Conférence sur la prière (IV)

Comment prier (IV)

Le Seigneur nous a demandé de prier sans cesse. Comment cela peut être possible alors que nous sommes emportés par le flot de nos soucis quotidiens ? Les Pères saints qui ont mené une vie de prière affirment que la force de la prière et son maintien sont à la mesure de nos capacités si toutefois nous le voulons…

L’être humain ne peut créer la prière, mais s’il aime Dieu et Le désire, alors par cette tension et son sentiment que Dieu est « essentiel » à sa vie, il essaie de pratiquer la prière dans tout acte qu’il entreprend le long de sa vie, et même à tout instant.

La prière est notre respiration car elle est un don de notre Créateur. Elle est le lien qui nous unit à Lui afin de ne pas tomber dans le vide et la dureté de ce monde.

La prière est le commencement de l’amour qui nous attache à l’Epoux de notre être. Le Seigneur Jésus. Elle nous éloigne de nos anxiétés et de la peur, elle est le réconfort et la paix de nos cœurs.

C’est pour cela qu’au réveil  fais le signe de croix et  crie du fond de ton cœur  que c’est sur Toi Seigneur que je m’appuie, Seigneur Jésus aie pitié de moi… Et quand tu t’habilles, remercie le Seigneur pour tes habits. Quand tu te mets à table pour un repas, ne te précipite pas pour avaler ton repas, il ne prendra pas la fuite, mais murmure avec crainte et supplication « nourris Seigneur tous les affamés sur cette terre »…Et quand tu es au travail durant la journée, demande au Seigneur de t’accompagner dans ton travail afin que tu le fasses convenablement…alors te viendras un secours d’en-haut qui t’enverra un ange pour te soutenir dans tout bonne action. Et à la fin du jour alors que tu t’apprêtes à dormir dans ton lit, accorde un instant pour exprimer ta gratitude devant Dieu pour tous les dons de la journée, Lui demandant d’aider ceux qui peinent ou sont seuls… et lorsque tu te trouves couché bien au chaud, rappelle toi tes frères prisonniers ou qui sont pauvres et en difficulté, dans le froid de l’hiver ou la chaleur de l’été, et demande au Seigneur de leur faire miséricorde…alors voyant ton esprit de partage, le Seigneur te combleras car tu partages avec Lui l’amour envers sa créature.

Sois une parcelle de cet univers que Dieu a crée pour toi…Regarde autour de toi l’aube du jour, le crépuscule au soir et les étoiles dans le ciel…Considère les fleurs des champs et rends grâce, remercie le Seigneur pour tout ce qu’Il t’a donné et pour tout ce qu’Il ne t’a pas donné…sois uni avec tes frères dans le monde par le lien de l’amour car Il a dit « aimez-vous les uns les autres pour que le monde sache que vous êtes mes disciples »…L’amour est la clef du paradis et le souffle de Dieu dans notre matérialité. L’amour enseigne la patience et te sauvera, car Il est celui qui a dit que celui qui patiente jusqu’à la fin sera sauvé.

Notre Seigneur nous dit aussi « Apprenez de moi » (Mathieu 11 :29). Il s’écartait de ses disciples pour prier le Père, et si nous suivons Ses pas dans la prière, alors tout ce que nous faisons dans la vie sont pour plaire à Notre Dieu dans l’obéissance à la personne du Christ qui doit remplir nos vies et nos pensées…afin qu’Il devienne tout en tout.

Mais en réalité nous n’adorons pas vraiment Dieu mais plutôt nous-mêmes ! Et nous sommes en réalité comme des idolâtres car l’idole que nous adorons est notre moi. C’est pourquoi notre prière est faussée. Lorsque l’homme ne compte que sur lui-même au point qu’il devienne sa propre idole il tombe dans le pêché qu’a fait Adam. L’homme a voulu se faire dieu en dehors du cadre fixé par Dieu. Mais le salut ne vient pas de soi-même mais du Dieu créateur. Et le vrai salut consiste à garder les commandements du Christ. Nous devons y accorder la plus grande importance car le Seigneur dit dans Jean 14 :15 ; « Celui qui m’aime gardera mes commandements ». Lorsque nous gardons les commandements et que nous les mettons en pratique, alors le Seigneur vient dans nos cœurs, Il en chasse le démon et nous purifie des passions. Le repentir et le désir de purifier son âme des passions sont le signe de la présence de la grâce divine en nous…La lutte dans la prière et la pratique des commandements écartent de nous toute sorte d’orgueil : tous les Pères affirment que celui qui a de l’orgueil est inintelligent.

Mes sœurs et mes frères vous ne priez que si vous luttez pour purifier le cœur l’intellect et le corps des passions mortifères, vous repentant de toute parole ou action qui éloigne l’Esprit Saint afin de vous empêcher de prier…L’efficacité de la prière révèle pourquoi le Seigneur insiste pour que nous prions : « Il faut prier sans se décourager » (Luc 18 :1) … « Priez afin de ne pas entrer en tentation » (Mathieu 26 :41). Ou encore : « Toute ce que vous demanderez dans la prière avec foi vous le recevrez » (Mathieu 21 :22).

Pourquoi le Seigneur insiste-t-il autant sur la prière ? Afin que nous ne succombions pas à la tentation !!! La tentation d’être loin du Seigneur et de vivre selon nos passions qui sont le plus grand obstacle pour une prière pure et qui sont une attraction vers le désir de mort qui se trouve en nous et qui éteint la prière…et même que cela peut nous entraîner dans une spirale négative  qui nous détruit ainsi que notre entourage. Sans une vie de prière dans la proximité du Christ, l’homme ne peut recevoir ni la Vie, ni le royaume, ni la lumière… et pas de victoire dans ce cas sur le diable pour arrêter ses séductions, à moins que l’homme ne se rende à nouveau familier du Seigneur.

Celui qui ne sert pas de la force de la prière n’arrive pas au Christ, il demeure étranger à la sagesse divine, se privant de Sa justice de Sa sainteté et de Son sacrifice.

Mes bien aimés, quels que soient nos efforts pour connaître le Christ intellectuellement, philosophiquement  ou scientifiquement sans la prière, nous pourrons le reconnaître comme sauveur sanctifiant les pêcheurs et remettant les pêchés, mais nous restons privés de toutes ces grâces que nous ne pouvons obtenir que si nous acceptons le Christ par la prière personnelle dans le tréfonds de notre vie intérieure, faisant de notre cœur Sa demeure, qu’Il nous devienne intime, partageant tout avec nous et disposant de tout.

Il n’y a pas d’union avec le Christ par l’intellect, les sentiments, la volonté ou les sens sauf si au préalable  il y a union du plus profond de l’âme…l’homme doit ouvrir tout son être dans une prière profonde portée par l’espérance, afin que le Seigneur vienne et trouve son repos dans le fond de l’âme qu’Il a crée à Son image afin qu’elle soit tout à Lui. Par cette possession divine de l’âme que Dieu ne fait pas comme si elle était captive mais pour la libérer des ténèbres du pêché et de l’égoïsme qui la caractérise depuis la désobéissance au Paradis.

Au paradis, Adam et Eve ne priaient pas comme nous le faisons, ils n’avaient pas besoin de prier car ils étaient avec Dieu, et Dieu était avec eux. Ils étaient en union avec Lui…Ils étaient comme des anges et ils partageaient avec Dieu Son royaume…Ils louaient Dieu et ne se savaient pas nus car leurs yeux ne connaissaient pas le pêché…Leurs cœurs étaient tournés vers Dieu et ils se nourrissaient de Sa présence…Ils étaient la création de Dieu, l’œuvre de Ses mains, c’est pourquoi après la chute Dieu appelle l’homme en lui disant : « Mon fils, donne-moi ton cœur ».

Cependant après la chute, Dieu a conservé à l’homme son caractère d’enfant de Dieu, mais pour demeurer un fils de Dieu il faut la prière qui est la pierre angulaire, la base de l’amour exempt de toute forme d’idolâtrie et qui est la victoire sur le serpent…

Par notre volonté libre donnée par Dieu, nous pouvons retourner à Lui par la prière, en prononçant son saint Nom, par l’inspiration de l’Esprit, en écoutant Sa voix en nous, en nous attirant à Lui. Saint Macaire qui a vécu en Egypte au Vème siècle nous dit :  « Il faut que notre prière à Dieu s’effectue de tout notre cœur, en s’appliquant et avec foi afin qu’Il fasse don du trésor du Christ et de la force de l’Esprit Saint, alors nous pourrons voir les bienfaits apportés qui sont le salut et la vie éternelle, c’est-à-dire Dieu Lui-même…Le Christ l’affirme :  « Celui qui m’aime est aimé de mon Père, et moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui, Nous viendrons chez lui et Nous y ferons notre demeure » (Jean 14 :21 ;23).

(à suivre)

Conférence de carême prononcée par Mère Marie (Zakka) dans une église de Beyrouth en 2006. Mère Marie est supérieure du monastère Saint Jean Baptiste à Douma (Liban).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *