Un fol en Christ dans une brasserie

Un «rebelle» dans une brasserie.

Saint Gabriel (Urgebadze)

Saint Gabriel Urgebadze (1929-1995)

Le (témoignage) du serviteur de Dieu Revaz 

À la fin des années 80, ma famille était au bord de la ruine à cause de ma vie chaotique. Il n’y avait pas un seul jour où je n’ai pas bu d’alcool. J’ai aussi commencé à jouer. J’ai perdu mon emploi et mes amis… Toute ma famille en a souffert. Au fond de mon cœur, j’ai réalisé dans quel état j’étais, mais j’étais incapable de me contrôler. Il est fort probable que je commençais à m’habituer déjà à ce genre d’existence. On m’a dit – et je m’en souviens moi-même – que j’avais perdu mon apparence humaine, que tout autour de moi m’agaçait, et à un moment donné, j’ai commencé à me sentir comme si j’étais indésirable. À l’époque, je ne cherchais aucun refuge spirituel, et il ne me venait pas à l’esprit d’aller à l’église car je ne prenais pas les religieux au sérieux.

Cela aurait pu duré des années si un beau soir, l’Ancien Gabriel n’était pas allé à la brasserie où moi-même, buvant un autre verre de bière, je préparais un acte irréfléchi. Oui, chers amis, vos yeux ne vous ont pas trompés: l’Ancien Gabriel était là! Voici comment c’est arrivé. Au milieu du grand bruit (ambiant dans la brasserie), j’entendis la voix claire, forte et en colère d’un homme exigeant que de la bière et de la vodka soient versées dans le plus grand verre – sinon «son cœur se briserait», et «qu’il paierait n’importe quelle somme». «J’ai de l’argent, les paroissiens en ont fait don!» répétait l’homme d’une voix tonitruante derrière moi, et les gens riaient et se regardant avec dédain. À cette époque, je ne connaissais pas le sens du mot «paroissiens»; de plus, j’étais assis en tournant le dos à l’homme qui parlait, pas vraiment intéressé par qui il était. Je me souviens d’une chose avec certitude: j’imaginais l’homme comme un grand «rebelle» habillé froidement qui, comme moi, noyait son chagrin dans le vin. La voix ne s’arrêtait pas, des bruits de déglutition et des cris pouvaient être entendus … Et tout à coup le «rebelle» a commencé à chanter une chanson géorgienne, et si joliment que je me suis retourné involontairement et j’ai vu quelqu’un petit, aux cheveux gris, un prêtre en haillons au milieu de la brasserie. Écartant les bras, comme s’il était ivre, il faisait des mouvements de danse en rythme avec les paroles de la chanson. Toute la brasserie se tut et le fixait. Et il me regardait avec ses grands yeux extraordinaires. À un moment donné, il s’est approché de moi, m’a regardé droit dans les yeux et a dit: « Revaz, brûle ce que tu as ici, dans ta poche! » Il m’a frappé sur la poitrine d’une manière voyante, a levé les mains vers le ciel et a fait le signe de la croix sur moi en une fraction de seconde. C’est arrivé si vite que les visiteurs ne l’ont même pas remarqué, et beaucoup, moi y compris, pensaient que le signe de la croix était une sorte de mouvement de danse. Ensuite l’Ancien termina sa danse et sortit – sous les applaudissements et les commentaires (des clients): «Une personne si gentille… Bien joué, mon père! Wow! » J’étais debout, abasourdi, les larmes aux yeux. Je ne pleurais pas parce que j’avais tout de suite compris le sens des actions de l’Ancien- je pleurais parce que ses paroles me frappaient comme une décharge électrique, et je me demandais comment il pouvait savoir ce qu’il y avait dans ma poche. Et ce que j’avais dans ma poche était une note où j’expliquais mon intention de me suicider, écrite quelques heures auparavant, et dans laquelle je disais au revoir à ma famille. J’étais sur le point de commettre un acte terrible et irréparable. Mais l’Ancien Gabriel est venu par la volonté de Dieu et a fait un ce spectacle spécialement pour moi! Le plus étonnant, c’est qu’à partir du lendemain, je ne voulais plus entendre parler de jeu, et j’ai abandonné l’alcool et le style de vie désordonné que j’avais mené pendant des années. Je regrette de n’avoir pu trouver ce prêtre à Tbilissi. J’ai demandé à beaucoup de gens et entendu la même réponse partout: c’était un «fou qui n’apparaissait pas toujours». Bientôt, je me suis converti à Dieu et j’ai commencé à aller à l’église. Quelques années plus tard, lorsque ma famille et moi nous sommes rendus à Mtskheta et avons visité le couvent de Samtavro, sur une tombe où les gens se pressaient, sur une grande photo, j’ai vu l’homme même qui m’avait sauvé et dégrisé. Je me tenais comme enraciné sur place et les larmes me montaient aux yeux. L’aîné me souriait de la photo, et je lui ai souri en réponse après qu’il m’ait fait un clin d’œil du portrait… Comme s’il me demandait avec humour: «Eh bien, Revaz, tu es là. Tu es venu chez le «rebelle», l’Ancien archimandrite Gabriel (Urgebadze) … »Au cher père qui est aimé dans tout le monde de l’orthodoxie, qui sauve et sauvera beaucoup de gens par son amour.

https://orthochristian.com/137649.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *