Les Béatitudes de saint Ephrem le Syrien (3)

fond de la riviere21. Bienheureux qui, assis dans sa cellule s’abaisse volontairement, comme Marie assis aux pieds du Seigneur et se hâte comme Marthe de Le recevoir, Lui le Seigneur et Sauveur.

22. Bienheureux qui est enflammé par la crainte de Dieu, ayant toujours la ferveur du Saint Esprit en lui, et qui a brûlé les épines et les chardons de ses pensées.

23. Bienheureux qui n’a pas souillé ses mains avec des actes inconvenants comme ceux qui sont maudits, car il y aura pour cela un jugement au jour redoutable de la Présence du Seigneur.

24. Bienheureux qui engrange de belles et bonnes pensées chaque jour et par l’espoir conquiert la passion maligne de l’acédie par laquelle sont attaqués les ascètes du Seigneur.

25. Bienheureux qui est devenu comme un noble guerrier dans l’œuvre du Seigneur, stimulant les indolents, encourageant les faibles dans la Voie du Seigneur.

26. Bienheureux qui a porté des fruits dans le Seigneur, il a les saints anges comme protecteurs, comme l’arbre plein de fruits a le fermier comme bon gardien.

27. Bienheureux qui aime la douceur spirituelle et n’est pas écrasé par le serpent malin car il a espoir dans le Seigneur bon et compatissant.

28. Bienheureux qui honore les saints et aime son prochain et qui a banni l’envie de son âme, envie par laquelle Caïn est devenu le meurtrier de son frère.

29. Bienheureux qui a repoussé le tyran et ne s’est pas réchauffé à la flamme des plaisirs, car son âme sera rafraîchie par la rosée du Saint Esprit.

30. Bienheureux celui que la nuée sombre et diabolique n’a pas été capable d’envahir et de priver de la lumière et de la joie les justes.

31. Bienheureux celui dont les yeux du cœur ont été illuminés tandis qu’il reflète toujours le Seigneur, car il a été délivré des passions et des pensées mauvaises.

32. Bienheureux qui aime les paroles bonnes et justes et qui hait les discours bas et destructeurs car il ne deviendra pas prisonnier du Malin.

33. Bienheureux qui réprimande son prochain avec la crainte de Dieu et qui ne trompe pas son âme, craignant chaque jour le sceptre de fer du grand Pasteur.

34. Bienheureux celui qui en accord avec la volonté de Dieu obéit à son prochain et qui, lorsqu’il endure des afflictions, remercie Dieu. Il recevra une couronne car il deviendra un confesseur du Seigneur.

 

 

 

Source : La Voie Orthodoxe N°49. Printemps 2008.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *