L’iconographe sans mains et sans jambes

 

Grigoriy-ZHuravlyov-

En 1916, juste avant que la Révolution ne ravage la Russie, Gregory Zhuravlev – également connu sous le nom de «Grisha» – est étendu sur son lit de mort. Son visage était calme et, comme un soldat volontaire, il affrontait la mort en face. Au fond de son lit, sa sœur pleurait à chaudes larmes quand il rendit son dernier souffle. Il était un artiste sans bras et sans jambes d’un village de la région de Samara, et sur sa poitrine était posée sa dernière icône qui à cette époque était encore inachevée. Les larmes de sa sœur ont été rejointes non seulement par celles de leur village, mais aussi par les villages voisins, et aussi loin que la ville de Samara.

Quelques années plus tôt, Grisha – qui aimait pêcher – avait été sur les rives d’une rivière voisine quand il s’est endormi et a eu une vision. Il avait déjà lutté contre la maladie et, dans la vision, il voyait venir des moments difficiles, une époque où son travail et ses icônes ne seraient plus nécessaires. Cette expérience était assez inhabituelle pour lui, car il était presque toujours gai, spirituel et plein de vie. Ses icônes étaient envoyées partout jusque dans les régions lointaines de la Russie, et même à travers les frontières vers d’autres pays, vers n’importe quel endroit où la religion chrétienne orthodoxe était pratiquée.

Son nom est devenu largement connu en 1963, quand un historien d’art a fait une découverte étonnante en Yougoslavie. Au cours de recherches de documentation sur les monuments de l’Église orthodoxe serbe, il a découvert une icône dans le village de Purakin, sur laquelle la note suivante a été écrite en russe :

« Cette icône a été peinte dans la province de Samara … avec les dents de Gregory Zhuravlev, un paysan sans bras et sans jambes, le 2 juillet 1885. »

Et l’héritage de Gregory demeure encore aujourd’hui. Les écoles de la région de Samara offrent des cours sur les fondements de la culture orthodoxe et, dans le cadre de ces cours, les enfants apprennent à connaître cet iconographe paysan. Une chanteuse populaire Svetlana Kopylova a même écrit et interprété une belle chanson sur cet incroyable peintre.

Qui était cet homme ? Quelle est l’histoire de sa vie ?

Gregory Zhuravlev est né en 1858, gravement handicapé. Il n’avait ni les mains ni les jambes. Selon les mémoires, la mère de Gregory a pleuré amèrement, et elle a voulu se tuer elle et le bébé. Mais elle a été empêchée par Peter Vasilievich Traikin – le grand-père de l’enfant. Il a dit qu’il allait élever Grisha lui-même.

Beaucoup de gens ont été surpris par l’enfant. Il rampait autour de la cour et mettait un bâton dans sa bouche pendant de longues périodes, dessinant dans le sable les gens, les maisons et les animaux. Quand Grisha a grandi, son grand-père a commencé à l’emmener à l’école. En hiver, il le prenait sur un traineau à l’école, et en été, sur un chariot. Après la mort de Peter Vasilievich, Gregory n’a pas pu continuer à fréquenter l’école, mais l’instituteur est resté pleinement engagé, travaillant avec cet enfant intelligent à la maison.

Un été, des garçons du village sont allés avec Grisha à la rivière. Les autres garçons sont allés nager, et Grisha est resté sur une colline. Alors un aigle bicéphale inhabituel a plongé sur lui. Devant les enfants effarés, l’oiseau a soulevé le petit corps de Gregory dans le ciel. Apparemment, c’est un cri perçant et enfantin qui a effrayé l’aigle – il a alors libéré le garçon qui était resté indemne. Les villageois ont pensé que des anges ont dû être impliqués.

En 1885, la Gazette provinciale de Samara écrivait :

« Zhuravlev a voulu apprendre à peindre des images réalistes avec des peintures à l’huile … A l’âge de 15 ans, il est arrivé dans la ville de province et a demandé au peintre Travkin, qui vit ici, de lui apprendre comment  faire. Il a doucement accepté l’étudiant inhabituel, qui a passé quelques jours dans son appartement, lui présentant les premières bases techniques de peinture, ce qui a suffi à Zhuravlev, qui a acheté des peintures, des pinceaux et d’autres choses à Samara. Il retourna à sa ville natale d’Utevka, et ayant commandé une table avec des adaptations spéciales, a commencé à étudier la peinture.  »

Cinq ans plus tard, le jeune peintre d’icônes a décidé de faire don de quelques icônes à des personnalités de haut rang à Samara. Ses icônes ont attiré l’attention, et il a commencé à recevoir des commandes. Bientôt le gouvernement régional a pris note du sort de la famille Zhuravlev, et ils lui ont donné une pension annuelle de 60 roubles.

Par son travail, Gregory a aidé toute sa famille. Son frère Athanase effectuait les préparations en bois pour les icônes et préparait les couleurs, sa grand-mère choisissait les pinceaux, et son père livrait les icônes à Samara. Plus tard, Zhuravlev a eu des étudiants : Mikhail Khmelev et Vasily Popov.

Gregory aimait apprendre, il lisait beaucoup. L’une des meilleures choses dans sa maison était la grande bibliothèque. Lui et son frère Afanasy sont diplômés avec les honneurs de l’école locale. En 1884, Zhuravlev se tourna vers le gouverneur de Samara, demandant que son icône peinte de Saint-Nicolas soit présentée au Tsarevich Nicolas, le futur empereur. Cette lettre de Gregory a été conservée :

« Votre Altesse Impériale, humblement et avec zèle … Je veux vous donner cette icône de Saint Nicolas qui fait des miracles, que j’ai peinte avec ma bouche et non avec mes mains, puisque depuis ma naissance je n’ai pas eu la force du mouvement dans mes mains ou dans mes pieds, j’ai peint cette icône par la grâce du Dieu Tout-Puissant, qui m’a éclairé et qui m’a donné ce cadeau: Dieu a permis à ma bouche de bouger avec habileté, guidée par son commandement.

Le Tsarevich a gracieusement accepté l’icône. Peu après, Zhuravlev a été invité au palais royal, par l’empereur Alexandre III lui-même. Ici, ce paysan artiste a peint un portrait de la famille Romanov.

Il y a une rumeur qui prétend que sur le chemin du retour, Gregory a été capturé contre son gré, et forcé de participer à un cirque itinérant. Pendant six mois, il a été conduit autour de la Russie, et montré au public comme une curiosité. Avec beaucoup de difficultés, il a finalement réussi à s’échapper et à rentrer chez lui.

L’Empereur lui donna une pension mensuelle de 25 roubles-or, et il ordonna au gouverneur de Samara de «donner à Zhuravlev un cheval de trait, pour les voyages d’été et d’hiver».

Selon les souvenirs survivants des habitants d’Utevka, Gregory était d’humeur joyeuse, et il aimait plaisanter. Pour amuser les enfants, il prenait un fouet de berger, agitant et applaudissant avec un sifflement assourdissant.

À Utevka, une église en pierre a été construite en l’honneur de la Sainte Trinité, sous la supervision directe de Grégoire Zhuravlev. Toutes les fresques ont été peintes selon ses croquis.

Pour l’église, Zhuravlev a peint non seulement des icônes, mais aussi d’immenses fresques, dit le Père. Anatoly Kopach. « Quand il a peint l’église – en particulier le dôme … ses dents ont été ébréchées et ses lèvres ont enflé.

La Sainte Trinité et sept Archanges sont représentés sur le dôme. Les fresques sont de saint Jean le théologien, saint André le premier apôtre appelé, et deux métropolites de Moscou. Le visage de Saint-Siméon de Verkhoturye peut également être vu. L’église a été consacrée en 1892 et comprenait une école et une petite bibliothèque.

En 1934, les autorités soviétiques ont commencé à détruire le clocher,et à allumer des feux « de joie » sous les supports en bois. Les icônes ont été arrachées des murs. Les plus précieux ont été envoyés à Samara. Les autres ont été amenés de nuit à un apiculteur de ferme collective, pour faire des ruches d’abeilles. Mais l’apiculteur – Dimitry Lobachev – a secrètement distribué les icônes aux habitants du village. En retour, ils lui ont donné le nombre nécessaire de planches pour ses ruches.

Plus d’une fois, les autorités soviétiques ont commencé à détruire toute l’église. Mais dans leur lutte contre Dieu, ces hommes ont dû continuellement retardé leurs plans, en raison de diverses circonstances inattendues. Ainsi, par la Providence de Dieu, l’église a été préservée jusqu’à nos jours.

En 1989, les autorités soviétiques ont rendu l’église aux croyants fidèles. Deux ans plus tard, elle était prête pour les services, et a été consacrée pour l’utilisation comme lieu de culte. L’administration du district du gouvernement local a alloué cent mille roubles pour la reconstruction du clocher détruit. Huit cloches ont été apportées de Voronezh. En l’honneur de leur artiste local, l’inscription « Grégoire » a été faite sur la plus grande cloche.

Aujourd’hui, dans cette église de la Sainte Trinité, il y a beaucoup d’objets sacrés : un morceau de pierre du tombeau du Christ, des reliques des enfants martyrs de Bethléem, et des reliques des anciens d’Optina et de Saint Séraphim de Sarov. En 2006, une nouvelle iconostase sculptée a été mise dans l’église.

Des images magnifiques – peintes par Zhuravlev – ont été trouvées dans presque toutes les cabanes et hameaux des villages voisins. Certains d’entre eux avaient été faits pour les pauvres – icônes bon marché qu’il avait peintes sur bois, sans ajouter aucune dorure. Mais après son voyage à Saint-Pétersbourg, quand sa famille a commencé à jouir de la prospérité, il a commencé à peindre des images avec de la feuille d’or et à signer le dos des icônes avec des messages comme celui-ci :

« Cela a été peint avec les dents de Gregory Zhuravlev, du village Utevka dans la province de Samara, un paysan sans bras ni jambes. »

Pour commémorer le sauvetage miraculeux de la famille impériale de la catastrophe du déraillement du train en octobre 1888, les nobles de Samara commandèrent à Gregory Zhuravlev de peindre une icône pour la présentation à l’empereur Alexandre III. En outre, le gouverneur de Samara a commandé Zhuravlev pour peindre une icône de St Alexei, métropolite de Moscou.

Au cours des dernières années, les résidents locaux ont retourné beaucoup d’icônes de Zhuravlev à l’église. Ses icônes ont également été rapportées de lieux lointains, tels que le Kazakhstan et l’Oural.

Le diocèse de Samara, en collaboration avec les autorités provinciales, continue de travailler pour faire revivre la mémoire de cet artiste étonnant. Et l’archevêque Sergius (de Samara et Syzran) offre aussi sa gratitude :

« Dieu merci, la justice historique est restaurée à notre époque, et des hommages sont rendus à des talents tels que le peintre Gregory Zhuravlev, né avec des handicaps, mais ayant une foi et une force d’esprit profondes, il a peint pour la gloire de Dieu, ses icônes portent la lumière divine, et elles sont une aide pour le peuple de Dieu.  »

Grégoire Zhuravlev mourut en 1916. Avec la bénédiction de l’évêque, il fut enterré sur le terrain de l’église du village, non loin de l’autel. Pendant que le cercueil était abaissé dans le sol, les gens ont chanté « Mémoire Eternelle » et « Dieu Saint, Saint Fort, Saint Immortel ». Les moines lisaient les Psaumes et partageaient les souvenirs du défunt. Beaucoup sont passés pour rendre leurs derniers respects, tout en portant des bougies et en vénérant les saintes icônes. Une simple croix orthodoxe a été installée sur le site de la tombe, et sur la croix, ces mots ont été écrits : « Voici l’homme »

https://russian-faith.com/people/famous-russian-artist-has-no-hands-paints-exquisite-icons-n1557

saints syril et methode                                    Saints Cyrille et Méthode (Gregory Zhuravlev)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *