Quand on est découragé…

seraphim de sarov

Saint Séraphim de Sarov

Quand on est abattu et quand le découragement nous saisit

Le célèbre saint russe du 19ème siècle, Seraphim de Sarov (1759-1833), a dit de lui-même : « Je ne sais rien ». Ces mots étaient remarquables venant d’un ermite qui était le conseiller spirituel le plus recherché de son époque, même le Tsar cherchait ses conseils. Pourtant, saint Séraphim a reconnu qu’il n’était qu’un canal dans lequel tout ce qui était bon venait de Dieu.

En tant que prêtre et moine, je suis souvent troublé par le fait de me rendre compte que je suis un mauvais exemple pour les autres et que j’échoue chaque jour de faire vivre l’image du Christ en moi. Pourtant, je suis obligé de vivre tous les jours avec la joie dans mon cœur, quoi qu’il arrive. Je suis aussi obligé de prêcher, d’enseigner et d’écrire des choses du Seigneur, et d’essayer de faire confiance à Dieu, quoi qu’il arrive. J’essaie, du mieux que je peux, de me souvenir de ces mots : «Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur : et je dis encore : Réjouissez-vous (Philippiens 4: 4)».

J’essaie de me rappeler les paroles de saint Basile le Fol en Christ, dont les reliques saintes reposent dans la cathédrale Saint-Basile sur la Place Rouge, qui disait : «l’hiver est froid, mais le paradis est doux». Sachant que la vraie validation vient seulement de Dieu, j’essaie de ne pas être blessé quand je ne reçois pas l’approbation de mes pairs, en me rappelant que je suis appelé à donner aux autres ce que je veux recevoir.

Comme Saint Antoine le Grand, je crie à Dieu, « où es-Tu? », Tout en baignant dans un fleuve de grâce. Je veux être un ami de Dieu, mais je me sens souvent comme le poussin qui a été poussé hors du nid par la mère aigle.

Pourtant, je suis réconforté par le conseil de saint Séraphin, qui a instruit ses enfants spirituels avec ces mots : « Quand le découragement nous saisit, ne nous y abandonnons pas : mais plutôt fortifiés et protégés par la lumière de la foi, disons avec beaucoup de courage à l’esprit malin : «Que fais-tu pour nous, toi qui es séparé de Dieu, fugitif du ciel et esclave du mal? Tu n’oses rien nous faire : le Christ, le Fils de Dieu, a autorité sur nous et en tout. Laisse-nous toi qui es une sorte de fléau. Nous sommes rendus fermes par la droiture de Sa Croix. Serpent, nous piétinons ta tête.  »

Avec amour en Christ,

Abbé Tryphon

Source : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=2030503183939748&id=1395030584153681

Un message pascal

cropped-mainpic-e1451366171212.jpg

Pâques est un passage de la mort à la vie. Christ est venu de la mort à la vie. Christ est venu nous libérer de la mort : « qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude » (He2, 15). De nos jours, quelle est donc cette servitude ? La servitude à l’argent, à la tyrannie des plaisirs corruptibles, aux vaines convoitises de ce monde. De nos jours, il nous faut avoir une passion pour le Christ, pour ses commandements, et désirer la résurrection, la vie éternelle, l’éternité de nouveau. Comment cela ? D’une part, en rejetant l’égoïsme « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même », et d’autre part, par l’amour du Seigneur et l’amour gratuit envers le prochain. Qu’est-ce-qui fait que le chrétien « n’est pas comme les autres » ? C’est qu’il porte en lui le Dieu vivant : « L’Eternel des armées, devant qui je me tiens, est vivant » (1Rois 18,15). Chacun peut devenir Marie, non physiquement, mais spirituellement ; chacun peut engendrer spirituellement des fils de Dieu, et enfanter Christ dans les autres. Marie, la Mère de Dieu, représente l’âme de chaque personne pieuse qui obéit à la parole de Dieu, aux commandements de l’Evangile, qui s’humilie profondément devant Dieu et les autres. Une personne chaste, juste, qui hait le péché et la mort spirituelle des convoitises grossières.

La mort en Christ est un gage de vie éternelle. La mort de notre orgueil signifie des Pâques nouvelles : la douleur devient un passage au bien-être et la tristesse mène à la joie. « Qui meurt avant de mourir, ne mourra pas quand il mourra ». C’est la devise des Pères.

Dès la naissance, lorsque l’on apparaît physiquement au monde, les cellules du corps commencent à se détériorer, à mourir. Alors vient le baptême pour semer en nous le grain de la résurrection. Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême, pour la mort, afin que comme Christ a été ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, ainsi nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (Ro 6,4 ). Notre âme et notre vie se renouvellent, et aussi à travers le sacrement de l’Eucharistie ; la porte du royaume s’ouvre à nouveau après la confession, la repentance et la Sainte Communion au corps et au Sang du Christ. Comment cela?  Suite au Baptême, quand le Saint-Esprit habite en nous comme énergie divine potentielle. Baptême depuis l’enfance ? Saint Jean Chrysostome dit que le Seigneur Jésus, respectant notre sainte liberté, attend de l’homme un premier pas avant de laisser cette Grâce divine agir en notre être, en notre vie. Alors, l’énergie divine potentielle en nous se transforme en énergie divine cinétique. Et Saint Basile le Grand d’ajouter, au sujet de la Sainte Communion du Christ Ressuscité lors de la Divine Liturgie : « Le sang de Jésus, versé pour nous, coule après la Sainte Communion dans toutes les veines du corps jusqu’aux extrémités des sens. Après cela, l’œil de l’homme devient l’œil du Christ, la vue celle du Christ, son oreille et ouïe, celles du Christ ; même sa pensée devient celle du Christ ». C’est ce que vit l’homme qui se prépare à la Sainte Communion par le repentir et la confession. Bien aimés, si seulement nous pouvions redevenir des enfants, « portant les signes de la victoire, et criant vers Toi, le Vainqueur de la Mort », des innocents passionnés du Christ, pleins d’amour pour le Christ, comme des fous pour Dieu, en ce monde. « Si vous ne vous convertissez et ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux » (Mt 18,3). Enfin, mais pas en dernier lieu, il convient de garder le dernier commandement du Seigneur à ses disciples, dont nous faisons partie en ce monde : « Allez donc, et faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, leur enseignant à garder toutes les choses que je vous ai prescrites. Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la consommation des temps. Amen.» (Mt28, 19-20).

Un Saint Père disait : « Après ta mort, tu ne traverseras pas la porte du Royaume si tu n’es pas accompagné par une personne gagnée pour le Christ ».

Mgr Ephrem .

Métropolite de Tripoli, Koura et leurs dépendances. (LIBAN).

https://archtripoli.org/data/2018/4/6/Easter2018FR.pdfamarylis(nov2014)