Dialogue entre le Géronda Epiphanios et un communiste athée

Un matin, le Géronda Epiphanios (Theodoropoulos) était en conversation avec 2-3 visiteurs chez lui. L’un d’eux était un idéologue communiste athée. Soudain, quelqu’un de l’extérieur se précipita à l’intérieur et les informa que la ville d’Athènes avait été envahie de photos de Mao Tse Tung, avec l’inscription « Gloire au grand Mao ». C’était le jour de la mort du dictateur chinois.

Geronda Epiphanios : C’est comme ça que les choses se passent, mon enfant. Les athées n’existent pas.Il n’existe que des idolâtres, qui enlèvent le Christ de Son trône et à Sa place, ils intronisent leurs propres idoles. Nous disons : »Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ». Eux disent : « Gloire au grand Mao ». Vous choisissez celui que vous préférez.

Athée : Vous choisissez aussi votre drogue, grand-père. La seule différence est que vous l’appelez Christ, d’autres l’appellent Allah, ou Bouddha, etc.…

Geronda Epiphanios : Mon enfant, le Christ n’est pas une drogue. Le Christ est le Créateur de tout l’univers. C’est lui qui gouverne tout avec sagesse, de la multitude des galaxies infinies, jusqu’aux particules les plus minuscules du microcosme. Il nous a tous donné la vie. C’est celui qui vous a amené dans ce monde et vous a accordé une telle liberté que vous pouvez douter de lui et même le nier.

Athée : Grand-père, c’est votre droit de croire en toutes ces choses. Mais cela ne veut pas dire qu’elles sont vraies. Avez-vous des preuves ?

Geronda Epiphanios : Vous pensez que tout cela n’est qu’un conte de fées, n’est-ce pas ?

Athée : Bien sûr.

Geronda Epiphanios : Avez-vous la moindre preuve que c’est un conte de fées ? Pouvez-vous prouver que ce que je crois est faux ?

Athée : ………….

Geronda Epiphanios : Vous n’avez pas répondu, parce que vous n’avez pas la moindre preuve. Ce qui veut dire que vous croyez que ce sont des contes de fées. Je vous ai parlé de croire, quand je me suis référé à Dieu; vous, cependant, tout en rejetant ma croyance, croyez essentiellement en votre infidélité, puisque vous ne pouvez pas le soutenir avec des preuves. Cependant, je dois vous dire que ma croyance n’est pas quelque chose d’imaginaire; Il y a certains événements surnaturels, sur lesquels elle est fondée.

Athée : Une minute ! Puisque nous parlons de croire, que diriez-vous, par exemple, aux musulmans ou aux bouddhistes ? Parce qu’ils parlent aussi de croire. Et eux aussi ont des normes morales élevées. Pourquoi votre croyance est-elle meilleure que la leur ?

Geronda Epiphanios : Ainsi, le critère de la vérité est censé être jugé par votre question ? Parce que la vérité est certainement une ; les vérités ne peuvent pas être nombreuses. La question est de savoir qui est le détenteur de la vérité. C’est ça, la grande question. Il ne s’agit donc pas d’une croyance meilleure ou pire ! C’est une question de la seule vraie foi !

Je conviens que d’autres croyances ont aussi que d’autres croyances ont aussi des enseignements moraux. Naturellement, les enseignements moraux du Christianisme sont incomparablement supérieurs. Mais, nous ne croyons pas en Christ à cause de ses enseignements moraux. Ou pour son invitation à «s’aimer les uns les autres», ou pour ses sermons sur la paix et la justice, la liberté et l’égalité. Nous croyons en Christ, parce que Sa présence sur terre était accompagnée d’événements surnaturels, ce qui était un signe qu’Il est Dieu.

Athée : Écoutez, je reconnais aussi que le Christ était un philosophe important et un grand révolutionnaire, mais ne faisons pas de Lui un Dieu maintenant…

 

Geronda Epiphanios : Mon enfant, tous les grands incrédules de l’histoire ont été heurtés par ce détail. L’arête de poisson qui était coincée dans leur gorge, qu’ils ne pouvaient pas avaler, c’était exactement ce qui suit : Que le Christ est aussi Dieu.

Beaucoup d’entre eux étaient prêts à dire à Dieu: « Ne dis à personne que Tu es Dieu incarné, dis simplement que tu es un être humain ordinaire, et nous serons plus que prêts à te déifier. Pourquoi veux-Tu être un Dieu incarné, et non pas un homme déifié ? Nous sommes prêts à Te glorifier, à Te proclamer comme le plus grand parmi les hommes, le plus saint, le plus éthique, le plus noble, l’inégalable, le seul et unique, Celui Qui est sans précédent… N’est-ce pas suffisant pour Toi ? »

Ernest Renan était le chef de chœur de ceux qui niaient la divinité, tonne ce qui suit, en ce qui concerne le Christ: « Pendant des dizaines de milliers d’années, le monde sera élevé grâce à Toi », et « Tu es la pierre angulaire de l’humanité; si l’on devait arracher Ton Nom de ce monde, ce serait comme briser ses fondations » et « les éons proclament que, parmi les fils des hommes, il ne naquit jamais personne qui pourrait Te surpasser « . Mais c’est là que Renan et ses semblables s’arrêtent. Leur phrase suivante est: « Mais Tu n’es pas un Dieu ! »

Et ces pauvres misérables ne perçoivent pas que toutes ces choses constituent une tragédie indescriptible ! Leur dilemme est inévitablement implacable: soit le Christ est Dieu incarné, dans ce cas, il est en effet le personnage le plus éthique, le plus sacré et le plus noble de l’humanité, soit, il n’est pas Dieu incarné, dans ce cas, il ne peut être aucun de ces caractères. En fait, si le Christ n’est pas Dieu, alors nous parlons de la plus horrible, la plus atroce et le plus méprisable existence dans l’histoire de l’humanité.

Athée : Qu’avez-vous dit ?

Geronda Epiphanios : Exactement ce que vous avez entendu ! C’est peut-être une déclaration importante, mais c’est tout à fait vrai. Et je vais vous dire pourquoi.

Permettez-moi de vous demander : Qu’est-ce que tous les grands hommes ont dit d’eux-mêmes, ou, quelle opinion avaient-ils d’eux-mêmes ?

Socrate, le « plus sage de tous les hommes » a déclaré: « J’en suis venu à savoir une chose: c’est que je ne sais rien ».
Tous les hommes importants dans l’Ancien et du Nouveau Testament, d’Abraham et Moïse, jusqu’à Jean-Baptiste et l’apôtre Paul, se caractérisent comme « terre et cendres », « misérables », « monstrueux », etc…

Mais, curieusement, l’attitude de Jésus est tout à fait le contraire ! Et je dis curieusement, car il aurait été naturel et logique pour Lui d’avoir une attitude similaire. En fait, étant de loin supérieur et surpassant tous les autres, Il aurait dû avoir une opinion encore plus faible et plus humble de Lui-même. Éthiquement plus parfait que tout autre, Il aurait dû surpasser tout le monde et n’importe qui dans l’auto-reproche et l’humilité, du moment de la création du monde jusqu’à la fin du temps.

Mais on observe le contraire !

Tout d’abord, Il déclare qu’Il est sans péché : « Qui de vous me convaincra de péché ? » (Jean 8:46). « Le prince de ce monde vient, et il ne trouve rien en Moi. » (Jean, 14: 30)
Il énonce également des idées très élevées de Lui-même : « Je suis la lumière du monde » (Jean, 8, 12); « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean, 14: 6).

Mais, en dehors de ça, Il projette également la demande d’un dévouement absolu à Sa personne. Il pénètre même la plus sainte des relations de l’homme, et dit: « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et quiconque aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi »(Matthieu 10: 37). « je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; » (Matthieu, 10: 35). Il exige même une vie et une mort de martyr de ses disciples: « Ils vous livreront aux conseils et vous fouetteront dans leurs synagogues, et vous serez traînés devant des chefs et des rois à cause de moi… Le frère livrera son frère à la mort et le père son enfant ; les enfants se soulèveront contre leurs parents et les feront mourir… Et vous serez haïs de tous, pour l’amour de Mon Nom… Et celui qui persévérera jusques à la fin, sera sauvé… Ne craignez pas ceux qui détruisent le corps… Celui que Me reniera devant les hommes, Moi aussi Je le renierai… Celui qui perdra son âme à cause de Moi, la gagnera « (Matthieu 10, 17 et suivants).

Et maintenant, je vous demande: quelqu’un a-t-il déjà osé exiger pour lui l’amour de l’humanité, leur demandant de sacrifier même leur vie ? Quelqu’un a-t-il déjà osé proclamer son absence absolue de péché? Quelqu’un a-t-il déjà osé prononcer les mots: « Je suis la Vérité »? (Jean, 14: 6) Personne, et nulle part! Seul Dieu peut le faire. Pouvez-vous imaginer votre Marx prononçant des choses pareilles ? Ils le prendraient pour un fou et personne ne serait prêt à le suivre !

Voyons maintenant combien de personnes ont tout sacrifié pour l’amour du Christ, même leur propre vie, en croyant à la véracité de ses paroles sur Lui-même ! Si ses déclarations sur lui-même étaient fausses, Jésus aurait été le personnage le plus méprisable de l’histoire, car il aurait conduit tant de gens à un sacrifice aussi énorme ! Quel homme ordinaire – aussi grand, important, sage qu’il soit – mérite une telle offre et un tel
sacrifice ? Eh bien ? Personne ! Sauf s’il est Dieu !

En d’autres termes: Tout homme ordinaire qui exigerait un tel sacrifice de la part de ses disciples aurait été la personne la plus odieuse de l’histoire. Le Christ cependant, à la fois l’exigeait, et l’obtenait. Pourtant, malgré cette « réussite », Il a été proclamé par les négateurs-mêmes de Sa divinité comme la figure la plus noble et la plus sainte de l’histoire. Donc, soit les négateurs sont illogiques quand ils proclament ce personnage odieux comme « le plus saint », soit, de manière à éviter tout illogisme, et à rationaliser la co-existence des exigences du Christ et de Sa sainteté, ils doivent en arriver à accepter que le Christ continue d’être la figure la plus noble et la plus sainte et de l’humanité, mais seulement sous la condition qu’Il soit aussi Dieu ! Sinon, comme nous l’avons dit, Il serait, non pas le plus saint, mais le plus odieux de l’histoire, étant la cause du plus grand sacrifice de tous les âges, et au nom d’un mensonge ! Ainsi, la divinité du Christ est prouvée par Ses négateurs eux-mêmes, sur la base de ces caractérisations même de Sa personne !

Athée : Ce que vous venez de dire est vraiment très impressionnant, mais ce n’est rien d’autre que de la spéculation. Avez-vous des faits historiques qui confirmeraient Sa Divinité ?

Geronda Epiphanios : Je vous ai dit au début, que les preuves de Sa Divinité sont les événements surnaturels qui ont eu lieu pendant qu’Il était ici sur terre. Le Christ n’est pas seulement dans la proclamation des vérités ci-dessus, Il a aussi prouvé Ses déclarations par des miracles. Il a fait voir les aveugles et marcher les boiteux, il a satisfait la faim de cinq mille hommes et de multiples femmes et enfants, avec seulement deux poissons et cinq pains; Il a commandé les éléments de la nature et ils ont obéi, Il a ressuscité les morts, parmi lesquels était Lazare, quatre jours après sa mort. Mais le plus étonnant de tous Ses miracles a été Sa propre résurrection.

Tout l’édifice du Christianisme est soutenu par l’événement de la Résurrection. Ce n’est pas ma spéculation L’apôtre Paul l’a dit : « Si Christ n’était pas ressuscité (des morts), notre foi serait vaine ». (Corinthiens I, 15 : 17). Si le Christ n’est pas ressuscité, alors tout s’écroule. Mais le Christ est ressuscité, ce qui signifie qu’Il est le Seigneur de la vie et de la mort, c’est pourquoi Il est Dieu.

Athée : Avez-vous vu tout ça ? Comment pouvez-vous le croire ?

Geronda Epiphanios : Non, je n’ai rien vu de tout cela, mais d’autres l’ont vu : les apôtres. À leur tour, ils l’ont fait savoir à d’autres, et ils ont effectivement « signé » leur témoignage de leur propre sang. Et, comme tout le monde le reconnaît, un témoignage au prix de sa vie est la forme suprême de témoignage.

Pourquoi ne m’apportez-vous pas quelqu’un qui me dira que Marx est mort et ressuscité et qu’il est prêt à sacrifier sa vie pour en témoigner ? En tant qu’homme honnête, je le croirai.

Athée : Je vais vous le dire. Des milliers de communistes ont été torturés et sont morts pour leur idéologie. Pourquoi n’adoptez-vous pas le communisme de la même manière ?

Geronda Epiphanios : Vous l’avez dit vous-même. Les communistes sont morts pour leur idéologie. Ils ne sont pas morts pour de vrais événements. Dans une idéologie, il est très facile à la tromperie de s’infiltrer, et parce c’est une caractéristique de l’âme humaine de se sacrifier pour quelque chose qu’elle croit, cela explique pourquoi tant de communistes sont morts pour leur idéologie. Mais cela ne nous oblige pas à accepter cette idéologie comme quelque chose de vrai.

C’est une chose que de mourir pour des idées, et un autre de mourir pour des événements. Les apôtres ne sont pas morts pour des idées. Pas même pour le « Aimez-vous », ni pour les autres enseignements moraux du Christianisme. Les apôtres sont morts pour leur témoignage d’événements surnaturels. Et quand nous disons « événement », nous voulons dire ce qui est captivé par nos sens physiques, et ce qui est compris par eux.

Les Apôtres ont souffert le martyre pour « ce qu’ils ont entendu », « ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux », « ce qu’ils ont observé et touché de leurs mains » (1 Jean:1)

Tout comme l’habile spéculation de Pascal, nous disons que l’une des trois choses suivantes est arrivée aux Apôtres : soit ils ont été trompés, soit ils nous ont trompés, soit ils nous ont dit la vérité.

Prenons le premier cas. Il n’est pas possible que les Apôtres aient été trompés, parce que tout ce qu’ils ont rapporté ne leur a pas été rapporté par d’autres ; ils étaient eux-mêmes des témoins oculaires et auditifs de toutes ces choses. D’ailleurs, aucun d’entre eux n’était un personnage imaginatif, ni n’avait d’inclination psychologique qui les poussait à accepter l’événement de la Résurrection. Bien au contraire, ils étaient terriblement méfiants. Les Évangiles sont extrêmement révélateurs, dans leurs récits de leurs dispositions spirituelles : ils n’ont même pas cru aux assurances que certaines personnes l’avaient effectivement vu, ressuscité.

Étaient-ils peut-être des politiciens ambitieux ou des visionnaires des systèmes philosophiques et sociaux, désireux de conquérir l’humanité et de satisfaire ainsi leurs fantasmes ? Pas du tout. C’étaient des pêcheurs analphabètes. La seule chose qui les intéressait était de pêcher quelques poissons pour nourrir leur famille. C’est pourquoi, même après la Crucifixion du Seigneur, et malgré tout ce qu’ils avaient entendu et vu, ils retournèrent à leurs bateaux de pêche et à leurs filets. En d’autres termes, il n’y avait pas une seule trace de disposition chez ces hommes pour les choses qui allaient suivre. Ce n’est qu’après le jour de la Pentecôte, « quand ils ont reçu la force d’en haut », qu’ils sont devenus les maîtres de l’univers.

Le deuxième cas : Ils nous ont trompés ? Ils nous ont menti ? Mais alors, pourquoi nous auraient-ils trompés ? Que gagneraient-ils à mentir ? De l’argent ? Un statut ? Était-ce la gloire ? Pour que quelqu’un dise un mensonge, il doit s’attendre à une sorte de gain. Mais les Apôtres, en prêchant le Christ, – et en fait du Christ crucifié et ressuscité – les seules choses qu’ils ont obtenu pour eux-mêmes sont les difficultés, les labeurs, les lapidations, les naufrages, la faim, la soif, la nudité, les attaques de voleurs, les coups, les incarcérations et enfin, la mort. Et tout cela pour un mensonge ? Il serait sans aucun doute insensé que quiconque le considère.

Par conséquent, les Apôtres n’ont pas été trompés, et ils ne nous ont pas trompés non plus. Cela nous laisse avec le troisième choix : qu’ils nous ont dit la vérité.
Je voudrais également souligner ici quelque chose d’autre: Les évangélistes sont les seuls à avoir enregistré de vrais événements historiques. Ils décrivent les événements, et uniquement les événements. Ils n’ont recours à aucun jugement personnel. Ils louent personne et critiquent personne. Ils n’essaient pas d’exagérer un événement, ni d’en éliminer ou de sous-estimer un autre. Ils ont laissé les événements parler d’eux-mêmes.

Athée : Excluez-vous la possibilité que, dans le cas du Christ, il s’agisse d’un incident de mort apparente? L’autre jour, les journaux avaient écrit sur une personne qu’ils avaient enterrée en Inde. Trois jours plus tard, ils l’avaient exhumé et il était toujours en vie.

Geronda Epiphanios : Mon pauvre enfant ! Je vous rappelle les paroles du Bienheureux Augustin : »Ô infidèles, vous n’êtes pas méfiant; En effet, vous êtes les plus crédules de tous. Vous acceptez les choses les plus improbables, les plus irrationnelles, les plus contradictoires pour nier un miracle ! »
Non, mon enfant. Ce n’était pas un cas de mort apparente avec Christ. Tout d’abord, nous avons le témoignage du centurion romain, qui rassura Pilate que la mort du Christ était une certitude.

Ensuite, notre Évangile nous informe que le jour même de sa Résurrection, le Seigneur a été vu en train de parler avec deux de ses disciples, marchant vers Emmaüs, à plus de dix kilomètres de Jérusalem.

Pouvez-vous imaginer quelqu’un qui pourrait revivre toutes les tortures que le Christ a subies, et trois jours après sa « mort apparente », revenir à nouveau ? Au contraire, il devrait être nourri à la soupe au poulet pendant quarante jours, ne serait-ce que pour ouvrir les yeux, encore moins marcher et parler comme si rien n’était arrivé !

Quant à l’hindou, amenez-le ici pour être flagellé avec un fléau – savez-vous ce qu’est un fléau ? C’est un fouet, dont les cils ont chacun un morceau de plomb ou un morceau d’os cassé ou des ongles pointus attachés à leur extrémité – amenez-le ici, pour que nous puissions le fouetter, puis lui mettre une couronne d’épines sur la tête, le crucifier, lui donner à boire de la bile et du vinaigre, puis lui percer le flanc avec une lance, le mettre dans un tombeau, puis s’il revient d’entre les morts, nous en reparlerons.

Athée : Néanmoins, mais tous les témoignages que vous avez invoqués appartiennent aux disciples du Christ. Y a-t-il des témoignages à ce sujet, qui ne viennent pas du cercle de ses disciples ? Y a-t-il des historiens, par exemple, qui peuvent certifier la Résurrection du Christ ? Si c’est le cas, alors je croirai aussi ce que vous dites.

Geronda Epiphanios : Pauvre enfant! Vous ne savez pas ce que vous dites maintenant! S’il y avait eu de tels historiens qui avaient vu le Christ ressuscité, ils auraient été contraints de croire en Sa Résurrection et l’auraient enregistrée en tant que croyants. dans ce cas, vous auriez de nouveau rejeté leur témoignage, tout comme vous avez rejeté le témoignage de Pierre, le témoignage de Jean, etc… Comment peut-il être possible pour quelqu’un d’assister réellement à la

Résurrection sans pour autant devenir chrétien ? Vous demandez une volaille rôtie, sur une brochette de cire, qui chante aussi ! Cela ne peut tout simplement pas se faire !

Je vous rappelle cependant – parce que vous demandez des historiens – ce que j’ai dit plus tôt : les seuls vrais historiens sont les apôtres.

Néanmoins, nous avons le genre de témoignage que vous demandez, et c’est par une personne qui n’appartenait pas au cercle de Ses disciples: c’était Paul. Paul, non seulement n’était pas disciple du Christ, il persécutait l’Église du Christ sans relâche.

Athée : Ils disent que Paul souffrait d’une insolation et que c’était la cause de ses hallucinations.

Geronda Epiphanios : Mon enfant, si Paul hallucinait, la chose qui serait remontée à la surface aurait été son subconscient. Et dans le subconscient de Paul, les Patriarches et les Prophètes auraient été en tête de liste. Il aurait halluciné à propos d’Abraham, de Jacob et de Moïse, et non de Jésus, qu’il considérait comme un menteur et un imposteur !

Pouvez-vous imaginer une fidèle grand-mère voir Bouddha ou Jupiter dans son rêve ou son délire ? Elle verrait très probablement Saint Nicolas ou Sainte Barbara, parce qu’elle croit en eux.

Encore une chose. Avec Paul, nous avons, comme le note Papini, les phénomènes miraculeux suivants : Tout d’abord, la soudaineté de sa conversion. Directement de l’infidélité à la foi. Sans étape préparatoire intermédiaire. Deuxièmement, la fermeté de sa foi. Pas d’hésitations, pas de doutes. Et troisièmement, sa foi a duré toute une vie. Croyez-vous que toutes ces choses peuvent se produire après une insolation? Ils ne peuvent en aucun cas être attribués à une telle cause. Si vous pouvez expliquer comment, expliquez-le. Si vous ne pouvez pas, alors vous devez admettre le miracle. Et vous devez savoir que pour un homme de son temps, Paul était exceptionnellement instruit. Ce n’était pas une petite personne ordinaire, qui n’avait aucune idée de ce qu’il en était.

J’ajouterai également quelque chose d’autre. Nous vivons aujourd’hui, mon enfant, dans une époque exceptionnelle. Nous vivons le miracle de l’Église du Christ.

