« Older Entries Subscribe to Derniers articles

12 déc 2014

Le péché n’est pas un problème d’ordre moral

Posté par TB. Aucun commentaire

flamboyant2

 Flamboyant en fleurs annonçant Noel 

sous les tropiques de l’hémisphère austral

 

Source :http://blogs.ancientfaith.com/glory2godforallthings/2014/12/08/sin-not-moral-problem/

 

LE PECHE N’EST PAS UN PROBLEME D’ORDRE MORAL

Beaucoup de lecteurs n’ont jamais entendu qu’il n’y a pas une telle chose comme un progrès moral – donc je ne suis pas surpris que l’on me demande d’écrire de manière plus approfondie sur le sujet.

Je vais commencer en se concentrant sur la question du péché lui-même. Si nous comprenons de façon correcte la nature du péché, sa vraie nature, la notion de progrès moral se verra plus clairement. Je vais commencer par clarifier la différence entre la notion de moralité et la compréhension théologique du péché. Ce sont deux mondes très différents.

 

La moralité (tel que j’utilise le mot) est un terme qui décrit généralement l’adhésion (ou le manque d’adhésion) à un ensemble de normes et de comportements.  Avec cette façon de considérer les choses, on peut admettre que tout le monde pratique une certaine forme de moralité. Quelqu’un qui ne croit pas en Dieu aura toujours un sens intériorisé de ce qui est bon ou mauvais et il aura un ensemble d’attentes pour lui-même et pour les autres. Il n’y a jamais eu un ensemble de valeurs morales universellement acceptées. Différentes personnes de différentes cultures ont une large variété de conceptions morales et de ce que signifie être «moral».

Lire la suite… »

9 déc 2014

Le Notre Père: Etude.

Posté par TB. Aucun commentaire

Métropole Orthodoxe roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale
Centre Orthodoxe d’Etudes et de Recherches Dumitru Staniloae
Le Notre Père
une prière divine pour l’Homme
Conférences du Père Noël TANAZACQ (26 et 27 mars 2012)(1)

Note bibliographique liminaire
Je me suis appuyé surtout sur deux auteurs :
-l’Evêque Jean de Saint-Denis (1905-1970), qui a fait un remarquable cours sur la prière
(Technique de la prière (2)) à l’Institut Saint-Denys en 1958-1959, et qui fut mon évêque et mon
professeur de théologie entre 1965 et 1970. Lui-même s’appuyait sur les Pères de l’Eglise, mais il est allé bien au-delà.
-le Père Jean Carmignac, qui a été l’un des plus grands biblistes du 20e siècle, spécialiste des
manuscrits de Qumrân. Il a fait sa thèse sur le Notre Père (publiée en 1969) et a trouvé la clé de
compréhension de la 6e demande (la tentation) : cet ouvrage est absolument fondamental et je l’ai utilisé constamment (3). Il en a publié aussi une synthèse, remarquable mais destinée au grand public (« A l’écoute du Notre Père », 1971). Lire la suite… »

28 nov 2014

L’agriculteur et le potier

Posté par TB. Aucun commentaire

amarylis(nov2014)

 

 

Une petite histoire

On raconte que quelqu’un maria ses deux filles.

Une fille a épousé un agriculteur et l’autre fille un potier.

Une année après leurs mariages, le père est parti rendre visite à ses deux filles.

Il s’est rendu en premier chez celle qui avait épousé un agriculteur qui l’a accueilli avec joie.

Il lui a demandé comment était sa situation, elle lui dit :

Mon époux a loué des terres et il s’est endetté pour acheter des graines afin de les semer.

S’il pleut nous serons comblés, mais s’il ne pleut pas ce sera une catastrophe.

Le père a alors quitté sa première fille et s’en alla visiter celle qui avait épousé un potier. Elle l’accueilla avec joie.

Il lui demanda comment elle allait et comment était sa situation, elle lui dit :

Mon époux s’est endetté pour acheter de l’argile qu’il a transformée en poteries et il les a placées au soleil pour qu’elles sèchent.

S’il ne pleut pas nous serons comblés, mais s’il pleut tout va se désagréger à cause de la pluie et ce sera une catastrophe.

Lorsque le père retourna chez lui, alors son épouse lui demanda comment vont ses filles.

Alors il lui dit :

S’il pleut, remercie le Seigneur, et s’il ne pleut pas remercie le Seigneur.

Rends grâce au Seigneur dans tous les cas.

 

20 nov 2014

Homélie sur le jeûne de saint Ephrem le syrien

Posté par TB. Aucun commentaire

 

Saint Ephrem le Syrien a vécu entre 306 et 373 à l’est de la Turquie actuelle.

Bienheureux, et même trois fois bienheureux celui qui garde le jeûne car le jeûne est une vertu très puissante.

Il y a plusieurs sortes de jeûnes :

  1. Le jeûne de la langue : ne pas s’étendre en bavardage creux et ne pas insulter, ne pas dire des grossièretés, maudire ou prononcer de vaines paroles.  Ne pas diffamer, médire ou divulguer des secrets. Ne pas se mêler de ce qui ne nous concerne pas.
  2. Le jeûne des oreilles pour ne pas écouter des choses vaines.
  3. Le jeûne des yeux : ne pas regarder ce qui ne mérite pas d’être vu.
  4. Le jeûne de la colère : dominer sa propre colère pour qu’elle n’éclate pas.
  5. Le jeûne des honneurs : assujettir la vaine gloire, ne pas rechercher les honneurs ou une haute position. Ne pas s’élever au-dessus des autres et ne pas admettre les flatteries.
  6. Le jeûne de l’intellect : avoir la crainte de Dieu et ne pas s’abaisser à des pensées trompeuses qui suscitent l’excitation intérieure.
  7. Le jeûne alimentaire : ne pas manger plus que mesure, ne pas rechercher les mets très raffinés et très chers, manger aux heures des repas et ne pas manger entre ces heures, ne pas céder à la gourmandise et se remplir le ventre de nourriture très riche ou souhaiter d’autres mets plus chers et plus attirants.
  8. Le jeûne des boissons : ne pas s’enivrer d’alcools ou de vins divers.
  9. Jeûner des passions et des pulsions mauvaises, maîtriser ses sens pour ne pas être pris au filet des désirs passionnels et rejeter les pensées qui sont à la source de ces désirs passionnels ; ne pas prendre plaisir aux imaginations qui en découlent, ne pas céder à la chair mais la maîtriser et se dominer.