Sur la colère

Sur la colère
Nous devons lutter contre la colère.
En montant dans ma voiture dans un parking local, j’ai entendu quelqu’un prononcer vainement le nom de Dieu , il était en colère pour avoir laissé tomber quelque chose. Levant les yeux, j’ai réalisé que je connaissais la personne. C’était quelqu’un qui se disait chrétien et il aurait été horrifié s’il avait réalisé que je l’avais entendu. Il ne savait pas que je n’étais pas la seule personne à avoir entendu cette explosion de colère, car une femme l’a remarqué et a levé les yeux au ciel en me regardant. J’ai ressenti de la tristesse pour la personne qui s’était livrée à la passion de la colère, d’autant plus que sa colère impliquait de prononcer en vain le nom du Seigneur, le Seigneur même dont il porte le nom. C’est particulièrement tragique quand une personne qui s’affirme chrétienne prononce le nom du Seigneur en vain, car il y a beaucoup de non-croyants qui gardent leurs paroles mieux que beaucoup qui professent le Christ.
Les Pères nous disent que chaque fois que quelqu’un prononce le nom de Dieu en vain, les ramifications se répercutent dans tout le cosmos. Aussi insignifiants que nous pensons que nos péchés secrets puissent être, ils ont un impact sur tout l’univers. La rédemption ne nous concerne pas seulement nous, mais l’ensemble de l’univers. Mon salut et votre salut sont liés.
Saint Séraphin de Sarov a dit: « On doit par tous les moyens s’efforcer de préserver la paix de l’âme et ne pas être dérangé par les offenses des autres; car on  doit s’efforcer par tout moyen de contenir la colère et par le biais de l’attention de préserver l’esprit et le cœur de tout sentiment impropre. Nous devons donc supporter les offenses des autres avec sérénité et nous habituer à une telle disposition d’esprit que ces offenses ne nous atteignent pas… Une telle pratique peut donner la tranquillité au cœur humain et en faire une demeure pour Dieu lui-même.  »
Abstenons-nous de toute colère. Si nous sommes vraiment du Christ, nous avons les moyens de changer, car c’est parce que nous avons Christ en nous que la victoire sur les passions peut être la nôtre. Nous devons nous rappeler les paroles d’Abba Nilus: «La prière est la semence de la douceur et de l’absence de colère».
Avec l’amour en Christ,
Abbé Tryphon
https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *