La prière d’une petite fille

LA PRIÈRE D’UNE PETITE FILLE.

Source: http://chercheursdedieu.over-blog.com/article-la-priere-d-une-petite-fille-125476549.html

Ce qui suit est une histoire vraie, histoire écrite par une femme médecin travaillant en Afrique.
Je la partage avec vous tant je la trouve puissante et encourageante pour chaque chrétien. Je n’ai pu m’empêcher de verser des larmes devant l’innocence et la foi de cette petite fille qui est un exemple pour moi.

Lire cette histoire vous sera certainement d’un plus grand bien, elle à la gloire de notre Seigneur Jésus.

Une nuit, je travaillais dur pour aider une femme qui était sur le point d’accoucher mais malgré mes efforts cette femme décéda, nous laissant un tout petit bébé prématuré ainsi qu’une fillette de 2 ans qui pleurait. Nous avions des difficultés pour garder le bébé en vie. Nous n’avions pas d’incubateur puisque pas d’électricité, nous n’avions pas non plus d’aliments spécifiques pour ce nourrisson prématuré.
Bien que nous vivions sur l’équateur, les nuits étaient souvent froides avec des courants d’air surprenant. Une étudiante sage-femme chercha alors un linge dans lequel nous pourrions envelopper le bébé et une autre se chargea de faire du feu et de remplir une bouillotte d’eau chaude. Celle-ci vint me voir en pleurs disant « en remplissant la bouillotte, elle s’est percée et c’était notre dernière bouillotte ! »
Que faire ? Ce matériel ne pousse pas sur les arbres et il n’y a pas de magasin dans ces sentiers de brousses !
« C’est bon dis-je, mettez le bébé aussi près que possible du feu et couchez vous entre lui et la porte pour le préserver des courants d’air. Votre tache est de conserver le bébé au chaud ».
Le lendemain matin, comme je le fais la plupart des jours, je passe un moment en prière avec plusieurs des enfants orphelins qui choisissent de prier avec moi. Je leur suggère plusieurs sujets de prières et je leur parle de ce bébé qui pourrait mourir s’il n’avait pas de bouillotte rapidement, je fais aussi mention de la petite fille de 2 ans qui pleurait encore, elle n’avait plus sa maman.
Pendant ce moment de prière, Ruth, une fillette de 10 ans, pria avec la naïveté des enfants de son âge: « Je t’en supplie Seigneur, envoie nous une bouillotte aujourd’hui, pas demain car le bébé sera mort, envoie la au moins cet après midi » elle ajouta: « Alors que tu t’occupes de ça, je t’en supplie, envoie aussi une poupée pour la petite fille afin qu’elle saches que tu l’aimes ».
Comme souvent avec la prière des enfants j’étais estomaqué par sa hardiesse, devais-je dire « Amen ! ». Au fond, je ne croyais pas que Dieu pouvait faire cela. Oui certes, je sais qu’il peut tout faire, la bible me le dit mais il y a quand même des limites non ? Le seul moyen par lequel je pourrais avoir ces deux objets, ce serait de recevoir un colis venant de mon pays. J’étais loin, en Afrique, depuis presque 4 ans et je n’avais jamais reçu un colis venant de la maison. Et même si quelqu’un décidait de m’envoyer un colis, qui serait assez fou pour m’envoyer une bouillotte à moi qui vit sur l’équateur ?
Au milieu de l’après midi, tandis que je donnais des cours aux élèves infirmières, une information me parvint: il y avait une voiture devant ma porte. Le temps de rentrer à mon logement, la voiture était partie… mais sur la véranda il y avait un gros colis.
Des larmes remplirent mes yeux. Je ne pouvais pas ouvrir ce paquet toute seule. Aussi, j’appelais les enfants de l’orphelinat. Ensemble nous enlevâmes les ficelles, dépliâmes le papier. L’excitation montait; quelques 30 ou 40 paires d’yeux étaient fixés sur ce gros colis.
Je sortis premièrement du colis un vêtement coloré, tricoté en jersey; puis il y eut des bandages pour les patients atteints de la léproserie; puis vint une bouteille de jus de raisin, puis un paquet de petit pains au lait… Puis je touchais quelque chose…Ce pourrait-il que ce soit ça ? Je la saisis et la sortis : Oui ! Une bouillotte ! Incroyable ! Je ne croyais pas que ce serait possible mais elle était là !
Ruth était là, au premier rang des enfants; elle bondit en avant en criant: « Si Dieu a envoyé la bouillotte, il a aussi mis dans le paquet une poupée ! » Plongeant sa main au fond du colis, elle en sortit une jolie poupée toute habillée; les yeux de Ruth brillaient. Elle n’avait pas douté. Me regardant elle me dit: « Est-ce que je peux aller avec toi et donner cette poupée à la petite fille ? Elle saura que Jésus l’aime ! »
« Bien sur » lui répondis-je.
Ce colis avait été envoyé 5 mois auparavant par une église dont un membre avait ressenti le besoin d’envoyer une bouillotte, même dans un endroit situé sur l’équateur. Une fillette de cette église avait glissé dans ce colis une poupée pour un enfant africain.

Ce colis fut envoyé 5 mois avant, en réponse à la prière d’une petite fille qui serait prononcée 5 mois plus tard !

 » Avant qu’ils m’invoquent, je répondrai; Avant qu’ils aient cessé de parler, j’exaucerai.  » (Esaïe 65:24)
« Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » (Matthieu 18:3)

Amen !

Source: http://chercheursdedieu.over-blog.com/article-la-priere-d-une-petite-fille-125476549.html

Le jeûne

Le Grand Carême débute ce lundi 23 février et il est précédé par le dimanche du Pardon.

SUR LE JEÛNE

 

http://www.annahar.com/author/8-المطران-جورج-خضر

Tu te limites en nourriture ou de certains types de nourriture pour reconnaître que tu es pauvre de la nourriture qui vient de Dieu. La limitation en nourriture est le signe de ta pauvreté de Dieu. Notre esprit doit apprendre qu’il est pauvre de Dieu ainsi que des autres. C’est pourquoi, le dimanche du pardon, dans nos églises (orthodoxes) nous demandons aux autres de nous pardonner car en nous pardonnant, ils nous permettent d’entrer en tant que pauvres dans le Grand Carême ; car c’est en ressentant la faim que nous appliquons notre esprit à avoir faim de Dieu.

 

Le jeûne n’a pas de sens si tu ne te reconnais pas pêcheur. Cette reconnaissance est le début de ta guérison jusqu’à ce que Dieu te revête de Sa personne. C’est de Dieu que tu as faim et non pas d’aliments.

 

Toute notre pratique est un entraînement afin de revêtir la grâce de Dieu, s’Il nous agrée. Ce n’est pas toi qui acquiers Dieu par le jeûne, c’est Lui qui te gagne à Lui par Son amour.

Aux vêpres du dimanche du Pardon, (dans les églises orthodoxes) tu t’inclines devant ceux qui ont été présents aux vêpres, tu demandes avec des paroles claires le pardon, tu donnes un baiser afin de débuter le jeûne dans l’amour. Ce qui est désiré est le jeûne. Ta demande de pardon (envers le prochain) et ton repentir devant Dieu t’habilite pour le jeûne. Sans Dieu qui se penche vers toi tu pratiques un régime alimentaire seulement. Sans un visage aimé tu ne jeûnes pas vraiment. Sans un visage que tu aimes tu ne connaîtras pas la Pâques. Sans un visage que tu aimes tu n’es pas grand-chose.

La nourriture et la privation d’aliments ne sont pas des exploits en eux-mêmes.

Jeûner dès ce lundi c’est jeûner du pêché car le pêché était ta nourriture. Rester chaste n’a pas de sens non plus sauf si tu veux rencontrer un visage qui n’est autre que le visage de ton Seigneur car Lui seul te voit avec amour.

Ainsi les aliments et la réduction de nourriture ne sont rien mais nous avons l’espoir que si nous jeûnons parce-que nous aimons Dieu, nous pourrons alors Le rencontrer car c’est la saison où nous réduisons la nourriture du corps afin de Le recevoir dans tout notre être. Et si Pâques est joie alors le jeûne est une préparation à la joie comme chez nous (dans l’Eglise orthodoxe) la prière pour le mariage est une préparation à l’union conjugale. Nous ne sommes pas contre le corps mais nous sommes pour sa maîtrise. Comment pourrions-nous être contre le corps alors que le Christ a revêtu un corps ! Nous sommes contre la déchéance de notre être dans le pêché car le pêché s’oppose à notre amour envers Dieu.

Celui qui jeûne est convaincu qu’il peut maîtriser son corps, il n’est pas contre le corps et il ne peut l’être puisque le Christ a revêtu un corps. Ni la nourriture ni le jeûne ne sont quelque-chose. Ce qui compte est que tu aimes Dieu et le jeûne est un moyen pour acquérir cet amour ; aux premiers temps du christianisme on enseignait que l’on jeûnait afin de donner aux démunis le prix des aliments dont on s’est privé. Si tu négliges les pauvres c’est comme si tu ne jeûnais pas.

Un grand dans le christianisme, le français Pascal a dit : « J’ai aimé la pauvreté par le Christ l’a aimée ». Tu te prives pour que tu puisses aimer. Cependant nous ne sommes pas contre le fait de prendre plaisir. Nous sommes contre l’excès de jouissance. Nous ne sommes pas contre le corps mais contre la poursuite insensée des corps. Que les croyants comprennent bien qu’en cette saison (du Grand Carême) ce qui est demandé réellement ce n’est pas seulement la limitation de la nourriture mais la recherche du visage de Dieu. Tu t’éduques toi-même à Le chercher car Il est laissé de côté. C’est pourquoi nous devons avoir à l’esprit que notre ascèse ne se limite pas au jeûne mais à la lecture de la parole de Dieu. Nous devons comprendre que nous nous privons de certains aliments pour se nourrir de la parole de Dieu. Dieu seul et rien d’autre ! C’est pourquoi il me fait de la peine celui qui jeûne mais qui n’écoute pas la parole de Dieu ni ne la lit alors que par cette lecture tu assouvis ta faim.

Toute pratique dans le christianisme se fait par amour de Dieu, l’amour de Dieu et de nos frères (tous les êtres humains). Tout le reste est pour le décor. L’amour pour qu’il ne soit pas que des paroles doit se traduire en actes, et le jeûne est l’un de ces actes. Il est vrai que le but du jeûne est Dieu, mais dans sa mise en pratique il est tourné vers nos frères, pour le don. Un corps déconnecté du cœur ne nous concerne pas. Que nous aimions Dieu et que cela ne se traduise pas en nous donnant à nos frères est pure illusion. Si tu n’aimes pas ton frère que tu vois, comment aimeras-tu Dieu que tu ne vois pas ? Tu es avec le prochain en présence de Dieu. Si tu exclus le prochain de ton amour tu es sans Dieu. Prends ton prochain avec toi et diriges-toi vers Dieu afin d’arriver à bon port.

Le chrétien superficiel pense qu’il va arriver à bon port moyennant certaines pratiques. Cela est le summum de l’illusion. Tu arrives au but par l’amour car l’amour est à la fois le but et le moyen. Mais rappelles-toi que l’amour ne reste pas seulement en pensée dans l’intellect, l’amour se manifeste en se tournant vers les autres. Si tu ne sors pas de ta coquille à la rencontre des autres tu n’aimes pas vraiment. C’est pourquoi le Christ a demandé à ceux qui veulent L’aimer de quitter père et mère, c’est-à-dire de s’arracher de ce qui nous éloigne du Seigneur parmi les attachements qui nous plaisent. Toujours pour rencontrer Dieu il faut s’écarter de certaines choses et de certaines personnes. Pour rencontrer le Seigneur il faut un arrachement. Si quelque-chose de ce monde te lie très fort tu n’auras pas la vision de Dieu.

http://www.annahar.com/author/8-المطران-جورج-خضر