Sur la maladie

Source: https://orthodoxcityhermit.com/category/contemporary-elders/elder-aimilianos/
Nous tombons malades et nous souffrons pour différentes raisons, mais c’est souvent parce que nous avons péché, volontairement ou involontairement, ou parce que nous nous sommes éloignés de Dieu. Mais, si vous êtes malades, n’ayez pas peur et ne vous inquiétez pas, car la maladie est un grand cadeau de Dieu. Les malades sont les enfants spéciaux de Dieu. Les malades sont sous la protection spéciale de Dieu. Ils ont la bénédiction spéciale de Dieu. Ils ont l’amour de Dieu. Ils sont dans Son étreinte, alors que quelqu’un qui a la santé pourrait ne pas l’être. La personne malade, la personne souffrante, la personne malade se trouve dans une situation privilégiée, ou potentiellement privilégiée, par rapport à Dieu. Ceux qui n’ont jamais connu la maladie, et ceux qui n’ont jamais connu la souffrance, manquent souvent d’empathie; et souvent leur cœur est étroit, petit et restreint, et incapable de s’ouvrir et d’embrasser la souffrance des autres parce qu’ils ne le savent tout simplement pas. Les malades, par contre, sont souvent les personnes les plus aimantes, les plus compréhensives et les plus compatissantes que vous rencontrerez jamais, et ce sont eux qui auront l’audace devant Dieu dans leurs prières pour les autres. N’ayez donc pas peur de votre maladie. Laissez-la à Dieu. Faites ce que les médecins vous disent. Lorsque vous prenez vos médicaments, vous recevez le Christ. Ce n’est pas un mal, ni le signe d’un manque de foi, de prendre vos médicaments. Lorsque vous prenez vos médicaments, vous recevez une bénédiction, vous recevez le Christ lui-même. Faites ce que les médecins disent, prenez vos médicaments, passez vos tests, mais ne soyez pas anxieux. Parfois, ce qui est pire que d’être malade, c’est d’avoir peur de tomber malade. Laissez les choses entre les mains de Dieu. Tout ce que Dieu vous donne est le meilleur pour vous. Dieu ne vous donne jamais une croix sans d’abord la peser et la mesurer très soigneusement pour s’assurer que la croix aboutira à votre croissance spirituelle. Alors ne pensez pas que c’est aléatoire, ne pensez pas que c’est un hasard, ne pensez pas que c’est trop. Elle a été très soigneusement pesée et très soigneusement mesurée, de sorte qu’il en résulte une croissance spirituelle et un bénéfice spirituel. Autant le corps dépérit, autant notre vie en Dieu est renouvelée. Dieu ne peut pas naître en nous sans les douleurs de l’enfantement. Et la souffrance que nous éprouvons, que ce soit une souffrance émotionnelle ou physique, ce sont les douleurs de la naissance, le travail, la souffrance dans notre vie qui permettront à Dieu de naître et de grandir en nous. Nous devrions donc avoir du regret pour la personne qui n’a pas goûté à la douleur involontaire parce que cette personne n’est pas susceptible de s’imposer une quantité suffisante de douleur volontaire (…) Elle voudra rester dans son endroit confortable, sa zone de confort, et elle va résister à toutes sortes de changements. La maladie est une visite de Dieu, une visite divine. La maladie nous humilie, elle nous enseigne, elle nous remodèle, elle nous éveille à la réalité, elle nous permet de voir ce qui est vraiment important et ce qui a de la valeur. Ce n’est pas une punition, mais une visite divine pour notre correction et notre éducation. –
L’ Ancien Aimilianos (+ 9 mai 2019) du monastère de Simonopetra  Extrait de: Une conférence intitulée «Heureux ceux qui ont le cœur pur: Réflexions sur la nature spirituelle de la souffrance», par le Père Maximos Constas, Patristic Nectar Publications (2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *