Sur la Résurrection (15)

Alors comment expliquer l’existence de l’Église ? Pourquoi le christianisme a-t-il continué à croître malgré la persécution ? Était-ce parce qu’ils avaient trouvé de meilleurs arguments, ils avaient trouvé des preuves convaincantes ? Ont-ils trouvé des mots rhétoriques, convaincants et persuasifs ? Ont-ils proposé une vérification historique? Ils n’avaient pas de vidéo, n’est-ce pas ? Aucune preuve scientifique, tout comme nous n’en avons pas maintenant. Qu’est-ce qui a convaincu les gens? Il y avait deux choses, et je vous dis les deux choses que vous verrez dans tous les premiers documents historiques du christianisme. Nous avons pas mal d’écrits, pas autant que nous aimerions en avoir, mais nous avons beaucoup d’écrits des deux et trois premiers siècles du christianisme, à l’époque de la persécution. Qu’est-ce qui a attiré les gens vers le christianisme malgré « la folie de ce que nous prêchons », comme l’appelait saint Paul ? Qu’est-ce qui a attiré les gens ? Deux choses : premièrement, la vie des chrétiens, leurs actes, le fait qu’ils aimaient leurs ennemis, le fait qu’ils voyaient les chrétiens enterrer des gens qui n’avaient personne pour les enterrer, qu’ils se souciaient des étrangers, des orphelins, des pauvres, pour les veuves. Cela a impressionné les Grecs, car c’est ce que préconisait la philosophie grecque : la vertu. Et ils ont vu cela et en ont été impressionnés. Beaucoup de gens ont été attirés vers le christianisme par la vertu manifestée par ces premiers chrétiens.
Et le deuxième facteur était le fait que lorsqu’ils ont vu ces chrétiens être persécutés – très souvent dans l’arène face à des animaux sauvages et des gladiateurs et toutes sortes de tortures – ils ont vu les chrétiens aller à la mort avec courage et joyeux. Et cela a étonné les Romains. Cela les a absolument étonnés de voir ces gens, et parfois c’étaient des femmes, parfois c’étaient des enfants qui allaient à la mort avec beaucoup de bravoure et de gaieté. Et cela les a vraiment fait réfléchir : qu’est-ce que c’est que ces gens ? Qu’ont-ils? Ainsi, ce ne sont pas des preuves convaincantes, ou tout autre type de preuve, qui ont conduit les gens au christianisme. C’était la vie des chrétiens. Et c’est ce dont nous avons besoin, chers frères et sœurs, pas de mots, pour convaincre les gens de la véracité de notre message. Et le fait est que, selon les Pères – et en lisant saint Jean Chrysostome, vous le verrez tout le temps – si les gens ne croient pas au christianisme, c’est de notre faute – non pas parce que nous n’avons pas trouvé de meilleure preuve, mais parce que nous ne vivons pas la Vie que nous avons été appelés à vivre en tant que chrétiens. Et Chrysostome dit que nous sommes responsables devant Dieu du fait que les autres ne croient pas. Quand nous ne vivons pas la vie, nous serons jugés pour cela. C’est quelque chose de très inquiétant auquel nous devons réfléchir. Alors les gens qui portent leur croix partout, parfois comme des bijoux, je ne sais pas ce qu’ils font en portant des croix. … Et puis les gens regardent ça et disent : « C’est un chrétien ? Mais dans l’Église primitive, les premiers chrétiens menaient une vie de grande vertu, c’est ce qui attirait les gens vers l’Église malgré le message. Ou ils auraient pu dire: « Peut-être qu’il y a quelque chose dans ce concept de Messie crucifié, parce que regardez la façon dont ces gens vivent leur vie. » C’était très admirable, et nous l’avons perdu. Alors ce dont nous avons besoin, chers frères et sœurs, ce ne sont pas de meilleures paroles mais de meilleures actions….
Quoi qu’il en soit, parlons des « trois jours dans la tombe », car j’ai été interrogée à ce sujet. Alors, pourquoi dit-on que le Seigneur était dans la tombe pendant trois jours ? Il a prédit qu’il ressusciterait après trois jours. C’est la prédiction du Christ. Si vous regardez Jean chapitre 2, après qu’Il ait purifié le Temple et qu’ils Lui aient demandé : « Par quelle autorité fais-tu cela ? Il dit : « Détruisez ce Temple (se référant à Son corps), et en trois jours je le relèverai. Nous avons donc ce langage, nous avons les déclarations du « signe de Jonas » par ce genre de langage nous pensons à trois périodes de 24 heures, mais ce n’est pas ainsi que les Juifs comptaient leurs jours. Avant d’expliquer comment ils comptaient leurs jours, parlons de l’expression « après trois jours ». Le fait est que « après trois jours » était une expression de la délivrance dans l’Ancien Testament, et nous le voyons dans le livre d’Osée, ainsi que dans le Midrash juif. Le Midrash est une sorte de commentaire juif sur l’Ancien Testament, et le Midrash sur l’un des passages de la Genèse dit : « Le seul qui est Saint ne laisse jamais le juste en détresse pendant plus de trois jours. C’était donc une expression juive typique de la délivrance ou du salut. Qu’en est-il du fait que le Seigneur n’était pas dans la tombe pendant trois jours complets ? La façon dont nous compterions serait plus proche de trois périodes de 24 heures, et cela ne s’est bien sûr pas produit. Eh bien, la raison pour laquelle, selon les Juifs, Il était dans la tombe pendant trois jours, a à voir avec la façon juive de compter les jours. Tout d’abord, on compte les premier et dernier jours de la période, qu’il s’agisse d’une journée entière ou d’une journée partielle, alors suivez-moi maintenant. Et, bien sûr, vous savez aussi que la journée juive commençait au coucher du soleil, pas au lever du soleil ni à minuit. Nous le savons très bien de l’Église, car nous avons très souvent des Divines Liturgies le soir. Comment se fait-il que nous puissions avoir une Divine Liturgie en soirée avant le jour réel ? Par exemple, si c’est le jour de la fête de l’Annonciation, qui est le 25 mars, comment se fait-il que nous ayons le droit d’avoir une  Divine Liturgie en soirée et de célébrer la fête de l’Annonciation le 24 mars ? Ce n’est pas le bon jour. Mais si c’est le soir, la veille au soir, on peut le faire, car la journée commence au coucher du soleil. C’est aussi la règle de l’Église, et nous tenons cela des Juifs. Ainsi, la journée juive commence au coucher du soleil. Vous le savez aussi parce que le sabbat commence le vendredi au coucher du soleil. Ce n’est pas quelque chose de spécial pour le sabbat; c’est quelque chose qui est juste la façon dont ils concoivent la journée : ça commence avec le coucher du soleil, pas avec le soleil qui se lève. C’est une façon différente de penser. Christ meurt vendredi. Il fait encore jour, non ? Il est dans la tombe le vendredi, c’est le jour 1. Quand le coucher du soleil arrive, c’est techniquement le samedi, jour 2, le sabbat. Ensuite, Il est encore dans la tombe une journée entière le samedi lorsque le coucher du soleil revient, et c’est le troisième jour, c’est techniquement le dimanche, le lendemain, le premier jour de la semaine. Il est donc dans la tombe pendant trois jours selon cette compréhension, et c’est la compréhension la plus ancienne. C’est pourquoi nous l’utilisons encore dans l’Église, parce que c’était ainsi que les Juifs  comptaient. Donc, même s’il n’était pas dans la tombe pendant 24 heures, ils auraient dit qu’il était dans la tombe pendant trois jours parce qu’il était là pour le vendredi, le samedi et aussi le dimanche qui a commencé par ce que nous appellerions le coucher du soleil le samedi. C’est donc assez facile à expliquer.

(A suivre)
Dr Jeannie Constantinou
Christ is Risen. Part 2. The Empty Tomb.  (Extraits)
https://orthochristian.com/102933.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *