Sur le mariage

Le mariage est un élément essentiel pour l’union de deux personnes en vue du salut.
Le monde occidental a connu une terrible tendance à la baisse du nombre de couples qui choisissent de se marier. Parmi les couples qui le font, près de cinquante pour cent de leurs mariages se terminent par un divorce. Et les mariages qui durent, ne voient qu’une infime fraction, produire plus d’un ou deux enfants. De nombreux couples choisissent de limiter le nombre d’enfants, ou n’en ont pas du tout, car ils veulent une vie plus satisfaisante sur le plan économique et considèrent les enfants comme un obstacle à un style de vie confortable. Ceci est en opposition absolue avec les vues de nos ancêtres.
La ville de Seattle a été désignée comme l’une des villes les plus solitaires des États-Unis, et beaucoup pensent que cela est directement lié au fait que cette grande ville a le plus petit nombre d’enfants après  San Francisco. Étant donné que les couples qui ont des enfants ont tendance à s’impliquer dans les écoles et les églises locales dans leur désir de soutenir leurs enfants,il en résulte que les couples sans enfants ont moins d’options, dès le départ, où ils peuvent cultiver des amitiés avec d’autres couples. Si la vie sociale d’un couple est centrée sur le lieu de travail ou la vie nocturne, alors une source majeure de soutien au mariage est minée. Les bars, les boîtes de nuit et les lieux de travail cultivent à peine le soutien des mariages. Alors que l’implication avec d’autres parents engagés dans des associations de Parents -Enseignants -Étudiants, et la participation active dans les paroisses, rassemblent les gens pour le bien commun des enfants. Ces deux institutions ont une longue histoire d’accompagnement des couples dans des relations où l’on s’engage. Le problème central de l’institution du mariage est directement lié à une société de plus en plus sécularisée qui ne valorise pas le mode de vie traditionnel et biblique. Les couples, à un rythme alarmant, démarrent leurs relations de manière intime. Les rapports sexuels avant le mariage sont considérés comme une composante essentielle de leur relation. L’idée de se réserver pour le lit conjugal semble démodée et dépassée. Cependant vivre ensemble avant le mariage condamne la relation depuis le début parce que l’homme et la femme se concentrent sur leurs propres besoins, à l’exclusion de «l’union». De telles relations sont basées sur des besoins personnels et non sur la base biblique du mariage, où la procréation est l’un des éléments essentiels qui lie le couple dans une relation amoureuse qui est basée sur l’autre. Cette approche du couple est responsable du déclin des populations des pays occidentaux, où seuls les mariages islamiques produisent le nombre d’enfants qui peut garantir la survie culturelle des générations futures. La civilisation occidentale est en train de s’éteindre en conséquence directe de cet éloignement sociologique et religieux de l’image biblique du mariage. L’opposition de l’Église au mariage non traditionnel n’a rien à voir avec la discrimination à l’égard des homosexuels. Nous ne sommes pas appelés à juger les autres, mais nous sommes appelés à ne juger que nous-mêmes. Nous devons reconnaître les luttes quotidiennes remplies d’angoisse, de solitude, de souffrance de nos frères et sœurs gays. En tant que chrétiens, nous devons les aimer et les soutenir dans leurs luttes en tant que chrétiens pour mener une vie chaste. De nombreux homosexuels quittent l’Église parce qu’ils se sentent jugés, exclus, marginalisés, voire haïs, par leurs compagnons chrétiens. Il est important de se rappeler que les chrétiens hétérosexuels sont également appelés à vivre une vie chaste basée sur la Bible, en dehors du mariage. Le mariage ne concerne pas les droits de l’homme mais le rapprochement de l’homme et de la femme pour la propagation de notre espèce sanctionnée par Dieu. Dieu nous donne suffisamment de grâce pour vivre une vie vertueuse, et nous, chrétiens orthodoxes, savons que le salut ne concerne pas uniquement nous-mêmes, mais nous tous ensemble. Une communauté chrétienne aimante et solidaire nous soutient tous dans notre cheminement vers le royaume de Dieu. Enfin, l’élément clé qui rend le mariage salvifique est l’abandon de la volonté personnelle pour le bien commun. Le mari et la femme, au moment même où les couronnes du mariage sont placées sur leur tête, doivent s’engager à être obéissants l’un à l’autre. Le mari, bien que chef de famille, n’est ni le patron ni le suzerain de sa femme. Au contraire, l’archétype du mari est celui du Christ en tant que grand époux. Le symbole des couronnes ne concerne pas un jeune prince et une princesse, mais il est le symbole des couronnes de martyre, où la femme et le mari se donnent l’un à l’autre. Le couple qui vivra et jouira d’une longue vie ensemble, est le couple dont le mariage est centré sur le Christ,  et où ce qui est donné et ce qui est reçu découle d’un engagement envers le bien-être de l’autre. Tout comme le Christ a donné Sa vie pour l’amour de son Église, le mari et la femme donnent leur vie l’un à l’autre.
 Abbé Tryphon avec amour en Christ.
https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *