Le temps de l’Avent

L’Église Orthodoxe vit la pratique du jeûne et des carêmes dans la ferveur, comme des temps de grâce exceptionnelle. Jeûner, c’est se purifier pour le Seigneur !
Le carême de Noël ou temps de l’Avent
Le jeûne de ce temps, uni à la prière plus intense, soutient la veille, l’attente, préparation aux épreuves inouïes que connaîtra l’humanité avant la lumineuse manifestation du Verbe.
Selon l’Église orthodoxe, il dure du 15.11 au 25.12. Si le 14.11 est un mercredi, on commence le jeûne le 13 au soir. On ne prend ni viande, ni œufs, ni produits laitiers.
Le mercredi et le vendredi, nous nous abstenons d’huile et de vin ; mardi et jeudi, on peut boire du vin, ainsi que samedi et dimanche où l’on prend du poisson, jusqu’au 6.12, saint Nicolas, inclus.
La veille de Noël, on ne mange que le soir, et on prend seulement des céréales et des fruits.
Le jour de Noël, quel qu’il soit, on rompt l’abstinence et le jeûne après la célébration.
Le renoncement concerne également les envies et les pensées, les paroles vaines, les formes de dépendance (télévision, ordinateur, Internet, etc.), la sexualité… Dans un monde de surconsommation, le jeûne n’est pas seulement alimentaire !
Le jeûne uni à la prière et à l’écoute de la Parole (lisons surtout le prophète Isaïe, lisons également en famille le saint Évangile !) est, non une frustration, mais le renoncement libre selon l’Esprit. Le chrétien acquiert ainsi la pureté de l’âme et du corps, et la disponibilité spirituelle en vue de l’illumination.
Père Marc-Antoine Costa de Beauregard
(Sur orthodoxie.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *