Bulletin de novembre 2018 de l’Eglise Orthodoxe à l’Ile Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration

La Voix del’Évangile

Numéro 36, novembre 2018

La bienheureuse MATRONE de MOSCOU1.

La bienheureuse Matrone (Nikonov) naquit en 1881 au sein d’une famille pauvre du village de Sebino-Epifaniskaia (auj. Kimovski) de la région de Toula, à quelques kilomètres de l’emplacement de la fameuse bataille de Koulikovo. Aveugle de naissance – ses yeux étaient même dépourvus de pupilles -, elle supporta avec humilité et patience cette infirmité, et en retour Dieu fit d’elle un vase d’élection de la grâce. Au moment de son baptême, le prêtre vit apparaître au-dessus de l’enfant une nuée légère dégageant un doux parfum, signe de la faveur divine. Dès l’âge de six ou sept ans, Matrone manifesta un extraordinaire don de clairvoyance : elle discernait les maladies de l’âme et du corps de ceux qui venaient en grand nombre lui rendre visite, leur révélait leurs péchés cachés et leurs problèmes, et elle les guérissait en priant sur eux ou leur donnait de sages conseils. Vers l’âge de quatorze ans, elle fit un pèlerinage dans les principaux sanctuaires de Russie, en compagnie d”une pieuse bienfaitrice. Lorsqu’elles arrivèrent à Cronstadt pour recevoir la bénédiction de saint Jean, alors qu’elles se trouvaient perdues dans la foule, le saint s’écria soudain :

« Matrone, approche! » Et il ajouta : « Elle prendra ma succession et deviendra le huitième pilier de la Russie. » À ce moment, personne ne comprit le sens de cette prophétie. Lorsqu’elle parvint à l’âge de dix-sept ans, elle fut atteinte de paralysie et cessa dès lors de marcher. Sachant que telle était la volonté de Dieu, elle ne se plaignait jamais de son sort, mais remerciait au contraire le Seigneur. Tout le reste de sa vie, pendant plus de cinquante ans, elle vécut dans une pièce remplie d’icônes, assise en tailleur sur son lit, le visage lumineux et la voix paisible, et recevait tous ceux qui venaient trouver auprès d’elle une consolation céleste. Elle annonça à l’avance les grands malheurs qui devaient s’abattre sur le pays à la suite de la révolution bolchevique, et mit son don de clairvoyance au service du peuple de Dieu. Comme certains de ses visiteurs la plaignaient de son infirmité, elle répondit : « Un jour, Dieu m’a ouvert les yeux, et j’ai vu la lumière du soleil, les astres et tout ce qui existe dans le monde : les fleuves, les forêts, la mer et toute la création… ». Continuer la lecture de Bulletin de novembre 2018 de l’Eglise Orthodoxe à l’Ile Maurice

Saint Thomas apôtre en Inde

thomas museum

La grotte de l'apôtre Saint-Thomas en Inde.

Le premier à avoir introduit le christianisme en Inde fut saint Thomas l'apôtre. Le souvenir de lui vit sur cette terre jusqu'à ce jour.

Dans la grotte du petit mont Chennai (Madras), situé près de Milaipur, l'apôtre Thomas a trouvé refuge auprès de ses poursuivants. Ici, il vécut et prêcha pendant deux ans. Lorsque les guerriers ont découvert son abri, le Seigneur a accompli un miracle: une crevasse formée dans le rocher, à travers laquelle le saint a pu s'échapper.

Il s'est enfui de la Petite Montagne dans la jungle de la Grande Montagne. C'est là que, pendant la prière de l'apôtre, un des soldats l'a tué, il est sorti de derrière et l'a transpercé d'une lance. La pointe de la lance est toujours conservée dans le musée de la basilique Saint-Thomas.

À l'intérieur de la grotte se trouve un rocher sur lequel on peut voir l'empreinte digitale de l'apôtre avec des taches de sang. Les habitants de la région pensent que cette empreinte provient miraculeusement de l’imposition des mains de Thomas. Et près de là, il y a une source d'eau que, selon la légende, le Seigneur a créée par la prière de saint Thomas, afin que les disciples dans un climat aussi chaud puissent rester avec l'apôtre le plus longtemps possible.

 Source: pravmir.ru