Sur la Résurrection (1)

Parlons de l’importance de la Résurrection. Cela peut sembler une question très basique, mais je suis convaincu qu’il est très, très nécessaire que nous en discutions. La résurrection est ce qu’il y a de plus important dans le christianisme. Sans la résurrection, il n’y aurait pas de christianisme. Sans la résurrection, il n’y aurait pas d’Église. A notre époque, il est très fréquent que les gens parlent comme si la résurrection n’était pas très importante. Même les gens qui s’identifient comme chrétiens ont tendance à s’en éloigner comme s’ils étaient un peu gênés de croire en quelque chose d’aussi peu scientifique, quelque chose qui ne peut être documenté par des preuves scientifiques. Nous sommes trop évolués pour croire en la Résurrection, nous sommes trop intelligents pour de telles choses ! Ce genre d’idées était bien pour les gens qui vivaient il y a longtemps, mais nous sommes plus intelligents qu’eux, n’est-ce pas ? » C’est ce que beaucoup de gens pensent. J’aimerais partager une expérience que j’ai eu dans une salle de classe (d’études théologiques) il y a quelques années. je n’étais pas le professeur; J’étais un étudiant. Nous avions une discussion en classe sur la résurrection parce qu’un prêtre épiscopal avait été choisi pour devenir évêque dans l’église épiscopale. Il y avait une certaine controverse au sujet de son élection parce qu’il avait ouvertement déclaré qu’il ne croyait pas en la résurrection du Christ. Il y avait un gros article à ce sujet dans le journal, et cela a donc conduit à cette discussion particulière en classe.

Notre professeur a posé une question hypothétique à la classe : « Et si les os de Jésus étaient retrouvés et qu’il y avait un moyen, juste hypothétiquement parlant, de prouver sans l’ombre d’un doute qu’il s’agissait bien des os de Jésus, seriez-vous toujours un chrétien ? En d’autres termes, la question était : « est-ce que la résurrection du Christ compte finalement ? Or c’était une classe d’environ 30 personnes, dont la plupart étaient très impliquées dans leurs paroisses. Un de mes amis était directeur d’une école paroissiale, quelques autres étaient diacres et il y avait des personnes chargées de catéchiser les convertis à l’Église. (Ce n’était pas une école orthodoxe, soit dit en passant.) J’étais le plus jeune de la classe et j’avais environ trente ans – donc ce n’étaient pas des enfants dont il est question. C’étaient des adultes mûrs, intelligents, éduqués et chevronnés. J’étais le plus jeune et j’étais le seul chrétien orthodoxe. Je ne raconte pas cette histoire pour dénigrer qui que ce soit, mais pour vous illustrer ce qui se passe dans les « églises » parmi de nombreux laïcs, même les laïcs les plus engagés. Alors le professeur a posé la question : « Seriez-vous encore chrétien si les ossements de Jésus étaient découverts ? » J’ai été stupéfait d’entendre pratiquement toutes les autres personnes de la classe dire des choses telles que : « Je serais toujours chrétien, ma foi ne serait pas ébranlée. Ma foi est assez forte pour résister à une telle chose ». D’autres ont dit: « Jésus était un grand Maître, cela n’affecterait pas vraiment ma foi ». J’en étais abasourdi alors que tous les uns après les autres exprimaient ce genre de sentiments, alors je me suis dit : « Si nous ne sommes pas d’accord sur l’importance de la résurrection, qu’avons-nous encore en commun ? Ce fut ma première expérience du fait que de nombreuses croyances essentiellement chrétiennes ne sont tout simplement pas communes. Maintenant, pour être juste, mes camarades de classe ne disaient pas qu’ils ne croyaient pas en la Résurrection, seulement que cela n’avait pas d’importance.

Dr Jeannie Constantinou

(Extrait de) https://pravoslavie.ru/102747.html

A suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *