La Très Sainte Mère de Dieu avant la Nativité

L’histoire de l’Ancien testament c’est en particulier la préparation au sein du peuple hébreu de la venue du Christ né de la Très Sainte Mère de Dieu et Vierge Marie. Une attente que partageaient Joachim et Anne les ancêtres de Dieu, les parents de la Vierge Marie. Joachim, descendant du saint roi David de la tribu de Juda vivait à Nazareth. Sa femme Anne avait pour sœur la mère d’Élisabeth elle-même mère de St Jean Baptiste. Ainsi la Très Sainte Vierge Marie et sainte Élisabeth étaient cousines.

Ils vivaient pieusement dans l’attente du Messie mais ne pouvaient espérer l’avoir dans leurs descendants car ils étaient vieux et sans enfants et en étaient tristes.

Un ange leur apparut séparément et leur annonça la naissance d’une fille, la Très Sainte Mère de Dieu, qu’ils se promirent d’élever pour le service de Dieu. C’est la fête de la Conception par Sainte Anne de la Très Sainte Mère de Dieu le 9 décembre et celle de la naissance de la Vierge le 8 septembre.

Lorsque la Vierge eut trois ans , remplissant leur promesse, ses parents l’emmenèrent en grande pompe au Temple à Jérusalem. Et là elle put entrer dans le Saint des Saints l’endroit où avant elle , personne ne pouvait entrer, sauf, une fois par an, le grand prêtre et où était conservée autrefois l’arche d’alliance. L’Église fête cette entrée au temple de la Vierge le 21 novembre.

La Vierge Marie fut élevée là dans la connaissance des Saintes Écritures et des travaux féminins, comme filer et coudre, et par la prière dans le Saint des Saints, dans le silence, la paix, la compagnie des Anges. Mais tôt, elle devint orpheline, car ses parents étaient très âgés à sa naissance, elle qui devait devenir pour nous tous, et en particulier pour les affligés et les orphelins, l’Intercession et la Protection fêtée le 1 octobre.

A 14 ans elle devait quitter le Temple et se fiancer selon la coutume. Mais elle ne voulait pas se marier, car elle était toute dévouée à Dieu. Alors on la confia à son vieux parent, le saint et juste Joseph, qui devint son protecteur et nourricier. Joseph était veuf de Salomé dont il avait eu deux filles et quatre fils. C’est pourquoi on parle dans l’Évangile des « frères » du Christ (des frères par alliance) quoique le Seigneur soit le fils unique de la Vierge.

Ainsi la Vierge Marie retourna à Nazareth en Galilée où elle continua à vivre dans la prière, le silence et le travail de ses mains, tournée vers Dieu. C’est là que l’Archange Gabriel vint lui annoncer qu’elle allait mettre au monde le Christ notre Seigneur, ce à quoi elle répond humblement « Qu’il me soit fait selon ta parole ». On célèbre cette fête de l’Annonciation le 25 mars. Alors la Très Sainte Vierge Mère de Dieu alla rendre visite à sa cousine Élisabeth qui, remplie de joie et de grâce divines, prononça des paroles inspirées devenues pour les chrétiens cette si belle prière de louange à la Mère de Dieu :

Réjouis-Toi Mère de Dieu et Vierge, Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni car tu as enfanté les Sauveur de nos âmes.

Source : La Voie Orthodoxe N°50 Catéchisme : l’Évangile (Automne 2008)

Quand Dieu nous semble absent

Quand Dieu semble absent

Ces moments où Dieu semble absent ne sont qu’une illusion. Parfois, nous entrons dans une nuit sombre de l’âme, où Dieu semble éloigné de nous. Ce n’est qu’une illusion, car Dieu est plus proche de nous que notre propre souffle. Ces temps sont permis par Dieu afin de nous rapprocher de Lui, tout comme le parent aimant qui met son petit enfant debout, marche à quelques mètres en tendant les bras et attend que l’enfant fasse ses premiers pas. Le parent aimant  est toujours prêt à tendre la main et à soulever l’enfant s’il commence à tomber, mais il sait qu’il doit prendre ses distances pendant quelques instants si l’enfant apprend à se tenir debout sur ses deux jambes. Nous sommes comme ça. Lorsque vous avez du mal à prier, allumez votre lampada devant vos icônes et asseyez-vous silencieusement devant elles. Dites à Dieu, je suis blessé et triste, et je suis incapable de Te parler, donc j’ai besoin que Tu parles à mon cœur. Parfois, la croissance spirituelle la plus profitable peut avoir lieu dans de telles périodes de rupture parce que nous voyons dans ces moments combien nous avons besoin de Dieu et combien nous dépendons de lui. N’ayez pas peur, très chers, car Dieu est proche et ne vous quittera pas. Le Seigneur permet ces moments de secheresse, où vous craignez qu’Il vous ait abandonné, comme moyen de vous faire tendre la main vers Lui. Lorsque nous luttons, ou même souffrons, nous devenons plus forts dans notre foi. La prière reviendra tant que vous accorderez à Dieu des moments de votre vie où vous vous prévalerez en silence et écouterez sa voix. Le parent qui fait constamment les devoirs de son enfant ne lui fait aucune faveur, car l’enfant n’apprend jamais à se débrouiller seul et restera à jamais dépendant de son parent. Le Seigneur veut que nous devenions forts dans notre foi, tout en entrant dans une relation mûre avec Lui. Si nous n’apprenons pas à nous débrouiller seuls, nous serons à jamais comme l’enfant codépendant, n’ayant jamais les compétences nécessaires pour atteindre des sommets et demeurant à jamais faibles et craintifs.

Avec l’amour en Christ, Abbé Tryphon

https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Sermon sur la mort de saint Cyprien de Carthage

Cyprien de Carthage, de son vrai nom Thascius Caecilius Cyprianus, né vers 200 et mort en martyr le 14 septembre 258 sous la persécution de Valérien, est un Berbère converti au christianisme, évêque de Carthage (dans la Tunisie actuelle) et Père de l’Église, martyr lors de la persécution de Valérien.  Wikipédia .

Il nous faut considérer, mes frères bien aimés, et y penser toujours davantage, que nous avons renoncé au monde et que nous sommes ici-bas en passant comme des hôtes et des étrangers. Embrassons par la pensée le jour qui conduit chacun de nous à sa demeure. Qui donc, puisqu’il est en terre étrangère, ne voudrait se hâter de retourner dans la patrie ? Qui donc, puisqu’il se hâte de naviguer pour rejoindre les siens, ne souhaiterait de toute son ardeur un vent favorable pour pouvoir le plus vite possible embrasser les siens ? Nous considérons le paradis comme notre patrie ; nous avons déjà commencé à reconnaître les Patriarches comme nos pères. Pourquoi n’avons-nous pas hâte de voir notre patrie et d’embrasser nos pères ? Là nous attend un grand nombre d’êtres chers. Une grande et nombreuse foule de pères, de frères et d’enfants désire notre venue, déjà tranquille sur son immortalité, mais soucieuse encore au sujet de notre salut. Les voir et les embrasser, quelle grande joie à la fois pour eux et pour nous ! Quelles délices dans le royaume céleste que mourir sans crainte et vivre éternellement ! Quelle grande et perpétuelle félicité ! Là est le chœur glorieux des apôtres ; là est la foule des prophètes bienheureux ; là est le peuple innombrable des martyrs couronnés à cause de leur victoire dans le combat et la mort. Là sont les vierges triomphantes qui ont dompté la concupiscence de la chair et se sont soumises à la chasteté. Sont récompensés les miséricordieux qui, en donnant de la nourriture et des aumônes aux pauvres, ont pratiqué les œuvres de la justice, qui, en observant les préceptes du Seigneur, ont transformé les trésors de la terre en biens célestes. Hâtons-nous vers eux, mes frères bien aimés, de toute l’ardeur de nos désirs, et souhaitons de les rejoindre bien vite afin d’avoir aussi bien vite la bonne fortune d’être réunis au Christ. » Saint Cyprien de Carthage, Sermon sur la mort.

Dans : Tradition Orthodoxe  (sur facebook)

Le temps de l’Avent

L’Église Orthodoxe vit la pratique du jeûne et des carêmes dans la ferveur, comme des temps de grâce exceptionnelle. Jeûner, c’est se purifier pour le Seigneur !
Le carême de Noël ou temps de l’Avent
Le jeûne de ce temps, uni à la prière plus intense, soutient la veille, l’attente, préparation aux épreuves inouïes que connaîtra l’humanité avant la lumineuse manifestation du Verbe.
Selon l’Église orthodoxe, il dure du 15.11 au 25.12. Si le 14.11 est un mercredi, on commence le jeûne le 13 au soir. On ne prend ni viande, ni œufs, ni produits laitiers.
Le mercredi et le vendredi, nous nous abstenons d’huile et de vin ; mardi et jeudi, on peut boire du vin, ainsi que samedi et dimanche où l’on prend du poisson, jusqu’au 6.12, saint Nicolas, inclus.
La veille de Noël, on ne mange que le soir, et on prend seulement des céréales et des fruits.
Le jour de Noël, quel qu’il soit, on rompt l’abstinence et le jeûne après la célébration.
Le renoncement concerne également les envies et les pensées, les paroles vaines, les formes de dépendance (télévision, ordinateur, Internet, etc.), la sexualité… Dans un monde de surconsommation, le jeûne n’est pas seulement alimentaire !
Le jeûne uni à la prière et à l’écoute de la Parole (lisons surtout le prophète Isaïe, lisons également en famille le saint Évangile !) est, non une frustration, mais le renoncement libre selon l’Esprit. Le chrétien acquiert ainsi la pureté de l’âme et du corps, et la disponibilité spirituelle en vue de l’illumination.
Père Marc-Antoine Costa de Beauregard
(Sur orthodoxie.com)