Quelle est la différence entre la douceur et l’humilité?

Le Seigneur a dit « Apprenez de moi car je suis doux et humble de cœur »

La douceur est un des dons que l’Esprit Saint accorde à l’homme à sa naissance…Certains Pères de l’Eglise considèrent que la douceur est accordée à des personnes choisies par Dieu et qu’Il connaît depuis qu’ils sont dans le ventre de leurs mères : « Du sein de ta mère je t’ai connu ». Le Seigneur connaît l’homme depuis qu’il se trouve dans les entrailles de sa mère et Il peut le choisir pour en faire un vase d’élection, Il lui accorde de nombreux dons spirituels pour qu’il puisse les développer dans ce monde en prenant le Christ comme modèle

J’ai connu quelqu’un qui avait 6 frères et une sœur. Il était de constitution frêle, son visage était rayonnant, il aimait garder le silence et faisait tout ce que ses frères lui demandaient…Un jour il est tombé malade et avait une très forte fièvre…Il a eu soif et a demandé un verre d’eau à sa mère qui lui a répondu : « tout de suite mon enfant, je vais à la cuisine t’apporter de l’eau ». Mais en se rendant à la cuisine on a frappé à la porte, elle a ouvert et c’était la voisine qui demandait des nouvelles de son fils…et pendant qu’elle conversait voici qu’une autre voisine arrive pour la même raison, et ainsi elles ont entamé une conversation ensemble. Un premier quart d’heure passe, puis un deuxième, et pendant ce temps pas un seul mot est sorti de la bouche de l’enfant malade pour rappeler à sa mère sa soif intense et sa bouche toute sèche. Il a commencé à verser des larmes et il s’est mis à lécher ses larmes afin d’humidifier sa langue. Il alors un peu toussoté à cause du goût à la fois acide et salé des larmes. La maman s’est alors rappelée de lui et elle est venue en courant…elle est venue avec l’eau et s’est penchée sur le lit en criant : « Pardonne-moi mon enfant »…et elle embrassait son front, ses yeux, ses joues, ses main, ses pieds en criant : « Pardonne-moi O Jésus »…  « Pardonne-moi O Mère de Dieu…Est-ce que tu aurais laissé seul ton Fils jésus s’Il était tombé malade comme moi je l’ai fait ? »…Et devant son fils silencieux mais l’implorant de ne pas s’accuser comme elle le fait elle cria se promettant de ne pas boire une seule goutte d’eau durant une semaine même si sa gorge devenait complètement sèche…

Cet incident est un exemple de douceur pour le fils et d’humilité pour la mère qui s’est promise de ne pas boire de l’eau une semaine durant pour ramener à la raison son esprit qui a préféré s’égarer dans le bavardage au lieu d’être au service des autres

La douceur de l’enfant malade était manifeste par le fait que l’enfant a patienté lorsqu’il a été oublié et qu’il ne s’est pas mis en colère contre sa maman…et l’humilité de la mère s’est manifestée en reconnaissant sa faute devant son fils et le Seigneur lui demandant pardon pour sa négligence Continuer la lecture de Quelle est la différence entre la douceur et l’humilité?

Leçon numéro 1 pour recevoir la grâce d’après l’Ancien Joseph l’Hésychaste

joseph l'hésychaste

 

 

 

 

 

 

Extraits de la lettre numéro 9 de Saint Joseph l’Hésychaste

(…)

Sache en premier mon enfant que tout ce qui est bon (ou encore : tout bien) a son origine en Dieu. Il n’y a pas une pensée bonne qui ne vienne de Dieu ; de même toute pensée mauvaise vient du diable. Ainsi, tout ce que tu penses de bien, toute bonne parole que tu prononces, toute bonne action que tu effectues est un don de Dieu. Nous n’avons rien qui nous soit propre.

Toute personne qui désire recevoir la grâce (la grâce divine) – et Dieu veut la donner gratuitement – doit comprendre de façon correcte en quoi consiste la nature de son existence.  « Connais-toi toi-même ». C’est une vérité première. Toute chose possède son principe (qui est à son origine). Si tu ignores ce qu’est l’origine alors la fin peut être déplorable.

La vérité première pour chacun d’entre nous est que chacun d’entre nous comprenne qu’il n’est rien, il est zéro (nullité), et que tout ce qui est venu à l’existence est sorti du néant « Car Il n’a eu qu’un mot à dire et ils ont commencé à exister, Il a ordonné et ils ont été créés » Ps. 148 :5.  Il a dit une parole et la Terre fut. Il prit de la poussière du sol (de l’argile) et il a façonné l’Homme. Sans l’âme et sans la conscience (l’intellect), l’homme n’est que de l’argile. C’est ce dont tu es fait. C’est notre état à nous tous : nous sommes terre et poussière.

C’est la leçon numéro 1 pour celui qui non seulement veut recevoir la grâce mais qui souhaite qu’elle demeure en lui en permanence. De cette leçon on obtient la connaissance complète et exacte. De cette leçon naît l’humilité ; non pas des paroles creuses sous une forme modeste, mais comme celui qui possède un fondement solide pour proclamer ce qui est vrai : « Je suis terre, je suis poussière, je suis argile » (…)

Mais le Seigneur t’a accordé une âme vivante et voici que tu es un homme sage, tu parles, tu travailles, tu écris, tu enseignes…mais n’oublie pas qu’à la base tu es poussière et que si Celui qui t’a donné ton âme la reprend, tu redeviens de la matière avec laquelle on construit les murs ; c’est pourquoi « Souviens-toi de ta fin dernière et tu ne pècheras plus ».

Cela est le premier moyen non seulement pour attirer la grâce mais pour la garder et la rendre plus abondante…si on ne commence pas ainsi, l’homme va recevoir un peu de grâce qu’il perdra (par la suite) car il ne construit pas sur un terrain solide mais il suit des chemins qui sont le reflet de sa volonté propre…

Sources : Biographie et lettres de l’Ancien Joseph l’hésychaste. A partir de la version arabe présentée par l’Archimandrite Touma (Bitar) higoumène du monastère saint Silouane à Douma au Liban.

En français on peut trouver cet ouvrage aux Editions de l’Age d’Homme.

 

 

L’Ancien Joseph l’Hésychaste (1898-1959) est l’une des figures majeures de la spiritualité orthodoxe au xxe siècle Il fut, au Mont-Athos, le principal restaurateur du mode de vie hésychaste, en particulier de la « prière de Jésus ». Ses disciples peu nombreux, mais remarquables ont, après sa mort, répandu, par leur acti­vité et leur rayonnement, son enseignement et sa pratique dans tout le Mont-Athos, puis dans toute la Grèce, à Chypre jusqu’en Amérique du Nord. (Voir: http://orthodoxie.com/vient_de_paratr-6/).