulent venir, entrer ou apprendre davantage sur notre vie. Elles recherchent clairement une vie spirituelle plus profonde et plus intense et une certaine forme de dévouement. Nos monastères en Terre Sainte se développent et s’épanouissent. Depuis les années de la Perestroïka en Russie, des centaines, sinon des milliers de monastères ont été ouverts. Quand je voyage là-bas, dans la rue dès que je fais quelques pas il y a quelqu’un vient me demander d’où je suis, de quel monastère, on me demande des prières, un mot de conseil ou de consolation. Ils versent des larmes à la vue même d’une moniale et des listes de noms de sont glissées dans mes mains, ainsi que leurs derniers kopecks et roubles. Un écrivain très sérieux a noté avec surprise qu’en Russie il y a plus de touristes qui visitent des monastères que les expositions, les musées ou les zoos.

 

Ce qui continue à attirer les gens vers ce mode de vie est essentiellement un mystère, quelque chose dont même les plus saints moines parlent avec crainte et tremblement. En premier, le monachisme est la voie du repentir. Pas le genre de repentir quand nous ne cessons de soupirer et de nous sentir désolés par les mauvaises choses que nous avons faites et ensuite passer rapidement à l’élément suivant de notre liste de choses à faire, ou bien marmonner une liste de péchés à la confession afin que nous puissions participer à la communion ; c’est plutôt le genre qui signifie un retournement complet, une conversion, un changement profond de style de vie. C’est le repentir du Fils Prodigue des Evangiles, qui se rend compte que tout son mode de vie a été profondément faux, et qui laisse tout derrière pour rentrer chez son père pour demander pardon. Le service de la tonsure monastique commence par une prière paraphrasant cette parabole : «Hâtez-vous de m’ouvrir Votre étreinte paternelle, car comme le Prodigue j’ai gaspillé ma vie. Dans la richesse sans faille de ta miséricorde, ô Sauveur, ne repousse pas mon cœur dans sa pauvreté. Car c’est avec tant de compassion que je crie à Toi, ô Seigneur : Père, j’ai péché contre le ciel et contre Toi. »C’est ce désir de l’étreinte de notre Père céleste, de son pardon et d’une demeure avec Lui qui fait encore que des personnes tournent leurs dos à leurs vies précédentes et entreprennent de marcher le long de cette route rocailleuse.

 

Le premier pas dans cette voie est le renoncement au monde, le laissant derrière. Cela ne signifie pas simplement quitter l’école ou votre emploi, fermer votre compte bancaire, se déplacer à un monastère, s’habiller en noir et de dire vos prières. Selon les saints Pères, le terme «monde» signifie la somme totale de toutes nos passions, attachements, opinions, petits goûts et aversions ; de  tout ce qui nous éloigne de Dieu et nous empêche de discerner sa volonté. «Personne ne peut se rapprocher de Dieu, si ce n’est celui qui s’est séparé du monde. Mais j’appelle la séparation non le départ du corps, mais le départ des affaires du monde », dit saint Isaac le Syrien, l’un des plus grands pères monastiques de tous les temps. « … Celui qui communie avec le monde ne peut avoir de communion avec Dieu, et une personne qui s’inquiète du monde ne peut avoir de souci pour Dieu », poursuit-il. « Si vous aimez vraiment Dieu », commente saint Jean de l’Échelle, un autre guide monastique, « et si vous languissez pour atteindre le Royaume qui est à venir, si vous avez de la peine à cause de vos manquements et que vous êtes conscients de la sanction et du jugement éternel. Si vous avez vraiment peur de la mort, alors il ne sera pas possible d’avoir un attachement, une inquiétude, un souci de l’argent, des possessions, des relations familiales, un intérêt pour la gloire mondaine, de l’attachement à sa fratrie, bref de tout ce qui est de la terre … Libéré de toutes ces pensées, n’en tenant plus compte , alors on peut se tourner librement vers le Christ …  »

 

À ce stade, la question la plus courante est «comment puis-je savoir?» Comment puis-je savoir que je suis appelé à la forme particulière de renoncement au monde que représente le monachisme ? Nous devons tous quitter le monde dans le sens de lutter pour surmonter nos passions d’une manière ou d’une autre ; Il n’y a aucun doute à ce sujet. Mais comment peut-on être sûr que le Seigneur veut qu’on le fasse en embrassant la vie monastique ? Comment discerner la volonté de Dieu dans ce cas ? Il est très vrai qu’il n’y a pas de «type monastique» spécifique ou de trait de caractère particulier qui définit quelqu’un comme candidat. Mon monastère a toutes sortes de personnes : des gros, des minces, des vieux, des jeunes, des extravertis, des très timides, des éduqués, des personnes qui n’ont pas terminé le cycle scolaire du lycée, des doux, et d’autres qui peuvent être franchement méchants parfois. Elles pratiquaient toutes sortes de métiers : l’une était rédactrice de revues, l’autre une couturière, une était une semi-professionnelle de basket, une autre a un doctorat, une des moniales les plus jeunes est venue à nous pratiquement directement de la rue. Certaines ont eu des enfances heureuses, d’autres ont détesté leurs parents, certaines ont brillamment réussi leurs vies professionnelles alors que d’autres détestaient leur travail. Mais tous, à un moment ou à un autre, se sont convaincues de la nécessité de tout abandonner et de commencer la route vers leur Père céleste.

 

Les gens parlent souvent de vocations et d’appels, en supposant qu’il doit y avoir une sorte d’expérience mystique pour vous convaincre de devenir monastique. Il est vrai que beaucoup de monastiques peuvent regarder en arrière à un événement particulier qui a été le tournant dans leur vie. 9 fois sur 10, il n’y a rien vraiment de surnaturel à ce sujet. Si vous entendez des voix ou voyez des anges probablement le dernier endroit auquel vous pouvez appartenir est un monastère ! Une de nos sœurs a pris sa décision lors d’un acathiste devant une icône miraculeuse de la Mère de Dieu. Tous ses amis étaient allés danser ce soir-là, mais elle a choisi d’assister à cet acathiste, et au milieu de l’acathiste, elle a senti que ce temps passé à écouter l’acathiste était bon. Beaucoup mieux que si elle était partie danser, et qu’il serait logique de le faire à plein temps, pour ainsi dire. Une autre sœur a été émue par l’exemple de deux moniales rencontrées à la cathédrale du Synode à New York. Elles étaient là pour recueillir de l’argent pour la Terre Sainte. Quelqu’un de la paroisse les a attaqués sans raison, les accusant de prendre la nourriture de la cuisine sans permission. La plupart d’entre nous auraient essayé de raisonner et d’expliquer l’erreur, mais une des moniales, dans un bel exemple d’humilité monastique, a simplement fait une prostration et a supplié le pardon. Le fait qu’il y ait vraiment des gens aujourd’hui qui essaient de faire ce que les Evangiles enseignent était une vraie révélation, et moins d’un an après cette fille était une novice. Quelqu’un d’autre a été « secoué » par un passage de Saint-Jean Cassien. Une de nos moniales parmi les plus âgées a pris sa décision quand son curé de la paroisse lui a demandé si elle connaissait quelqu’un qui pourrait envisager de devenir moniale. C’était peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, et cette personne avait supposé qu’il ne restait plus de monastères, que le monachisme n’était même pas une possibilité. Et quand le prêtre a demandé, tout s’est arrangé pour elle.

 

Même s’il y a un tel moment (un appel), le choix et la décision de suivre un chemin monastique est presque toujours une période de lutte réelle, de doutes, de craintes et de tentations. Beaucoup de monastiques que je connais, quand la première pensée leur est venue, ne voulaient rien y faire et furent choqués par l’idée. Les saints Pères soulignent qu’il n’y a rien que le malin hait autant que le monachisme et qu’il fait tout son possible pour détourner quelqu’un de ce chemin.

Si vous êtes spirituellement alerte, vous pouvez pratiquement le « voir » (le malin) au travail à ce point. J’ai connu des gens qui ont obtenu des offres d’emploi incroyables, ou bien ont reçu d’énormes quantités d’argent, des propositions de mariage de personnes belles et riches. Une sœur plus âgée que je connaissais dont le mari avait disparu depuis 20 ans, se retrouve sur le seuil de sa maison la veille de son départ pour le monastère. Une autre avait son fils qui menaçait de se tirer une balle, la mère de quelqu’un d’autre s’est laissée affamer pendant 6 semaines. Si vous parlez aux monastiques, vous verrez que les faits sont plus étranges que la fiction ! Malgré les épreuves, il y a une conviction croissante qu’il n’y a rien d’autre que vous pouvez faire, que peu importe, la vie monastique est la seule alternative viable. Et cela vous harcèle jusqu’à ce qu’il n’y ait pas d’autre solution.

Une fois qu’un moine s’échappe du monde, il commence à essayer de penser enfin clairement et de se concentrer sur les choses qui détermineront son destin éternel. Il commence à vraiment comprendre et à sentir que nous, misérables pécheurs, périssons vraiment, que nous avons désespérément besoin d’un Rédempteur et de Quelqu’un pour guérir nos âmes, et qu’en Lui seul est la vie, que tout est vide et insensé. Il commence à vraiment sentir et à expérimenter cela, pas seulement pour dire les mots. Seulement quand une personne cesse d’écouter le bruit et le cliquetis du monde, détourne les yeux de ses couleurs sauvages, psychédéliques, et quand il surmonte la gueule de bois que le monde vous laisse alors il commence à se voir clairement et à discerner le  sens et le but de la vie sur cette terre et de lutter contre son ennemi, le mal. Saint Jean de l’Échelle nous dit: «Tous ceux qui entrent dans le bon combat, la vie monastique, dure et douloureuse, mais aussi facile, doivent se rendre compte qu’ils doivent sauter dans le feu, s’ils … attendent que le feu céleste demeure en eux … que chacun se mette à l’épreuve, puis mange le pain de la vie monastique avec ses herbes amères … et boive la coupe avec ses larmes … Oui, c’est vrai. La vie monastique n’est pas «amusante». La plupart d’entre nous, en particulier ceux qui ont dû passer par une épreuve sévère pour quitter le monde, éprouvent une période de «lune de miel», quand vous avez enfin fait le plongeon, rompu avec le monde et arrivé à un monastère. C’est un tel soulagement d’avoir tout cela derrière vous et d’avoir enfin commencé sur le chemin.Tout semble merveilleux, vous êtes plein de zèle, et vous pouvez pratiquement voir la grâce, elle est si abondante. Pour certains monastiques, cette étape peut durer des années. Mais tôt ou tard, la réalité frappe et vous voyez que tout ce qui a été écrit sur les difficultés de la vie monastique n’est pas seulement des mots de fantaisie ou des phrases symboliques ou allégoriques. Ce n’est pas le côté physique qui est dur. Avec un peu d’effort et de discipline, tout le monde peut apprendre à se lever tôt et à se tenir debout pendant de longs services religieux, à faire des prosternations et à travailler dur pour des tâches que vous n’aimez pas forcément. Beaucoup de gens dans le monde ont une vie beaucoup plus difficile dans ce sens. C’est la rencontre avec vous-même et qui vous êtes réellement et la lutte pour changer cela, c’est le lent mais douloureux, jour par jour, minute par minute travail du moine. Le travail se fait en grande partie grâce à nos contacts et aux conflits avec d’autres personnes. Saint Jean de l’Échelle est très raide à ce sujet : « …ridiculisé, raillé, moqué, vous devez accepter le refus de votre volonté. Vous devez patiemment endurer l’opposition, souffrir la négligence sans plainte, supporter l’arrogance violente. Vous devez être prêt pour l’injustice, et ne pas pleurer quand vous êtes calomniés. Vous ne devez pas être en colère à cause du   mépris et vous devez montrer l’humilité quand vous avez été condamné. » Pour la plupart d’entre nous le plus difficile élément dans tout cela est d’abandonner sa propre volonté. Dans l’une des citations les plus citées Abba Dorothée (de Gaza), un autre grand maître de la vie monastique : «Je ne connais aucune chute qui arrive à un moine qui ne vienne pas de sa confiance à sa propre volonté et à son propre jugement … Connaissez-vous quelqu’un qui est tombé? Soyez sûr qu’il s’est dirigé tout seul… rien n’est plus grave … rien n’est plus pernicieux.  »

Quand j’étais une jeune novice, je me fâchais vraiment des écrits des saints Pères et de la répétition constante du fait que dans les derniers jours, les moines ne pourront pas faire de grands exploits ascétiques, mais qu’ils travailleront à leur salut par la patience et la longanimité. «Comme c’est ennuyeux !» Je pensais. «Sûrement si nous mettons tout notre esprit et toute notre intelligence, nous pouvons le faire, aussi ! Comment se fait-il que tout ce que nous sommes autorisés est de s’asseoir et d’être patient ? « Le secret ici est que c’est vraiment une grande miséricorde du Seigneur. Aujourd’hui, nous sommes non seulement non-chrétiens dans notre approche de la vie, mais dans nos pensées, nos paroles et nos actions, nous sommes absolument anti-chrétiens. Si le Seigneur nous accordait la grâce et nous donnait la force d’accomplir même un dixième des exploits ascétiques des temps précédents, non seulement nous ne profitions pas, mais l’orgueil et la vanité qui en résulteraient nous conduiraient directement à la perdition. Cela est particulièrement vrai dans le monachisme, où, pour l’inexpérimenté, le travail intensif sur soi est très facile à confondre avec l’auto-analyse comme le   «soyez bien avec vous-mêmes» que des « guides » enseignent aujourd’hui.

 

Prenons, par exemple, le concept des «humeurs». Ce n’est pas un concept orthodoxe. Nous n’avons pas d’humeur, nous sommes infligés par des passions et nous nous efforçons d’acquérir des vertus. «Être de mauvaise humeur» ne peut jamais excuser votre comportement dans un monastère. Cela peut être très difficile pour un novice à accepter. De même, nous n’avons aucun «droit». Nous avons des obligations et des obédiences, et nous devons les accomplir pour le Seigneur lui-même, mais personne ne nous doit rien. De même, on ne peut s’attendre à être «heureux» et «accompli». Nous arrivons à un monastère pour pleurer nos péchés. Aujourd’hui, presque tout est «ennuyeux». Nous avons tout essayé, nous sommes tenaces et très assurés. Pour guérir l’ennui, certaines personnes décident d’essayer le monachisme -les jeunes surtout- et ces personnes ne veulent rien de plus que d’enregistrer une impression, provoquer une sensation. Quoi de plus sensationnel que d’avoir soudainement tous vos amis vous voir avec 15kg en moins, drapé de noir, serrant une corde de prière, exposant la sagesse spirituelle ? Ce qu’il y a de pire que tous, dans notre temps, c’est que les gens sont plus fiers (orgueilleux) que jamais. Nous sommes fiers de nos vertus imaginaires, nous sommes même fiers de nos péchés. Et surtout, nous sommes fiers de nos esprits. Nous nous voyons comme de grands penseurs, qui comprennent les psychologues, les philosophes brillants, et qui bien sûr peuvent comprendre toutes les vérités monastiques les plus fines et les plus profondes beaucoup plus profondément que ceux qui nous ont précédés. Les notions d’humilité, d’obéissance, d’auto-condamnation, de douceur et de renoncement à sa volonté propre étaient «inutiles» (car elles allaient de soi) pour les chrétiens orthodoxes, mais aujourd’hui il faut les apprendre. Un des nouveaux martyrs russes, Vladyka Varnava Beliaev, a écrit qu’il faut 30 ans pour que quelqu’un commence à être un moine. Cela a été dit il y a 80 ans ; Aujourd’hui, il en faut 40 ou 50!

Alors, pourquoi ça en vaut vraiment la peine ? Je me souviens du métropolite Philarète, paraphrasant saint Jean de l’Échelle, en disant : «Si tout le monde savait combien c’est difficile dans les monastères, personne ne voudrait jamais y aller. Mais s’ils connaissaient les joies et les récompenses de la vie monastique, ils courraient tous. Et c’est vrai, les récompenses et les bénédictions sont vraiment là. Un des Anciens d’Optina, St. Barsanuphe, a enseigné, «la vraie béatitude ne peut  être acquise uniquement dans un monastère. Vous pouvez être sauvés dans le monde, mais il est impossible d’être complètement purifié. Ou de se lever et de vivre comme les anges et de vivre une vie spirituelle créatrice dans le monde. Tous les chemins du monde … Les lois détruisent ou du moins ralentissent le développement de l’âme. Et c’est pourquoi les gens ne peuvent atteindre la vie angélique que dans les monastères … Le monachisme est bénédiction ; l’état le plus béni qui soit possible pour une personne sur cette terre. Il n’y a rien de plus élevé que cette béatitude, parce que le monachisme vous donne la clé de la vie spirituelle.  »

 

Dans quoi trouvons-nous cette béatitude ? Il y a la connaissance que chaque jour de votre vie et chaque minute de votre journée sont sanctifiés et importants devant Dieu. Même vos «mauvais» jours et vos jours vraiment faibles ont un sens devant Lui. Tant que vous vivez la vie consciemment il n’y a pas de temps perdu. Il y a la solennité et la beauté des Services Divins de notre Eglise, qui est vraiment le commencement de la vie du Ciel encore ici sur terre. Dans le monde, notre présence à l’Église est toujours un temps « volé » loin des affaires du monde, un répit bienvenu, une sorte de traitement spirituel. Dans le monastère, les services déterminent les modèles mêmes de la vie, et ils sont la vie réelle ; tout le reste est temps volé loin d’eux. Ils nous nourrissent, nous instruisent, et dans un certain sens même nous divertissent. Quand je suis entré dans le monastère une de mes plus grandes peurs était que finalement je trouve les services ennuyeux – la même chose, d’année en année, et pour toujours. Au contraire, je constate qu’ils contiennent une telle richesse et tant de niveaux, chacun plus profond que le précédent, qu’une vie est loin d’être suffisante pour commencer à les apprécier. Les saints sont devenus mes amis et mentors, je fais l’expérience des fêtes différemment chaque année, chaque Grand Carême et chaque Pâque sont une révélation complètement nouvelle. Surtout, dans le monachisme, il y a ce que saint Théophane le Reclus a appelé «être sûr que Dieu vous garde comme Lui appartenant». Si vous acceptez les manières du Seigneur comme votre vie, votre conscience sera bientôt illuminée avec la connaissance que Lui, aussi, vous a accepté comme à Lui. Je me souviens de la nuit que j’ai passée dans l’église après ma tonsure, après avoir fait mes vœux monastiques. J’avais le sentiment si vif que le Seigneur était avec moi, il semblait que le Ciel était littéralement au coin de la rue, que si j’ouvrais la porte de l’église, il serait là. Ce n’était pas un sentiment ; Je le savais.

 

Il n’y a rien de plus beau que la manière dont les monastiques meurent. La plupart de nos sœurs meurent après avoir reçu la Sainte communion, entourée de toute la communauté, par des prières, des chants et des larmes. Pas les larmes désespérées du monde, mais des larmes de la séparation avec une amie et une sœur, même si c’est juste pour un quelque temps. Le service funèbre d’un moine, tout à fait différent de celui d’un laïc, est une leçon sur la vie monastique et l’espoir solidement ancré de la vie éternelle qu’il représente plutôt qu’une méditation sur la mort. Pour ceux qui passent leur vie sur le seuil de l’Age à venir la mort c’est simplement entrer dans la pièce voisine.

 

Nous renonçons à beaucoup de choses dans la vie monastique. Mes bras ont souffert après avoir porté les enfants de mes amis, sachant que je ne vais jamais serrer les miens. Mais le Seigneur m’a donné beaucoup d’enfants spirituels parmi les jeunes novices avec lesquelles je travaille au monastère. Un moine ne connaîtra jamais l’intimité particulière et la proximité qui est la bénédiction d’un mariage orthodoxe. Et une personne mariée ne connaîtra jamais la parenté spirituelle d’une communauté monastique. Il n’y a pas de vacances dans la vie monastique, pas d’arrêt maladie, pas de congés. Mais chaque jour est une fête.

 

Le «monachisme», dit un des aînés d’Optina , «soutient le monde entier. Et quand il n’y aura plus de moines, le jugement universel sera sur nous ».

 

Et pour ceux d’entre nous qui sont attirés par ce mode de vie il n’y a tout simplement pas d’autre moyen de vivre. Un écrivain l’a décrit ainsi : «Certaines personnes sont très unies par la nature. Et il y a des idées qui imprègnent la vie de ces gens jusqu’au dernier détail. Tout ce qui est beau, joyeux et de consolation dans cette vie est éclipsé pour eux par la mémoire d’une chose, par une seule pensée : celle du Christ Crucifié. Peu importe la luminosité du soleil, la beauté de la nature, la création de Dieu, la tentation des lieux lointains, ils se souviennent que le Christ a été crucifié, et que tout est faible en comparaison. Nous pouvons entendre la plus belle musique, les discours les plus inspirés, mais ces âmes entendent une chose : le Christ a été crucifié, et  qu’est-ce qui peut jamais étouffer le son des clous martelés dans sa chair ?  Décrivez-leur le bonheur d’une vie de famille, d’un mari ou d’une femme bien-aimée, des enfants, mais le Christ a été crucifié, et comment ne pas montrer au Seigneur qu’il n’est pas seul, nous ne l’avons pas abandonné. Il y a ceux qui sont prêts à oublier tout dans le monde afin de se tenir près de sa croix, de souffrir sa souffrance et de s’étonner de son sacrifice. Pour eux, le monde est vide, et seul le Christ Crucifié parle à leur cœur. Ils savent quelle douceur ils goûtent encore sur cette terre en participant à l’éternel mystère de la Croix et ils entendent seulement ce qu’Il leur dit quand ils viennent à Lui après une vie pleine de difficultés incompréhensibles et de joie inexplicable.

 

Mère Ephrosynia

Monastère de Lesna, Provemont, 5/18 décembre 2000.

Saint Sabbas le Sanctifié