Pourquoi être triste

Pourquoi être vous tristes ?

Par l’Ancien Ephraim d’Arizona (disciple de l’Ancien Joseph l’Hésychaste au Mont Athos, il est moine depuis 60 ans, il a été supérieur du Monastère Philotheou au Mont Athos. Puis par la suite il est parti aux Etats Unis et il a fondé 19 monastères entre les USA et le Canada. Voir : https://orthodoxwiki.org/Ephraim_(Moraitis)_of_Philotheou).

 

Pourquoi être triste et maussade alors que nous cheminons vers Dieu ? Ceux qui ont oublié Dieu et qui n’espèrent pas en la vivifiante et éternelle fontaine de Dieu devraient s’affliger. Mais nous, qui avons foi au Dieu vivant et en qui reposent nos espérances nous devrions être joyeux d’avoir un tel Père dans les Cieux Qui nous aime plus que tous les pères et mères (terrestres) et Qui prends un soin infini de nous afin de nous rendre dignes de Lui. Mais vous allez dire que nous chutons à tout instant ! Oui c’est vrai, on ne peut le nier- nous savons que notre nature est faite d’argile et qu’elle désire ce qui est terrestre et ce qui est d’en bas car le cœur de l’homme est porté au mal dès sa jeunesse (Genèse 8 :21). Nous constatons en nous-mêmes une loi qui cherche à rendre captive notre liberté, de la dominer et de la rendre esclave du péché (Romains 7 :23). Mais en tout cela nos bonnes intentions triomphent. Dieu nous donné des armes spirituelles afin de combattre les assauts du démon : la bannière de la croix de l’espérance, une espérance vivante en Celui Qui a dit « Je ne vous délaisserai pas et je ne vous abandonnerai pas » (Hébreux 13 :5). Nous avons l’espérance en notre Christ qui a été pendu sur le bois de la Croix, vers qui sont tournés tous les regards et en qui notre espoir ne connaîtra pas la honte. Le sang immaculé versé sur la croix a pardonné les péchés de l’humanité et est devenu source de vie. Heureux qui a pour espoir le Seigneur. Mon enfant prend courage ; votre chagrin se transformera en joie. Cette tristesse vous produit un grand bien : elle vous entoure d’un bouclier d’acier de sorte que les flèches du malin qui cherchent à vous lier aux choses terrestres ne puissent vous détourner de penser aux choses célestes et à l’immortalité de votre âme. A la tristesse succèdera la joie et ensuite à la joie la tristesse comme les nuits qui succèdent aux jours. C’est ainsi que le Père des Lumières a tracé la route de ceux qui doivent être sauvés. Il faut patienter et espérer : grave ceci dans les profondeurs de ton cœur ; toutes les adversités vont être confrontées. Attache-toi au doux Jésus ; crie-lui tes afflictions. Confie lui le soin de prendre en charge tes peines et épreuves et Il le fera comme pour Hannah, la mère du prophète Samuel qui à cause de son extrême tristesse de ne pas avoir d’enfant a imploré le Seigneur de toute son âme, et sa demande n’est pas restée sans réponse. Qui a jamais espéré en Dieu et a été mis en honte ? Bien évidemment il ne s’agit pas d’espoir blâmable ; mais il s’agit d’un espoir qui est accompagné d’un effort spirituel à la mesure de nos forces, autrement ce serait de la moquerie. Que Dieu nous préserve d’un tel espoir trompeur !

Source : Orthodox Heritage Vol.15, Issue 11-12.

Sur la gratitude

Sur le bonheur

La gratitude nous rend heureux

 

Nous savons tous que l’argent ne peut pas acheter le bonheur, mais beaucoup ne sont pas conscients que la pratique de la simple gratitude apporte le bonheur. Être reconnaissant pour les gens que nous avons dans nos vies, et pour les choses que nous avons, apporte un bonheur que nous n’obtiendrons pas lorsque nous essayons sans cesse d’accumuler des biens matériels. Des chercheurs qui ont testé la gratitude dans des laboratoires ont découvert que la gratitude change réellement le cerveau, et nous rend plus heureux parce qu’elle nous permet d’être plus heureux. La gratitude modifie bien davantage que la chimie du cerveau, car elle nous rend meilleurs, plus heureux et plus aimables envers les autres.

Si nous mettons en pratique le fait d’être reconnaissants pour les compliments que nous recevons de nos amis, pour les repas qu’ils nous offrent, les cadeaux qu’ils nous donnent, les fleurs qu’ils apportent chez nous, ou bien tout simplement pour leur présence quand nous en avons besoin, nous constaterons que notre gratitude nous amène plus d’amitiés et que d’autres sont attirés vers nous.

Dr Robert A. Emmons a mené une étude sur la gratitude à l’Université de Californie à Davis et qui a mis en évidence des avantages mesurables sur la santé psychologique, physique et relationnelle pour les sujets qui pratiquent la gratitude. « Les témoignages sur la gratitude contredisent l’opinion largement répandue selon laquelle tout le monde a un » point de référence « du bonheur qui ne peut être réinitialisé par aucun moyen connu. » En termes plus clairs, cela signifie simplement que si nous pratiquons la gratitude, nous pouvons réellement être plus heureux que nous ne l’aurions jamais cru possible.

La gratitude est une affirmation de bonté, car en étant reconnaissants, nous affirmons qu’il y a de bonnes choses dans le monde, et de bonnes personnes qui font partie de nos vies. Être reconnaissant ne signifie pas que tout soit parfait dans la vie, mais cela signifie que nous regardons la vie dans son ensemble et que nous recevons avec gratitude toute la bonté qui est dans notre vie. À son tour, notre gratitude devient un fondement de la construction personnelle de ceux qui nous entourent, car en étant heureux nous-mêmes, nous sommes plus susceptibles d’apporter le bonheur pour les autres.

Être heureux nourrit ces actes de gentillesse aléatoires que tout le monde aime expérimenter, et promeut le bien et la gentillesse même parmi les personnes qui nous sont étrangères. Les gens apprécient quand les autres sont bons envers d’autres personnes de façon indistincte. Ce bonheur devient comme un aimant, et alors même des personnes étrangères sont attir ées vers nous, et notre liste d’amis s’allonge. Il n’y a rien qui puisse apporter autant la satisfaction que d’être reconnaissant pour notre vie, pour la vie de ceux qui nous entourent, pour les choses dans nos vies, et pour l’amour que Dieu a pour nous. Rappelez-vous bien, ce n’est pas le bonheur qui nous rend reconnaissants, mais c’est la gratitude qui nous rend heureux.

 

Avec amour en Christ,

Abbé Tryphon

Source : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=2043596142630452&id=1395030584153681