Un miracle de la Mère de Dieu

https://orthochristian.com/139937.html

C’est l’histoire d’une épouse non croyante, et qui par les prières de son mari devant l’icône de Vladimir de la très sainte Théotokos, a décidé de devenir orthodoxe sur son lit de mort et l’a fait à temps.

Il y a cinq ans, l’épouse d’un de mes bons amis, Veronica, est décédée. Son mari Ivan l’a annoncé de façon concise : « Notre chère Veronica n’est plus avec nous. » Ivan a de belles photographies de sa femme sur le bureau et sur les murs de son domicile : Veronica avec ses jumeaux en vacances à Sotchi, en Crimée, avec son mari à Cuba, nageant avec les dauphins, etc. Après les funérailles, Ivan a mentionné que Veronica était décédée heureuse, entourée de ses proches. Et à l’occasion du cinquième anniversaire de sa mort, Ivan m’a raconté une histoire incroyable sur la façon dont, sur son lit de mort, Veronica a reçu le baptême orthodoxe, a pu se confesser et recevoir la sainte communion. Voici son bref récit : Veronica a grandi dans une famille de dirigeants du Parti communiste, on pourrait donc dire qu’elle était une représentante de la jeunesse communiste « dorée» (privilégiée). Son comportement, cependant, a brisé tous les stéréotypes des enfants des dirigeants du Parti communiste. Veronica était bienveillante et sensible, elle n’a jamais « tiré la couverture sur elle-même » et était toujours la première à courir pour aider les autres. Peut-être que quelqu’un dira qu’il est facile d’être comme ça lorsque vous avez tout ce dont vous avez besoin, lorsque votre éducation et votre carrière sont définies dès la naissance. Néanmoins, Veronica s’est toujours souciée des autres, offrant son soutien à quiconque, peu importe qui il était, qu’il s’agisse d’un ami proche, d’un parent éloigné ou d’un parfait inconnu. Je me souviens comment, en troisième année d’université, l’administration envisageait d’expulser un étudiant à cause de son entrée dans une salle de cours « à la manière léniniste »pour un examen sur le marxisme-léninisme, c’est-à-dire en fairsant deux pas en avant, puis un pas en arrière. L’un des professeurs de l’Université d’État de Moscou a pris la blague à la fois comme une insulte personnelle et une provocation politique. C’était au début des années 1980 avant la perestroïka. Le professeur d’histoire a arrêté l’examen et s’est précipité au bureau du doyen ! Il a ensuite paraphrasé une citation bien connue en disant : « Aujourd’hui, vous vous moquez de Lénine, demain vous trahissez votre patrie. »(1).

Veronica est allée parler au professeur de marxisme-léninisme, disant que son camarade de classe était une personne créative, impliquée dans le théâtre, un membre engagé de la Ligue de la jeunesse communiste et un bon ami. Elle lui a montré des photos des performances de l’étudiant. Veronica était prête à impliquer ses parents et leurs connaissances pour éviter que le jeune homme ne soit expulsé de l’université à cause d’une blague ratée. Voici un détail clé de toute cette histoire – ce camarade n’était pas un ami de Veronica, elle ne le connaissait même pas. De plus, il ne s’était même pas tourné vers elle pour obtenir de l’aide. Elle a juste pensé : « Si je vois que quelqu’un a besoin d’aide, comment puis-je ne pas m’impliquer ? L’histoire s’est bien terminée : le jeune homme n’a pas été expulsé de l’université.

Il y avait des moments où je lui disais : « Ralentis ! Mettons d’abord nos enfants sur pied, puis nous commencerons à sauver le monde entier. » Mais ma femme ne comprenait pas de telles « tactiques ». Sa gentillesse était légendaire. Il y avait une fois une femme, une amie de nos amis, qui a arrêté Veronica dans la rue. Les larmes aux yeux, elle s’est plainte que son fils de treize ans – du même âge que nos jumeaux – s’était impliqué avec les mauvaises personnes, que les choses s’étaient vraiment dégradées et que la police avait déjà promis de l’ajouter à leur registre. .. J’ai demandé à Veronica : « Qu’est-ce que la femme voulait exactement de toi ? Elle t’a demandée de t’ impliquer dans l’éducation tardive du fils de quelqu’un d’autre ? » Je pensais que mon humour et mon sarcasme allaient l’arrêter. Après tout, que faire dans une telle situation ? Nous ne connaissions pas la malheureuse, encore moins son fils. Mais Veronica a trouvé une issue. Je ne sais pas comment elle a réussi, mais elle a persuadé l’adolescent ingérable d’aller à des cours de boxe. Avant cela, elle avait convaincu l’entraîneur d’admettre le garçon et de s’occuper de lui. Elle lui a dit : « Tu peux sauver ce garçon si tu lui montres de l’intérêt ! Ses efforts ont porté leurs fruits, mais évidemment pas tout de suite. L’adolescent a commencé à aider sa mère à la maison, a commencé à lire et a trouvé de nouveaux amis dans la classe. Je peux raconter beaucoup d’histoires similaires. Je pourrais parler pendant des heures de la façon dont Veronica aimait nos enfants, était consciente de leurs intérêts, jouait aux échecs avec eux et les aidait à écrire des poèmes pour les anniversaires de leurs professeurs. Mais le problème était que même si elle avait un cœur si gentil et ouvert, Veronica était une incroyante. Elle croyait que l’Église et les prières étaient une relique du passé, et que la foi en Dieu était pour les vieilles femmes illettrées. Toute personne instruite sait bien qu’il faut être moral, respecter les autres, aider les gens, vaincre le mal par le bien, ne pas se venger et chercher un moyen de toucher chaque personne. Elle avait l’habitude de dire que seules les personnes qui ne sont pas familières avec la littérature et la musique classiques ont besoin qu’on leur dise que si vous traitez mal les autres, Dieu vous punira. Moi-même, je ne me suis pas converti à la foi du jour au lendemain. L’intégration à la vie de l’Église n’a pas été facile pour moi. Mais Veronica ne voulait rien entendre sur le Baptême, les Saints Pères, la Sainte Communion ou la Confession. Elle a respecté mon choix et n’a jamais plaisanté sur le fait que j’observais le jeûne, que je me préparais à la communion ou que je cherchais un père spirituel, mais elle m’a dit qu’elle n’irait pas à l’église. Elle l’a expliqué ainsi. « Mes parents étaient des communistes idéologiques, ils croyaient à ce qui se disait lors des réunions du Parti. Ils n’ont jamais brandi leur carte de membre du Parti, n’ont jamais affiché leur position. Leurs amis étaient aussi comme eux. Comment puis-je me faire baptiser ?! Je trahirais leurs vues, leurs principes ! Ils m’ont élevé dans l’esprit du marxisme-léninisme, et je sais qu’un homme est l’artisan de son propre bonheur, de son destin, qu’il faut être honnête… » Nous avons souvent discuté de ces questions et débattu. J’ai essayé de lui montrer le chemin de la foi. Une fois nous étions en Terre Sainte, à Jérusalem. Tout d’abord, Veronica a dit que pendant que nous étions là-bas, « C’était comme si le temps s’arrêtait, comme si nous étions dans le passé, il y a deux mille ans… Il n’y a pas d’agitation, personne ne court partout. » Mais elle a poursuivi en disant que ce n’était qu’un voyage. Nous avons été aussi en Italie, dans la ville de Bari : selon elle, c’était aussi une expérience intéressante, mais sans plus.

J’arrive maintenant à l’essentiel.

Veronica est tombée gravement malade et a reçu un diagnostic de cancer. Ma femme a subi un traitement avec courage et la maladie est entrée en rémission temporaire. Mais quelques années plus tard, il y a eu une rechute. Veronica a de nouveau subi un traitement et a subi une intervention chirurgicale, mais la maladie s’est ensuite manifestée à nouveau. Ma pauvre femme a traversé tant de choses et ne s’est jamais plainte, ne cherchant jamais personne à blâmer. Son immunité s’est affaiblie à la suite de traitements répétés. Elle est tombée malade d’une pneumonie et les médecins m’ont prévenu qu’elle ne quitterait jamais l’hôpital : son corps ne se battait plus pour survivre et les médicaments n’étaient plus efficaces. Je n’irai pas plus loin dans les détails médicaux car ce n’est pas ce qui est important. Veronica était inconsciente pendant plusieurs jours avant son repos. Presque tous les jours, j’allais à l’église St. Nicolas à Tolmachi, qui fait maintenant partie de la Galerie Tretiakov à Moscou. Il y a une icône miraculeuse de Vladimir de la Mère de Dieu là-bas. On m’a dit que c’était l’icône la plus « affectueuse » et la plus touchante de la Très Sainte Théotokos. J’ai prié devant elle et devant d’autres icônes. Je savais que Veronica était mourante et j’ai prié la Mère de Dieu d’organiser miraculeusement le baptême de ma femme, afin qu’elle puisse mourir en chrétienne. Mes prières ont été exaucées. On m’a téléphoné de l’hôpital et on m’a informé que ma femme s’était réveillée. Je me suis immédiatement précipité vers elle. Veronica a souri et m’a demandé d’inviter un prêtre afin de se faire baptiser. J’ai rapidement trouvé un prêtre et je lui ai tout expliqué. Véronique a été baptisée, elle s’est confessée et a reçu la Sainte Communion. Avant sa mort, elle a eu le temps de me parler de son désir de se faire baptiser. Alors qu’elle était inconsciente, elle a vu une belle et noble femme avec de grands yeux, gentils et doux. Sa tête était couverte d’un long foulard. Elle tendait la main à Veronica et lui a dit : « Comment se fait-il que vous vouliez partir sans avoir une croix ? Je sais que tu étais gentille, décente et une mère aimante. Sans le Baptême, toutes tes bonnes actions seront effacées. Personne ne peut ne peut te forcer. C’est à toi de décider si tu aimes le Seigneur. Réfléchis maintenant avant qu’il ne soit trop tard ! » Après les sacrements, Veronica m’a embrassé ainsi que les enfants. Ses derniers mots furent : « Je meurs tellement heureuse parce que j’ai pu me faire baptiser, porter ma croix et recevoir la Sainte Communion !

Je n’ose pas dire que ce sont mes prières indignes qui ont fait baptiser Veronica à temps. Mais je sais fermement que la Très Pure Mère de Dieu a montré sa miséricorde et a eu pitié d’elle.

Alexandra Gripas Traduit par Dmitry Lapa Pravoslavie.ru 16/06/2021

(1) Le message original bien connu sur les affiches de propagande soviétique disait : « Aujourd’hui vous jouez du jazz, demain vous trahissez votre patrie. » –

https://orthochristian.com/139937.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *