L’année qui sera heureuse

L’année sera heureuse pour toi non pas quand tu boiras jusqu’à en être ivre le premier jour, mais lorsque et le premier et chacun des autres jours tu vas faire ce qui est conforme à Dieu. La journée peut être bonne ou mauvaise non pas par son essence car un jour ne se différencie en rien d’un autre jour, mais du fait de notre assiduité ou de la paresse. Si tu as œuvré le bien, alors la journée sera bonne, en revanche si tu as péché la journée sera mauvaise et pénible. Si tu vas raisonner de cette façon et disposer de toi-même de façon à effectuer les prières et les œuvres de charité, alors toute l’année sera heureuse pour toi; si tu commences à négliger la vertu par toi-même et attendre ton bonheur spirituel dès le début des mois et du compte des jours, alors tu n’auras rien de bon.
– Saint Jean Chrysostome

Bulletin du mois de janvier 2021 de l’Eglise Orthodoxe à l’ile Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration

Numéro 60, janvier 2021

Le Baptême de Jésus n’est pas seulement sa manifestation au monde comme Christ, son Épiphanie : le Baptême Le manifeste comme Fils de Dieu et, par là même, il est «Théophanie» — manifestation de Dieu — car Il nous révèle le grand mystère de Dieu, la Trinité. Jean, en effet, a vu l’Esprit Saint descendre sur Jésus sous la forme d’une colombe et demeurer sur Lui. Le mot «demeurer» exprime que, de tout temps, l’Esprit Saint repose sur Celui dont la voix venue du ciel disait  «Celui-ci est mon Fils bien-aimé.»

La manifestation de la Trinité

C’est pourquoi saint Cyrille de Jérusalem nous dit qu’en manifestant Jésus comme Christ, le Baptême de Jésus nous révèle, en même temps, le mystère de la divine Trinité : en effet, pour qu’il y ait un Christ, un Oint — le Fils —, il faut qu’il y ait quelqu’un qui l’oigne, le Père, et quelqu’un qui soit l’onction — le Saint-Esprit qui repose sur Lui. C’est ainsi que nous ne pouvons penser au Christ sans penser au Père et au Saint-Esprit ; sans eux, le mot Christ n’aurait pas de sens. Nous ne pouvons confesser Jésus comme Christ sans confesser le Dieu unique comme Dieu en trois personnes. Il est fréquent qu’on se fasse une idée fausse de Dieu : il nous semble parfois que le Père serait le Dieu de l’Ancien Testament, puis le Fils viendrait le remplacer dans le Nouveau Testament durant la vie de Jésus; enfin ce serait le tour du Saint-Esprit dans le temps présent de l’Église, et la vie de Jésus ne serait commémorée que comme un passé historique. Oui, nous avons beaucoup de mal à nous représenter les trois personnes en un seul Dieu agissant dans le monde par une seule volonté. Comment approcher le mystère de la Sainte Trinité ? Revenons au baptême de Jésus, lorsque Jésus sort de l’eau. Nous l’avons déjà écrit : Jean le Baptiste voit le Christ sur lequel repose l’Esprit et il entend la voix du Père nommant Jésus « Fils Bien-Aimé » : Jean a reconnu un seul Dieu en trois personnes. C’est au Jourdain que s’est manifestée, pour la première fois, la Trinité. C’est ce que l’Église nous décrit à la fois par l’icône et par le chant de la fête, à l’Épiphanie (ou Théophanie). L’ICÔNE Jésus est immergé dans l’eau, on dirait qu’Il pénètre l’univers tout entier pour le changer par sa présence, pour l’éclairer de sa Lumière, pour l’illuminer, pour le sanctifier. Tout en haut, une Main représente Celui qui oint, Dieu le Père, invisible mais dont la voix rend témoignage à Jésus en l’appelant Fils bien-aimé. La colombe représente l’Esprit Saint qui confirme la vérité du témoignage en se posant et en demeurant sur la  tête de Jésus : c’est l’« onction». Enfin, le Fils, Celui qui est oint, Jésus, est immergé. LE CHANT Le tropaire de l’Épiphanie, le cantique de la fête, reprend le même thème : Ton baptême, dans le Jourdain, Seigneur, nous montre l’adoration due à la Trinité, la voix du Père t’a rendu témoignage, elle T’a nommé Fils Bien-Aimé, et l’Esprit, sous la forme d’une colombe, a confirmé l’inébranlable vérité de cette parole. Christ-Dieu. Tu es apparu, Tu as illuminé l’univers, Gloire à Toi. (Tropaire de l’Épiphanie.)

Dieu est vivant, catéchèse orthodoxe, éd. Cerf 2011, pp 76-77 3

Divine Liturgie Chaque dimanche à 9h30

Dimanche 3 janvier : dimanche avant fête de la Théophanie, bénédiction des eaux

Jeudi 7 à 9.30 a.m.: Nativité (ancien calendrier)

Dimanche 10: repentir et obéissance

17: les 10 lépreux

24: l’aveugle de Jéricho

31: Zachée

Eglise orthodoxe de la Sainte Transfiguration Grande-Rivière N-O Ile Maurice (derrière le garage Bala)

Divine Liturgie Chaque dimanche à 9h30 Site WEB: http://orthodoxchurchmauritius.org

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53 E-mail: p.athanasios@myt.mu

Père Ian, tel.: 52 57 90 53 E-mail: fr.ian@antiochian.org.nz

Message de Noel de l’évêque de Tripoli (Liban)

Métropole Grecque Orthodoxe de Tripoli, Koura et Dépendances

Greek Orthodox Metropolis of Tripoli, Koura and Dependencies

Message de Noël 2020

«Il nous a visités du haut des cieux, le Seigneur qui nous sauve, Soleil levant plus brillant que tout soleil ;nous qui étions dans les ténèbres et dans l’ombre de l’erreur, nous avons trouvé la vérité, car la Vierge à Bethléem enfante le Seigneur notreDieu.»

C’est Noël qui arrive chez nous encore une fois cette année: c’est une autre incarnation dans la grotte de nos cœurs. La grâce de la Nativité est dans la naissance continue du Christ en nous. La Vierge Marie s’est longtemps préparée pour devenir la mère de Dieu. Nous devons suivre son modèle pour que nous aussi, donnions naissance au Christ à ce monde malheureux.

La Vierge Marie vivaitdans l’effacement. Aujourd’hui, lefidèle vit dans un oubli semblable. Dieu lui a donné l’occasion de se repentir, lui qui vit dans le malheur, pour que l’Enfant Divin vienne chez lui et le ressuscite.En effet, c’est une opportunité convenable pour entrer dans le désert de la parole sacrée de Dieu, loin de cette pandémie de coronavirus qui empirele monde.

Nous sommes en quarantaine. Le Seigneur Jésus nous visitera-t-il, pour nous remplir de la joie des anges, afin que nous vivions une vie nouvelle ?Nous avons un grand espoir, et une foi inébranlable en Lui, non pas une foi en des vaccins proposés et promis. Sûrement, nous ne pouvons pas abandonner nos responsabilités et nos services en égard de ce peuple que nous aimons et qui souffre beaucoup de nos jours. Pourtant, nous ne devons pas nous soucier d’une manière excessive. Le Seigneur JésusChrist qui vient toujours chez nous, ne nous laissera jamais.Le serviteur fidèle à son maître possède une attention interne continue, à travers la prière fervente. Il attend le venir de son maître, et s’Il le visite du haut des cieux, il se lève pour le servir : nous aspirons à une vigilance interne sincère. Dans cette Fête Divine qui arrive, le problème ne réside pas dans les occupations qui sont nécessaires, mais dans les préoccupations qui nous rendent amèrement soucieux.

Je vous en prie, mes chers enfants, au nom de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ qui nous vient en chair, ne vous désespérez pas. Accueillez-Le avec joie, avec une foi et une tranquillité dans vos cœurs. «Le Seigneur est proche».Il est très proche.

«Viens, Seigneur Jésus…

Oui, je viens bientôt»n’aie pas peur !(Apocalypse 22 :20).

Tripoli, le 24/12/2020

Ephrem Métropolite de Tripoli, Koura et Dépendances