Bulletin du mois de novembre 2022 de l’Église Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration Numéro 82, novembre 2022
La Présentation au Temple de la Vierge Marie
MÉDITATION SUR LA FÊTE
AVEC LE PÈRE LEV GILLET 
Quelques jours après le commencement de l’Avent, l’Église célèbre la fête de la Présentation de la Sainte Vierge au Temple (21 novembre). Il est juste que, au début du temps de préparation à Noël, notre pensée se porte vers la Mère de Dieu, dont l’humble et silencieuse attente doit être le modèle de notre propre attente pendant l’Avent. Plus nous nous rapprocherons de Marie par notre prière, notre docilité, notre pureté, plus se formera en nous Celui qui va naître. Que Marie, toute petite enfant, ait été présentée au Temple de Jérusalem pour y vivre, désormais appartient au domaine de la légende, non à celui de l’histoire. Mais cette légende constitue un gracieux symbole dont nous pouvons tirer les plus profonds enseignements spirituels. Les trois lectures de l’Ancien Testament lues aux vêpres, le soir du 20 novembre, ont rapport au Temple. La première (Ex, 40) évoque les ordres donnés par Dieu à Moïse concernant la construction et l’arrangement intérieur du tabernacle. La deuxième  (1 R 7, 51 – 8, 11) décrit la dédicace du Temple de Salomon. La troisième  (Ez 43, 27 – 44, 4), nous parle de la porte du sanctuaire, fermée à tout homme et par laquelle Dieu seul entre. Ces trois textes ont symboliquement pour objet la Mère de Dieu elle-même, temple vivant et parfait. Le sens spirituel de la fête de la Présentation est développé dans les divers chants de l’office et de la liturgie. Les deux thèmes principaux que nous y trouvons sont les suivants. D’abord la sainteté de Marie. La petite enfant séparée du monde et introduite au Temple pour y demeurer évoque l’idée d’une vie séparée, consacrée,  » présentée au Temple « , une vie d’intimité avec Dieu :  » Aujourd’hui la Toute Pure et toute sainte entre dans le Saint des Saints « . Il est évident que l’Église fait ici une allusion spéciale à la virginité, mais toute vie humaine, dans des mesures diverses, peut être une vie  » présentée au Temple « , une vie sainte et pure avec Dieu. Le deuxième thème est la comparaison entre le Temple de pierre et le Temple vivant :  » Le Temple très pur du Sauveur… est conduite aujourd’hui dans la maison du Seigneur, apportant avec elle la grâce de l’Esprit divin « . Marie, qui portera le Dieu-Homme dans son sein, est un temple plus sacré que le sanctuaire de Jérusalem ; il convenait que ces deux temples se rencontrassent, mais ici c’est le temple vivant qui sanctifie le temple bâti. La supériorité du temple vivant sur le temple de pierre est vraie d’une manière spéciale de Marie, parce qu’elle était l’instrument de l’Incarnation. Mais, d’une manière plus générale, cela est vrai de tout homme uni à Dieu :  » Ne savez-vous que vous êtes le temple de Dieu ( 1 Co 3,16) ? … Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit ( 1 Co 6,19) ? « . D’autres pensées, que les textes liturgiques n’expriment pas explicitement, nous sont cependant suggérées par cette fête. Si notre âme est un temple où Dieu veut demeurer, il convient que Marie y soit  » présentée  » : il faut que nous ouvrions notre âme à Marie, afin qu’elle vive dans ce temple – notre temple personnel. D’autre part, puisque l’Église entière, puisque toute l’assemblée des fidèles est le corps du Christ et le Temple de Dieu, considérons la fête d’aujourd’hui comme la Présentation de Marie dans ce Temple, – la sainte Église universelle. Ce Temple qu’est l’Église orthodoxe rend aujourd’hui hommage à ce Temple qu’est Marie. Extrait du livre L’An de grâce du Seigneur,
signé « Un moine de l’Église d’Orient », 
Éditions AN-NOUR (Liban) ;
Éditions du Cerf, 1988  
 
Divine Liturgie Novembre 2022
06 : Deux miracles
Épitre : Gal. 2,16-20 ; Évangile : Luc 8, 42-56
13 : Le bon samaritainÉpitre :
Héb. 7,16-8,2 ; Évangile : Luc 10, 25-37
15 : Début du jeûne de la Nativité de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. 
20 : Présentation au Temple de la très sainte Mère de Dieu.
Épitre : Eph 2, 4-10 ; Évangile : Luc 12, 16-21
27 : Le jeune homme riche
Épitre : Eph. 2, 14-22 ; Évangile : Luc 18, 18-27
transfiguration
Eglise orthodoxe de la Sainte Transfiguration Grande-Rivière N-O Ile Maurice (Derrière le Garage Bala)Divine Liturgie Chaque dimanche à 9h30
DÉCOUVREZ NOTRE SITE WEB
Contactez-nous Père Athanasios+230 57 33 32 53 p.athanasios@myt.mu
Contactez-nous Père Ian+230 52 57 90 53 fr.ian@antiochian.org.nz
En répondant à ce mail, vous pouvez directement contacter le Père Athanasios.
Église Orthodoxe de la Transfiguration Ile Maurice, Grande-Rivière Nord Ouest, Derrière le Garage Bala, Grande Rivière, Port-Louis 11207, Ile Maurice, +230 57 33 32 53

Un conseil

Ne t’inquiète pas trop de ta pauvreté spirituelle – Dieu la voit, mais il t’incombe d’avoir confiance en Dieu, de Le prier du mieux que tu peux, de ne jamais tomber dans le désespoir, et de lutter selon tes forces. Si tu commences à penser que tu es spirituellement « bien loti », alors tu peux être sûr que ce n’est pas le cas ! La véritable vie spirituelle, même au niveau le plus élémentaire, s’accompagne toujours de souffrances et de difficultés. C’est pourquoi tu devrais te réjouir de toutes tes difficultés et de tous tes chagrins.

Père Seraphim Rose

Bulletin du mois d’Aout 2022 de l’Église Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration
Numéro 79, aout 2022

Est-ce la fin des temps ?
La Voix de l’Évangile

« Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme
par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à
la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si
personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l’Évangile est précieusement conservée,
parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n’a pas su agir,
mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques. »
Est-ce la fin des Temps? Peu importe si oui ou non, vivons préparés !
Nous devons toujours vivre notre vie en préparation.
De plus en plus, nombre d’entre nous chrétiens, se demandent si nous
n’entrons pas dans l’ère de l’anti-Christ. Les événements qui se sont
produits dans le monde entier ont créé un sentiment de malheur chez de
nombreux croyants, qu’il s’agisse de la pandémie de Covid-19, de l’effondrement économique dû à la fermeture d’innombrables entreprises
dans le monde entier, de la montée de l’Islam militant, du changement climatique extrême ou de l’effondrement des normes sociétales. Tous ces
événements pourraient-ils servir de précurseurs à la venue de la fin des
temps ?
Il est important que nous nous souvenions que les chrétiens du premier
siècle étaient préparés à la fin des temps et à la seconde venue du Christ.
Les chrétiens ont toujours été préparés, comme nous devrions l’être. Nous
luttons contre les principautés des ténèbres, tout comme le peuple de Dieu
lutte depuis la chute de l’humanité. Cette vie est pleine de combats spirituels. L’heure du retour du Christ n’a pas à nous être révélée, car seul le
Père connaît le temps et l’heure, comme le Christ Lui-même nous l’a dit.
Ce qui est important, c’est que nous soyons préparés à notre propre fin.

Aucun d’entre nous ne sait quand sa propre fin arrivera. Je suis plus conscient que jamais de ma propre fin. J’ai vu un nombre croissant d’amis quitter
cette vie, certains, après une maladie, d’autres sans prévenir. Nous devons
tous être prêts à rendre compte de notre vie devant le Seigneur à un moment donné, et nous n’osons pas espérer que le temps nous permette de
nous repentir, car la plupart d’entre nous connaîtra sa fin sans avertissements.

Que ce soit la fin des temps ou non, nous devons vivre notre vie en nous
préparant à ce dernier moment de responsabilité. À la fin, le Christ triomphera du mal, et c’est un fait. Pour l’instant, nous devons mener le com-
bat, pour que nous triomphions nous aussi du mal.

Le moment est venu pour nous chrétiens orthodoxes, de nous soumettre à
l’amour et à la miséricorde de Dieu, et de nous repentir de nos péchés devant le Seigneur. C’est le moment où nous devons nous immerger dans une
vie de prière et de repentir, en sachant que ce n’est pas ici, en fin de
compte, notre véritable foyer. En cette période de pandémie, et avec
l’accompagnement d’une chrétienté muette qui a perdu le respect de nos
dirigeants gouvernementaux, le moment est venu de faire remonter à la
surface la même audace et le même engagement que ceux qui étaient
communs aux chrétiens du premier siècle.

Le christianisme est une Foi incroyablement terre-à-terre. Certaines personnes réagissent à l’idée que nous pourrions entrer dans la fin des temps
de manière déséquilibrée et agitée, en nous livrant par exemple à des crises émotionnelles ou à des peurs paniques, tout comme nous l’avons vu
parmi les nombreuses réactions à ce verrouillage de la pandémie. Cependant, notre Foi chrétienne et orthodoxe nous appelle à une modestie humble et aimante. Le Salut de l’âme par l’amour de Dieu et du prochain devrait
toujours être d’une importance capitale – le fait que nous puissions être à la
fin des temps, ou être manipulés par certains « complots secrets », ne devrait
jamais être une fin en soi. Dieu passe avant tout.
En ces temps qui semblent préparer les chrétiens ont une sorte de relecture
de l' »ère des catacombes » de l’Église primitive, nous devons repousser
toute crainte que le monde ne s’acharne sur nous et nous accrocher au
trésor que les martyrs ont découvert, celui d’un Sauveur co-souffrant qui ne
nous abandonnera pas au malin, mais nous élèvera à une vie de Béatitude éternelle, où nous adorerons tous devant le Trône de Dieu pour l’éternité.

Dans l’amour du Christ,
Père Lazare (à l’île de la Martinique)

La force de l’Église n’est pas dans la puissance temporelle.
(Métropolite Antoine)
Il me semble, et j’en suis personnellement convaincu, que l’Église ne doit
jamais parler en position de force. Elle ne doit pas être l’une des forces qui influencent tel ou tel État. L’Église doit être, si vous voulez, aussi impuissante que
Dieu Lui-même, qui ne contraint pas, mais qui appelle et dévoile la beauté et la
vérité des choses sans les imposer. Dès que l’Église commence à exercer le pou-
voir, elle perd sa caractéristique la plus profonde, qui est l’amour divin, c’est-à-
dire la compréhension de ceux qu’elle est appelée à sauver et non à écraser.

Archevêque Antoine Bloom

Divine Liturgie

7 : La Sainte Transfiguration Épitre : 2 Pi 1, 10-19 ; Évangile : Mat 17, 1-9
14: la multiplication des pain Epitre : I Cor 1, 10-17 ; Évangile : Mat 14, 14-22
Lundi 15 aout : Dormition de la très Sainte Mère de Dieu (nouveau calendrier)
21 : le pouvoir de la foi Epitre : I Cor 4, 9-16 ; Évangile : Mat 17, 14-23
28: : Dormition de la très sainte Mère de Dieu (ancien calendrier) Épitre : Phil 25-11 ; Evangile : Luc 10, 38-42 et 11,27-28

Église orthodoxe de la
Sainte Transfiguration
Grande-Rivière N-O
Ile Maurice
(derrière le garage Bala)
Divine Liturgie
Chaque dimanche à 9h30

Site WEB:

http://orthodoxchurchmauritius.org

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53
E-mail: p.athanasios@myt.mu
Père Ian, tel.: 52 57 90 53
E-mail: fr.ian@antiochian.org.nz

Bulletin du mois de juillet 2022 de l’Église Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration

Numéro 78, juillet 2022

La justice de Dieu

La Voix de l’Évangile

“Cherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu, tout le reste vous sera donné par surcroît “. Voilà la leçon que nous donne aujourd’hui le Christ. Cherchez le royaume de Dieu, qui est le seul but important pour nous, car il est la vie éternelle, la vie en Dieu. Cherchez la justice de Dieu, qui n’est pas une justice pénale, comme celle des hommes, mais qui est notre justification, celle que nous demandons au Seigneur de nous donner devant Son trône redoutable. Car, si le jugement a été remis au Christ par le Père, le Christ est aussi notre avocat devant le Père, comme le dit le saint apôtre Jean: “ …si quelqu’un vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père, Jésus Christ qui est juste. “ “ Cherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu “, comment réaliser cela dans la pratique ? Le Christ nous montre le chemin dans cet évangile : “ La lampe du corps, c’est l’œil “. Et, selon que l’œil est sain ou malade, le corps tout entier est dans la lumière ou dans les ténèbres. Quel est le sens de ces paroles ? Rappelons-nous Adam et Eve qui ont choisi de se séparer de Dieu, qui est Lumière, et d’obéir à Satan, qui est ténèbres. “ Leurs yeux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus “ . Leurs yeux se sont ouverts sur le charnel mais se sont fermés à la vue de Dieu; ils ont perdu la perception du divin. L’œil sain qui leur donnait la lumière de la vie est devenu malade. Ils ont été envahis par les ténèbres, et la mort est entrée dans le monde. La lumière qui était en eux est devenue ténèbres, et quelles ténèbres ! Mais, en S’incarnant, Dieu nous a donné de pouvoir recevoir à nouveau la Lumière en nous : “ Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une lumière a resplendi.“ Cette lumière, c’est le Christ, Qui nous dit : “Moi, Je suis la lumière du monde. Qui Me suit ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la Lumière qui conduit à la Vie.” Tout est dit : nous ne pouvons retrouver la lumière et la vie qu’en Christ. Il nous faut ouvrir les yeux sur le Christ qui nous redonne des yeux sains pour que notre corps entier, notre cœur soient de nouveau dans la Lumière. Il nous faut ouvrir la porte de notre cœur au Christ, pour devenir Sa demeure et le temple de l’Esprit Saint. Alors, nous pourrons nous charger de notre croix et Le suivre, car Il nous mène au Père, dans le Royaume des Cieux. “Nul ne peut servir deux maîtres”. L’Évangile nous parle d’argent. Et nous voyons ce jeune homme riche qui renonce à suivre le Christ parce qu’il préférait ses richesses. Mais cet autre maître, ce n’est pas seulement l’argent ; c’est tout ce qui est contraire à la foi, tout ce qui nous détourne de la foi ; c’est ce que le monde propose, d’attrayant, d’accaparant, pour nous faire oublier Dieu, nous faire remplacer Dieu. Notre société pervertie a bien compris que ceux qui ont cherché à faire disparaître la foi dans le monde par l’interdiction et la persécution ont échoué. Au contraire, ils ont contribué à renforcer la foi ; ils ont contribué à l’émergence et la manifestation d’une véritable sainteté. Alors, elle cherche à la remplacer par une société de consommation, les plaisirs futiles, les désirs matériels, la possession ; par tout ce qui nous permet de nous rendre maîtres de la vie, à laquelle le Christ nous dit pourtant qu’on ne peut ajouter une seule coudée : depuis son émergence, avec des nouvelles formes de procréation incompatibles avec la théologie orthodoxe du mariage, avec le non-respect de la vie de l’embryon. Jusqu’à sa fin, en  transformant une sédation apaisante et bienfaisante en une “sédation profonde explicitement létale”, autrement dit par l’euthanasie, le suicide assisté, refusant de reconnaître en Dieu le Seul Créateur, le Seul Maître de la vie et de la mort ; en acceptant encore et toujours la proposition démoniaque d’être “comme” des dieux. “Nul ne peut servir deux maîtres”. On ne peut accepter, voire cautionner la déviation perverse de la civilisation et prétendre être chrétien. On ne peut pas vouloir la vie et choisir la mort. Il nous faut rester dans la lumière, vivre dans la lumière en aimant le Christ, en suivant la Parole du Christ: “Si quelqu’un M’aime, il gardera Ma Parole; Mon Père l’aimera ; Nous viendrons à lui et établirons chez lui Notre demeure”. Frères et sœurs en Christ, si nous avons compris cela, si nous suivons ces deux enseignements essentiels, tout le reste va de soi. Nous n’avons plus à nous inquiéter de la nourriture et du vêtement, car nous savons que Dieu y pourvoira sans même que nous ayons à le Lui demander. Car la nourriture véritable n’est pas celle qui flatte nos papilles, mais celle qui nous conduit vers le royaume des cieux : le pain substantiel que nous demandons dans la prière du Seigneur. La nourriture véritable, c’est la Parole de Dieu, la prière, les leçons des pères de l’Église ; qu’un jeûne authentique n’est pas seulement de nourriture, mais de la parole et de la pensée, pour centrer toute notre vie sur Dieu.

D’après le diacre Dominique Beaufils, troisième dimanche après la Pentecôte 2018

Divine Liturgie Dimanche 3 juillet : Nul ne peut servir deux maitres Epitre : Rom 5, 1-10 ; Evangile : Mat 6, 22-33

10 : le serviteur du Centurion Epitre : II Tim 2, 1-10 ; Evangile : Mat 8, 5-13

17 : le sel et la lumière ; les Pères du 4e Concile œcuménique Epitre : Tite 3, 8-15 ; Evangile : Mat 5, 14-19

24 : la souveraineté de Jésus Epitre : Rom 12, 6-14 ; évangile : Mat 9, 1-8

31 : guérisons Epitre : Rom 15, 1-7 ; Evangile : Mat 9, 27-35

Église orthodoxe de la Sainte Transfiguration Grande-Rivière N-O Ile Maurice (derrière le garage Bala) Divine Liturgie Chaque dimanche à 9h30 Site WEB: http://orthodoxchurchmauritius.org

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53 E-mail: p.athanasios@myt.mu

Père Ian, tel.: 52 57 90 53 E-mail: fr.ian@antiochian.org.nz