Saint Jean Climaque

echelleMontons l’échelle divine

Le quatrième dimanche du Grand Careme est consacré à un saint de la seconde moitié du VIe siècle après JC, dont le nom est Jean, son surnom est quelque peu étrange, il est désigné par Jean Climaque.

Ce saint a été choisi en raison de sa sainteté (littéralement sa divinisation), et on lui a demandé de mettre par écrit son expérience ascétique pétrie pendant plus de quarante ans dans l’amour du Créateur. Il était semblable aux anges qu’il pouvait voir, entendre leurs hymnes et partager avec eux les louanges. Son écrit est devenu une école de théologie pour toute l’Église.

Dans sa vie, il n’a rien demandé pour lui-même, il s’est dépouillé de tout pour se remplir de Celui qui est le Tout Puissant et être au service de tous.

Il a été surnommé « le climaque » c’est à dire l’ échelle parce ce que son écrit décrit l’échelle qu’il faut monter pour arriver à Dieu. C’est l’échelle qu’il a parcourue , marche par marche avec des larmes,  la prière, le jeûne,  l’humilité et le service pour tous.

Chaque degré de son livre est une vertu, et il s’est inspiré de la vision de Jacob (Genèse 12: 28-13). Son échelle comporte trente degrés, en accord avec le nombre d’années du Seigneur Jésus-Christ sur terre, avant Sa mission qui a duré trois ans.

Le premier de ces degrés est « sur le renoncement au monde», le dernier étant «la foi, l’espérance et l’amour».

Son enseignement découle d’une théologie vécue et expérimentale et non pas de conidérations académiques et théoriques. Saint Maxime le Confesseur, par exemple (580-662), dit: « La théologie devient diabolique si elle ne découle pas d’une expérience vivante. »

C’est ici que réside l’importance des saints Pères. Ce sont des Pères, car ils ont donné naissance à des enfants en vue du Royaume, et non pour eux-mêmes. Ils sont la preuve solide de la continuité de la présence du Saint-Esprit dans l’Église. Ils se trompent ceux qui pensent que l’époque des Pères est révolue, car alors ils nient ainsi le travail de l’Esprit dans la transmission de la Vie l’Eglise de génération en génération.

En reconnaissant cela également on comprend que le Père est celui qui donne naissance à des  enfants en Christ et au Christ et non à lui-même, et personne ne peut être père s’il n’a pas été d’abord un fils. Il n’est pas étonnant que l’apôtre Paul ait dit à ses enfants qu’ils sont le témoignage de son apostolat, le Seigneur n’a-t-il pas dit: «C’est à leurs fruits que tu les connaîtras» (Matthieu 16)?

Pour  revenir au livre de Jean Climaque, il y a une merveilleuse icône du XIIe siècle qui se trouve dans le monastère de Sainte Catherine au Sinaï, cette icône est inspirée par le livre et résume son contenu (il y a plus de 2700 icônes au monastère de Sainte Catherine).

La beauté de cette icône réside dans son cadre doré. Elle représente principalement une échelle qui monte de la terre au ciel où nous voyons le Seigneur bénir ceux qui arrivent au Ciel.

Des moines grimpent l’échelle. Certains d’entre eux sont présents au début de l’échelle, d’autres au milieu, et une partie est arrivée à son terme. Dans le coin supérieur droit de l’icône, un groupe d’anges qui sont proches les uns des autres, et expriment des louanges; et dans le coin inférieur gauche de l’icône, un groupe de moines est emprisonné en enfer. Ce sont eux qui sont tombés.

L’événement principal se déroule sur l’échelle. Des moines continuent leur chemin vers le ciel, tandis que certains de leurs frères tombent et des démons les tirent vers le bas . La couleur dorée de l’icône, qui représente la lumière divine incréée, est évidente en comparaison avec la puissance des ténèbres du malin et de ses anges. Il y deux mondes qui ne se rencontrent pas. La lumière et les ténèbres.

Voyez-vous ce qui a fait tomber certains moines? Saint Jean Climaque donne la réponse dans son livre: ce sont les  passions et Saint Jean Climaque de préciser que chaque passion dont on ne se libère pas n’est pas est une porte ouverte par laquelle le diable entre dans l’âme, s’y niche et amène avec lui ses anges. Tant qu’une personne vit dans ce monde, elle doit persévérer dans sa lutte. Et à mesure qu’ une personne progresse spirituellement, plus la guerre spirituelle contre elle est intense, c’est pourqui elle doit alors redoubler d’effort et être vigilant car plus elle a grimpé haut dans l’échelle et plus alors sa chute fait mal.

En conclusion,  nous sommes plus comme des combattants dans l’arène de cette vie, nous ne trouverons la paix que lorsque nous sortirons de cette vie pour entrer dans la vie éternelle dans l’espérance ; alors prenons les armes de la Grâce et grimpons victorieusement cette échelle.

La Mère de Dieu

La Mère de Dieu était la personne la plus pure qui ait été créée, ainsi que tous les saints pères le confessent tous ensemble. Sa vertu fondamentale était et est encore la virginité, le don de la décence  – la pleine pureté de toute son existence, non seulement du point de vue corporel mais aussi du point de vue spirituel.

La Mère de Dieu n’a même pas péché en pensée et avait au plus haut degré le don naturel de Dieu que Dieu donne à la naissance de chacun de nous, que nous ignorons aujourd’hui comme jamais auparavant dans notre histoire, c’est pourquoi nous avons échoué en tant que société du point de vue spirituel: le don de la décence.
Le don de la décence est presque éteint aujourd’hui.
L’absence du don de la décence signifie la destruction de la civilisation. Sans la délicatesse envers l’autre, sans l’attention continue à éviter le péché, sans notre séparation  des affaires du monde et en se recentrant sur la loi de Dieu, nous ne serons pas sauvés de l’ombre de la mort et  nous serons incapable de recevoir la bonne nouvelle de l’incarnation du fils de Dieu dans nos cœurs.

La décence est un grand don naturel de Dieu, dont il ne reste aujourd’hui que des miettes parce que les gens ne considèrent la décence  et la sensation de honte que comme un phénomène social essayant de l’analyser en dehors de l’amour et de la vie éternelle de Dieu. Dieu se retire, et respecte notre liberté, et donc nous sommes condamnés à nous aveugler dans une société dont la notion de honte disparaît rapidement. N’oublions pas, cependant, que le manque total de honte est le premier symptôme de la stupidité comme preuve définitive de l’obscurité de l’esprit causée par une confiance totale dans sa propre individualité.
Nous devons avoir de la décence – sinon nous mourrons spirituellement

La Mère du Seigneur était parfaitement libre de tout repliement sur elle-même, de toute fierté, gardant intacte la grâce de la décence  comme une ouverture totale et permanente à la parole de Dieu, quelle qu’elle soit. Ce mot était pour elle, le commandement le plus impossible de l’histoire: tu donneras naissance à un Dieu incarné qui deviendra un homme de toi.

Ne croyons pas que nous serons sauvés des problèmes par des moyens matériels: nous ne ferons que changer de problèmes comme lorsque nous changeons nos chaussettes. Nous devons nous libérér de l’ombre de la mort car si nous ne mourons pas à mort, nous ne nous réssuciterons pas vraiment après la mort.

Ayons de la décence et un peu de sensibilité à ce qui est honteux!

Source: https://asceticexperience.com/   The Gift of Shyness

Paroles de consolation de l’Archimandrite Zacharie de Maldon (Essex-Grande Bretagne)

Source:https://orthodoxologie.blogspot.com/

19 mars 2020

Beaucoup de gens sont dans la confusion et d’autres paniquent à cause de la menace de l’épidémie de coronavirus qui s’est propagée dans le monde entier. Je pense cependant que cela ne devrait pas arriver, car quoi que Dieu fasse avec nous, Il le fait par amour. Le Dieu des chrétiens est un Dieu bon, un Dieu de miséricorde et d’Amour, « qui aime l’humanité ». Dieu nous a créés dans Sa bonté afin de partager Sa vie et même Sa gloire avec nous. Lorsque nous sommes tombés dans le péché, Il a permis à la mort d’entrer à nouveau dans notre vie par bonté, afin que nous ne devenions pas immortels dans notre méchanceté, mais que nous cherchions un chemin de salut. Bien que nous soyons tombés, Dieu n’a jamais cessé de pourvoir à nos besoins, non seulement en biens matériels afin de soutenir notre race, mais Il a également envoyé des prophètes et des justes, préparant Son chemin afin qu’Il puisse venir résoudre notre tragédie, et apporter le salut éternel par la Croix et la Résurrection de Son amour ineffable. Il est venu et a pris sur Lui la malédiction du péché, et Il a montré Son amour jusqu’à la fin : « Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, Il les a aimés jusqu’à la fin » (Jean 13 :1). Toutes les choses que Dieu a faites lorsqu’Il nous a créés, lorsqu’Il a fourni des biens pour soutenir le monde, lorsqu’il a préparé Sa voie pour Sa venue sur terre, lorsqu’Il est venu lui-même en personne et a opéré notre salut d’une manière si impressionnante, toutes ces choses, Il les a faites par bonté. Sa bonté est sans limite. Il nous sauve et souffre tellement pour nous, attendant que nous « arrivions à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4) et que nous apportions une vraie repentance, afin que nous puissions être avec Lui pour l’éternité. Ainsi, à chaque étape de sa relation avec l’homme, notre Dieu ne montre que Sa bonté et Sa miséricorde, « ce qui vaut mieux que la vie » (Psaume 63:3) ; la bonté est Sa nature et Il fait tout pour le bien et le salut de l’homme.

Par conséquent, lorsqu’Il reviendra pour juger le monde, un autre Dieu le jugera ? Ne sera-t-il pas le même Dieu bon, le Dieu de la miséricorde et de la bonté, qui aime les hommes ? Soyons certains que nous ne nous présenterons devant aucun autre Dieu que Celui qui nous a créés et sauvés. Et ainsi, c’est encore avec la même miséricorde et le même amour qu’Il nous jugera. C’est pourquoi nous ne devons ni paniquer ni hésiter, car c’est le même Dieu qui nous recevra dans l’autre vie et nous jugera avec la même bonté et la même compassion. Certains craignent que l’heure de leur fin soit venue. Ce fléau du Coronavirus a aussi un aspect positif, car nous avons quelques semaines à partir du moment où il nous assaillira jusqu’à notre fin. Nous pouvons donc consacrer ce temps à nous préparer pour notre rencontre avec Dieu, afin que notre départ ne se produise pas à l’improviste et sans préparation, mais après avoir parcouru toute notre vie chaque fois que nous nous tenons en prière devant Dieu, parfois avec des actions de grâces jusqu’à la fin pour tout ce que Dieu a fait pour nous et d’autres fois avec la repentance, en cherchant le pardon de nos transgressions. Rien ne peut nous nuire avec un tel Dieu, qui permet toutes choses par Sa bonté. Nous devons simplement continuer à Le remercier jusqu’à la fin et à prier humblement dans la repentance pour le pardon de nos péchés.

Quant à moi, ce fléau m’aide. J’aspirais à retrouver la prière que j’avais avant, avec laquelle je peux parcourir toute ma vie depuis ma naissance jusqu’à maintenant, en remerciant Dieu pour tous Ses bienfaits « connus ou inconnus » ; et aussi, avec laquelle je peux parcourir toute ma vie en me repentant de tous mes péchés et transgressions. C’est merveilleux de pouvoir passer toute sa vie à prier, en amenant toutes choses devant Dieu avec persévérance dans la prière. Vous sentez alors que votre vie est rachetée. C’est pourquoi cette situation m’aide vraiment. Je ne panique pas, mais « je suis en souci à cause de mon péché » (Psaume 37:19).*

Nous devons voir la bonté de Dieu dans toutes les choses qui arrivent maintenant. Les saints Pères ont vu Sa bonté. Une épidémie similaire s’est produite au IVe siècle dans le désert égyptien, qui faucha plus d’un tiers des moines, et les Pères ont dit avec beaucoup d’inspiration que « Dieu récolte les âmes des saints pour son Royaume », et ils n’ont pas hésité. Le Seigneur lui-même parle dans l’Évangile des derniers jours, des épreuves et des afflictions que le monde traversera avant la Parousie [2]. Cependant, nous ne discernons ni tristesse morbide ni désespoir dans Ses paroles. Le Seigneur qui a prié dans le jardin de Gethsémani à la sueur de son front pour le salut du monde entier, dit que lorsque nous voyons les choses terribles qui précèdent Sa seconde venue, nous devons relever la tête avec inspiration, car notre rédemption est proche (cf. Luc 21:28). Certains me disent : « Que Dieu étende sa main secourable ». Mais c’est précisément la main de Dieu. Il désire et opère notre salut « à divers moments et de diverses manières » (Hébreux 1:1) : « Mon Père agit jusqu’à présent, et moi j’agis » (Jean 5:17). Ce virus peut être un moyen que Dieu utilise pour amener beaucoup de gens à se repentir et à récolter beaucoup d’âmes prêtes pour son Royaume éternel. Par conséquent, pour ceux qui s’abandonnent et se confient à la Providence de Dieu, tout contribuera à leur bien : « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom. 8:28).

Ainsi, il n’y a pas de place pour un désarroi morbide. Nous ne devons pas non plus résister aux mesures que le gouvernement prend pour diminuer la propagation des afflictions que nous voyons dans la vie de tant de personnes. Il n’est pas correct d’aller à l’encontre des autorités. Nous devrions faire tout ce que dit le gouvernement, parce qu’il ne nous demande pas de renier notre foi, il nous demande seulement de prendre quelques mesures pour le bien-être commun de tous, afin que cette épreuve puisse passer, et ce n’est pas du tout déraisonnable. Certaines personnes le prennent trop au sérieux, elles agitent des drapeaux et jouent les martyrs et les confesseurs. Pour nous, il n’y a aucun doute : nous nous soumettrons purement et simplement aux ordres du gouvernement. Il est injuste de désobéir au gouvernement car, lorsque nous tombons malades, c’est à ses hôpitaux que nous nous adressons et ce sont eux qui prennent en charge toutes les dépenses et nos soins. Pourquoi ne pas les écouter ?

C’est l’ethos du Christ que Dieu a montré dans Sa vie sur terre et c’est le commandement apostolique que nous avons reçu : « … soyez soumis aux principautés et aux pouvoirs, obéissez aux magistrats, soyez prêts à toute bonne œuvre, ne dites de mal de personne, ne soyez pas fauteurs de trouble, mais soyez doux, faites preuve de toute douceur envers tous les hommes » (cf. Tit. 3, 1-2) ; et « Soumettez-vous à toute autorité établie parmi les hommes pour l’amour du Seigneur, que ce soit au roi, soit aux gouvernants… » (voir 1 Pierre 2, 13-17). Si nous n’obéissons pas à nos gouvernants qui ne demandent pas grand-chose, comment obéirons-nous à Dieu, Qui nous donne une loi divine, bien plus sublime que toute loi humaine ? Si nous respectons la loi de Dieu, nous sommes au-dessus des lois humaines, comme le disaient les apologistes du IIe siècle pendant l’Empire romain qui persécutait les chrétiens. Il est surprenant de voir dans le pays où nous vivons, au Royaume-Uni, que les footballeurs font preuve d’une telle compréhension et d’un tel discernement pour être les premiers à se retirer de leurs activités avec docilité face aux indications du gouvernement de prendre des mesures prophylactiques. Il serait triste pour nous, peuple de foi, de ne pas atteindre la mesure des footballeurs et de ne pas faire preuve de la même docilité envers les autorités pour lesquelles notre Église prie.

S’ils nous demandent d’arrêter nos services religieux, obéissons simplement et bénissons la Providence de Dieu. En outre, cela nous rappelle une vieille tradition que les Pères avaient en Palestine : pendant le Grand Carême, le Dimanche des Laitages, après le pardon mutuel, ils partaient dans le désert pendant quarante jours sans Liturgie ; ils continuaient seulement à jeûner et à prier afin de se préparer et de revenir le dimanche des Rameaux pour célébrer de manière pieuse la Passion et la Résurrection du Seigneur. Ainsi, les circonstances actuelles nous obligent à revivre ce qui existait jadis au sein de l’Église. C’est-à-dire qu’elles nous obligent à vivre une vie plus hésychaste, avec plus de prière, qui compensera cependant le manque de Divine Liturgie et nous préparera à célébrer avec plus de désir et d’inspiration la Passion et la Résurrection du Seigneur Jésus. Ainsi, nous ferons de ce fléau un triomphe de l’hésychasme. En tout cas, tout ce que Dieu permet dans notre vie vient de Sa bonté pour le bien-être de l’homme, car Il ne veut jamais que Sa créature soit blessée de quelque façon que ce soit.

Il est certain que si nous sommes privés de la Divine Liturgie pendant une période plus longue, nous pouvons l’endurer. Que recevons-nous dans la Liturgie ? Nous participons au Corps et au Sang du Christ, qui sont emplis de Sa grâce. C’est un grand honneur et un grand bienfait pour nous, mais nous recevons aussi la Grâce de Dieu de bien d’autres façons. Lorsque nous pratiquons la prière hésychaste, nous demeurons en Présence de Dieu avec l’esprit dans le cœur appelant le saint Nom du Christ. Le Nom Divin nous apporte la grâce du Christ parce qu’il est inséparable de Sa Personne et nous conduit en Sa Présence. Cette Présence du Christ qui est purifiante, nous purifie de nos transgressions et de nos péchés, elle renouvelle et illumine notre cœur afin que l’image de Dieu notre Sauveur, le Christ, puisse y être formée.

Si nous n’avons pas la Pâque dans l’Église, rappelons-nous que tout contact avec le Christ est une Pâque. Nous recevons la Grâce dans la Divine Liturgie parce que le Seigneur Jésus y est présent, qu’Il accomplit le sacrement et qu’il est Celui qui est communiqué aux fidèles. Cependant, lorsque nous invoquons Son Nom, nous entrons dans la même Présence du Christ et nous recevons la même Grâce. Par conséquent, si nous sommes privés de la Liturgie, nous avons toujours Son Nom, nous ne sommes pas privés du Seigneur. De plus, nous avons aussi Sa parole, en particulier Son Evangile. Si Sa parole demeure continuellement dans notre cœur, si nous l’étudions et la prions, si elle devient notre langue, celle avec laquelle nous parlons à Dieu comme Il nous a parlé, alors nous aurons à nouveau la Grâce du Seigneur. Car Ses paroles sont des paroles de vie éternelle (Jean 6:68), et le même mystère s’accomplit, nous recevons Sa grâce et nous sommes sanctifiés.

De plus, chaque fois que nous montrons de la bonté envers nos frères, cela est agréable au Seigneur, Il considère que nous l’avons fait en Son Nom et Il nous récompense. Nous faisons preuve de bonté envers nos frères et le Seigneur nous récompense par Sa Grâce. C’est une autre façon de vivre en présence du Seigneur. Nous pouvons avoir la Grâce du Seigneur par le jeûne, l’aumône et toute bonne action. Ainsi, si nous sommes contraints d’éviter de nous rassembler en Église, nous pouvons aussi être unis en esprit dans ces saintes vertus qui sont connues au sein du Corps du Christ, la sainte Église, et qui préservent l’unité des fidèles avec le Christ et avec les autres membres de son Corps. Tout ce que nous faisons pour Dieu est une Liturgie, car elles servent à notre salut. La liturgie est le grand événement de la vie de l’Église, où les fidèles ont la possibilité d’échanger leur petite vie avec la Vie sans limites de Dieu. Cependant, la puissance de cet événement dépend de la préparation que nous effectuons avant, par toutes les choses que nous avons mentionnées, par la prière, les bonnes actions, le jeûne, l’amour du prochain, la repentance.

C’est pourquoi, mes chers frères, il n’est pas nécessaire de faire des confessions héroïques contre le gouvernement pour les mesures prophylactiques qu’il prend pour le bien de tous les peuples. Nous ne devons pas non plus désespérer, mais seulement trouver sagement des moyens pour ne pas perdre notre communication vivante avec la Personne du Christ. Rien ne peut nous nuire, nous devons simplement être patients pendant un certain temps et Dieu verra notre patience, lèvera tout obstacle, toute tentation et nous verrons à nouveau l’aube de jours joyeux, et nous célébrerons notre espoir et notre amour communs, eux  que nous avons en Jésus-Christ.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d’après

PEMPTOUSIA

Sur la Divine Providence


La bonté de Dieu est en toutes choses.
Le Christ nous a dit que dans les derniers jours, de nombreuses épreuves et afflictions allaient arriver dans le monde. Pour les chrétiens qui perdraient la vie dans cette pandémie, nous devons le voir comme Dieu moissonnant les âmes de ses saints pour son royaume. Le Seigneur même qui a prié dans le jardin de Gethsémani pour le salut du monde entier, nous a dit que nous verrions de nombreuses tribulations terribles précédant sa seconde venue, mais que nous ne devons pas succomber au désespoir et à la tristesse.
Cela dit, il est important pour nous, chrétiens, de ne pas s’opposer à ce qui est demandé par les autorités afin de stopper la propagation de cette terrible pandémie. Il ne nous est pas demandé de nier notre foi, mais seulement que nous fassions ce qui est nécessaire pour garder à distance cette maladie et ne pas lui permettre de continuer à se propager à travers notre nation.
En tant que chrétiens, il est de notre devoir d’aider nos voisins et de prier pour ceux qui tombent malades. Nous devons prier pour tous les médecins et infirmières, ainsi que les policiers et les médecins, qui mettent quotidiennement leur vie en danger pour le bien de notre peuple. Nous devons résister à la tentation de stocker de la nourriture et les fournitures, mais rappelez-vous que nombreux sont ceux qui, en raison de leur mobilité réduite, de leur faible revenu ou de leur âge, ne devraient pas être dans la situation où ils vont trouver des étagères vides en entrant dans les magasins d’alimentation.
Nous devons regarder les cieux avec joie, car nous savons que notre rédemption approche (Luc 21:28), et que tout ce qui nous arrive est utilisé par Dieu pour apporter notre salut. En tant que chrétiens orthodoxes, nous devons nous abandonner au Seigneur et avoir confiance que tout fait partie de la Divine Providence de Dieu, notre Père à tous. Nous devons nous rappeler que «toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu» (Romains 8:28). »
Avec amour en Christ,
Abbé Tryphon

https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681