Bulletin du mois de mai 2022 de l’Église Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration
Numéro
76, mai 2022

Le Christ est ressuscité !

La Voix de l’Évangile


De Pâques au dimanche de Thomas, il y a exactement huit jours. Ce chiffre huit est hautement symbolique de la plénitude et du dépassement du temps dans le Royaume de Dieu. Tout le temps et tout l’espace se concentrent dans cette unique
journée de Pâques qui est au cœur de l’histoire humaine et au cœur de la vie de
l’Église. Chaque année, quand nous célébrons la Pâque, c’est à nouveau le rassemblement de tous les temps et de tous les lieux qui s’opère liturgiquement, mystérieusement dans l’Église et dans nos cœurs. Dès lors que le Seigneur est ressuscité,on pourrait dire qu’il n’y a plus rien d’autre à attendre. Pourtant, si. Il y a à attendre l’Esprit saint. << Je suis venu jeter le feu sur la terre, et combien je désire qu’il soit déjà allumé >> (Luc 12, 49). << Il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car si je m’en vais je vous enverrai l’Esprit saint >> (Jn 16, 7). Je disais donc qu’il y a huitj ours que nous avons célébré la Pâque. L’Église orthodoxe fait des huit jours qui unissent Pâques et le dimanche de Thomas aussi appelé « antipâque », c’estàdire l’autre pâque , un tout, une plénitude. Les portes royales demeurent ouvertes,nous chantons « Le Christ est ressuscité » du matin au soir et du soir au matin. De
sorte que nous vivons cette semaine entière comme un seul jour de Pâque.

Le Seigneur est apparu à ses disciples le premier jour de la semaine, cestàdire le lendemain du sabbat, ce que nous appelons le dimanche et Il leur a communiqué l’Esprit saint. C’est très mystérieux, cette communication de l’Esprit le jour même de la Résurrection. On pourrait dire que, dans l’optique de Jean, qui surpasse les limitations du temps et de l’espace, puisque le Seigneur est ressuscité, plus rien désormais ne peut empêcher l’Esprit saint de venir. Il le donne, il est vrai à ses seuls disciples, toutes portes fermées.
Cette insufflation rappelle la première insufflation, lorsque Dieu souffla sur la
forme inanimée de l’homme pour lui communiquer la vie et le souffle de son Es-
prit. Or Thomas, ce jourlà, était absent et il avait dit à ses frères qu’il ne croirait
pas tant qu’il ne verrait pas le Christ ressuscité. Et le Christ revint, huit jours plus
tard, alors que les Onze étaient là tous ensemble.

Jésus, dans son infinie miséricorde, pour le rétablir dans la plénitude des grâces de la Résurrection, lui ordonna de toucher de sa main Ses plaies lumineuses de crucifié. Rappelons que dans l’évangile de Luc, ce n’est pas seulement Thomas qui est incroyant, mais tous les disciples et que Jésus leur reproche leur incrédulité : <<Voyez mes mains et mes pieds. Un esprit n’a ni chair ni os comme vous voyez que j’en ai. Avezvous quelque chose à manger ? >> Par conséquent, cette demande de Thomas aujourd’hui est un aspect particulier de l’enseignement donné aux disciples par Jésus, car tous n’avaient pas encore été stabilisés dans la foi.

Pourtant, Thomas témoigne et confesse : << Mon Seigneur et mon Dieu. >> Cette
confession de Thomas résonne dans l’Église entière jusqu’à aujourd’hui. Nous aussi nous avons nos moments, sinon d’incroyance, tout du moins d’incertitude, d’oubli.
La Résurrection est tellement lointaine, appartient à un passé tellement révolu,
nous vivons dans un monde tellement plein de haine, de guerres, de méchanceté.
Pouvonsnous dire du fond du cœur que le Christ est ressuscité ? N’y atil pas une contradiction entre le monde de guerre et de violence qui nous entoure et la proclamation : le Christ est ressuscité ! Pourtant, nous devons du fond de nousmêmes le crier, le proclamer, et, s’il le faut, briser notre propre incroyance en confessant le Seigneur ressuscité.

Ce n’est pas tout. Après cette octave de huit jours, il y a l’octave des huit semaines,
ou plutôt des sept semaines plus un jour, qui nous mène à la Pentecôte. Selon le
Livre des Actes de l’apôtre Luc, la Pentecôte est l’évènement fondateur de l’Église,
lorsque Jésus accomplit ce pour quoi Il est remonté vers le Père. << Il vaut mieux
pour vous que je m’en aille. Si je m’en vais, je vous enverrai l’Esprit saint. >> Jésus
nous promet l’Esprit saint. C’est pourquoi les apôtres s’en retournent avec joie à
Jérusalem, après l’Ascension. Le Christ s’est éloigné, mais ils savent que ce départ

est porteur de la promesse de l’Esprit saint et que dans l’Esprit saint Jésus sera
presque plus présent que jamais. Maintenant, dans cette octave de la Résurrection,nous sommes entre la joie de la Résurrection et l’attente impatiente aussi bien que confiante en la venue de l’Esprit. Bien sûr que l’Esprit saint est là, dès maintenant.
S’il n’était là, l’Église s’effondrerait immédiatement. Pourtant, nous l’attendons,
nous l’annonçons et nous nous préparons à sa venue.

Plus encore que cela : ce n’est pas seulement la cinquantaine pascale, mais l’année tout entière qui est embrassée dans ce mystère de PâquesPentecôte. Et plus que l’année entière, c’est l’histoire entière de l’humanité qui est embrassée. Dans son premier discours, saint Pierre rappelle la prophétie de Joël : << Je répandrai mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles prophétiseront. >> Saint Pierre n’ajoute qu’un mot, << dans les derniers temps >> Nous sommes ainsi placés dans cette réalité, dans cet éon, dans cet espace temporel unique de la RésurrectionPentecôte qui ne font qu’un, parce que le Christ et l’Esprit ne font qu’un. L’Esprit est dans le Christ et le Christ est dans l’Esprit. Lorsque nous sommes tournés vers le Christ,nous recevons l’Esprit et lorsque nous invoquons l’Esprit, nous nous unissons au Christ. Et par le Christ nous nous unissons au Père, par cette prière que l’Esprit gémit luimême audedans de nous : « Abba, Père ! « .

Par conséquent, cet évangile d’aujourd’hui englobe toute l’histoire humaine. Cette universalité spatiale et temporelle est confirmée par la réponse du Christ après la confession de Thomas : << Parce que tu as vu, tu crois. Bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu. >> Cette parole s’adresse à nous, à toutes les générations chrétiennes qui reçoivent de cœur à cœur, de bouche à oreille, et qui d’âge en âge et jusqu’à la fin des temps recevront de la sorte le message de la Résurrection et la Parole vivante, le Christ Luimême ressuscité. Nous le recevons et nous le trans- mettons plus loin. Au début nous le recevons comme un enfant, nous recevons d’un père ce que nos pères ont euxmêmes reçu. Puis nous grandissons et nous transmettons cette vie nouvelle. C’est cela l’unique raison d’être de l’Église. Ce n’est pas d’accumuler une puissance terrestre, ce n’est pas d’affirmer sa situation ou d’entrer dans des compromis, mais c’est d’annoncer envers et contre tout ce qui pour le monde est encore folie, la Résurrection du Christ.

Le Christ est ressuscité!

Homélie du P. Boris Bobrinskoy,

Dimanche de Thomas 1999



Divine Liturgie

1er mai : St Thomas

Epitre : Actes 5, 1220 ; Evangile : Jean 20,1931

8 : St Jean le Théologien

Epitre : I Jean 1, 17 ; Evangile : Marc 15,43 16,8

15 : Le paralytique

Epitre :Actes 9, 3242 ; Evangile : Jean 5, 115

22 : La Samaritaine

Epitre : Actes 11,1930 ; Evangile : Jean 4, 542

29 : laveugle

Epitre : Actes 16, 1634 ; Evangile : Jean 9, 138

Eglise orthodoxe de la

Sainte Transfiguration

GrandeRivi
ère NO
Ile Maurice

(derrière le garage Bala)

Divine Liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Site WEB:

http://orthodoxchurchmauritius.org

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53

Email: p.athanasios@myt.mu

Père Ian, tel.: 52 57 90 53

Email: fr.ian@antiochian.org.nz

Sur la Résurrection (10)

Les apôtres sont morts en insistant sur la Résurrection, en insistant sur le fait que le Christ est le Messie et le Fils de Dieu, et rien ne pouvait les en dissuader parce qu’ils avaient expérimenté la Résurrection, quelque chose de si inoui que nous ne pouvons pas commencer à imaginer ce que c’était. Ainsi, les apôtres, chers frères et sœurs, ont été les témoins oculaires de la Résurrection du Christ.

D’autres disent que les apôtres ont simplement décidé de dire aux gens que le Christ est ressuscité des morts et ont continué son ministère. Je ne sais pas quel genre de ministère ce serait, mais, avant tout, je veux vous rappeler qu’il y avait bien plus que douze apôtres. Il y avait des centaines d’apôtres, et toutes ces personnes devaient accepter cette mascarade. Mais disons, pour les besoins de la discussion, qu’il y en avait douze. Si vous étiez parmi eux, quitteriez-vous votre maison et vos proches, votre travail, votre pays ? Quitteriez-vous tout ce qui vous est cher pour sortir et mener une vie de souffrance, de persécution, d’emprisonnement, de coups, de froid, de faim, de voyage, de pauvreté et de martyre pour un mensonge ? Feriez-vous cela pour un mensonge ? Personnellement je ne le ferais pas ! Je ne pense pas que vous puissiez trouver douze personnes capables de faire cela. Vous pourriez peut-être trouver quelques personnes mentalement déséquilibrées qui feraient cela, mais vous ne pourriez pas en trouver des centaines. Je ne pense pas que vous puissiez même en trouver douze. Il y a donc quelque chose de très, très important dans le fait que les apôtres sont les témoins oculaires de la Résurrection. C’est leur héritage. Le fait est, chers frères et sœurs, qu’il nous reste à expliquer l’existence de l’Église, parce que les apôtres ont fondé l’Église. Ils ont vécu et ils sont morts pour le message de la Résurrection. C’est ce qui les animait, les motivait, les soutenait. Ils sont allés joyeusement à leur mort – qui étaient des morts terribles et atrocement douloureuses !

Insistant sur le fait que le Christ était le Messie, le Seigneur, qu’il était ressuscité des morts et qu’ils ne craignaient pas la mort ; ils ont accueilli la mort parce qu’ils avaient vécu la Résurrection. Les autres comme nous se fient simplement à leur témoignage. Je crois les apôtres parce que je ne peux pas expliquer l’existence du christianisme d’une autre manière. Rien d’autre n’a de sens pour moi. Et tu sais quoi? Je suis une personne qui a besoin d’être convaincue, je suis avocate, après tout, et je ne crois pas facilement les choses ; Je suis sceptique dans l’âme. Mais rien d’autre que la Résurrection n’a de sens. La seule autre option est de croire qu’ils étaient tous des menteurs, qu’ils se sont tous trompés. Mais quel groupe de personnes souffrirait pour le reste de leur vie et mourrait volontairement d’une mort douloureuse pour un mensonge ? Je trouve juste cela beaucoup plus difficile à croire que la Résurrection, et de ce que tout le monde dit avoir besoin de « preuves scientifiques » pour croire. Pour moi, croire aux apôtres est beaucoup plus crédible que ne pas les croire. Alors quels sont les arguments qui sont soulevés contre la croyance en la Résurrection, outre le fait qu’il faut avoir des preuves ? Tout d’abord, discutons-en. Il y a tellement de choses que nous acceptons sur la base de preuves dont nous ne sommes pas témoins oculaires, même scientifiquement parlant. Je ne suis pas un scientifique, mais je suis sûr que ceux d’entre vous qui le sont pourraient me signaler de nombreuses choses pour lesquelles nous n’avons aucune preuve directe ou que nous ne pouvons pas expliquer, mais que nous acceptons comme vraies sur la base de l’évidence, sur la base des résultats que nous voyons. Prenons un exemple très simple. Vous sortez un matin et le sol est mouillé. Vous concluez qu’il a plu pendant la nuit. Il y a des preuves qu’il a plu; vous voyez que le sol est mouillé, l’allée est mouillée, la rue est mouillée, les voitures sont mouillées, les arbres, tout est mouillé. Faut-il voir la pluie tomber pour croire qu’il a plu ? Les preuves sont tout autour de vous. Soumettons-nous tout le reste à cette exigence, que nous devons avoir la preuve absolue que quelque chose s’est passé? Pensez simplement à toutes les choses que vous supposez être vraies parce que vous en avez l’évidence, même si vous n’en avez pas vous-même été le témoin oculaire. Ainsi l’Église, l’existence de l’Église, est une preuve suffisante de la Résurrection, parce que ces gens ne seraient pas allés jusqu’aux extrémités de la terre – « leurs voix se sont répandues par toute la terre » (Ps. 19:3) – absents… Mais considérons d’autres arguments soulevés contre la résurrection du Christ.

Sur la Résurrection (9)

Maintenant, si vous pensez que la vie d’apôtre était fascinante, parce que nous les respectons tellement, vous devriez y repenser. Si vous voulez savoir à quoi ressemblait la vie des apôtres, si vous voulez avoir un petit aperçu de la vie des apôtres, vous devriez vous tourner vers Corinthiens 1 , le chapitre 4. Voyez le genre de choses que St. Paul décrit comme étant de sa vie. Regardez 1 Corinthiens 4 pour voir sa vie d’apôtre, le genre de souffrance qu’il a endurée. D’ailleurs, quand il a écrit cette lettre, il n’était pas encore à la fin de sa vie. Il lui restait encore de nombreuses années à vivre, de nombreuses souffrances  en plus. Et plus tôt dans cette même épître, Paul décrit comment les apôtres étaient perçus par le monde. Vous souvenez-vous d’avoir écouté cette lecture d’épître particulière à l’église ? Vous devriez prêter attention aux lectures des épîtres chers frères et sœurs ; ils sont si puissants, surtout celui-ci en particulier. Si je me souviens bien, il est lu en automne, un dimanche d’automne à l’église. Dans cette lecture d’épître particulière, saint Paul explique comment, lorsqu’ils sont maudits, ils bénissent, etc. Et il termine en disant : « Nous, apôtres, nous sommes le rebut de toutes choses, le rebut du monde.

Maintenant encore, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes dans le dénuement, maltraités, nous n’avons pas de domicile,nous travaillons péniblement de nos mains. On nous insulte, nous bénissons. On nous persécute, nous le supportons.On nous calomnie, nous réconfortons. Jusqu’à présent, nous sommes pour ainsi dire l’ordure du monde, le rebut de l’humanité.

Qu’est-ce que cela signifie? Il dit que « nous, les apôtres, nous sommes les ordures du monde », nous sommes « la racaille de la terre ». C’était leur vie ! Maintenant pourquoi est-ce que je vous parle des apôtres et de la Résurrection ? Parce que les gens disent aujourd’hui « Jésus n’est jamais vraiment ressuscité des morts, pas dans le corps. Peut-être qu’il est ressuscité spirituellement, mais après sa crucifixion, les disciples se sont réunis et ont dit : « Continuons pour Jésus. Essayons d’aller de l’avant et de continuer son ministère ». Ainsi, les gens disent aujourd’hui des choses comme : « Il est ressuscité dans leur cœur. Quelle douce idée, mais c’est ridicule ! Pourquoi décideraient-ils de se réunir et de continuer pour Jésus ? Continuer quoi ?! Quel message prêcheraient-ils ? Dans quel but? Qu’allaient-ils sortir et prêcher ?! Qu’il était une fois un Messie, mais qu’Il est mort? Que prêcheraient-ils ? Que Dieu vous aime, que vous devez aimer votre prochain ? Est-ce là l’essence du message chrétien ? Ce n’est pas cela. C’est l’éthique chrétienne, mais ce n’est pas l’Evangile. Est-ce que vous savez pourquoi? Parce que nous ne sommes pas sauvés par cela. Personne ne va vous tuer pour avoir prêché que Dieu vous aime. Les apôtres ne sont pas morts pour avoir insisté pour que chacun aime son prochain. Les apôtres sont morts en insistant sur la Résurrection, en insistant sur le fait que le Christ est le Messie et le Fils de Dieu, et rien ne pouvait les en dissuader parce qu’ils avaient expérimenté la Résurrection, quelque chose de si inoui que nous ne pouvons pas commencer à imaginer ce que c’était. Ainsi, les apôtres, chers frères et sœurs, ont été les témoins oculaires de la Résurrection du Christ.

Sur la Résurrection (8)

Je peux vous donner le message apostolique, c’est-à-dire l’Evangelion, l’Évangile en 5 phrases environ : « Le Messie est venu. C’est Jésus de Nazareth. Mais Il est encore plus grand que ce à quoi nous nous attendions, Il n’est pas seulement le Messie mais le Seigneur Lui-même. Il a accompli toutes les prophéties et a démontré qui il était par ses paroles et ses actes remarquables. Il a été crucifié, mais il est ressuscité des morts, et grâce à cela vous aussi vous pouvez avoir la vie éternelle. Voilà, en 5 phrases environ l’Évangile.

Et ensuite les apôtres ont fait le tour du monde, ils allaient dans les synagogues qui étaient dispersées dans tout le monde gréco-romain, des centaines sinon des milliers de synagogues d’un bout à l’autre du monde gréco-romain. Ils allaient dans les synagogues parce qu’ils allaient d’abord chez les Juifs, et ils disaient : « Nous venons vous apporter l’Evangelion » parce qu’ils parlaient en grec – tout le monde parlait alors en grec. « Nous sommes venus vous apporter la bonne nouvelle. » Et les Juifs dans la synagogue disaient « super ! » – puisque tout le monde aime entendre de bonnes nouvelles. « Et quelles sont ces bonnes nouvelles? » Et ils disaient que le Messie est venu, c’est Jésus de Nazareth, qu’Il a été crucifié mais qu’Il est ressuscité des morts et qu’à cause de cela vous aussi vous n’avez pas besoin de rester dans la tombe, vous aussi vous pouvez avoir la vie éternelle. C’est cela l’Evangile, c’était ainsi alors et c’est toujours  ainsi. Je peux vous garantir qu’ils n’ont pas fait le tour du monde dans ces synagogues en disant :                « écoutez, je suis venu vous apporter la bonne nouvelle, et la bonne nouvelle c’est que Dieu vous aime » ou « la bonne nouvelle c’est que vous devriez aimer votre prochain comme vous-mêmes. Ce n’est pas çà l’Évangile… Le coeur essentiel du message de l’Evangile est la résurrection du Christ. C’était le message des apôtres, et c’est pourquoi ils étaient si importants, parce qu’ils étaient des témoins oculaires de ce fait. Ils ne seraient pas partis aux qutre coins du monde prêchant la Résurrection, prêchant l’Évangile, si la Résurrection n’avait pas eu lieu, parce que c’est pour cela que les apôtres ont souffert, c’est pour cela qu’ils sont morts, c’est pour cela qu’ils ont vécu, et c’est pour cela qu’ils ont combattu. Ils sont allés au martyr , presque tous, et je veux que vous vous souveniez qu’il s’agit de plus de douze personnes. Nous parlons de centaines de témoins oculaires de l’Evangile ; bien plus que  douze personnes  sont parties et ont prêché—beaucoup, beaucoup d’apôtres sont sortis et ont prêché, et chacun d’eux est allé à la mort en insistant sur ce fait, que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu. Il a été crucifié, mais Il est ressuscité des morts. Ces témoins ont quitté tout ce qu’ils aimaient, ils ont quitté leurs maisons et leur pays, leurs parents, leurs fermes et leurs champs et leurs bateaux de pêche – tout ce qu’ils connaissaient et qu’ils aimaient. Ils ont laissé tout cela derrière eux pour vivre une vie avec de grandes difficultés, de grandes privations et de souffrances pour ce fait, parce qu’ils l’ont revu vivant. Pouvez-vous imaginer ce que c’était pour eux de savoir que le Seigneur était mort et ensuite de Le voir debout devant eux et de Le toucher et de voir les blessures dans Sa main et Son côté ? Pouvez-vous imaginer à quel point cette expérience a été puissante ? Et une fois qu’ils ont eu cette expérience, ils ne pourraient jamais le nier. Et ils ont fait le tour du monde en prêchant à ce sujet. Rien n’est plus puissant que ce message, et c’est pourquoi ils devaient être des témoins oculaires de la Résurrection, car c’est le cœur de leur enseignement. Donc, si quelqu’un les interrogeait et disait: «Ah oui, allez, quelqu’un est-il ressuscité d’entre les morts ??? Et ils disaient : « Je l’ai vu, je l’ai touché, j’ai mangé avec lui ».