johansen l’homme qui corrigeait les erreurs des gens

C’est un mardi matin.
D’habitude, nous tenons un service d’intercession pour les malades dans notre chapelle du village juste en face de l’hôpital ce jour-là. J’arrive généralement juste avant le début du service, je mets mes vêtements sacerdotaux , je bénis ceux qui sont présents et je commence à célébrer. Puis certains me demandent d’entendre leurs confessions. Je donne la communion aux malades ou bien je parle simplement avec les gens. Ce matin-là, on m’a demandé de célébrer une litie pour des défunts. J’ai alors allumé la plaque chauffante, j’ai sorti du charbon de bois de la boîte et l’ai mis sur la plaque. Pendant que j’attendais que le charbon de bois s’allume, une fille d’une dizaine d’années est venue vers moi et m’a touché à la manche. «Un homme à l’extérieur vous appelle,» et elle pointa son doigt vers la porte d’entrée. «Un homme m’appelle? Pourquoi n’entre-t-il pas? La fille haussa les épaules. « Je ne sais pas. Il vous appelle.  » Je suis sorti et j’ai vu un homme petit, mince et âgé d’environ soixante-cinq ans. Il se tenait sur le chemin qui mène à la chapelle, tenant à deux mains une grande boîte à icônes en bois et la serrant contre sa poitrine. Son visage me semblait familier. Je me suis souvenu que je le voyais souvent fouiller dans les poubelles, ramasser des canettes vides de bière et de boissons énergisantes. Une veste surdimensionnée, clairement ramassée dans un tas d’ordures, et un manteau tout aussi usé le faisaient ressembler à un clochard. En  passant près des poubelles et le voyant trier le contenu des sacs à ordures, je l’ai toujours salué et j’ai toujours continué sans m’arrêter. S’arrachant à son travail, il regardait dans ma direction avec ses yeux à moitié aveugles, luttant pour comprendre qui était l’homme qui venait de le saluer. Il faisait tout cela au ralenti – et en raison de sa lenteur, il n’avait pas le temps de me rendre le salut. Sa lenteur m’amusait. Je me suis souvenu de l’histoire que m’a racontée un jeune homme que je connais. Il était responsable de la sélection et de la culture de variétés spéciales de pommes de terre utilisées pour la fabrication de chips pour une entreprise renommée. À une période donnée, il avait dû beaucoup voyager à travers l’Europe pour trouver le bon matériel. La Norvège était l’un des pays qu’il a visités. Il raconte: «Avec notre chauffeur et notre interprète, qui étaient également russes, nous nous sommes rendus dans un village local. En roulant lentement le long de la rue principale, nous sommes arrives près d’une maison. Un vieil homme norvégien était assis sur un banc à côté et fumait une pipe. Le chauffeur s’est garé devant le vieil homme, a baissé la vitre et a dit quelque chose en norvégien très poliment. En réponse, le vieil homme se leva de son siège, posa sa main sur sa poitrine et s’inclina. Le chauffeur a remonté la vitre et nous avons continué. « ‘Qu’est-ce que tu lui as dit?’ «Je l’ai salué et je lui ai adressé les salutations de M. Johansen.» «Vous voulez dire que vous et lui avez des connaissances communes?» « ‘Bien sûr que non! C’était la première fois que je le voyais. » «Alors comment savez-vous que le vieux monsieur connaît un certain M. Johansen qui lui envoie régulièrement des salutations?» «Je n’en sais rien! Ici, tout le monde s’appelle Johansen ou Andersen. C’est ainsi que je m’amuse et me débarrasse de mon ennui. Ils sont terriblement lents, et maintenant ce monsieur va penser à qui je suis et quel M. Johansen a demandé qu’on se souvienne de lui toute la journée. » « ‘Pourquoi tu t’embêtes à çà?’ «Je ne sais pas,» il haussa les épaules. « Je vous l’ai déjà dit, par ennui. » « 
C’est  ce gentleman norvégien que ce collectionneur de canettes m’a rappelé. J’ai continué à lui dire bonjour à chaque fois sans aucune intention particulière, même si je l’ai appelé nul autre que «Johansen» dans mes propres pensées.  «Bonjour», dit le collectionneur de canettes, visiblement inquiet. « Voici une icône pour vous. Je l’ai trouvée dans une poubelle. Mais elle est endommagée et doit être réparée. » Des personnes adonnées à l’alcool nous apportaient de petites icônes ou des croix métalliques en échange de boisson alcolisée. Cette fois aussi, je m’attendais à ce qu’il dise: «Voudriez-vous me donner du vin d’église ?» Je ne me souviens pas l’avoir jamais vu ivre. Mais que faire ensuite? Pour une raison quelconque, il m’avait apporté l’icône. Il me tendit l’icône sans dire un mot. J’acquiesçai d’un air interrogateur et demandai: «Que désirez-vous d’autre? «Rien,» dit l’homme qui se retourna et s’éloigna. Je l’ai suivi des yeux et j’ai eu honte. Nous avons restauré l’icône. C’était une grande icône du Sauveur peinte dans un style démodé. Maintenant, elle est suspendue dans le sanctuaire dans un cadre rénové. Je n’ai pas revu le vieil homme pendant longtemps après cette journée mémorable. L’icône et son cadre avaient déjà été restaurés, mais je ne pouvais toujours pas me pardonner pour la conversation et remercier le donateur. Un jour, alors que je traversais le village, je suis tombé sur lui. L’homme a été surpris: « Une icône? Je ne me souviens pas. Je ne vous ai rien donné. Vous feriez mieux de me dire si ceci est un péché pour moi ou non: Je vais dans des tas de déchets pour ramasser des canettes de bière vides. Et qu’est-ce que je ne trouve pas là-bas! Des croix, des livres spirituels, des icônes diverses… Les gens jettent des icônes à la poubelle! Je les trouve et les ramène à la maison. Savez-vous combien j’en ai?! Parfois, je trouve des prosphores d’église. Ils sont très secs et non moisis. Je n’ai aucune idée de ce que je dois en faire. Je ne peux pas les laisser à la poubelle. À la maison, je les fais tremper dans de l’eau bénite et je les mange. Est-ce un péché? Est-ce un péché que je les mange?
« Un péché? Non, ce n’est pas un péché. »
« Et qu’est-ce qu’un péché? »
Je montraialors  ses doigts jaunes de tabac et dis: «S’empoisonner volontairement avec du tabac jour après jour, c’est un péché. Manger de la prosphore n’est pas un péché. Merci d’avoir fait ça ».
Six mois plus tard, peut-être même un an, un de nos paroissiens m’a appelé et m’a demandé de venir rendre visite à quelqu’un qui était gravement malade. «Père, il ne lui reste que la peau et les os. J’espère qu’il pourra recevoir la communion et l’onction à temps. Il croit en Dieu, à sa manière, et c’est une très bonne personne. Il a dit que vous le connaissiez. Il a été touché que vous l’ayez confondu avec quelqu’un. J’ai accepté d’aller donner la communion au malade. Nous nous sommes mis d’accord sur un jour où je pourrais le faire. Ensuite, j’ai reçu à nouveau des appels pour changer l’heure parce que l’homme était emmené de temps en temps à l’hôpital. Finalement, j’ai rencontré l’homme un mois après que ma connaissance m’ait téléphoné. Je montai au quatrième étage et m’approchai de la porte indiquée, qui était légèrement ouverte. J’ai ouvert la porte moi-même sans sonner et j’ai vu le vieux «Johansen». Il avait l’air bien pire, était devenu assez maigre. Ses yeux étaient exactement comme avant, plissant légèrement les yeux. Et il n’y avait plus de taches de nicotine sur ses doigts. Il m’a vu regarder ses doigts et m’a dit: «J’ai fumé d’aussi lontemps que je me souvienne. Vous avez dit que c’était un péché et j’ai arrêté de fumer. Vous voyez, maintenant mes doigts sont absolument propres. J’ai regardé autour. Le couloir n’avait pas de papier peint. « Johansen » s’est plaint qu’il allait faire des réparations et avait déchiré le vieux papier peint, mais maintenant il n’avait pas assez de force pour accrocher le nouveau papier peint. Il m’a invité dans la salle. Nous avons prié ensemble. Je lui ai donné l’onction, puis j’ai entendu sa confession et lui ai donné la communion.
«Depuis quelques années, je ramasse des canettes vides et les jette au rebut. Je pourrais survivre sans faire cela – je reçois une pension et mes enfants me soutiennent; mais je les ai tous rassemblés. Au début, j’étais désolé parce que c’était du métal et qu’il fallait le recycler. Tant de travail y est investi, et c’est gaspillé! Une fois les canettes empilées, je les emmenais au centre de recyclage. Je recevais de l’argent et j’allais dans une église voisine. J’achetais de grandes  bougies et les mettais sur tous les chandeliers, une devant chaque saint. Je mettais l’argent restant dans une boîte de dons pour les pauvres et j’étais heureux de pouvoir aider quelqu’un. Allons maintenant à la cuisine et je vais vous montrer combien de «saints» j’ai. »
Dans la cuisine, un coin et le mur en face de l’évier avec une cuisinière à gaz étaient recouverts d’icônes de haut en bas jusqu’au niveau de la table. Parmi elles, il y avait de vieilles icônes dans des boites; mais la plupart étaient petites – de très petites de la taille d’un morceau de papier d’un petit carnet.
Ici, je prie. Comment est-ce que je prie? Parfois avec un livre de prières, mais surtout dans mes propres mots, et je parle aux saints. J’ai hérité de ces icônes de mes parents. Celles-ci je les ai achetées moi-même, et j’ai trouvé les autres à la poubelle. Les gens jettent des icônes. Ils n’en ont pas besoin. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’icônes que j’ai apporté dans mon garage! Je prie pour ceux qui jettent des icônes et je demande aux saints de ne pas s’en offusquer. C’est toute la folie et l’irréflexion qui les poussent à le faire. Ils vivent comme de petits enfants et ne savent pas ce qu’ils font. J’ai pitié d’eux.
«J’ai pensé ces derniers temps que je mourrai bientôt. Mais qui corrigera leurs erreurs à ma place? »
Il a arrêté de parler. Puis il a pris une petite icône avec l’image d’un saint moine sur l’étagère. Le temps avait effacé l’inscription dessus. « Regarde! C’est vieux avec une impression argentée. Quand j’allume la lumière le soir, elle scintille partout! Elle traînait  près d’une benne à ordures. Le soleil l’a illuminée et je l’ai vue. C’est mon icône préférée. Prends-la moi comme souvenir.
«Et maintenant,» il ouvrit l’armoire de la cuisine et en sortit une bouteille de vin de l’Église. «Je l’ai achetée à l’église il y a longtemps. Quand je mourrai, je vous en prie, célébrez la Liturgie avec ce vin.
Il était temps pour moi de partir, mais le vieil homme s’assit sur une chaise à côté de la porte d’entrée et se roula en boule. Je me suis souvenu de notre première rencontre et je lui ai dit: L’icône du Sauveur que vous avez apportée à la chapelle est maintenant suspendue dans le sanctuaire. Alors ne vous inquiétez pas, tant que je serai en vie, je me souviendrai de vous. 
«Là, vous me parlez à nouveau de cette icône! Je n’ai jamais apporté d’icônes à l’église. » «Avez-vous un frère jumeau? Si ce n’est pas vous, qui nous l’a donnée?  Il sourit malgré sa douleur: « Je ne sais pas. C’était peut-être un ange. S’appuyant lourdement sur sa canne, il se leva de sa petite chaise. «Désolé,c’est un moment gênant pour avoir un spasme.»
Je l’ai béni et je suis sorti. Il faisait déjà nuit. De minuscules flocons de neige tourbillonnaient à la lumière électrique des réverbères. En marchant, j’écoutais la neige craquer sous mes pieds. J’ai marché, me sentant de plus en plus comme un orphelin.
«Johansen», nous avons été proches les uns des autres toutes ces années, vous et moi. Chaque fois que je vous voyais fouiller dans les ordures, je me sentais désolé pour vous, pensant que vous n’aviez pas assez d’argent pour boire de l’alcool. Pardonnez-moi, je n’ai pas encore appris à bien voir les gens.
Vous l’avez bien dit: les gens, même les adultes, restent des enfants. Comme les enfants du primaire, ils se comportent mal, courent et font du bruit. Quand ils se sentent bien, ils rient. Quand ils se sentent mal, ils vont à l’église et pleurent. Ils sont différents mais très similaires, comme dessinés sur du papier calque. Parfois, ils jouent à des jeux dangereux comme les petits enfants. Ils se perdent dans leurs jeux et ne remarquent pas à quel point ils se rapprochent du bord du gouffre. Ils doivent être protégés; ils ne voient pas à quel point ils bougent et tombent dangereusement. Personne ne vous a rien expliqué, «Johansen», vous avez tout compris par vous-même et vous vous êtes restés de côté. Jour après jour, je les préviens des dangers qui les menacent. Mais vous , vous avez eu pitié d’eux  et corrigé leurs erreurs. La rangée de réverbères s’est terminée, la lumière s’estompait. Je ne pouvais plus voir les flocons de neige, je les sentais juste voler dans mon visage, fondre et couler sur mes joues. Plus je marchais longtemps, plus je me sentais orphelin. Ne meurs pas, notre cher ange «Johansen», ce sera trop dur sans toi.
Prêtre Alexander Dyachenko
 https://orthochristian.com/138185.html

Bulletin du mois d’avril 2021 de l’Eglise Orthodoxe à l’île Maurice

echelle

 

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration

 

 

Numéro 63, avril 2021

 

Saint Jean Climaque

 

En ce dimanche 11 avril, l’Église nous invite à vénérer tout particulièrement saint Jean Climaque qui est le maître spirituel que l’Église nous conseille le plus d’écouter tout au long du carême, puisqu’en principe, selon le typicon de l’Église, on devrait lire chaque jour à l’office un passage de son Échelle sainte.

L’échelle de saint Jean Climaque a toujours été considérée, dans la tradition orthodoxe, comme la somme de la vie spirituelle, comme le livre qui résume véritablement tout l’enseignement des saints Pères sur la vie spirituelle, sur la vie monastique qui apparaît, si je puis dire, comme l’exemplaire de toute vie spirituelle. Tout chrétien, d’une manière ou d’une autre, doit, dans l’état qui est le sien, essayer de mettre en oeuvre avec discernement ce qui est l’âme de la vie monastique.

Saint Jean Climaque nous met en face de ce qui doit être le point de départ de cette ascension vers le ciel qu’il nous propose. La base de l’échelle ainsi conçue, c’est l’attachement au Christ. Un attachement au Christ sans partage, le désir d’être vraiment, totalement son disciple, c’est cela qui est la base essentielle, fondamentale de la vie monastique et de toute vie chrétienne.

Si saint Jean Climaque a donné 33 degrés à son échelle, c’est pour bien montrer que c’est en suivant le Christ que l’on peut en atteindre le sommet. 33, c’est le nombre des années terrestres du Christ, et c’est en suivant le Christ pas à pas, dans ce chemin qui l’a conduit de Bethléem à la croix et à la résurrection, que le moine ou le chrétien en général pourra parvenir à la vision de Dieu, à la vision de la lumière plénière à laquelle il aspire.

La base de tout cela, c’est l’amour du Christ, le désir de se donner totalement à Lui. Le chrétien dans le monde ne doit pas avoir un autre idéal. Il doit le réaliser, certes, dans une vie qui dans son organisation quotidienne n’est pas constituée en vue de cela, mais le but reste le même, la vie monastique étant simplement le moyen qui exprime le mieux, permet le mieux possible de rejoindre cet idéal, compte tenu bien sûr des particularités de chacun.

L’Échelle de saint Jean Climaque, bien qu’elle contienne beaucoup de préceptes spirituels divers et qu’elle touche à beaucoup de sujets, pourrait se ramener à l’humilité. Saint Jean Climaque nous dit quelque part : « de même que l’orgueil seul a pu précipiter des anges du ciel, on peut penser que l’humilité à elle seule, si elle est profonde, véritable, peut faire de l’homme un ange, élever l’homme de la terre au ciel. » Si nous pouvons loyalement devant Dieu dire : « oui, je tâche au moins d’être humble en cela », eh bien, à ce moment-là nous sommes sur cette échelle, nous parviendrons à son sommet. Si, au contraire, nous sommes obligés de reconnaître que notre comportement, que nos pensées, et que nos réactions viennent, d’une manière ou d’une autre, de l’orgueil, de notre amour de nous-mêmes, de nos susceptibilités, alors, à ce moment-là, il faut opérer une conversion, un retournement profond de notre attitude ; sinon, au lieu de rester sur l’échelle, nous serons comme ces malheureux moines qui sont happés par le grappin des démons et qui, de l’échelle, tombent dans la gueule de l’enfer.

Nous devons, quand nous nous sentons ainsi tentés, quand nous sentons que le démon essaie de nous faire tomber de cette échelle qui est notre seule sauvegarde, le seul chemin véritable que nous devrions suivre, nous devons appeler à l’aide ces anges qui sont là, prêts à nous aider, à nous fortifier pour nous conduire vers le sommet. Oui, c’est l’humilité qui est l’échelle véritable. Cette échelle que Jacob voyait déjà, établissant une union étroite entre la terre et le ciel.

L’échelle de saint Jean Climaque est sans doute aussi l’échelle qui nous conduit à la joie, et à la joie véritable. Et à mesure qu’on lit ce livre, en s’efforçant de le mettre en pratique, on voit cette joie fleurir, s’épanouir et finalement elle pénètre tout, elle imprègne tout cet itinéraire spirituel.

Demandons à saint Jean Climaque de nous aider, de nous éclairer intérieurement pour nous montrer comment gravir cette échelle.

D’après l’archimandrite Placide Deseille, La couronne

bénie de l’année chrétienne, volume 2, pages 99 – 103.

 

Divine Liturgie

Confinement: église fermée.

Dimanche 4 avril: la Sainte Croix

Epitre: Héb. 4/14 – 5/6. Evangile : Marc 8/34 – 9/1

Dimanche 11 : saint Jean Climaque

Epitre: Héb. 6/13-20. Evangile : Marc 9/17-31

Dimanche 18 : Sainte Marie d’Egypte

Epitre : Héb. 9/11-14. Evangile : Marc 10/ 32-45

Dimanche 25 :Les Rameaux

Epitre : Phil. 4/4-9. Evangile : Jean 12/1-18

 

Eglise orthodoxe de la

Sainte Transfiguration

Grande-Rivière N-O

Ile Maurice

(derrière le garage Bala)

Divine Liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Site WEB:

http://orthodoxchurchmauritius.org

 

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53

E-mail: p.athanasios@myt.mu

Père Ian, tel.: 52 57 90 53

E-mail: fr.ian@antiochian.org.nz

 

 

Le christianisme est une religion ascétique

IMG-20210321-WA0001-1La lutte ascétique
Vivre nos vies dans un engagement total
Le christianisme est une religion d’ascèse, qui nous instruit de stocker nos trésors dans le ciel, où les bienfaits ont une valeur éternelle. Tout au long du Nouveau Testament, nous voyons l’importance de la lutte, où la concentration sur l’acquisition d’un cœur humble et contrit est primordiale pour ce que signifie être chrétien. Le Seigneur Jésus-Christ nous dit que si nous voulons être dignes de Lui, nous devons être disposés à prendre notre croix et à Le suivre. Nous devons être un peuple dont la véritable patrie est le Royaume du Christ, qui est à l’intérieur de nous. Le Christ lui-même nous appelle à la sainteté, et ce changement de cœur ne peut se faire que par la lutte. Notre monde met beaucoup l’accent sur le confort et nous avons tendance à éviter tout ce qui n’apporte pas de plaisir. Si être franc sur notre foi chrétienne invite au ridicule, nous gardons le silence. Si le respect des règles de jeûne de l’Église nous empêche de profiter des soirées avec nos amis, nous ignorons le jeûne. Si exprimer notre désapprobation en entendant que notre foi chrétienne est dénigrée, nous fait paraître moins cool, nous choisissons d’emprunter la voie du politiquement correct. Faut-il s’étonner que nous ne soyons donc pas préparés à rester fermes face aux véritables épreuves qui se présentent à nous, ayant évité les choses mêmes qui nous transformeraient en chrétiens forts et engagés? Si nous embrassons le christianisme avec un dévouement de cœur et d’esprit, nous recevrons le pouvoir de vivre dans ce monde, rempli de tentations et de déceptions, tout en restant fidèles à notre vocation de peuple saint. S’engager à être des chrétiens à plein temps nous permet de vivre notre vie de manière à rendre gloire et témoignage au Christ même que nous adorons. Si, cependant, nous évitons la lutte ascétique, et choisissons de garder notre foi chrétienne à l’écart et d’éviter un engagement réel, nous serons finalement devenus chrétiens de nom seulement. Pour ceux qui, par paresse ou par égoïsme personnel, choisissent de reléguer le jeûne, la prière privée et même la fréquentation de l’église, comme quelque chose qui ne se fait que lorsque nous nous sentons «d’humeur», nous nous tiendrons devant le trône de Dieu, à la fin, avec un cœur sombre qui ne peut résister à la puissance de Dieu, et l’éternité sera pour nous, un lac de feu. Avec amour en Christ, Abbé Tryphon
https://www.facebook.com/profile.php?id=100044595542112

La repentance est la prise de conscience que la communion (avec Dieu) est perdue (I)

Son Eminence Mgr Atanasije (Jevtić)(1938-2021) de l’Église orthodoxe serbe s’est endormi dans le Seigneur le 4 mars…Des milliers de fidèles orthodoxes, y compris des hiérarques, des membres du clergé, des moines et des laïcs sont venus faire leurs adieux à l’ancien hiérarque bien-aimé de Zahumlje-Herzégovine lors de ses funérailles et de son enterrement le 6 mars. Mgr Atanasije était un enfant spirituel du grand dogmaticien Saint Justin (Popović) et était un théologien respecté à part entière. En fait, dans son message lu lors des funérailles d’Atanasije, Sa Sainteté le patriarche Porfirije le dénombre avec les grands théologiens Sts. Justin et Nikolai (Velimirović).

Le repentir (métanoïa) est le début d’une nouvelle vie chrétienne, ou d’une nouvelle existence chrétienne – une vie en Christ. Ainsi, l’Évangile commence par les paroles de saint Jean le Précurseur: Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est proche. Et la prédication du Christ après son baptême était de se repentir et de croire en l’évangile. Mais à notre époque, les gens se demandent pourquoi il est nécessaire de se repentir. D’un point de vue social, il est inapproprié de parler de repentir. Il y a, bien sûr, un semblant de repentir, en particulier dans les pays totalitaires, quand quelqu’un a quitté la ligne du parti, alors le «repentir» est exigé de lui, ou lorsque les chefs du parti eux-mêmes s’écartent de leur plan initial – seulement ceci n’est pas appelé repentir, mais une sorte de «réajustement» ou de «réalignement». Il n’y a pas de véritable repentir ici. Combien d’entre vous ont vu le film Repentance d’Abuladze? On y parle de faux repentir, et ce n’est qu’à la fin du film que vous voyez ce qu’est le vrai repentir. Le film expose la fausse repentance comme une sorte de changement dans «l’idéal» ou le «style»  mais le fond reste essentiellement le même. Et en effet, une telle «repentance» n’a rien à voir avec la vraie repentance. Dans le texte grec de la Sainte Écriture, il y a deux expressions différentes pour la repentance. Une expression est la métanoïa et l’autre est la métamélie. Parfois, cette seconde expression n’est pas traduite par «repentir», mais par «regret». Par exemple, j’ai pensé aller à Francfort, mais j’ai «regretté», c’est-à-dire que j’ai changé d’avis: je n’irai pas. Dans les Saintes Écritures, cela s’appelle métamélie. C’est juste un changement d’intention. Cela n’a aucune signification spirituelle. Il y a aussi quelque chose comme le «regret» au sens social ou psychologique, c’est-à-dire des changements. Dans le domaine de la psychologie, il y a la «restructuration» de son caractère, de sa propre névrose. Dans la psychologie  d’Adler, Freud ou même Jung, il n’y a pas de concept de repentir. La repentance est un concept religieux. Vous devez vous repentir devant quelqu’un. Cela ne signifie pas simplement changer votre style de vie ou vos sentiments intérieurs ou votre expérience, comme cela est sous entendu, disons, dans les religions et cultures orientales. Ces religions parlent de la façon dont un homme doit acquérir sa propre expérience, doit se connaître, doit s’actualiser pour que la lumière de sa conscience s’éveille. Mais Dieu n’est pas nécessaire pour un tel changement. Cependant la repentance chrétienne doit certainement être en face de quelqu’un. Voici un exemple. Un de nos Serbes – il a déjà soixante ans maintenant – était un communiste dans sa jeunesse et, comme tous (les communistes) , a fait beaucoup de mal à la population. Mais ensuite il est venu à la foi, à Dieu, à l’Église, et quand ils lui ont offert la communion, il a dit: « Non, j’ai fait beaucoup de mal. » «Alors va te confesser. «Non, non», dit-il, «j’irai me confesser à un prêtre, mais j’ai péché devant le peuple, et je dois avouer ouvertement devant le peuple.» C’est une expression de la pleine conscience de ce qu’est la repentance. Ici, vous voyez l’Église, l’ancien chrétien et la perception véritablement biblique que l’homme n’est jamais seul au monde. Surtout, il se tient devant Dieu, mais aussi devant les hommes. Par conséquent, dans la Bible, le péché d’un homme devant Dieu est toujours lié à son prochain, ce qui signifie qu’il a des dimensions et des conséquences sociales et communautaires. Cela se ressent à la fois chez notre peuple et chez les grands écrivains russes. Les orthodoxes ont le sentiment qu’un voleur ou un tyran, ou quelqu’un qui fait du mal à son voisin, est la même chose qu’un athée. Laissez-le croire en Dieu, mais c’est pour rien – il blasphème simplement Dieu, car sa vie est en contradiction avec la foi. D’où la compréhension équivalente de la repentance comme une position appropriée devant Dieu et devant l’homme. Le repentir ne peut pas être mesuré uniquement par des échelles sociales ou psychologiques, mais il s’agit toujours d’un concept chrétien biblique révélé par Dieu. Le Christ commence son Évangile, sa bonne nouvelle, son enseignement pour l’humanité par la repentance. Saint Marc l’Ascète, disciple de Saint Jean Chrysostome, qui vécut en ermite du quatrième au cinquième siècle en Asie Mineure, enseigne que notre Seigneur Jésus-Christ, la puissance de Dieu et la Sagesse de Dieu, en contemplant le salut pour tous, de tous les différents dogmes et commandements  une seule loi a été gardée – la loi de liberté, mais aussi que nous arrivons à cette loi de liberté uniquement par la repentance. Le Christ a commandé aux apôtres: « Prêchez la repentance à toutes les nations, car le Royaume des Cieux est proche. » Et par cela, le Seigneur voulait dire que la puissance de la repentance contient la puissance du Royaume céleste, tout comme le levain contient le pain ou le grain contient la plante entière. Ainsi, la repentance est le début du Royaume céleste. Rappelons l’épître du Saint Apôtre Paul aux Hébreux: Ceux qui se sont repentis ont ressenti la puissance du Royaume des Cieux, la puissance de l’âge à venir. Mais dès qu’ils se sont tournés vers le péché, ils ont perdu ce pouvoir, et il était nécessaire de renouveler à nouveau la repentance. Ainsi, la repentance n’est pas seulement une capacité sociale ou psychologique à s’entendre avec les autres sans conflit. La repentance est ontologique, c’est-à-dire une catégorie existentielle du christianisme. Quand le Christ a commencé l’ Evangile par l’appel à la repentance , Il faisait référence à la réalité ontologique de l’homme. Disons dans les paroles de saint Grégoire Palamas: Le commandement  de la repentance et les autres commandements donnés par le Seigneur correspondent pleinement à la nature humaine elle-même, car au commencement Il a créé cette nature humaine. Il savait qu’il viendrait alors Lui-même et donnerait les commandements, et par conséquent, Il a créé la nature selon les commandements qui seraient donnés. Ainsi le Seigneur a donné des commandements qui correspondaient à la nature qu’Il a créée au commencement. La parole du Christ sur la repentance n’est pas un dénigrement sur la nature humaine, ce n’est pas une «imposition» de quelque chose d’étranger à la nature humaine, mais c’est la chose la plus naturelle et la plus normale, correspondant à la nature humaine. La seule chose est que la nature humaine est tombée, et par conséquent, elle est maintenant dans un état non naturel. Mais c’est précisément la repentance qui est le levier par lequel un homme peut corriger sa nature et la ramener à un état normal. Par conséquent, le Sauveur a dit: «Métanoïte», c’est-à-dire «changez d’avis» ou «repentez-vous»

mgr jevticLe fait est que notre pensée a quitté Dieu, nous-mêmes et les autres. Et c’est l’état malade et pathologique de l’homme qu’on appelle «passion» – en grec: pathos (pathologie). C’est simplement une maladie, une perversion, mais pas encore une destruction, car la maladie n’est pas la destruction d’un organisme, mais simplement une corruption. L’état de péché de l’homme est une corruption de sa nature, mais l’homme peut récupérer et accepter la correction, et par conséquent la repentance vient comme le retour à la santé d’un lieu malade, de la nature humaine malade. Et comme le Sauveur a dit que nous devons nous repentir, même si nous ne ressentons pas le besoin de nous repentir, nous devons Le croire – que nous avons vraiment besoin de nous repentir. Et en effet, plus les grands saints s’approchaient de Dieu, et plus ils ressententaient le besoin de se repentir, dans la mesure où ils ressentaient la profondeur de la déchéance de l’homme. Autre exemple des temps modernes: un certain écrivain péruvien, Carlos Castaneda, a déjà écrit huit livres sur un sage et magicien indien, un Don Juan au Mexique, qui lui a appris à se droguer pour atteindre l’état d’une seconde réalité particulière, à entrer dans les profondeurs du monde créé et ressentir sa spiritualité, et rencontrer des êtres spirituels. Castaneda est anthropologue et a suscité un grand intérêt parmi les jeunes. Et malheureusement, ces huit volumes ont déjà été traduits en serbe. Il y a quelques jours, il y a eu une discussion à Belgrade sur Castaneda et sur l’opportunité de l’accepter ou de le rejeter. Un psychiatre a déclaré que la consommation de drogues pour halluciner est une voie dangereuse dont il est peu probable qu’on puisse s’en sortir. Un écrivain a fait l’éloge de Castaneda. J’étais le critique le plus dur. Il n’y a rien de nouveau dans le diagnostic de Don Juan par Castaneda. L’humanité est dans un état tragique et anormal. Mais que propose-t-il pour sortir de cet état? Ressentir une autre réalité, se libérer un peu de nos limites. Et que se passe-t-il? Rien! L’homme reste un être tragique, ni racheté ni libéré. Il ne peut pas, comme le baron Munchausen, sortir du marais par les cheveux. L’apôtre Paul fait remarquer: Ni un autre ciel, ni une autre création, ni le monde spirituel, ni le septième ciel ne peuvent sauver l’homme, car l’homme n’est pas un être impersonnel qui n’a besoin que de paix et de tranquillité. Il est une personne vivante qui cherche une communion vivante avec Dieu. Un paysan communiste serbe a dit assez grossièrement: «Eh bien, où est Dieu, pour que je puisse le saisir par la gorge?» Est-il athée? Non, il n’est pas athée, mais il ressent vivement Dieu et se dispute avec Lui, comme Jacob. Bien sûr, c’est un scandale de la part de ce Serbe de parler ainsi, mais il ressent une vie vibrante. Et penser que le salut est dans une certaine félicité calme, dans le nirvana, dans la paix intérieure de la concentration et de la méditation ne conduit l’homme nulle part. Elle ferme même la possibilité de son salut, car l’homme est un être créé de la non-existence à l’existence et il est invité à la communion. Dans le Cantique de Salomon ou dans les Psaumes, nous voyons un dialogue existentiel entre Dieu et l’homme. Ils souffrent tous les deux. Dieu est désolé pour l’homme et l’homme aussi est désolé. Dostoïevsky a particulièrement clairement montré que lorsque l’homme se détourne de Dieu, il perd quelque chose de grand et de précieux. Une telle bévue, un échec à rencontrer Dieu, est toujours une tragédie. La tragédie est la conscience de perdre ce que nous aurions pu atteindre. Quand l’homme perd l’amour, quand il s’éloigne de Dieu, il le ressent tragiquement, parce qu’il a été créé pour l’amour. La repentance nous ramène à cet état normal, ou, du moins, au début du chemin normal. La repentance, comme le P. Justin (Popovic ) dit, c’est comme un tremblement de terre qui détruit tout ce qui semblait stable mais qui s’avère être faux, et puis il est nécessaire de changer tout ce qui était. Commence alors la création authentique et constante d’une personnalité, d’un homme nouveau. La repentance est impossible sans rencontrer Dieu. Par conséquent, Dieu sort à la rencontre de l’homme. Si la repentance était simplement un examen, une contrition ou une utilisation différente de notre énergie, ce serait un réalignement, mais pas un changement d’essence. Un homme malade, dit saint Cyrille d’Alexandrie, ne peut pas se guérir, mais a besoin de Dieu pour le guérir. Et quelle est sa maladie? La corruption de l’amour. Il ne devrait pas y avoir d’amour unilatéral. L’amour devrait au moins être à deux faces. Mais pour la plénitude de l’amour, en fait, vous avez besoin de trois: Dieu, l’autre et moi-même. Moi, Dieu et l’autre. L’autre, Dieu et moi. C’est la périchorèse, l’interpénétration de l’amour, le cycle de l’amour. C’est la vie éternelle. Dans la repentance, l’homme se sent malade et cherche Dieu. Par conséquent, la repentance a toujours un pouvoir régénérateur en elle-même. La repentance ne consiste pas seulement à se sentir désolé pour soi-même, à la dépression ou à un complexe d’infériorité, mais toujours la conscience et le sentiment que la communion est perdue et immédiatement la recherche et même le début de la restauration de cette communion. Le fils prodigue est revenu à lui-même et a dit: «Dans quel état je suis. Mais j’ai un père, et j’irai le voir!» S’il avait simplement réalisé qu’il était perdu, cela n’aurait pas été la repentance chrétienne. Mais il est allé voir son père! Selon la Sainte Écriture, on peut supposer que le père était déjà sorti à sa rencontre, que le père avait fait le premier pas, et cela se reflète dans l’impulsion du fils à revenir. Bien entendu, il n’est pas nécessaire d’analyser le premier ou le second: la réunion peut être double. Dans la repentance, Dieu et l’homme entrent tous deux dans l’activité de l’amour. L’amour cherche la communion. La repentance est le regret de l’amour perdu. Ce n’est que lorsque le repentir lui-même commence que l’homme en ressent le besoin. On pourrait penser qu’un homme aurait d’abord besoin de sentir qu’il a besoin de se repentir, que c’est le salut pour lui. Mais en fait, paradoxalement, il s’avère que lorsque l’homme expérimente déjà la repentance, alors il en ressent le besoin. Cela signifie que le cœur inconscient est plus profond que la conscience que Dieu donne à ceux qui veulent la repentance. Le Christ a dit: Que celui qui peut comprendre comprenne. Saint Grégoire le Théologien demande qui peut la recevoir. Et il répond: celui qui le veut. Bien sûr, la volonté n’est pas seulement une décision consciente, mais bien plus profonde. Dostoïevsky l’a également senti, et l’ascèse orthodoxe sait que la volonté est beaucoup plus profonde que l’esprit de l’homme; elle est enracinée dans le noyau de l’homme, qui s’appelle le cœur ou l’esprit. Comme dans le 50e Psaume: Crée en moi un cœur pur, ô Dieu, et renouvelle un esprit juste en moi. C’est un parallélisme: un cœur pur – un esprit juste; créer – renouveler; en moi – à l’intérieur de moi; c’est-à-dire qu’il ne fait que confirmer ce qui a déjà été dit dans la première partie en utilisant d’autres mots. Le cœur ou l’esprit – c’est l’essence de l’homme, la profondeur de la personnalité divine de l’homme. On peut même dire que l’amour et la liberté sont contenus au centre même, au cœur de l’homme. L’amour de Dieu a appelé l’homme à sortir de la non-existence. L’appel de Dieu a été réalisé et a reçu sa réponse. Mais cette réponse est personnelle! Autrement dit, l’homme est la réponse à l’appel divin. (À suivre) …  Cette conférence a été donnée en 1988, avant la chute du communisme. 

https://orthochristian.com/137979.html