« Older Entries Subscribe to Derniers articles

24 juin 2015

Une vision pleinement lumineuse

Posté par TB. Aucun commentaire

 

 

UNE VISION PLEINEMENT LUMINEUSE

 

Source : http://www.pravmir.com/eyes-full-of-light/  (P. Philip Lemasters Prêtre à Abilène au Texas et a enseigné 20 ans  à l’Université de Mac Murry dans le département de Religion et de Philosphie. Voir : http://www.mcm.edu/newsite/web/academics/ssr/religion/orthodox1.htm)

Extrait de Matthieu  6:22-33

22 La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ;

23 mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres !

24 Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.

25 C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?

26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

27 Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ?

28 Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. 

29 Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux.

30 Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?

31 Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?”

32 Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.

33 Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.

(Matthieu 6 :22-33) d’après http://aelf.org/bible-liturgie/Mt/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Matthieu/chapitre/6

 

 

 

Les meurtres de plusieurs chrétiens afro-américains réunis dans leur église pour étudier la Bible à Charleston sont vraiment horribles au-delà de toute description. Les commentaires des survivants et de parents proches des personnes assassinées concernant le meurtrier lors des audiences judiciaires sont vraiment miséricordieux au-delà des mots. Car, du fond de leur terrible agonie, ils ont pardonné le meurtrier, ont demandé la miséricorde de Dieu sur lui, et l’ont appelé à se tourner vers le Christ dans la repentance. Le meurtrier leur a donné une ténèbre terrible, mais ils ont répondu avec une lumière brillante.

(Voir : http://www.theatlantic.com/national/archive/2015/06/charleston-dylann-roof-forgiveness-healing/396428/   ou encore ; http://www.theatlantic.com/national/archive/2015/06/charleston-dylann-roof-forgiveness-healing/396428/)

 

Jésus-Christ a enseigné que l’œil de l’âme, notre vision spirituelle, est très importante. Si nous sommes éclairés par Sa lumière (la lumière du Christ) dans les profondeurs de nos cœurs, alors nous pouvons voir chacun et tout autour de nous à la lumière de Son royaume et de Sa justice. Nous Le cherchons d’abord dans tout ce que nous disons et faisons. A travers la réaction de ces familles en deuil, nous voyons la lumière du Christ qui contraste étonnamment et fortement par rapport à l’obscurité qui a inspiré un tel crime horrible.

Saint-Paul a souffert pour le Christ jusqu’à la mort comme un martyr. Il a décrit la joie dans les souffrances qui donnent finalement naissance à l’espoir « parce que l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint. » Tout comme Dieu donne la capacité aux martyrs de rester fermes et même se réjouir de leurs souffrances, Il a donné la force à ces familles en deuil à Charleston pour répondre avec une grâce, une paix et un esprit de réconciliation qui ne sont tout simplement pas de ce monde.

Leur exemple nous rappelle que la vie chrétienne ne consiste pas à vivre dans la société selon ses propres termes, ce qui revient généralement d’une façon ou d’une autre à trébucher dans l’obscurité et de servir de faux dieux. Depuis Caïn et Abel, les gens ont trouvé des raisons pour devenir aveugles à leurs frères et sœurs, et les considérer rapidement comme des ennemis méritant de mourir et même de considérer leur meurtre comme un acte de vertu. Dans notre monde corrompu chacun peut sembler une menace de sorte qu’il n’y a pas de fin pour la vengeance qui se transmet de génération en génération.

Saint Paul nous rappelle que la voie du Christ est totalement différente, car «Dieu nous montre son amour pour nous alors que nous étions encore des pécheurs, le Christ est mort pour nous ». Il parle de nous comme des «ennemis … réconciliés avec Dieu par la mort de Son Fils » … En se détournant de lui depuis Adam et Eve, nous nous sommes faits les ennemis du Seigneur ; mais Dieu n’a jamais été notre ennemi. Au lieu de nous détruire ou nous donner ce que nous méritions, le Père a envoyé son Fils pour nous sauver. Le Fils lui-même s’est librement offert sur la croix et Il a ressuscité dans la gloire pour nous faire entrer dans la vie éternelle. Ainsi Saint Paul a écrit : «Nous nous réjouissons en Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. »

Dans la réponse emprunte de grâce des familles en deuil de Charleston, nous voyons une icône puissante de l’amour de Dieu pour les ennemis qui devrait nous inspirer tous à devenir plus fidèles chrétiens. Car, si nous prétendons accepter Sa miséricorde pour nous, comment pouvons-nous ne pas l’étendre à d’autres ? Si nous demandons au Seigneur de nous pardonner nos offenses, comment pouvons-nous ne pas pardonner à ceux qui nous ont offensés ? Comment pouvons-nous nous avoir de la haine dans nos cœurs pour quiconque pour n’importe quelle raison ?

Bien sûr, la plupart d’entre nous succombent à la rancune et se souviennent des torts que nous ont fait les autres pour des questions infiniment moindre qu’une tuerie de masse. Nous nous mettons au service de plus d’un maître avec une certaine rapidité. Les yeux de nos âmes ne sont pas pleins de lumière et nous ne voyons pas les autres à la lumière de Son royaume et de Sa justice. Parfois, nous ressentons un plaisir pervers à nous montrer droit dans nos bottes en face de nos ennemis, qu’ils soient réels ou imaginaires.

Par conséquent, nous avons tous besoin d’une vision spirituelle plus claire et plus ciblée. Nous avons tous besoin d’entrer plus à fond dans la réconciliation avec notre Seigneur, dans Sa paix. C’est la seule façon pour avoir la force d’aimer et de pardonner aux autres de tous nos cœurs, peu importe qui ils sont ou ce qu’ils ont fait. C’est la seule façon que nous avons pour apprendre à voir chaque être humain comme une icône vivante du Christ et de reconnaître que ce que nous faisons pour eux, nous le faisons à notre Seigneur. C’est la seule façon pour que la lumière du Christ brille dans nos cœurs et que nous puissions surmonter l’obscurité avec laquelle nous sommes tous trop familier.

L’enseignement du Sauveur sur le service de deux maîtres est au cœur de notre problème. Trop souvent, nous pensons à notre foi comme une option facultative qui s’ajouterait à ce qui nous considérons comme  vraiment important à savoir à la vie que nous voulons mener dans un monde sécularisé pour qui le paramètre « Dieu » est insignifiant. Nous cherchons les biens matériels, le plaisir, et la puissance bien plus que le Royaume de Dieu et Sa justice. Cela n’est évidemment pas la foi chrétienne orthodoxe, mais je crains que la plupart d’entre nous tombent dans ces façons de penser et se comportent selon ce schéma bien plus qu’ils ne veulent l’admettre. En d’autres termes, nous essayons de servir plus d’un maître et le Seigneur n’est généralement pas celui à qui nous accordons notre plus grande loyauté.

Si notre objectif est tout simplement une vie conventionnelle dans la société, alors cette façon de vivre peut fonctionner assez bien pour un certain temps. Mais si nous voulons pénétrer plus à fond dans la paix et la réconciliation avec le Seigneur, nous ne devons pas servir les faux dieux qui vont assombrir nos cœurs et qui vont nous lier de plus près à cette sorte d’inquiétude et de peur qui sont à l’origine de tant de problèmes dans nos vies et nos relations.

Malheureusement, nous faisons souvent exactement ce dont le Christ met en garde contre, à savoir faire des choses ce monde des idoles de notre vie : notre nourriture, nos boissons, nos vêtements et bien d’autres choses. Cela conduit beaucoup de gens à une inquiétude constante puisque la misère, la faim, la famine, le crime, la maladie, la guerre et le terrorisme sont toujours des possibilités dans le monde tel que nous le connaissons. Il n’y a aucun moyen qui puisse nous protéger complètement des dangers bien au-delà de notre contrôle. Trop souvent, nous faisons face à ces inquiétudes en diabolisant les autres et en imaginant que si nos ennemis présumés échouent et que notre volonté prédomine alors tout ira bien. Nous pouvons facilement nous sentir justifiés de faire tout ce qu’il faut pour nous affirmer nous-mêmes et écarter quiconque se place sur notre route comme si nous étions nos propres sauveurs.

Bien sûr, cela est la voie de l’aveugle qui conduit des aveugles, c’est le signe d’un manque profond de paix avec Dieu et avec ceux que nous côtoyons, et même avec nous-mêmes. La vraie paix vient de la croix du Seigneur et du tombeau vide. Cela est donné et ne résulte pas de notre exploit personnel. La vraie paix brille à travers une vie de miséricorde et de pardon qui surmonte la peur, l’anxiété, et le ressentiment. Elle s’étend aux pire des malfaiteurs et aux plus misérables de toute génération, de ceux qui ont crucifié Notre Seigneur jusqu’à ceux qui tuent Ses enfants aujourd’hui, que ce soit à Charleston, au Moyen-Orient, ou ailleurs, et qui pensent qu’ils font quelque chose de bien.

Si nous voulons participer plus pleinement à la paix et la réconciliation qui vient du Christ, alors nous devons utiliser nos inquiétudes et nos peurs comme des moyens pour nous rappeler que nous devons tourner nos cœurs vers Dieu afin d’obtenir de Lui la force pour que Lui et Son Royaume soient placés en premier dans nos vies. Si nous hébergeons de la haine ou une condamnation envers quiconque, nous devons demander au Christ de nous dépasser en montrant aux autres le même pardon que nous Lui demandons de nous montrer. Si pour une raison quelconque nous ne voyons pas le Christ dans toute personne, nous devons alors Lui demander d’inonder les yeux de nos âmes de Sa lumière et de surmonter l’obscurité qui est en nous.

Si nous sommes tentés de tomber dans le désespoir à cause des grands problèmes de notre temps, nous devons nous rappeler que le Seigneur n’a jamais et n’abandonnera jamais son Corps, l’Eglise, à travers laquelle Il appelle le monde entier au salut.  Comme Il a soutenu les martyrs des premiers siècles, Il soutient ceux qui meurent pour Lui en ces jours. Et par des moyens qui vont au-delà de la compréhension rationnelle, même à ceux qui sont dans le deuil, Il donne la force pour bénir et pardonner comme Il le fait. Par Sa grâce insondable, même ceux qui souffrent terriblement peuvent connaître « la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ » et devenir plein de lumière lorsqu’ils recherchent en premier Son royaume et de Sa justice.

 

 

Source: http://www.pravmir.com/eyes-full-of-light/#ixzz3diNgaOld

11 juin 2015

Le mariage comme une épreuve pour la vie

Posté par TB. Aucun commentaire

 

Le mariage comme une épreuve pour la vie

Le titre en anglais est « Marriage as a Lifetime of Suffering » pourrait être traduit également par « Le mariage comme une vie de souffrance » mais le terme souffrance est trop négatif en français. Cet article est écrit par un prêtre orthodoxe  aux Etats-Unis et le contexte est celui d’un milieu dominé par les églises protestantes. Cependant la réflexion proposée est valable pour ailleurs. 

Fr. Stephen Freeman

https://blogs.ancientfaith.com/glory2godforallthings/2015/05/05/marriage-as-a-lifetime-of-suffering/

Quand les couples viennent chez les pasteurs pour leur parler de leurs cérémonies de mariage, les pasteurs pensent qu’il est intéressant de leur demander s’ils sont amoureux l’un de l’autre. Mais quelle question stupide ! Comment pourraient-ils savoir s’ils s’aiment ? Le mariage chrétien n’est pas de savoir si vous êtes amoureux. Le mariage chrétien consiste à vous exercer à la pratique de la fidélité durant toute la vie de sorte que vous pouvez regarder en arrière sur votre mariage et l’appeler amour. Il s’agit d’une discipline exigeante sur de nombreuses années. – Stanley Hauerwas

(Stanley Hauerwas, né le 24 juillet 1940 à Dallas, est un théologien méthodiste et professeur de droit américain, spécialiste des questions d’éthique. Wikipédia)

 

 

Il n’y a pas de problèmes dans le monde moderne qui semblent faire pression sur l’Eglise avec autant de force que ceux concernant le sexe et le mariage. La soi-disant révolution sexuelle a grandement réussi à changer radicalement la façon dont notre culture comprend ces deux questions. Puisant dans un ensemble très sélectif (et parfois contradictoire) d’arguments politiques, sociologiques et scientifiques, les adversaires de la tradition chrétienne mettent la pression pour une réforme radicale qui porte toutes les caractéristiques d’une révolution. Et ils ont le vent en poupe.

 

Ceux qui tiennent les défenses se décrivent comme étant les gardiens du mariage. Cela est profondément inexact. Le mariage, en tant qu’institution a baissé les armes il y a quelque temps déjà. Les batailles d’aujourd’hui ne concernent pas tant le mariage que le partage des dépouilles de sa destruction. Il est trop tard pour défendre le mariage. Plutôt que d’être défendu, le mariage doit être enseigné et vécu. L’Eglise doit être prête à devenir le lieu où se réalise cet enseignement ainsi que l’endroit qui peut soutenir les couples qui luttent pour vivre cet enseignement. Heureusement, l’héritage spirituel de l’Église offre tous les outils nécessaires à cette tâche. Il ne lui manque que les gens qui sont prêts à s’engager. Lire la suite… »

7 juin 2015

Le Carême des Apôtres

Posté par TB. Aucun commentaire

pierre et paul

 

Icône représentant les saints apôtres Pierre et Paul

 

 

 

Le carême des apôtres commence juste après le premier dimanche après la Pentecôte (et qui est également le dimanche de tous les Saints), soit le lundi 8 juin et il se termine le jour de la fête des saints apôtres Pierre et Paul qui tombe le 29 juin (ou le 12 juillet selon le calendrier julien). Cette période de jeûne a son origine qui remonte aux premiers siècles du christianisme et nous disposons des témoignages de saint Athanase le Grand, de saint Ambroise de Milan et d’autres…Saint Athanase  a fait référence à ce carême dans une lettre envoyée à l’empereur Constance…Ce jeûne n’est pas strict comme le Grand Carême: on s’abstient des laitages et de la viande.  Le poisson est souvent autorisé (se reporter à un calendrier liturgique). Quoiqu’il en soit, le carême ne se limite pas à l’aspect alimentaire qui est la partie la plus facile à respecter pour une personne en bonne santé et bien entendu ces règles ne s’imposent pas quand on est malade (demander s’il le faut au prêtre).

 

30 mai 2015

Samedi des défunts

Posté par TB. Aucun commentaire

sabt alraqidine

 

 

 

Source:

http:www.antiochpatriarchate.org/ar/page/%D8%B3%D8%A8%D8%AA-%D8%A7%D9%84%D8%B1%D8%A7%D9%81%D8%AF%D9%8A%D9%86/1097/

 

 

Parce-que nos défunts ne sont pas morts, parce que le Maître et Source de la Vie s’est incarné et qu’il a annulé la mort par Sa mort, parce-que nous sommes les enfants de la Résurrection, nous prions avec nos défunts et pour eux. En vérité, nous sommes tous un en Christ.

 

L’Eglise Orthodoxe commémore particulièrement deux fois dans l’année ceux qui se sont endormis dans l’espoir de la Résurrection, ce sont deux samedis appelés samedis des défunts.

Le premier samedi des défunts tombe avant le Grand Carême, la veille du dimanche du jugement qui fait référence au jugement universel lors de la seconde venue du Christ. Les défunts sont également en attente du jugement, nous nous rappelons d’eux dans nos prières demandant pour eux la grande miséricorde infinie de Dieu. Et en même temps nous demandons la miséricorde pour nous-mêmes.

Le deuxième samedi des défunts tombe avant le dimanche de la Pentecôte : puisque le Saint-Esprit est source de vie de grâce et de sainteté, l’Eglise consacre ce jour aux défunts et demande que l’Esprit Saint leur soit consolation et qu’Il leur accorde le repos.

 

Remarques :

D’une façon générale, tous les samedis durant les offices religieux on commémore particulièrement les défunts, et dans toute Divine Liturgie on prie pour les défunts.

Il  n’y a pas de mort pour le chrétien car le celui qui est vraiment mort est celui qui volontairement refuse la grâce du Christ et la rejette de son cœur ; c’est pourquoi le mot « mort » est absent du Credo connu sous le nom de « Symbole de Nicée-Constantinople », on dit « Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert  et a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour ».C’est parce-que le Christ a deux natures : la nature humaine et la nature divine. Il est mort uniquement dans sa nature humaine.

 Parce-que nous sommes les enfants de la Résurrection, nous prions avec nos défunts et pour eux. En vérité, nous sommes tous un en Christ.

Celui qui croit en Christ même s’il meurt vivra.

Christ est Ressucité.