Juste imaginez…

Source: http://frlawrencefarley.blogspot.ru/2016/12/just-imagine-john-lennon.html

Dans l’hagiologie [ l’hagiologie traite des saints ou des choses saintes] du monde, il semble que lorsque la mort frappe soudainement avant l’heure (alors qu’on est encore relativement jeune), elle donne alors  un parfum de sainteté séculier et fait que ceux qui meurent avant leur temps sont dotés du statut de saints. Prenez par exemple la mort prématurée de la princesse Diana (…), elle a été instantanément saluée comme «la princesse du peuple» après sa mort dans un tunnel de Paris et elle a été associée avec Mère Térésa (elles sont mortes à quelques jours d’intervalle) ; certains les ont décrites comme se tenant les mains et marchant dans le Ciel comme deux saintes. Une comparaison sérieuse des vies et des choix de la princesse Diana et de Mère Teresa, bien sûr, ne peut conforter ce jumelage, ni l’idée que la Princesse Diana était du genre   de saint qu’était Mère Teresa. Mais la mort prématurée apporte avec elle une réponse émotionnelle qui submerge le discernement.

 

Nous voyons cela dans le cas de John Lennon, mort à l’âge de 40 ans en 1980, abattu alors qu’il rentrait chez lui avec Yoko Ono dans leur appartement de New York. Il est mort de ses blessures et a été déclaré mort à son arrivée dans un hôpital voisin le 8 décembre à 11 h 07. John Lennon était connu pour sa défense de la paix dans le monde, et il est devenu comme un emblème de cette cause. Ainsi que  Wikipedia le rapporte : Lennon et Ono ont utilisé leur lune de miel selon ce qu’ils ont appelé un« Bed-In pour la paix » (au lit pour la paix) à l’Hôtel Hilton d’Amsterdam. À un deuxième « Bed-In » trois mois plus tard, à l’hôtel Queen Elizabeth à Montréal, Lennon a écrit et enregistré «Give Peace a Chance». Sorti comme un solo, cette chanson a été rapidement adoptée comme un hymne anti-guerre. En décembre, ils ont payé pour des panneaux publicitaires dans 10 villes du monde qui ont déclaré, dans la langue nationale de chaque pays, «La guerre peut se terminer ! Si vous le voulez ».

Il est difficile d’échapper au message perpétuel de Lennon : chaque année à la période de Noël, nous entendons sa version de « Happy Xmas (War is Over) » sur les ondes radio. Cela me fait toujours penser à son autre succès perpétuel, « Imagine », qui s’ouvre avec la lyrique : « Imaginez qu’il n’y a pas de Ciel. C’est facile si vous essayez. Pas d’enfer en dessous de nous ; au-dessus de nous seulement le ciel. Imaginez tous les gens qui vivent aujourd’hui. Imaginez qu’il n’y ait pas de pays. Ce n’est pas difficile à faire. Aucune cause pour tuer ou mourir, et pas de religion non plus. Imaginez tous les gens vivant en paix… ».     Le dédain de Lennon pour la religion est ici associé à l’enthousiasme de sa génération pour la paix, et la combinaison a trouvé une grande résonance dans l’esprit et le cœur de beaucoup. La disparition prématurée de John Lennon a servi à placer sa vie et ses vues au-delà de toute critique si timide soit elle.   «Saint John (Lennon) » ne peut pas être facilement contredit.

La question peut cependant être posée : qu’est-ce que John Lennon savait réellement des véritables causes de la paix et de la guerre et pourquoi les nations se livraient la guerre les unes aux autres ? Plus important encore, pourquoi les nations sont-elles parfois dissuadées d’aller à la guerre ? Il est peu probable que quelqu’un ait jamais été dissuadé de ses propres impulsions guerrières parce que John et Yoko se sont fameusement permis d’être photographiés au lit ensemble ou en lisant leurs panneaux annonçant «La guerre est finie ! Si vous le voulez ». Il est également peu probable que l’abolition de la religion et des pays fasse l’affaire, car les personnes partageant le même pays et n’ayant aucune religion discernable se livrent encore à la guerre les uns contre les autres. Bien sûr, quand cela se produit dans le même pays, on l’appelle non pas «guerre», mais «crime», mais l’impulsion guerrière est la même néanmoins. La guerre existe dans le cœur humain, et ni les   « bed-in » ni les slogans ne peuvent l’éliminer de ce coeur. Y at-il quelque chose qui puisse le faire ?

Si John Lennon avait pu vraiment imaginer et penser en dehors du cadre du politiquement correct de sa génération (ou peut-être s’il avait lu une certaine théologie chrétienne), il aurait trouvé qu’il y a quelque chose qui peut supprimer la guerre du cœur humain et permettre à tous les peuples de vivre en paix. C’est mentionné par saint Justin le Martyr dans son dialogue avec Tryphon. Dans cette œuvre, saint Justin écrit : «Nous qui sommes saturés de guerre et de massacres mutuels et de toute méchanceté, nous avons échangé nos armes de guerre, nos épées en charrues et nos lances en faucilles d’élagage, et nous cultivons la piété, la droiture, la bonté envers le prochain, la foi et l’espérance que nous avons du Père Lui-même à travers Celui qui a été crucifié ». En d’autres termes, le sentiment religieux que Lennon dédaignait comme cause de guerre était en réalité le seul capable de surmonter la pulsion guerrière. Le scénario sécularisé que John Lennon nous propose d’«imaginer» n’a jamais produit la paix tellement désirée même si certaines personnes l’ont souhaité.

Il est évident que c’est trop demander que John Lennon soit familier avec les écrits de saint Justin Martyr car c’était en dehors de son champ d’intérêt. Par contre la chanson « Snoopy’sChristmas » de la Garde Royale interprétée en 1967 comme suite à leur précédente chanson populaire « Snoopy vs. The Red Baron », lui est sans doute plus familière. Dans cette chanson de Noël, le baron rouge est sur le point de tirer sur Snoopy dans un combat aérien de la Première Guerre mondiale lorsque soudain il entend sonner les cloches des églises en-dessous annonçant la veille de Noël. Ému par cela et par ce que cela implique pour la paix sur la terre, le Baron Rouge décide de ne pas abattre son adversaire, mais plutôt de le forcer à débarquer derrière les lignes ennemies. Bien que Snoopy s’attendait à ce que ce soit la fin, il voit plutôt le baron rouge lui souhaitant un Joyeux Noël et lui offrant un toast pour les fêtes. La chanson se termine avec les deux qui volent dans des directions opposées, refusant de se battre la veille de Noël.

La chanson n’est pas entièrement fantaisiste. Elle est basée sur la trêve historique de Noël de 1914. Ce soir-là, les soldats allemands commencèrent à chanter des chants de Noël et furent rejoints par les soldats «ennemis» chantant à quelques centaines de mètres de à travers la ligne de front. Aussitôt ils ont abandonné leurs tranchées respectives et se sont rencontrés au milieu, conversant, partageant des boissons et des cigarettes et des objets personnels, montrant les uns aux autres des photos des personnes aimées laissées à l’arrière. Certains ont même joué un match de foot ensemble. Les généraux des deux côtés n’étaient pas contents, et plusieurs soldats furent ensuite jugés pour avoir pris part à la camaraderie. Vous pouvez comprendre pourquoi : il est difficile de persuader les hommes de tirer sur des personnes avec qui quelques instants auparavant ils avaient partagé une cigarette et échangé des objets personnels. Il est difficile de persuader les soldats dans les tranchées de faire des épouses des autres soldats des veuves et de leurs enfants des orphelins quand quelques instants avant ils avaient vu des photos de ces épouses et de ces enfants. Maintenant, grâce à leur célébration commune de la naissance du Christ, les autres soldats à travers la ligne de front n’étaient plus simplement des ennemis ou des monstres déshumanisés, mais simplement des hommes comme eux. La guerre avait éclaté en 1914 quand le patriotisme sain dégénéra en nationalisme malsain et fiévreux. La trêve s’est étendue tout au long de la ligne de front peu après en 1914, quand les hommes se sont souvenus de l’origine de leur foi chrétienne et de leur amour commun pour le Christ. L’engagement pour la paix en tant qu’abstraction politique n’a joué aucun rôle dans ce domaine. C’est la dévotion au nouveau-né qui l’a réalisée.

Voici le seul véritable espoir de paix et de guerre. La paix vraie et durable ne peut jamais venir de la politique, des «  bed-ins » ,des slogans, des plans et des politiques, car l’homme n’est pas fondamentalement un animal politique, et la politique ne peut pas guérir le cœur humain. L’homme est un animal spirituel, et la guérison du cœur humain ne peut venir que de causes spirituelles. Seul le Christ peut guérir le cœur humain, et la naissance du Christ annonce le seul espoir pour que tous les hommes vivent ensemble dans la paix. Saint Justin Martyr le savait. Même les gardes royaux et Snoopy et le Baron rouge le savaient. John Lennon ne le savait pas. Juste Imaginez s’il le savait.

Source : http://frlawrencefarley.blogspot.ru/2016/12/just-imagine-john-lennon.html.

Saint Jean Chrysostome: homélie sur la Nativité de Notre Seigneur

 

Image: Saint Mary Nativity 4 Magi 27 صورة

 

Ta naissance,ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de l’intelligence. Ceux qui servaient les astres sont instruits par l’astre de T’adorer, Soleil de justice et de Te contempler, Orient venant des hauteurs. Seigneur, gloire à Toi! (Tropaire)

La Vierge aujourd’hui met au monde l’Éternel et la terre offre une grotte à l’Inaccessible. Les anges et les pasteurs Le louent et les Mages avec l’étoile s’avancent. Car Tu es né pour nous , petit enfant, Dieu éternel! (Kondak)

 

Je vois un mystère nouveau et admirable!

La voix des bergers retentit à mes oreilles, différente des doux accords de la flûte, mais telle le puissant chant des hymnes célestes!

Les Anges chantent!

Les archanges font entendre leurs accords!

Les chérubins laissent éclater leurs cantiques!

Les séraphins rendent gloire!

Tous célèbrent cette fête dans laquelle ils contemplent un Dieu sur la terre et l’homme dans les Cieux. Celui qui était élevé, pour notre Salut, S’est abaissé par Son Incarnation; et celui qui était abaissé est élevé par la divine miséricorde!

Aujourd’hui, Bethléem imite le Ciel: les astres de son firmament sont les anges qui chantent leurs cantiques; son soleil est le Soleil de justice qui ne peut être circonscrit.

Ne cherchez pas comment cela a pu être accompli, car lorsque Dieu veut, l’ordre de la nature doit céder. Il a voulu, Il a eu la puissance, Il est descendu. Il nous a sauvés. La volonté de Dieu s’accomplit en toutes choses.

Celui qui Est aujourd’hui est né! Celui qui Est devient ce qu’Il n’était pas. Car tout en étant Dieu, Il devint homme, sans abandonner Sa divinité […] Des rois arrivèrent, et c’était pour vénérer le Roi céleste Qui venait sur la terre, non pas accompagné des Anges, des Archanges, des Trônes, des Dominations, des Puissances, des Principautés; mais traçant un chemin nouveau, une route non frayée, et sortant d’un sein immaculé.

Cependant, Il n’abandonnait pas le gouvernement de Ses Anges, ni ne Se dépouillait de Sa divinité du fait de Son Incarnation : les rois vinrent L’adorer comme le céleste Roi de gloire; les femmes Le vénérèrent comme né de la femme et changeant les douleurs de la femme en joie et en allégresse; les vierges Le proclamèrent comme fils d’une Vierge[..]; les enfants L’ont vu devenir petit enfant afin que de la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle sortît Sa louange parfaite; les enfants ont vu en Lui l’enfant qui S’est servi de la fureur d’Hérode pour donner à leur âge la gloire du martyre; les hommes faits ont reconnu Celui qui S’est fait homme pour apporter remède aux maux de ceux qui vivaient sous le joug.
Pour les bergers, Il est le bon Pasteur qui donne Sa vie pour Ses brebis; pour les prêtres, Il est le Grand Prêtre selon l’ordre de Melchisédech; pour les serviteurs, Il est Celui qui a pris la forme de l’esclave afin de nous racheter de la servitude.

Pour les pécheurs, Il est le Pécheur de l’Humanité.

Pour les publicains, Celui qui a choisi un publicain afin d’en faire un évangéliste.

Pour les femmes de mauvaise vie, Celui dont les pieds furent arrosés des larmes d’une prostituée repentante.

Et, pour tout dire en un mot, les pécheurs ont tous pu voir en Lui l’Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde! Dès lors, puisque tous se réjouissent ainsi, je veux aussi me réjouir, je veux partager avec les choeurs, je veux célébrer une fête! Mais je ne participerai aux choeurs non en pinçant la cithare, non en agitant le thyrse, non en m’accompagnant de la flûte, non en portant des torches allumées, mais en portant dans mes bras les linges du Christ!

Car tout cela est mon espérance!

Tout cela est ma vie!

Tout cela est mon Salut!

Voilà ma flûte, ma harpe!

C’est pourquoi je m’avance en les portant, afin que leur puissance soit toute la force de mon discours et que je puisse, dire avec les Anges et les bergers : « Gloire à Dieu dans les Cieux! Et paix sur la terre, bienveillance parmi les hommes! »

Christ est né! Glorifiez-Le!

Amen.

http://stmaterne.blogspot.com/2007/12/saint-jean-chrysostome-sermon-sur-la.html