Sur la Résurrection (17)

Il faut permettre aux évangiles de présenter  l’histoire comme ils l’entendent, la manière dont ils ont été inspirés pour le faire, même si les évangiles ont quelques variantes. Nous en discuterons la raison dans la série qui débutera après la série sur la Résurrection. Bien que les évangiles aient quelques variations, comme je l’ai dit, il y a certains points communs entre eux et nous ne voyons pas de grandes différences. Vous auriez une raison de vous inquiéter s’il y avait des différences énormes : cet évangéliste ne parle que des femmes, cet évangéliste ne parle que des hommes, ou celui-ci ne parle que du tombeau vide. Vous auriez alors raison de vous inquiéter. Mais il y a en fait une cohérence et des points communs assez basiques parmi les évangélistes. Que voyons-nous ? La visite au tombeau par les femmes tôt le matin le dimanche matin, elles trouvent le tombeau vide. Il y a au moins deux évangiles qui parlent d’apparitions angéliques aux femmes, leur disant qu’il est ressuscité. Nous avons les disciples courir au tombeau et puis raconter ce qu’ils ont vu aux autres disciples, une apparition séparée à Marie-Madeleine, aux onze avec Thomas et sans Thomas, etc. Il y a un degré de chevauchement, et donc nous n’avons pas d’incohérence… Chaque évangéliste ne raconte pas toutes les histoires – vous devriez le savoir aussi. Même s’il connaît l’histoire, il ne la raconte pas. Cela ne veut pas dire qu’il y a un conflit. Maintenant, voici comment vous pouvez voir cela. Regardez l’évangile de Luc. Dans l’histoire de l’apparition du Christ sur le chemin d’Emmaüs (je dois dire que je pense que c’est mon apparition préférée de la Résurrection), le Seigneur apparaît à deux disciples. Rappelez-vous quand je vous ai dit qu’il y avait beaucoup plus de douze disciples ? Eh bien en voici deux que nous connaissons à qui Il apparaîtra le jour de la Résurrection. Un seul est nommé, Cléopas, et il y a un autre disciple sans nom. Il leur apparaît sur le chemin d’Emmaüs, ils marchent en parlant de ce qui s’est passé à la fin de la semaine, la mort du Seigneur, le Messie. Le Seigneur vient à côté et leur demande de quoi ils parlent, puis Il explique pourquoi le Messie devait mourir. C’est une belle histoire. J’aime la façon dont le Seigneur explique les Écritures. Il leur ouvre les Écritures et explique les prophéties. Je pense que c’est tellement beau. Il prétend qu’il va continuer sur la route, mais la nuit vient alors ils s’arrêtent pour la nuit, et il leur révèle qui il est. Ils ne Le reconnaissent pas encore; il est dit qu’ils ont été empêchés de reconnaître qui il était. Mais ils reconnaissent qui il était dans la fraction du pain : ils l’invitent à prendre le pain et à dire la bénédiction sur le pain. Et quand Il rompt le pain, qui a une connotation eucharistique, ils Le reconnaissent immédiatement et Il disparaît aussitôt de leur vue. C’est une si belle histoire, une histoire si puissante. Alors revenez en arrière et lisez cela, c’est dans l’Évangile de Luc, chapitre 24. Lorsque cela se produit, ils sont juste étonnés, et ils se lèvent immédiatement, même s’il fait noir, il fait nuit, et ils retournent à Jérusalem pour dire aux Onze sur ce qui s’est passé. Les Onze sont déjà au courant de la Résurrection. Ce sont les mêmes personnes qui n’ont pas cru les femmes, comme il est dit dans l’évangile de Luc; plus tôt ce matin-là, ils ne croyaient pas les femmes qui avaient dit que le Seigneur était vraiment ressuscité. Il est apparu à Simon-Pierre. Ainsi, Luc est au courant d’une apparition à Pierre seul, sans que d’autres personnes soient présentes, avant qu’il n’apparaisse aux Onze, mais il est le seul évangéliste qui le mentionne. Et Il ne le mentionne qu’en second lieu. Il ne le mentionne qu’indirectement dans le contexte de l’histoire qui se déroule sur la route d’Emmaüs – c’est la seule raison pour laquelle nous savons que Luc le sait, mais Luc ne nous en parle pas. Vous voyez ce que je dis? Donc, ce n’est pas parce qu’ils savent tout qu’ils nous parlent de tout ; ils n’écriront pas tout. Que dit l’Évangile de Jean ? « Si tout était écrit, le monde ne pourrait pas contenir tous les livres qui seraient écrits. » Donc, même s’ils le savent, ils ne peuvent pas inclure tous les détails, tout comme je ne peux pas vous dire tout ce que je voudrais vous dire dans ce programme, mais cela ne veut pas dire que je ne le sais pas.

Certains d’entre vous écrivent et disent : « Vous n’êtes pas au courant de cela ? Oui je le sais, mais je ne vais pas tout vous dire, car je n’ai pas le temps de tout vous dire. Ainsi, les évangélistes ne nous disent pas tout ce qu’ils savent. Les disciples sont revenus et ils ont raconté cette apparition sur le chemin d’Emmaüs, et soudain le Seigneur est au milieu d’eux. Cela suggère qu’Il leur apparaît à tous, car c’est le rassemblement dans la chambre haute. C’est le rassemblement des Onze. Cependant, cela ne nous dit pas que Thomas n’était pas présent à l’époque – nous l’apprenons de Jean. Eh bien, toutes ces choses arrivent le jour de la Résurrection, le dimanche de Pâques. Il apparaît à Marie-Madeleine, Il apparaît aux porteurs de myrrhe, à Simon Pierre, aux deux disciples sur le chemin d’Emmaüs, aux Onze, et il y a probablement eu d’autres apparitions du Seigneur ressuscité ce même jour dans un très court laps de temps. temps. Tant de choses se sont produites en peu de temps, et aucun évangéliste ne nous raconte toutes les histoires. Chacun nous raconte juste une ou deux histoires. Ce n’est pas juste de les critiquer pour ça. « Pourquoi avez-vous écrit votre Évangile de cette façon, pourquoi ne nous avez-vous pas raconté toutes les histoires, pourquoi n’étiez-vous pas tous d’accord » ? Quand nous voyons un beau tableau, disons-nous à l’artiste : « Pourquoi l’as-tu peint ainsi ? Pourquoi n’as-tu pas fait autrement ? Ou, « Pourquoi avez-vous écrit votre chanson de cette façon ? Pourquoi avez-vous commencé du haut vers le bas au lieu de commencer du bas et de monter haut avec votre chanson ? » Donc, vous savez, nous devons surmonter cela. Nous devons apprécier les Évangiles pour ce qu’ils sont… Les évangélistes étaient libres de raconter l’histoire. Une partie de cela a à voir avec la façon dont vous comprenez l’inspiration, vous voyez. Nous y reviendrons plus tard, alors laissons cela pour le moment. Je pense en avoir assez parlé, mais j’espère que vous comprenez ce que j’essaie de vous dire. La véracité des Évangiles et de la Bible en général ne dépend pas de l’harmonisation complète de tous les détails. La Bible est beaucoup plus grande que cela, l’inspiration est beaucoup plus large que cela, et la vérité est beaucoup plus grande que cela.

(A suivre)  Dr Jeannie Constantinou

Christ is Risen. Part 2. The Empty Tomb.  (Extraits)
https://orthochristian.com/102933.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.