Lorsque le Christ a dit de Son Eglise que «les portes de l’Hadès ne prévaudront pas contre elle » (Matthieu 16:18), Ses disciples étaient très peu nombreux. Près de deux mille ans se sont écoulés depuis ce jour. Les empires ont disparu, les systèmes philosophiques ont été oubliés, les théories du monde se sont effondrées. Mais l’Église du Christ reste indestructible, malgré les persécutions continues et dramatiques qu’elle a subies. N’est-ce pas un miracle ?

Et une dernière chose. Dans l’Évangile de Luc, il est dit que lorsque la Sainte Mère rendit visite à Elisabeth (la mère de Jean-Baptiste) après l’Annonciation, elle fut accueillie par ces paroles : »Tu es bénie entre toutes les femmes ». Et la Sainte Mère répondit comme suit : « Mon cœur exalte le Seigneur. Voici, à partir de ce jour, toutes les générations me diront bienheureuse « .

Qui était la Sainte Mère à cette époque ? Elle était juste une jeune fille obscure de Nazareth. Combien la connaissaient ? Et pourtant, depuis ce jour, les impératrices ont été oubliées, les noms des femmes distinguées ont été éteints, les mères et les épouses des grands généraux sont tombées dans l’oubli. Qui se souvient, ou connaît même, la mère de Napoléon ou de la mère d’Alexandre le Grand ? Presque personne. Mais, des millions de lèvres à travers le monde, partout dans le monde, à travers les âges, vénèrent cette humble fille de Nazareth, la « plus précieuse que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins ». Sommes-nous, ou ne sommes-nous pas, nous le peuple du XXe siècle en ce jour et à cette heure, la vérification de ces paroles de la Sainte Mère ?

Les mêmes choses sont observées dans une prophétie « secondaire » du Christ : Pendant qu’il était dans la maison de Simon le lépreux, une femme vint à lui et lui versa une huile parfumée onéreuse sur la tête. Le Christ a commenté ce geste disant: « Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait. » (Matthieu, 26: 13). Maintenant, quelle était la taille de Son cercle de disciples à l’époque, afin que l’on puisse dire qu’ils se sont surpassés pour que la prophétie de leur Maître se réalise ? Surtout une prophétie telle que celle-ci, qui, selon les normes mondiales actuelles, n’a aucune importance pour la plupart des gens.

S’agit-il ou non de miracles ? Si vous le pouvez, expliquez-les. Mais si vous ne pouvez pas, admettez-les comme tels.

Athée : Je dois admettre que vos arguments sont assez solides. Mais j’aimerais vous demander encore une chose : Ne pensez-vous pas que le Christ a laissé son œuvre inachevée ? Enfin, à moins qu’Il ne nous ait abandonnés. Je ne peux pas imaginer un Dieu qui resterait indifférent à la souffrance de l’humanité. Nous sommes ici à travailler, tandis que Lui, là-haut, reste apathique.

Geronda Epiphanios : Non, mon enfant. Le Christ n’a pas laissé son travail inachevé. Au contraire, il est le seul cas dans l’histoire où une personne a la certitude que sa mission a été accomplie et n’a plus rien à faire ou à dire.
Même le plus grand des philosophes, Socrate, qui a parlé et enseigné pendant toute sa vie, et qui vers la fin a composé une « Apologie » complexe, aurait encore plus à dire, s’il avait vécu.

Seul le Christ, dans un laps de temps de trois ans, enseigna ce qu’il avait à enseigner, a fait ce qu’il avait à faire, et finit par dire (sur la Croix): « Tout est accompli ». Un autre échantillon de Sa perfection divine et de Son autorité.

Quant à l’abandon dont vous avez parlé, je comprends votre inquiétude. Sans le Christ, le monde serait un théâtre de folie. Sans le Christ, vous ne pouvez rien expliquer : pourquoi y a-t-il des tristesses, pourquoi des injustices, pourquoi des échecs, pourquoi des maladies, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi…… Des milliers de « pourquoi » monumentaux.

Essayez de comprendre ! L’homme ne peut approcher tous ces « pourquoi » avec sa logique finie. C’est seulement par le Christ que tout peut être expliqué. Toutes ces épreuves ne font que nous conditionner pour l’éternité. Peut-être alors serions-nous honorés par le Seigneur en répondant à certains de ces « pourquoi ».

https://citationsorthodoxes.home.blog/…/dialogue-entre-le-…/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *