« Older Entries Subscribe to Derniers articles

31 juil 2015

Carême de la dormition

Posté par TB. Aucun commentaire

 

dormition

 

Carême de la Dormition

Jeûne de la Mère de Dieu : du samedi 1er août au vendredi 14 août 2015.

Le Jeûne de la Dormition de la Mère de Dieu précède le 15 août, qui est la plus importante des fêtes liées à Marie. On y observe les  mêmes règles de  jeûne que pour le Grand Carême de Pâques, avec une exception le jour de la Transfiguration, le 6 août où le poisson, le vin et l’huile sont permis.

20 juil 2015

Iconographe « en train d’écrire » une icône

Posté par TB. Aucun commentaire

 

 

 

iconographe sans mains

 

 

Il n’est pas nécessaire d’avoir des mains ou des jambes pour louer votre Créateur…la seule chose nécessaire est la Foi.

Source: http://orthodoxlight.tumblr.com/

ou bien: http://simplyorthodox.tumblr.com/post/56978981906

 

11 juil 2015

Un événement vrai mais incroyable pour beaucoup

Posté par TB. Aucun commentaire

Ce qui suit est une description d’une expérience particulière du retour à la vie après avoir été considéré comme décédé. Ce texte a été publié par Mr K Uekskuell dans le « Journal de Moscou » à la fin du XIXème siècle. En 1916, l’archevêque Nikon membre du Saint Synode (de l’église russe) a publié à nouveau ce texte dans la revue « Pages de la Trinité » avec le commentaire suivant : « Concernant ce récit, nous avons échangé une correspondance avec son auteur, qui, après certifié son authenticité, témoigna que la personne qui a vécu cette expérience a rejoint la vie monastique. Considérant que rien dans ce récit est en désaccord avec l’enseignement de l’Eglise sur le mystère de la mort et la vie dans l’au-delà, nous avons considéré qu’il était bénéfique de réimprimer le texte comme un article à part ».

Source principale: Orthodox Life, Vol. 26, No.4, Juillet-Aout 1976, pp.1-36.

Autres sources : http://www.fatheralexander.org/booklets/english/unbelievable_but_true.htm#n1

Egalement sur l’excellent site : http://orthodoxologie.blogspot.com/2011/07/ (publié entre juillet et aout 2011)

 Ce texte, un peu long, est réparti sur 27 sections.

I

Je ne vais pas ici me consacrer à une description générale de ma personnalité, car elle n’a aucune incidence sur la question devant être présentée, mais je vais essayer de me décrire pour le lecteur seulement pour exposer ma relation à la religion.

 

Ayant grandi dans une famille chrétienne orthodoxe plutôt pieuse, et par la suite ayant étudié dans un type d’établissement où l’incrédulité religieuse n’était pas considérée comme un signe de génie de la part de l’élève, je ne me suis pas révélé être un véhément et fieffé mécréant, comme l’était la majorité des jeunes gens de mon temps. En substance, je me suis révélé être quelqu’un très indéfini, je n’étais pas athée, et en aucune façon je ne pouvais me considérer comme ayant été à aucun degré un homme religieux. Et puisque ces deux états mentaux ne sont pas le résultat de mes convictions, mais furent, pour ainsi dire, passivement superposés sur moi par des influences précises de mon environnement, je demanderai au lecteur de se trouver une classification appropriée pour ma personnalité à l’égard de cette situation.

 

Officiellement, je porte le nom de chrétien, mais sans doute ne me suis-je jamais demandé si j’avais vraiment droit à ce qualificatif. Je n’ai même jamais eu la moindre inclination à vérifier ce que la vocation d’un chrétien demandait de moi et si je répondais à ces exigences. J’ai toujours dit que je croyais en Dieu, mais si on me demandait comment je croyais, comment l’Église orthodoxe à laquelle j’appartenais enseignait qu’il fallait croire, sans doute, me serais-je trouvé dans une ornière. Si on m’avait en outre demandé plus en détail, si je croyais, par exemple, en notre salut par l’Incarnation et la souffrance du Fils de Dieu, en sa Parousie [Seconde Venue] en tant que juge, ce que ma relation à l’Eglise était, si je croyais en la nécessité de Sa fondation, en Sa sainteté et au salut pour nous à travers Ses sacrements et ainsi de suite, je ne peux imaginer quelles absurdités j’aurais donné comme réponses. Voici un exemple :

 

Un jour que ma grand-mère, qui observait toujours strictement les jeûnes, m’a réprimandé de ne pas observer les carêmes.

« Tu es toujours fort et sain, tu as bon appétit, il s’ensuit que tu es en mesure de très bien t’entendre avec la nourriture de carême. Comment se fait-il que l’on n’observe pas ces lois de l’Église, qui ne sont même pas difficiles pour nous ?»

« Mais grand-mère, c’est une loi complètement déraisonnable », objectai-je.

« Car tu manges, pour ainsi dire, mécaniquement, par habitude, et personne avec un peu d’intelligence ne va se soumettre à une telle coutume. »

« Pourquoi déraisonnable ?»

« Eh bien, ça fait aucune différence pour Dieu que je mange du jambon ou des poissons fumés »

(N’est-ce pas vrai que dans ce cas, quel exemple nous avons ici en profondeur de la compréhension de l’essence du jeûne par un homme instruit !).

« Comment se fait-il que tu parles de cette manière ? » continua grand-mère. « Peut-on qualifier une loi de déraisonnable, quand le Seigneur Lui-même a jeûné ?»

Je fus frappé par une telle réponse, et c’est seulement avec l’aide de ma grand-mère que je suis parvenu à retenir la narration évangélique concernant le jeûne. Mais le fait est que je l’avais complètement oublié, comme vous le voyez, et cela ne m’a empêché en aucun cas de me jeter dans la contradiction qui prit un caractère plutôt hautain.

 

Et ne croyez pas, lecteur, que j’étais plus stupide ou volage d’esprit que les autres jeunes gens de mon entourage.

 

Voici un autre exemple.

 

Il fut demandé à un de mes collègues considéré comme instruit : croyait-il en Christ comme Homme-Dieu ? Il répondit affirmativement, mais immédiatement après, la conversation révéla ensuite qu’il niait la résurrection du Christ.

 

« Permettez-moi, pourquoi dites-vous quelque chose de très étrange », objecta une vieille dame. « Selon votre croyance, qu’arriva-t-il au Christ après Sa mort? Si vous croyez en Lui comme Dieu, comment pouvez-vous vous permettre simultanément de penser qu’il est mort complètement, c’est-à-dire que Son être finit complètement ?»

 

Nous attendions une sorte de réponse tarabiscotée de notre intelligent collègue, quelques subtilités dans la conception de la mort, ou une nouvelle explication de la question en discussion. Pas du tout, il répondit simplement :

 

« Oh ! Je n’ai pas réalisé cela. J’ai dit comme j’ai ressenti. »

 

 

II

Un état exactement identique d’incompatibilité des idées entre elles, s’installa en moi, et, à cause de l’insouciance de ma part, cet état se tissa lui-même un nid douillet dans mon esprit.

 

Je semblais croire en Dieu comme il se doit, c’est-à-dire que je Le comprenais comme un être personnel, tout-puissant, éternel, je reconnaissais que l’homme était Sa création, mais je ne croyais pas en l’au-delà.

 

Une bonne illustration de l’esprit volage de nos relations à la fois à la religion et à notre état spirituel est considérée dans la suite : j’ignorais ce grave manque de foi en moi jusqu’ à ce que, pareillement à mon collègue mentionné ci-dessus, une certaine circonstance le mit en lumière.

 

Le destin m’a amené à être ami d’un homme sérieux et très instruit ; en outre, il était extrêmement sympathique et solitaire, et j’aimais lui rendre visite de temps en temps. Un jour, lui ayant rendu visite, je l’ai trouvé lisant le catéchisme.

 

« Qu’est-ce que cela, Prochor Alexandrovitch » – c’est ainsi que mon ami s’appelait – « vous préparez-vous à devenir pédagogue ? » demandai-je, étonné en pointant vers le livre.

 

« Mon cher ami, qu’entendez-vous par pédagogue ?! Ce serait bien si je pouvais devenir un étudiant passable. Elle est bien loin de moi l’idée d’enseigner aux autres. Je dois me préparer à l’examen. Eh bien, regardez mes cheveux gris, ils augmentent avec chaque jour qui passe et avant qu’on ne le sache, on est appelé à rendre compte de tout cela, dit-il avec son habituel sourire de bon cœur « .

 

Je n’ai pas pris ses paroles littéralement, pensant que puisque qu’il était homme à lire toujours beaucoup, il avait simplement constaté la nécessité d’une sorte de correction dans la catéchèse. Lui, évidemment désireux d’expliquer cette lecture qui était étrange pour moi, déclara :

 

On lit beaucoup dans les publications actuelles toutes sortes d’ordures, et bien, ici, je vérifie moi-même que je ne m’égare pas sur une fausse piste. Car, vous le savez, l’examen qui nous attend est sévère, il est sévère, en cela qu’aucun réexamen ne sera accordé.

 

« Mais croyez-vous vraiment cela ?»

 

« Vraiment, comment peut-on ne pas croire en cela? Voyons, essayons de chercher ce que vais-je devenir. Que pensez-vous, que dès que l’on comptera un, deux, trois et que je me transformerai en poussière ? Et si je ne retourne pas à la poussière, alors il ne fait aucun doute que je vais être appelé à répondre (de ma vie). Je ne suis pas de l’écume, j’ai une volonté et une intelligence, j’ai vécu consciemment et … j’ai péché…  »

 

« Je ne sais pas, Prochor Alexandrovitch, comment et d’où notre croyance en la vie après la mort aurait pu se produire, il est naturel de penser qu’un homme meurt. Et, bien, ça se termine ici, on le voit gisant et il ne respire pas, tout cela se désintègre, comment penser qu’il y a un certain type de vie dans cet état ?  » Ai-je dit aussi, exprimant exactement ce que je ressentais, dans l’ordre où ces idées devaient avoir préalablement surgi et formé ma compréhension.

 

« Permettez-moi, et que pensez-vous que je devrais faire avec Lazare de Béthanie. Car, vous savez que c’est en réalité un fait, et il était aussi un homme, moulé à partir de la même argile que moi »

 

J’ai regardé mon interlocuteur avec une franche surprise. Est-il possible que cet homme instruit croit ces choses incroyables ?

Lire la suite… »

4 juil 2015

La parabole des trois amis

Posté par TB. Aucun commentaire

 

Source : www.saintnicodemos.org

Une parabole d’un saint de l’Eglise

 

 

Un homme avait trois amis.  Il aimait beaucoup deux de ces amis. Il était prêt à tout sacrifier pour garder leur amitié. Il était prêt à rester debout toute la nuit juste pour leur faire plaisir. Il les adorait entièrement. Pour le premier ami, il travaillait jour et nuit. Il avait tellement d’amour pour lui que souvent il ne prenait même pas le temps de manger.

Il était aussi fou de son deuxième ami. Quand il ouvrait son portefeuille, on pouvait voir des photographies de cet ami. Lorsqu’il rencontrait cet ami, il sautait de joie. Il aimait passer du temps avec lui.

 

En même temps que ces deux amis, il avait également un troisième. Cet ami-là, il ne l’aimait pas beaucoup. Parfois puis il se souvenait de lui et lui rendait visite. Très rarement il faisait quelque chose de gentil pour lui. Sa compagnie était presque toujours celle des premiers deux amis.

 

Un jour, il a reçu une mauvaise nouvelle. Il a paniqué. Il n’en dormait pas la nuit et il était mort d’inquiétude. Quelle était la cause de tout cela ? Une nuit, alors qu’il était couché, Il a été réveillé par un coup fort à sa porte. Il se leva et a trouvé un agent de police à la porte lui signifier une convocation. Qu’est-ce que c’est ? L’homme a demandé, incrédule.

 

Ceci est une convocation – a déclaré le visiteur nocturne – vous invitant à assister à une audience du tribunal. « Vous êtes un suspect ».

 

« Moi un suspect? Qu’ai-je fait ? » Il a demandé pris de peur.

 

Je ne sais pas. Tout ce que je sais c’est que vous êtes accusé d’un grand crime. Je n’ai pas plus d’informations. Signez juste la convocation, je ne peux pas attendre plus longtemps. Je dois visiter pas mal d’autres comme vous pour les amener au tribunal. Au revoir. Et l’officier lui a laissé la convocation et disparut dans la nuit.

 

L’homme soupçonné est resté pétrifié. Il a des sueurs froides. Qu’adviendrait-il de lui ? Un suspect ! Il doit trouver immédiatement  trouver des témoins de moralité irréprochable pour l’aider à prouver son innocence et éviter d’être condamné. Mais comment pourrait-il trouver ces personnes ?

 

«J’ai deux bons amis » s’est-il dit. «Je les aime tellement. S’ils ne m’aident pas maintenant que je suis en difficulté, quand m’aideraient-ils, prouvant ainsi leur amitié ? Je dois aller les trouver chacun ».

 

Donc, la première chose qu’il a faite matin était de rendre visite à ses deux grands amis. Peu de temps après, il frappait à la porte de son premier ami. Il sera si heureux de me voir pensait-il, en frappant.

 

« Mon ami » dit-il « vous savez combien je tenais à vous toutes ces années. Vous savez combien je me suis sacrifié pour vous. Vous savez combien de nuits, j’ai travaillé pour vous. Alors maintenant, je vous en prie, ceci est la première fois que je vous demande une faveur. Au nom de notre amitié, s’il vous plaît venez à la salle d’audience pour dire au juge que je ne suis pas coupable. Dites-lui que je suis innocent. S’il vous plaît aidez-moi. Ne vous sentez pas désolé pour moi ? Tout en disant ces choses, il pleurait amèrement. Ses larmes ont augmenté quand il a vu que son ami restait totalement indifférent.

 

«Écoutez-moi» dit l’ami. « Je sais que vous m’aimiez et que vous avez tout fait pour moi, mais en ce moment je ne peux pas venir à la cour. Je dois aller en voyage d’affaires. Mais, puisque je vois que vos vêtements sont en mauvais état et pleins de trous, prenez ce costume de sorte que vous ayez bonne apparence lorsque vous comparaitrez devant le juge « .

 

Un costume mon ami ? « , a répondu l’homme soupçonné. » Je n’ai pas besoin de vêtements. C’est toi que je veux. Je veux que tu viennes personnellement pour être mon témoin. Tu ne peux pas venir ?  Tu ne te rappelles pas tout le temps que nous avons passé ensemble, notre grande amitié ?  »

 

Mais son ami restait froid comme la glace. Il lui fait comprendre qu’il n’était plus le bienvenu à sa maison et que la conversation était définitivement close. Et le pauvre homme s’en va et il court trouver le deuxième ami. Il savait que ce deuxième ami l’aiderait et le soutiendra dans cette période difficile. Il vient à la maison de son second ami et frappe à la porte.

 

« Qui est-ce ? » son ami demanda d’une voix forte.

 

« Il s’agit de votre bon ami. Ouvrez vite. Je dois vous dire quelque chose de très grave. »

 

Son ami ouvre la porte. Il est surpris de l’état de son visiteur, et lui demande, Que t’est-il arrivé ? Pourquoi es-tu troublé ? Pourquoi tu es pâle et tu pleures ?

 

« Oh mon ami, je suis dans le pétrin. On m’accuse. Demain, je dois me présenter au tribunal. Je suis accusé d’un crime et si je suis trouvé coupable ils vont sûrement me condamner à mort. »

 

« Que dis-tu ? Tu plaisantes ! Vous êtes quelqu’un de bien et on vous accuse ? »

« Non, c’est la vérité, je suis en danger. Je suis donc venu te demander de venir avec moi. Tu sais quel amour, j’ai eu pour toi au fil des ans, s’il te plaît viens avec moi témoigner en ma faveur et prouver mon innocence. Mon autre ami m’a abandonné. Ne me renvoie pas les mains vides. Viens je t’en prie  »

 

« Quand veux-tu que je vienne ?»

 

«Demain».

 

« Oh, ce n’est pas bon, demain je ne peux pas, je suis très occupé. La seule chose que je peux faire est de marcher avec toi jusqu’à ce que nous arrivons à la porte du palais de justice. Après cela, je dois partir. Je ne peux pas rester. Je suis tellement désolé de te voir dans cet état, et je serai triste si tu es reconnu coupable. Mais je ne sais pas quoi te dire, je ne peux pas venir.  »

 

« Je ne suis pas à la recherche d’un compagnon pour m’accompagner au palais de justice », a déclaré le pauvre homme. «Je suis à la recherche de témoins pour me soutenir. »

 

« Je comprends », a déclaré son deuxième ami « mais je ne peux tout simplement pas venir ».

 

« Alors il décide de s’en aller. Il était plutôt nerveux et ne cessait de parler à lui-même. » Je me demande comment il va me recevoir ?  »

 

Quand il a atteint la maison de son troisième ami, il frappe à la porte le cœur n’y étant plus.

 

« Qui est-ce ? » demande de l’intérieur une voix plutôt agréable.

 

« C’est moi, » répondit le visiteur inattendu d’une voix tremblante. « Ouvre la porte pour moi s’il te plaît. Je suis en grande difficulté.»

 

Avec beaucoup de joie et de politesse son ami répondit à la porte.  » Sois le bienvenu ! S’il te plaît entre. Dans quel état es-tu ? Est-ce que ça va ? Tu sembles contrarié. Qu’est-ce qui se passe ? Peut-être que je peux aider. »

 

«Mon ami», a déclaré le visiteur avec beaucoup d’embarras,

 

«J’ai honte de vous regarder. Je sais que je ne vous aimais pas autant que mes deux autres amis. » Et Il a poursuivi en expliquant sa situation. « Pouvez-vous m’aider ? Je sais que je ne suis pas digne de votre amour et je comprendrais si vous refusez… mais… »

 

«Non-sens ! » l’interrompit son ami.

« Ne sois pas timide. N’aie pas peur. Nous ferons face à cette situation ensemble. Je ne vais pas te quitter, et je suis certain que je peux les convaincre de ton innocence. Donc, ne t’inquiète pas. Allons-y. Tu vas voir ce que je vais dire au tribunal en ta faveur  »

 

Nous pouvons tous imaginer les sentiments de l’homme de la parabole. Là où il s’y attendait le moins, il trouva de la compréhension et de l’amour. Son troisième ami est venu à son secours et a contribué à prouver son innocence.

 

Même si ce n’est pas une parabole racontée par Notre Seigneur Jésus-Christ, elle est néanmoins pleine de la sagesse caractéristique de la plénitude de l’esprit qui remplit les saints de notre Eglise. Voyons donc quel est le sens derrière les différentes personnes et les détails de cette parabole.

 

L’homme de notre histoire est comme chacun. Vous et moi, nous tous. Nous avons tous trois amis. Le seul ami que les gens aiment et pour qui ils se fatiguent est l’argent. Ils travaillent dur pour avoir beaucoup d’argent. Très souvent, ils ne vont pas à l’église le dimanche pour faire plus d’argent. Ils font des heures supplémentaires, même la nuit. Ils volent, mentent, et trichent pour faire de l’argent rapidement.

 

Le second ami que les gens aiment beaucoup sont les parents. Les mères, les pères, les frères, sœurs, les oncles et les connaissances.

 

Le troisième ami sera dévoilé un peu plus tard.

 

Chacun d’entre nous va un jour entendre frapper à la porte de son âme. Un visiteur surnaturel viendra frapper et effectuer un appel. Ce visiteur c’est la mort. Aucun de nous ne pourra échapper à la mort. Elle viendra un jour, de façon inattendue. Peut-être quand nous sommes encore jeunes, peut-être quand nous sommes vieux. Une chose est certaine. Tôt ou tard, la mort viendra nous appeler pour comparaître devant le tribunal de Dieu pour que nous répondions de nos actes. Que fera le premier ami ? Il donnera à l’homme des vêtements. Cet ami, comme nous le disions plus tôt est la richesse. Peu importe ce que vous possédez, vous serez enterrés avec le costume que l’on vous mettra alors.

 

Le second ami ? Il a accompagné celui qui était convoqué jusqu’au tribunal et puis il s’en alla. Cet ami représente nos parents. Peu importe combien les gens de notre famille nous aiment et réciproquement, ils ne nous suivront que jusqu’ au cimetière. Ils nous laisseront là et ils retourneront à leur vie de tous les jours et avec le temps ils nous oublieront.

 

Observons le troisième ami. Qui est-il ? Il représente les bonnes actions. Les bonnes actions que nous avons faites de notre vivant. Elles nous accompagneront à l’autre vie et elles viendront à notre secours devant le tribunal de Dieu. Ne laissons pas passer un jour sans donner la possibilité à notre ange gardien d’enregistrer une certaine bonne action dans le livre de notre vie.

 

Dédié à mes élèves de St. Nicolas que j’aime dans la vérité.

 

 

Source : www.saintnicodemos.org