Où est Dieu?

Où est Dieu?
Comment trouver Dieu dans un monde qui ne croit pas?
Dieu est miséricordieux, prompt à pardonner, rapide à faire preuve de miséricorde et à nous enlacer lorsque nous nous tournons vers lui. De toute éternité, notre Dieu a choisi de créer l’humanité à Son image et à Sa ressemblance, offrant à Ses créatures la possibilité de communier avec Lui dans l’infini du temps. Il nous a donné le libre arbitre, nous permettant de choisir, ou de ne pas choisir, d’ avoir une relation avec Lui. Nous, dans notre liberté, pouvons choisir entre le bien (Dieu) et le mal (Satan), selon notre choix.
Nous pouvons généralement faire la différence entre le bien et le mal. Le meurtre et le vol se trouvent évidemment dans le camp du mal, tandis que la bonté, les actions philanthropiques, la miséricorde et l’amour sont dans le camp de la sainteté et du divin. Pourtant, beaucoup estiment que Dieu n’est qu’un mythe, une bonne idée, mais difficilement crédible. Si ce Dieu auquel ils aimeraient croire était vraiment réel, ne faciliterait-il pas les choses pour le voir  le chercher? Si nous sommes libres de choisir Dieu, pourquoi ne se fait-il pas plus facile à trouver? Pourquoi ce Dieu s’attend-il à ce que nous croyions en Lui alors que nous ne pouvons pas Le voir ou Le sentir? S’il y a un Dieu, pourquoi ne se fait-il pas simplement connaître, nous laissant choisir ou non la communion avec lui?
Ce sont des questions que beaucoup de gens se posent, au moins pour eux-mêmes. Beaucoup veulent croire qu’il y a un Dieu qui prend soin d’eux et est capable de faire une différence dans leurs luttes quotidiennes, mais ils ne peuvent tout simplement pas croire. La philosophie nihiliste qui a conquis de nombreux jeunes aujourd’hui est basée sur le désespoir d’un âge qui a vu tant de guerres, tant de pauvreté, tant de meurtres, tant d’enfants maltraités et un avenir apparemment sans espoir. Comment peut-il y avoir un Dieu alors que tant de souffrances abondent dans ce monde? Comment peut-il y avoir un Dieu quand même des personnes innocentes, de bonnes personnes, souffrent?
Où est Dieu? Il est au soleil qui se leve. Il se trouve dans les montagnes glorieuses et la vaste mer qui s’étend au-delà de l’horizon. Il est present lors de la tendre caresse de la main d’une mère sur son nouveau-né. Il est dans le bras protecteur du policier qui réconforte l’enfant perdu. Il se trouve dans les mots d’absolution prononcée par le prêtre après une bonne confession. Il est dans le visage souriant d’une vieille femme qui voit un jeune couple se tenant la main. Il est dans la merveille du cosmos par une nuit sombre. Il est dans le petit rire d’un petit enfant jouant avec son grand-père. Il est dans la chaleur d’un chaton tenu dans la main. Il est dans la croix qui a porté le Fils de l’homme. Il est dans le pain et le vin qui deviennent Son corps et Son sang. Il est l’Esprit transformateur qui change les cœurs et rend les hommes saints. Il est plus proche de nous que notre propre souffle, plus affectueux que l’étreinte d’une grand-mère pour un enfant malade. Il est partout, car il n’y a aucun endroit où Il ne peut pas être. Il remplit toutes choses. Il est partout visible si seulement nous regardons les yeux ouverts et les cœurs ouverts.
Avec amour en Christ,
Abbé Tryphon

Source: https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Sur la Vérité

La Vérité éternelle a perduré depuis les temps anciens.
À une époque où beaucoup de gens pensent que la vérité est relative, savoir qu’il existe une vérité absolue est réconfortant. La liberté qui vient avec la connaissance que nous sommes capables d’embrasser des enseignements qui sont une continuation d’une ligne ininterrompue remontant à l’époque apostolique, est libératrice. En tant que chrétiens orthodoxes, nous ne sommes pas confrontés à la tâche troublante d’interpréter à nouveau les Écritures, ou de décider des enseignements moraux et dogmatiques pour nous-mêmes, ou d’essayer de rendre notre foi pertinente pour cet âge. Au contraire, nous pouvons nous immerger dans la connaissance que nous avons acquis l’esprit de l’ancienne église universelle.
Nous n’avons pas eu à réinventer la Foi, parce que nous nous sommes alignés sur l’Église qui est à la fois ancienne et pertinente pour le chercheur moderne. Nous savons que les enseignements de l’Église ne sont pas basés sur l’esprit fini ou l’imagination de notre propre nature déchue, mais sur la vérité éternelle qui a perduré depuis les temps anciens.
Il est réconfortant de savoir que l’Église est restée fidèle à son héritage pendant environ deux mille ans. Il est libérateur de savoir que les anciens dogmes chrétiens, les modes de culte et les enseignements moraux guident nos vies, comme cela s’est fait depuis deux mille ans.
La vérité n’est pas relative, mais absolue. Il n’y a pas de plus grande liberté que de pouvoir recevoir, comme la nôtre, la vérité transcendante qui a fait les saints, depuis les temps anciens. Il n’y a pas de plus grande liberté que de pouvoir embrasser la vérité absolue qui a transcendé le temps, l’espace, la culture et la race. Pas de plus grande joie que d’être compté comme appartenant au Christ et de nous être joints à l’Église même qu’il a fondée.
Avec l’amour en Christ,
Abbé Tryphon

Source: https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681

L’accélération du temps

Par Grégoire Fetchorou

En été, nous partions, comme il se doit, à la campagne chez notre grand-mère. Nous habitions, quasiment à l’écart de la civilisation, dans une petite maison en bois et argile. On passait nos soirées à écouter des contes, à la lumière d’une lampe à huile. Quelle richesse révélait alors ce monde plein de mystères et de beauté ! Comme si je vivais dans un autre temps, prenais part à une autre histoire qui donnait accès à l’éternité. Mais à présent, il se fait que, de plus en plus vite, le temps se ratatine.

Le temps s’écoule plus vite, beaucoup plus vite qu’auparavant. Est-ce que vous avez remarqué cela ? Nous n’avons pas le temps pour lire un livre, réfléchir, rencontrer des amis. Il ne nous reste même plus de temps pour les enfants et la compagne rencontrée à la croisée des chemins de notre vie.

Les savants voulurent mesurer cette accélération du temps, de la durée. Bien qu’il ne soit pas aisé de calculer l’unité de mesure de ce qui est. Car il n’existe aucun état ou mouvement dont la perception de l’écoulement du temps serait absent. Et ils conclurent, on ignore par quel calcul, qu’aujourd’hui 24 heures passent aussi vite qu’auparavant 16 heures.

 

Ainsi donc nous avons déjà perdu le tiers du temps de notre vie, sinon une moitié du temps pendant lequel nous restons actifs. Et ce ne sont pas uniquement les savants qui le remarquent. Les ascètes qui sont nos contemporains, les pères qui s’exercent à la vertu dans les ermitages de la Montagne sainte, disent la même chose : aujourd’hui, le temps s’écoule bien plus vite qu’auparavant. Il serait injuste de les accuser d’une subjectivité psychologique due aux changements sociaux.

La vitesse de tous les processus a augmenté mais le temps a accéléré sa course : il se produit le contraire à ce à quoi on pourrait s’attendre. Ainsi, en dépit de toute la logique scientifique, les idéologues de la théorie du progrès se montrèrent être de grands menteurs. Le siècle précédent, ne nous persuadaient-ils pas que le progrès scientifique et technologique ferait que les machines se substitueraient au travail des hommes qui auraient ainsi plus de loisirs ? Oui, la machine à laver facilita la vie de la ménagère. Mais aujourd’hui les femmes souffrent encore plus de stress infligé par le manque de temps que lorsqu’on rinçait le linge dans la rivière…

Auparavant les hommes se déplaçaient lentement ; chaque jour de leur vie, d’une manière convenable, ils faisaient tout ce qu’ils devaient faire au cours de la journée qu’on commençait par la prière du matin et finissait par celle du soir. A table, on disait le Notre Père et on ne se mettait jamais au travail sans se signer avec le signe de Sainte Croix. En tout heure et en tout lieu, l’homme trouvait une minute pour dire un mot à Dieu et, comme réponse, recevoir dans son âme la certitude de ne pas être seul. Bien que sa vie ait été pénible avec ses élans et ses chutes, elle lui offrait le sentiment de la plénitude. C’était une existence qui était ressentie dans toute sa plénitude.

Maintenant tout se fait en courant parce qu’en permanence nous nous sentons privés de la joie de l’instant, imparfaits dans ce que nous faisons et ce que nous vivons. Et quand on prie (si quelqu’un en a le zèle), l’esprit n’est pas là. Il se hâte, il s’enlise dans les soucis du quotidien ou de la banalité de notre vie ordinaire. Quand on se met à l’œuvre, l’idée de se signer ne vient même pas à l’esprit parce qu’on pense déjà à tout autre chose. Enfin, la prière ne s’insère pas dans l’ambiance de nos vies. Comme si c’était Dieu qui devrait suivre le monde, l’imiter, et pas le contraire.

Ainsi l’homme reste seul.

Ce n’est pas uniquement parce qu’il ne trouve plus une place pour Dieu dans sa vie, mais il ne se sent plus capable d’être proche des autres : les amis, les frères, l’épouse ou l’époux. Et c’est parce que, dans la course de la vie, chacun de nous a son rythme. Autrement dit, tout le temps pressés on regarde en avant dans l’espoir que viendra un moment où on pourra se calmer. Mais la vie passe encore plus vite. La maladie et la mort arrivent beaucoup plus tôt que ce répit si désiré, plus vite qu’on ne s’y attend, sans nous avoir laissé le temps pour se calmer et revenir à soi, regagner ses pénates.

Mais on peut comprendre cette solitude autrement : la hâte, le rythme extrême et le bruit du monde dans lequel nous vivons ne nous laissent pas entendre les pas timides d’un autre monde dans les sentiers de notre âme. Pourtant, comme l’enfant ou l’amour, l’âme a besoin qu’on lui accorde du temps. Elle a son rythme pour les relations profondes et calmes avec Dieu et d’autres âmes. La femme comprend mieux cela puisqu’elle sent plus fortement.

Le rythme de l’alternance des jours et des années de la société dans laquelle nous vivons nous aliène de la vie de notre propre âme, nous nous accoutumons à cet état : nous oublions encore davantage l’existence même de notre âme. C’est pour cela que les théories évolutionnistes ont tant succès. Autrement dit, nous oublions d’où nous venons, nous oublions le langage du paysage de l’âme où il y a tant de beau et de mystérieux. Inconnus des autres, nous mourrons parmi des étrangers, un grand nombre de chrétiens étant perdus parmi ceux qui se sont éloignés de la foi orthodoxe. Dieu l’a voulu – peut-être, après avoir saisi les choses matérielles comme symbole, l’homme comprendra ce qui se passe au niveau de l’esprit.

Les architectes du paysage de la société contemporaine, les biotechnologues de l’humanité subordonnés au mécanique crurent que l’homme pouvait être usiné comme une pièce puisqu’ il deviendra robot. Tel un ordinateur programmé qui répond rapidement aux commandes du système. Ils se mirent à ce projet et conduisirent l’individu occidental jusqu’à devenir conforme à leur projet. Mais malgré tout, ils ne réussirent pas à changer entièrement la nature humaine. Dans le monde des machines et de l’information, aliénés de leurs propres âmes, les hommes souffrent et n’en comprennent pas la cause. La plupart d’eux ne savent même pas qu’ils ont une âme. Comment donc peuvent-ils les reconnaître et comprendre leurs souffrances ? Ils se ressemblent alors à un malade souffrant de la faiblesse, du vertige, qui se sent courbaturé mais n’est pas capable de dire au docteur d’où vient ce malaise.

Continuer la lecture de L’accélération du temps

Une masse de pecheurs…

Une masse de pécheurs.
Engagés à vivre comme présence du Christ.
Selon Saint Éphr
em le Syrien (306 – 373), « l’Église n’est pas l’assemblée des saints, c’est la masse des pécheurs qui se repentent, et qui, bien qu’ils soient pécheurs, se sont tournent vers Dieu et s`orientent vers Lui. » En tant que peuple qui se concentre sur Dieu, nous sommes des pécheurs qui se sont engagés à vivre comme présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne peut pas être séparée de la sainteté de Dieu qui est à l’œuvre dans ce monde.
Notre péché est une maladie omniprésente,
le péché c` est l’échec d` atteindre l’objectif d’être vraiment humain. Nous sommes appelés à accomplir le dessein de Dieu dans notre venue à l`existence et à fonctionner comme l’image créée de Dieu. Notre péché, par conséquent, n’implique pas simplement la culpabilité d’avoir transgressé les commandements de Dieu, mais doit être l’impulsion pour devenir autre chose que ce que nous sommes dans notre état déchu. Parce que chacun de nous a une expérience unique, la victoire sur nos habitudes personnelles de péché requiert toute notre attention et toute notre vigilance.
Le but ultime de ce processus salvifique est
de participer à la vie de Dieu (theosis), ce qui consiste simplement de refléter la ressemblance divine. En devenant semblables à Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et nous retrouvons la ressemblance de Dieu
C’est dans cette perspective que nous reconnaissons notre vocation d’être Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout comme nous, est appelé au processus de divinisation, et nous, comme nous le dit saint Séraphin de Sarov,
nous pouvons contribuer au salut d’un millier autour de nous, en acquérant la paix intérieure. En acquérant un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et promouvons la transformation de l’ensemble du Cosmos en l’image et la ressemblance de notre Dieu créateur
Avec amour en Christ,
Abbé Tryphon

Source: https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/