« Older Entries Subscribe to Derniers articles

14 mai 2015

Dernière partie de l’entretien avec le Père Roman BRAGA (3).Dieu est toujours avec vous.

Posté par TB. Aucun commentaire

Source: http://www.pravmir.com/god-is-always-with-you/#ixzz3ZHlcEzTl

 

 

L’Archimandrite Roman [Braga], 93 ans , du monastère de la Dormition s’est endormi dans le Seigneur peu avant minuit le soir du mardi 28 Avril 2015.

Jessica Precop | 2 mai 2015

Au début de mai 2012, Jessica Precop  [ de la part du département de la jeunesse de l’OCA ( Orthodox Church in America) des jeunes adultes et du ministère dans les Campus de l'Amérique],  s’est rendue au monastère de la Dormition de la Mère situé à Rives Junction, MI, afin d’interviewer l’archimandrite Roman [Braga], qui a grandi et a servi en Roumanie sous le régime communiste. Le Site de l’OCA a réimprimé l’interview en souvenir de l’archimandrite Roman.

Archimandrite Roman avec l’intervieweur Jessica Precop.

 

 

Comment avez-vous été témoin du Christ dans la prison ?

 

En prison, la plupart du temps vous étiez vous-même. J’ai aussi été dans un camp de travail forcé. Dans le camp de travail forcé, nous avons eu nos groupes de prière et nous avons eu des prêtres qui confessaient. Chaque prêtre avait un groupe autour de lui. Nous avons davantage témoigné du Christ dans le camp de travail forcé parce qu’il n’y avait pas trop de contrôle. Il y avait une grande communauté, et les communistes étaient préoccupés par la quantité de travail effectué. En prison, il était impossible de témoigner du Christ, même si vous étiez seul ou si vous n’aviez qu’un seul compagnon de cellule. Parfois, il y en avait quatre dans la même cellule, mais vous ne pouviez parler qu’à un petit groupe de personnes. Dans les camps de travaux forcés, nous avions même la liturgie parce que nous avions des prêtres, même si elles étaient célébrées sans vêtements sacerdotiques et sans rien d’autre qu’un morceau de pain et d’un vin tonifiant que les médecins de l’hôpital fournissaient. Je me trouvais dans un camp de travail forcé avec 16.000 personnes dans lequel il y avait un hôpital. Les médecins étaient également des détenus, c’est pourquoi ils nous fournissaient ce vin tonifiant pour la Liturgie, et nous-mêmes nous mettions de côté deux morceaux de pain du petit déjeuner. Les gardiens ne réalisaient pas que nous célébrions la Liturgie ; lorsqu’ ils passaient à côté, ils pensaient que nous bavardions. Je me souviens en prison d’un prêtre qui célébrait la liturgie sous une couverture dans sa cellule et lorsque le gardien venait, le prêtre recouvrait le tout avec la couverture.

 

Pourquoi la souffrance est importante pour le chrétien ?

 

La souffrance est utile, non seulement pour les chrétiens, mais pour tout le monde, parce que si vous ne souffrez pas, vous ne pouvez rien comprendre. La souffrance est une experience utile. Et dans les Écritures il est dit que la souffrance est un signe que Dieu vous aime. Dans l’épître aux Hébreux, chapitre 13, Saint Paul dit que si vous ne souffrez pas, vous n’êtes pas des enfants de Dieu. Quel père ne châtie pas ses enfants ? Il punit ses enfants parce qu’il les aime. Si vous ne souffrez pas, vous n’êtes pas les fils de Dieu. Après avoir fait l’expérience de la souffrance, vous comprenez davantage et beaucoup mieux les choses de ce monde, et de façon beaucoup plus profonde que ceux qui ne connaissent pas la souffrance.  La souffrance vous mûrit dans votre vie spirituelle. Vous ne devriez pas éviter la souffrance, mais vous ne devriez pas non plus la chercher. Dieu prend soin de cela. Il y a beaucoup de souffrance dans le monde. Beaucoup de familles ont des enfants à l’hôpital, mon médecin a une fille de onze ans qui  souffre d’un cancer des os. Que doit être la souffrance vécue par cette famille dont la fille est peut être en train de mourir. Nous nous demandons pourquoi ? Lire la suite… »

8 mai 2015

Entretien avec le P. Roman BRAGA (2) : LA PRISON

Posté par TB. Aucun commentaire

SUITE  DE  L’ENTRETIEN
Source: http://www.pravmir.com/god-is-always-with-you/#ixzz3ZHlcEzTl

2015-0430-archromanbraga

L’Archimandrite Roman BRAGA avec Jessica Precop qui a mené l’interview

 

L’Archimandrite Roman [Braga], 93 ans , du monastère de la Dormition s’est endormi dans le Seigneur peu avant minuit le soir du mardi 28 Avril 2015.

Jessica Precop | 2 mai 2015

Au début de mai 2012, Jessica Precop  [ de la part du département de la jeunesse de l’OCA ( Orthodox Church in America) des jeunes adultes et du ministère dans les Campus de l'Amérique],  s’est rendue au monastère de la Dormition de la Mère situé à Rives Junction, MI, afin d’interviewer l’archimandrite Roman [Braga], qui a grandi et a servi en Roumanie sous le régime communiste. Le Site de l’OCA a réimprimé l’interview en souvenir de l’archimandrite Roman.

 

Pouvez-vous nous dire ce qu’était la vie d’un chrétien sous un régime communiste?

 

En tant que chrétien, vous deviez faire de nombreux compromis. Par exemple, vous aviez des enfants et ils devaient aller à l’école. Et quand Ils étaient à l’école on leur disait qu’il n’y a pas de Dieu, qu’il ne faut pas prier, qu’il ne faut pas porter une croix autour du cou, qu’il ne faut pas aller à l’église. Et puis les enfants quand ils rentraient chez eux, ils voyaient la grand-mère qui priait avec eux en faisant le signe de la croix. Nous gardions cette vie chrétienne dans la famille. Rien ne devait être apparent. Vous n’aviez pas le droit de montrer que vous meniez une vie chrétienne.

 

Qu’est-il arrivé aux églises et monastères sous le régime communiste?

 

Les églises étaient tolérées parce que la Roumanie était essentiellement un pays très majoritairement orthodoxe. L’Eglise a été très forte, et le régime communiste ne voulait pas risquer quoi que ce soit. Beaucoup de monastères, cependant, ont été fermés. Seuls ceux qui ont été déclarés monuments historiques sont restés ouverts, et les Roumains étaient heureux parce que presque tous les monastères étaient des monuments historiques. Le régime communiste a transformé les monastères en musées, et ils ont gardé quelques moines ou moniales comme guides touristiques afin de garder et prendre soin des musées et des bibliothèques ainsi que les archives énormes que les monastères possédaient. Ainsi les églises qui étaient dans les monastères ont également été maintenues ouvertes. Il y avait, cependant, un décret- le décret N ° 410 -par lequel le gouvernement communiste a fermé tous les monastères qui ne sont pas des monuments historiques,  et qui par ailleurs forçait tous les moines et les moniales de moins de 50 ans de quitter les monastères et d’aller travailler pour l’Etat. Seuls les vieux moines ont été autorisés à rester dans les monastères pour les garder ouverts au titre des monuments historiques, ainsi ils ont gardé le cycle liturgique de l’Église -Matines, Vêpres et la Divine Liturgie- et ils ont gardé toutes ces choses et ont pris soin d’eux-mêmes. Et parce que les gens en Roumanie étaient chrétiens, ils sont allés à l’église dans les monastères et ils aidaient ces vieux moines et moniales. Les communistes ne pouvaient pas contrôler cela, mais ils ne sont pas tellement intéressés par les gens simples, ils se sont intéressés en particulier à la classe intellectuelle parce que c’est la classe intellectuelle qui crée les tendances et la culture.

 

Le régime communiste a persécuté l’Église catholique romaine, car elle était minoritaire et concernait surtout les étrangers. La Roumanie étant à 90% d’orthodoxes,on a persécuté la plupart des autres dénominations en prenant leurs biens et en les expulsant. Avec l’orthodoxie, ils n’osaient pas aller trop loin, alors ils retiré les jeunes des monastères. Les personnes âgées pouvaient rester, les églises des monastères étaient ouvertes et les cycles liturgiques ont continué sans interruption. Pendant ces périodes, la vie monastique était toujours en cours, mais elle ne se développait pas, mais au moins elle a été maintenue.

 

Comment vos propres luttes avec le gouvernement communiste ont impacté votre vie spirituelle. Lire la suite… »

6 mai 2015

Entretien avec le Père Roman Braga (1) : le moine intérieur et le moine extérieur

Posté par TB. Aucun commentaire

 

2015-0428-archimandrite-roman-braga

 

 

http://www.pravmir.com/god-is-always-with-you/

L’Archimandrite Roman [Braga], 93 ans , du monastère de la Dormition s’est endormi dans le Seigneur peu avant minuit le soir du mardi 28 Avril 2015.

Jessica Precop | 2 mai 2015

Au début de mai 2012, Jessica Precop  [ de la part du département de la jeunesse de l’OCA ( Orthodox Church in America) des jeunes adultes et du ministère dans les Campus de l'Amérique],  s’est rendue au monastère de la Dormition de la Mère de Dieu situé à Rives Junction, MI, afin d’interviewer l’archimandrite Roman [Braga], qui a grandi et a servi en Roumanie sous le régime communiste. Le Site de l’OCA a réimprimé l’interview en souvenir de l’archimandrite Roman.

Archimandrite Roman avec l’intervieweur Jessica Precop.

 

Père Roman, pour commencer, que pouvez-vous nous dire sur le mode de vie monastique?

 

C’est une bonne question. Mais d’abord, vous devez comprendre l’environnement culturel roumain quand j’étais jeune – dans les années 1920 – 1950. Le peuple roumain, je pense, a toujours eu un penchant vers la vie monastique, car être monastique et mener une vie de type monastique ne signifie pas seulement qu’il faut aller vivre dans un monastère. Quand Jésus prêchait l’évangile — « si vous aimez votre mère et son père plus que moi, vous n’êtes pas digne de moi»–, ou quand Jésus disait « si vous ne prenez pas votre croix et ne Me suivez pas vous n’êtes pas digne de moi», Jésus ne s’adressait pas à des moines; les moines n’existaient pas à cette époque. Jésus parlait aux gens, les personnes seules, les personnes mariées, tout le monde. Donc en un sens, en ce qui concerne les vertus, il n’y a aucune différence entre moines et laïcs. Les vertus monastiques sont pour tout le monde. Je vais vous donner un exemple: ceux qui veulent consacrer leur vie à Jésus, à l’Eglise, et qui veulent sauver leurs âmes à travers le mode de vie monastique, se mettent parfois en contradiction avec les souhaits de leurs parents, qui peuvent vouloir que leurs enfants mènent une vie laïque . Mais rappelez-vous: Dieu vient en premier dans notre vie, puis viennent les parents et la famille.

 

 

Nous devons d’abord écouter Dieu parce qu’Il est le Père de nous tous. Il y a un élément monastique en cela. L’abstinence, par exemple, n’est pas réservée seulement pour les moines. En général les personnes mariées doivent faire preuve de plus d’abstinence que les célibataires. Les laïcs ont aussi bien besoin de pratiquer l’abstinence encore plus que les moines. L’abstinence signifie s’abstenir de nourriture, de l’alcool, de beaucoup d’autres choses. Dans notre culture, ici en Amérique (et ailleurs aussi Ndt), nous nous abstenons de certaines choses seulement quand nous y sommes forcés pour des raisons de santé. Mais Dieu veut que nous nous abstenions de certaines choses afin que nous ne soyons pas dominés par les choses matérielles; afin d’être libre des choses matérielles. Les choses matérielles sont éphémères; nous ne pouvons pas les prendre avec nous. En tant que personnes, nous devons grandir. Nous cessons d’être une personne lorsque nous sommes dominés par les choses matérielles. Le sexe, les drogues, l’alcool, le tabagisme, la suralimentation, et bien d’autres choses du même genre font de vous un esclave; vous n’êtes plus une personne libre. Eh bien, Dieu veut que nous soyons libres, car Il nous a fait libre et c’est en ceci notre ressemblance avec Dieu: «Faisons les hommes selon notre propre image. »

 

Donc les vertus sont les mêmes pour les personnes mariées que pour les moines; La seule différence est que les moines vont à un à un monastère, ils vivent dans des communautés parce qu’ils veulent consacrer leur vie à Dieu et être dégagés des obligations sociales. Les moines ne se marient pas; à la place ils font un vœu de chasteté et de pauvreté. Pourquoi? Parce qu’ils ne veulent pas dépendre de biens que l’on possède. Les moines ne  possèdent pas de terres, n’ont rien d’autre que leurs effets personnels. Dans les monastères, les moines portent l’habit (monastique), un uniforme spécial si vous préférez, car ils sont considérés comme l’armée de l’Eglise, les soldats de l’Église. L’Eglise dépend d’eux.

 

Pendant que  nous conversons aujourd’hui, il y a une session du  Saint Synode de l’OCA (Orthodox Church of America) dans notre monastère. Le Saint-Synode de l’Eglise est composé de ses évêques. L’Eglise a besoin d’évêques. Les évêques ne peuvent pas être mariés, et ils devraient être choisis parmi les moines. Si les dirigeants de l’Église viennent vous dire, « nous avons besoin de vous pour être évêque, » vous ne pouvez pas dire non parce que vous avez à être obéir à l’Eglise. Avec les vœux de chasteté et de pauvreté, le moine fait également le vœu d’obéissance. Et si l’Eglise a besoin de vous envoyer quelque part pour commencer à fonder une église locale, vous devez y aller. Vous ne disposez pas de biens, d’une maison dont il faut se soucier. Vous ne pouvez pas dire « Oh, j’ai une maison, quoi faire avec ma maison? » Vous avez juste une valise et vous mettez en elle les choses nécessaires et vous partez sur le champ. Donc, l’obéissance est un autre voeu que les moines font.

 

Comme je l’ai dit avant, les moines portent un habit. Ils portent des vêtements longs et des robes. Ceci constitue le moine extérieur, le moine que tout le monde voit. Le «moine extérieur», pour ainsi dire, n’est pas fait pour tout le monde. Par contre le moine intérieur concerne  tout le monde. En d’autres termes, les vertus de l’abstinence et du sacrifice sont les mêmes pour le moine qui a prononcé ses vœux que pour le profane. Donc, les vertus monastiques de renoncement à sa volonté propre, de prendre sa croix, et d’abstinence-ci sont pour tout le monde. Les vertus sont les mêmes et nous nous dirigeons tous vers le même endroit, que ce soit les personnes mariées ou les moines.Le mariage n’est pas une chose facile. Il faut beaucoup d’ascétisme dans le mariage.

Vous avez trois, quatre, cinq enfants; parfois même vous n’avez pas le temps de manger, car il faut simplement laisser les enfants manger, et vous vous sacrifiez pour eux et pour d’autres. C’est ceci est la différence entre moines et laïcs.

 

La Roumanie compte environ 500 monastères. Il y a toujours eu beaucoup de moines et de moniales en Roumanie. Ils ne sont pas cloîtrés; ils vont faire les courses, ils vont au marché. La Roumanie est un petit pays, de la taille de l’État de l’Ohio, et les moines et moniales sont influencés par la culture du pays. Même aujourd’hui, les monastères de la Roumanie sont pleins de moines et de moniales. Donc, cela dépend de la culture dans laquelle vous vivez et la façon dont vous comprenez l’Evangile.

 

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a amené à la vie monastique?

 

Je ne suis pas allé au monastère quand j’étais jeune. J’ai été  en prison deux fois, et après mon premier emprisonnement, je suis devenu un moine parce que j’ai mûri en prison. Lorsque vous rencontrez la souffrance, alors vous commencez à réfléchir. Je suis un enseignant. Je donnais des cours dans une école secondaire à Bucarest. J’étais assez mûr pour comprendre la vie et me demander, « pourquoi ne suis-je pas marié alors que j’ai 30 ans? »  “Est-ce que je dois me marier ou pas?” Alors la prison m’a donné le temps de méditer et de réfléchir, « Qu’est ce qui est   mieux pour moi ? Me marier et avoir une famille, ou bien choisir la vie monastique? « J’ai décidé de suivre la vie monastique.

 

Lorsque j’étais un jeune garçon, j’ai vécu dans un monastère, au Séminaire de Cernica à Bucarest, et j’ai aimé la vie monastique. Donc, pour moi, le monachisme était un mode de vie naturel.

 

Pouvez-vous nous dire ce qu’était la vie d’un chrétien sous un régime communiste?

(A suivre)

http://www.pravmir.com/god-is-always-with-you/

4 mai 2015

La Chute et la Résurrection de l’Homme

Posté par TB. Aucun commentaire

Mosaique-Monreale_Adam-et-Eve-apres-la-Chute

Mosaïque montrant la chute d’Adam et Eve 

 

LA  CHUTE  ET  LA  RÉSURRECTION  DE  L’HOMME

Source : Métropolite Hierotheos de Nafpaktos. Orthodox Heritage Vol.12 issue 03-04  (avril 2015)

Habituellement nous pensons la chute en termes juridiques qui pourraient être empruntés au vocabulaire des tribunaux.

Nous considérons que le pêché d’Adam était simplement la désobéissance à une loi extérieure, que cette désobéissance a créé une grande culpabilité chez l’être humain, et que les conséquences de cette culpabilité sont héritées par les descendants d’Adam.

Cette approche du pêché n’est pas celle de l’Eglise Orthodoxe.

Dans l’Orthodoxie, le pêché est considéré comme une maladie. L’homme est tombé malade et cette maladie a des conséquences pour l’ensemble de la race humaine.

Saint Cyrille d’Alexandrie (Patriarche d’Alexandrie de 412 à 444) emploie l’image d’une plante : quand les racines d’une plante sont malades, alors toutes les branches de la plante sont malades. Nous pouvons interpréter le pêché d’Adam de la même façon.

Saint Maxime (580-662 moine et théologien byzantin) place sur le plan théologique la chute de l’homme et sa restauration. Il dit qu’au commencement de la Création du monde il y avait cinq ensembles séparés :

-      La séparation entre ce qui est créé et ce qui n’est pas créé (l’Incréé).

-      La séparation entre la Terre et le Ciel.

-      La séparation entre le Monde et le Paradis.

-      La séparation entre ce qui est tangible (le matériel) et ce qui est noétique (de « Noûs », voir un peu plus loin).

-      La séparation entre l’homme et la femme.

Adam, avec l’aide et la grâce de Dieu, mais également par son effort personnel comme expression de sa liberté propre, devait surmonter ces séparations et atteindre à l’union avec l’Incréé. Certes, la séparation entre le créé et l’Incréé ne pouvait être abolie, mais la création aurait atteint une certaine unité avec l’Incréé. De plus, il est admis que l’Incréé peut demeurer dans le créé, et donc dans l’homme qui devient ainsi -selon saint Maxime le Confesseur – incréé par la grâce.

Adam n’a pas pu abolir ces séparations. Lire la suite… »