Sur l’aspect vivifiant de la Sainte Communion

Cette histoire d’aide miraculeuse du sacrement de la Sainte Communion m’a été racontée par une femme croyante qui était directement impliquée dans le sauvetage d’un bébé. « Ma sœur cadette a eu une première grossesse très compliquée, qui s’est soldée par la naissance de son bébé au huitième mois, et le nouveau-né a à peine été sauvé. Il est né pesant 1,6 kg  et il a été placé dans un incubateur. Cela s’est produit à la fin du siècle dernier, et il n’y avait pas de bonnes conditions pour les bébés prématurés à l’époque. L’anarchie régnait partout (en Géorgie), et les maternités ne faisaient pas exception. Pour chaque jour de séjour du nourrisson à l’hôpital, ils exigeaient beaucoup d’argent, ce que ma sœur n’avait tout simplement pas. « Le bébé est né très faible avec des problèmes de santé. Nous avons décidé d’inviter un prêtre pour baptiser le nouveau-né directement à l’hôpital, mais les médecins ne l’ont pas laissé entrer. Enfin, nous avons réussi à persuader le médecin de garde d’autoriser le prêtre à voir l’enfant. Il baptisa le bébé, qui fut nommé Savva (Sabbas) en l’honneur du vénérable Savva de Storozhev. «Mais l’enfant faiblissait. Il ne prenait pas de poids, était très faible et réagissait à peine à quoi que ce soit. Les médecins ont détourné les yeux lorsque nous les avons interrogés sur son état. Il était clair qu’ils n’espéraient pas qu’il survivrait. « Nous voulions inviter à nouveau un prêtre, pour donner la sainte communion à l’enfant et compter pleinement sur Dieu. Mais c’était hors de question, il nous avait fallu beaucoup d’efforts pour convaincre le personnel de l’hôpital de nous permettre de faire baptiser le bébé. Puis, croyant fermement au pouvoir vivifiant de la Sainte Communion, je résolus de faire un pas désespéré : après avoir enveloppé l’enfant dans un foulard (il était très petit), je l’ai « volé » de l’hôpital et je l’ai pris à l’église. La liturgie était en cours. Les paroissiens qui me connaissaient ont commencé à me demander de qui il s’agissait. Je leur ai tout dit, et bientôt toute l’église a prié pour le bébé. Le nouveau-né a reçu le Saint Corps et le Saint Sang du Christ, et je suis retourné à l’hôpital sain et sauf. Ils n’avaient même pas remarqué l’absence du bébé, car à cette époque, les nouveau-nés à l’hôpital étaient généralement négligés. Le lendemain, la couleur de la peau du bébé a commencé à revenir à la normale (avant, elle était bleuâtre), et le bébé a commencé à prendre du poids et à revivre sous nos propres yeux. « Notre Savva a survécu ! « Aujourd’hui, il est déjà adulte ; il connaît l’histoire de sa naissance, et qui lui a sauvé la vie ! » Notre famille connaît également le pouvoir vivifiant des Saints Mystères du Christ. J’ai écrit sur la façon dont ce sacrement a sauvé ma belle-mère nouveau-née de la mort lorsqu’elle est tombée gravement malade. Voyant que la petite fille empirait et qu’il n’y avait aucune aide des médecins, sa mère (une femme pieuse qui allait à l’église à l’époque soviétique) a amené l’enfant mourant au saint calice. Ayant reçu la communion, la jeune fille s’est rapidement rétablie. Et dès lors, ma belle-mère n’a souffert d’aucune maladie toute sa vie, presque jusqu’à sa mort. Le pouvoir de la Sainte Communion a un effet bénéfique sur les nourrissons en particulier, et dans ma vie j’en ai vu la preuve à plusieurs reprises. Lorsque mon fils (qui communie régulièrement depuis l’âge de trois mois) était un nourrisson, après la Sainte-Cène il dormait jusqu’à l’heure du déjeuner sans se réveiller ni demander à manger, et il était très calme. En vérité, les Saints Mystères du Christ le nourrissaient mieux que n’importe quelle nourriture ! Ce sacrement aide également les personnes dans des situations désespérées. La mère d’un de mes amis est tombée gravement malade. Les médecins ont détecté un caillot de sang dans son cœur. Mon amie et ses quatre sœurs sont allées à l’église, ont prié pour leur mère et ont décidé d’inviter un prêtre pour lui donner la communion. Leur mère a reçu la communion directement dans la salle d’hôpital. Deux semaines plus tard, un deuxième test a révélé qu’elle n’avait pas de caillot de sang ! En effet, le Saint-Esprit à travers les Saints Mystères du Christ réalise l’impossible !  Les chrétiens ont ce feu céleste pour nourriture. C’est leur délice. Il nettoie, purifie et sanctifie leur cœur. Cela les amène à croître. C’est leur air et leur vie. » Ces paroles de S. Macaire le Grand caractérisent de la meilleure façon possible le sacrement de la Sainte Communion et son effet sur les gens.

 Irina Krikhéli Traduit par Dmitry Lapa Pravoslavie.ru 18/10/2021  La source de la citation : https://pravoslavie.ru/77995.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *