Bulletin de novembre 2018 de l’Eglise Orthodoxe à l’Ile Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration

La Voix del’Évangile

Numéro 36, novembre 2018

La bienheureuse MATRONE de MOSCOU1.

La bienheureuse Matrone (Nikonov) naquit en 1881 au sein d’une famille pauvre du village de Sebino-Epifaniskaia (auj. Kimovski) de la région de Toula, à quelques kilomètres de l’emplacement de la fameuse bataille de Koulikovo. Aveugle de naissance – ses yeux étaient même dépourvus de pupilles -, elle supporta avec humilité et patience cette infirmité, et en retour Dieu fit d’elle un vase d’élection de la grâce. Au moment de son baptême, le prêtre vit apparaître au-dessus de l’enfant une nuée légère dégageant un doux parfum, signe de la faveur divine. Dès l’âge de six ou sept ans, Matrone manifesta un extraordinaire don de clairvoyance : elle discernait les maladies de l’âme et du corps de ceux qui venaient en grand nombre lui rendre visite, leur révélait leurs péchés cachés et leurs problèmes, et elle les guérissait en priant sur eux ou leur donnait de sages conseils. Vers l’âge de quatorze ans, elle fit un pèlerinage dans les principaux sanctuaires de Russie, en compagnie d”une pieuse bienfaitrice. Lorsqu’elles arrivèrent à Cronstadt pour recevoir la bénédiction de saint Jean, alors qu’elles se trouvaient perdues dans la foule, le saint s’écria soudain :

« Matrone, approche! » Et il ajouta : « Elle prendra ma succession et deviendra le huitième pilier de la Russie. » À ce moment, personne ne comprit le sens de cette prophétie. Lorsqu’elle parvint à l’âge de dix-sept ans, elle fut atteinte de paralysie et cessa dès lors de marcher. Sachant que telle était la volonté de Dieu, elle ne se plaignait jamais de son sort, mais remerciait au contraire le Seigneur. Tout le reste de sa vie, pendant plus de cinquante ans, elle vécut dans une pièce remplie d’icônes, assise en tailleur sur son lit, le visage lumineux et la voix paisible, et recevait tous ceux qui venaient trouver auprès d’elle une consolation céleste. Elle annonça à l’avance les grands malheurs qui devaient s’abattre sur le pays à la suite de la révolution bolchevique, et mit son don de clairvoyance au service du peuple de Dieu. Comme certains de ses visiteurs la plaignaient de son infirmité, elle répondit : « Un jour, Dieu m’a ouvert les yeux, et j’ai vu la lumière du soleil, les astres et tout ce qui existe dans le monde : les fleuves, les forêts, la mer et toute la création… ».

En 1925, elle quitta son village pour s’installer à Moscou et, après la mort de sa mère en 1945, elle changea souvent de résidence, hébergée en secret chez des fidèles,car les communistes, craignant son influence dans le peuple,cherchaient à l’arrêter. Mais, chaque fois, elle en avait connaissance à l’avance, et lorsque les policiers arrivaient, ils apprenaient que Matrone avait déménagé une ou deux heures auparavant. Un jour, comme un policier s’était présenté pour l’arrêter, elle lui recommanda de se rendre chez lui au plus vite, en lui promettant de ne pas s’enfuir. Lorsque l’homme parvint à son domicile, il découvrit que sa femme était en train de brûler, et il eut juste le temps de la transporter à l’hôpital. Sainte Matrone menait sur son lit de douleur la vie d’une ascète, elle jeûnait constamment, dormait peu, la tête appuyée sur son poing, et son front était creusé à la suite des innombrables signes de croix qu’elle faisait. Non seulement les Moscovites, mais aussi des gens venus de loin, de toute condition et de tout âge, se pressaient auprès d’elle, pour recevoir ses conseils ou demander sa prière, de sorte qu’elle devint vraiment le soutien du peuple affligé, surtout pendant la Seconde Guerre mondiale. Nombreux étaient ceux qui venaient lui demander des nouvelles de leurs parents combattants. Elle rassurait les uns et recommandait aux autres de faire dire des offices de commémoration. À certains, elle parlait de manière directe, à d’autres sous forme de paraboles, visant à leur édification spirituelle, et elle leur recommandait d’observer les lois de l’Église, de se marier religieusement, de se confesser et de communier. Quand on lui amenait des malades ou des possédés, elle posait ses mains sur leur tête, prononçait quelques prières ou chassait le démon avec autorité, insistant toujours sur le fait qu’elle ne faisait rien d’elle-même, mais que c’était Dieu qui les guérissait par son intermédiaire. Quand on lui demandait la raison des persécutions qui s’étaient abattues sur l’Église, elle répondait que c’était à cause des péchés et du manque de foi des chrétiens.

« Tous les peuples qui se sont éloignés de Dieu

ont disparu de la face de la terre, affirmait-elle. Des temps difficiles nous

sont réservés; mais, nous chrétiens, nous devons choisir la croix. Le Christ

nous a placés sur son traîneau, et il nous conduira là où Il veut. »

Ayant annoncé à l’avance le jour de son repos, elle donna des instructions sur ses funérailles, et avant de s’endormir en paix, le 2 mai 1952 (19 avril selon le calendrier ecclésiastique), elle s’écria : « Venez tous près de moi, et rapportez-moi vos malheurs, comme si j’étais vivante! Moi, je vous verrai, je vous écouterai et je viendrai à votre aide. » Effectivement, les miracles se multiplièrent, par la suite, auprès de son tombeau, et, depuis la translation de ses reliques au monastère féminin de la Protection de la Mère de Dieu (13 mars 1998), les fidèles qui, par milliers, font la queue pour vénérer la nouvelle protectrice de Moscou, s’adressent à son icône et lui confient leurs divers problèmes, comme si la sainte était vivante devant eux.

Son culte, reconnu en 1999 pour le diocèse de Moscou, a été étendu à l’ensemble de l’Église russe en 2004.

Nous aurons encore besoin de votre aide pour finir de payer les travaux duclocher. Vos dons seront reçus avec reconnaissance.

BANK: STATE BANK OF MAURITIUS

BRANCH: Rose Hill

ACCOUNT NAME: Orthodox Christian Church Association

ACCT.No: 62010100128653

4

Divine liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Samedi 3 novembre à 9h30 : Pannychide : commémoration des

défunts (chacun apporte la liste de ses ancêtres endormis)

Dimanche 4 :

11:

Jeudi 15 : début du jeûne de la Nativité de notre Seigneur et Sauveur

Jésus-Christ.

18 :

Mercredi 21 : matines . Présentation au Temple de la très sainte Mère

de Dieu et toujours Vierge Marie.

25 : Clôture de la Présentation.

Tous les jours de semaine, Matines à 9h30

Église orthodoxe de la

Sainte Transfiguration

Grande-Rivière N-O

Ile Maurice

(Derrière le garage BALA)

Divine Liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Site web:

http://orthodoxchurchmauritius.org

Tous les jours de semaine, Matines

à 9h30.

– Père Athanasios: tel. 57 33 32 53

E-mail: p.athanasios@myt.mu

– Père Ian: tel.: 52 57 90 53

E-mail: fr.ian@antiochian.org.nz

– Père Jean: tel. 59 05 70 23

E-mail: klepperbali@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *