Une parole de saint Isaac le Syrien

fond de la riviereTant que tu as des doigts, signe-toi dans la prière avant la venue de la mort. Tant que tu as des yeux , emplis-les de larmes jusqu’au moment où la cendre les recouvrira. A peine le vent a-t-il soufflé sur la rose, on la voit se flétrir; pareillement, si à l’intérieur de toi on pouvait souffler sur l’un des éléments qui te composent, tu cesserais de vivre. Homme pénètre-toi de cette vérité que la mort est ton destin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *