Conférence sur la prière (VIII)

La prière permanente (VIII)

Saint Silouane de l’Athos (qui s’est endormi dans le Seigneur en 1938) nous dit que « les églises nous ont été données pour la prière, dans les églises on célèbre les offices liturgiques, mais tu ne peux prendre l’église partout avec toi, et les livres liturgiques ne sont pas toujours en ta possession, tandis que la prière intérieure, la prière du cœur (prière de Jésus), est toujours avec toi. Dans les églises lors des offices le Saint Esprit est présent, mais la meilleure église de Dieu est à l’intérieur de l’âme. Celui qui prie dans son esprit, alors l’univers devient pour lui un temple, mais cela n’est pas accordé à tous ».

Les Pères ont beaucoup enseigné à propos de la prière du cœur (ou prière de Jésus), voici ce que dit le père Sophrony (qui nous a quitté en 1993) : « Le but de la prière de Jésus est d’appeler le Seigneur, le Christ Roi pour qu’il vienne dans le cœur afin de révéler le Royaume de Dieu en nous et que s’enflamme la grâce enfouie sous la cendre de nos pêchés. Mais nous ne pouvons obtenir la grâce divine que par le repentir et en observant les commandements du Christ…et le but de cette prière est d’unifier les facultés de l’âme afin qu’elles deviennent une comme les trois personnes de la Sainte Trinité. ». On a demandé une fois au père Sophrony : qu’est-ce qui est plus important, les Saintes Ecritures ou la prière de Jésus ? Sa réponse était la suivante : « L’Evangile est pareil à la prière de Jésus, car le nom de Jésus inclut toutes les vérités de l’Evangile et les Pères de l’Eglise enseignent que la prière de Jésus est la synthèse de tout l’Evangile ».

« Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pêcheur »…quand nous disons cette prière nous établissons une relation personnelle avec le Christ et peu à peu la vie du Christ nous pénètre. Dans la prière de Jésus le cœur et la raison rationnelle s’unissent sans confusion ni mélange. Mais il nous faut (pour pratiquer la prière de Jésus) un père spirituel qui nous guide et nous montre les difficultés et les pièges que l’on peut rencontrer au début de sa pratique…Suivant les paroles du père Sophrony : «  Ce n’est qu’après une longue expérience s’étendant sur des mois et des années que nous pouvons progressivement avoir une attitude chrétienne vis-à-vis de la prière…C’est en étant attiré par l’Esprit que nous pourrons avoir la prière pure, c’est-à-dire la contemplation de Dieu, la déification et l’union avec Lui, et nous devenons alors par Lui et par la prière des dieux à Son image à Sa ressemblance ».

Mes biens aimés, la prière est Dieu, celui qui prie avec pureté s’unit à Dieu et devient un avec Lui.

Je termine en vous demandant de ne pas oublier ces paroles, Dieu vous donne le temps pour agir en vue de votre salut éternel…ne perdez-pas ce temps qu’Il vous donne de peur qu’à la dernière heure le Christ vienne pour dire … « Marthe, Marthe, tu t’agites pour beaucoup de choses mais une seule est nécessaire ».

Que la bénédiction de Dieu soit sur nous tous.

AMEN

 

Conférence de carême prononcée par Mère Marie (Zakka) à l’église Saint Nicolas à Beyrouth en 2006. Mère Marie est supérieure du monastère Saint Jean Baptiste à Douma (Liban).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *