Suite des réflexions d’un moine orthodoxe Etatsunien

Le mal du racisme

Le racisme n’a pas sa place dans la vie d’un chrétien.
Il est important de comprendre que génétiquement, tous les humains sont d’une seule race. Les Indiens, les Arabes, les Juifs, les Caucasiens, les Africains et les Asiatiques ne sont pas des races différentes, mais plutôt des ethnies différentes de la race humaine. Dieu a créé tous les humains avec les mêmes caractéristiques physiques, avec seulement des variations mineures. De plus, il a créé tous les humains à son image et à sa ressemblance (Genèse 1: 26-27), et nous a tous invités à entrer en communion avec lui.
Un homme noir est tout autant mon frère qu’un camarade écossais comme moi. Dans le Livre des Actes, nous lisons qu’avec la venue du Saint-Esprit, diverses expressions des langues étaient parlées. Et dans l’Apocalypse, nous voyons un aperçu de l’éternité avec des hommes et des femmes de toutes les langues, tribus et nations constituant le chœur des louanges éternelles (Apoc. 7: 9). Le fait que les écrivains de l’Écriture aient pris note de l’ethnicité et considéraient la diversité comme une bonne chose rend impossible pour le chrétien de s’en tenir à des pensées de supériorité raciale ou de séparation des races.
Comment pouvons-nous nous en tenir aux idéologies racistes quand même l’apôtre Jean a fait allusion à des préjugés concernant Jésus: « Est-ce que quelque chose de bon peut sortir de Nazareth (Jean 1:46)? » Comment oser tenir des opinions racistes lorsque le Seigneur Jésus-Christ a présenté des paraboles qui ont même offensé les chefs religieux de son temps? La parabole du bon samaritain (Luc 10) et l’histoire de la Samaritaine au puits (Jean 4) nous empêchent de nous en tenir à des idées de supériorité ethnique sur différentes races. Même notre iconographie orthodoxe reflète intentionnellement la gamme complète des teintes de peau lors de la peinture du visage d’un saint afin de souligner l’interdépendance et la bénédiction de toutes les races de l’humanité.
Toutes les formes de racisme, de préjugés et de discrimination sont des affronts à l’œuvre du Christ sur la croix. Jésus-Christ est mort pour que tous les hommes soient sauvés, qu’ils soient juifs, africains, espagnols, norvégiens, asiatiques ou autres. En Christ, nous sommes unis comme un seul corps, et en tant qu’êtres humains, nous sommes tous d’une même race. L’ethnicité ne devrait rien signifier pour le chrétien et nos paroisses devraient démontrer la vérité de la diversité ethnique du Royaume de Dieu. Si nous nous en tenons aux croyances racistes, nous ne faisons que démontrer à quel point nous nous sommes éloignés des enseignements de Notre Seigneur. Un chrétien peut-il être raciste? La réponse est catégorique et elle est non!
Alors, comment pouvons-nous mettre fin au racisme en Amérique? Nous pouvons le faire en reconnaissant le racisme qui réside en nous-mêmes et en faisant un effort concerté pour l’extirper. Saint Séraphin de Sarov nous a dit que le changement commence en soi et que lorsque j’acquerrai la paix intérieure, des milliers de personnes autour de moi seront sauvées.
Je me souviens de l’époque où j’étais l’un des orateurs lors d’un grand rassemblement au centre-ville de Seattle, commémorant la Shoah arménienne, le meurtre de masse systématique et l’expulsion de 1,5 million d’arméniens ethniques perpétrés en Turquie et dans les régions adjacentes par le gouvernement ottoman entre 1914 et 1923. Après avoir garé mon véhicule, je me dirigeais vers Pacific Plaza pour le rassemblement lorsque je me suis retrouvé face à face avec trois jeunes hommes noirs. Sachant qu’ils pensaient probablement que ce vieil homme blanc souhaitait marcher de l’autre côté de la rue, j’ai proclamé d’une voix forte: « N’est-ce pas une belle journée? »
Ils sourirent tous largement, et l’un d’eux me demanda ce que j’étais, alors qu’il désignait ma soutane noire. « Pourquoi, je suis un fan des Seahawks », ai-je répondu et ils ont alors tous éclaté de rire et se sont précipités pour m’étreindre affectueusement. Et alors que j’ai continué à marcher vers le rallye, j’avais un très grand sourire sur le visage, car j’avais l’impression qu’ils étaient tous les trois mes petits-enfants, et je ressentais beaucoup d’amour pour eux.
Chacun de nous a autant d’opportunités de démontrer notre unité avec les Noirs, et quand nous reconnaissons que eux, en tant que race, ils sortent de 500 ans où ils ont connu la peur et le racisme émanant de nous les Blancs, nous reconnaîtrons alors l’importance de leur tendre la main avec amour et respect. Le changement commence avec chacun en soi, et en tant que chrétien, c’est mon devoir, et certainement mon appel, d’aimer tous ceux que je rencontre en tant que Christ.
Avec amour en Christ,
Abbé Tryphon
Source: https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *