Sur la prière(1)

Extraits d’un enseignement du P. Sergy Baranov

L’archiprêtre Sergy Baranov, réalisateur et scénariste bien connu, discute avec des jeunes adultes du monastère Novospassky de Moscou de la sainteté comme but de la vie et de la trouver dans la prière. Le P. Sergy est largement connu pour ses films lyriques et profonds. Son premier discours a été sur le court métrage, « Le prix de ma vie ». Et si la vie est si précieuse, alors son but n’est rien de moins que la sainteté.

Il y a quelque chose sur lequel je veux que vous réfléchissiez. Nous nous efforçons de vivre moralement, de vivre dans la pureté, d’éviter les péchés, d’aimer nos voisins, d’être de bons maris et mères, d’être fidèles à nos conjoints, de prendre soin de notre famille, de ne pas boire d’alcool et de ne pas fumer… Certains se proposent d’en faire plus : ils rendent visite aux malades, aux personnes âgées, aux prisonniers, nourrissent les sans-abri, adoptent des enfants, créent des centres pour femmes en crise pour les empêcher d’avoir des avortements… Mais y a-t-il quelque chose de ce que je viens d’énumérer que les incroyants ne peuvent pas faire? Ils peuvent faire tout ça!

Alors qu’est-ce qui nous différencie des athées? Quelle est notre essence? Qu’est-ce que les athées ne font pas et les chrétiens doivent nécessairement faire? La Prière! Par «prier», je ne veux pas dire lire officiellement des règles de prière, des psaumes, ou réciter certaines prières par cœur; Je veux dire la prière en tant qu’état dans lequel Dieu est très proche de vous. C’est un état dans lequel Dieu passe soudainement d’une idée élevée, brillante et philosophique au Dieu vivant, le Dieu personnel.

Parfois, les gens me disent:

« J’ai lu dans les saints Pères qu’il ne fallait pas prier sans pleurer. »

Et nous ne devons pas non plus prendre la communion sans larmes, comme l’a écrit saint Siméon le nouveau théologien. Nous commençons donc à travailler psychologiquement avec nous-mêmes, à nous «mettre au diapason» du repentir, pensant naïvement que maintenant nous allons avoir des larmes et ensuite commencer à prier…

Je leur réponds: « Écoutez, quand Christ viendra (le vrai Christ et non une certaine idée de Lui), vous ne pourrez pas arrêter vos larmes de couler! Ensuite, vous verserez des flots de larmes! »

Certains essaient «d’évoquer» artificiellement leur repentir, de se surmener sérieusement et de s’abandonner à l’auto-analyse… Mais quand le Saint-Esprit vient et vous ouvre les yeux, vous ne pourrez pas vous empêcher de pleurer… C’est bon quand cela vient de Lui et non de notre formation auto-assignée ou « auto-réglée » car cela peut conduire à l’illusion. Une fois que vous croyez en ce que vous avez essayé d’imiter, c’est un état d’illusion.

Une vie spirituelle correcte, c’est quand tout vient progressivement et naturellement. Il y a une expression: « faites la prière, et la prière vous apprendra tout. »

Utilisez votre temps à bon escient! Consacrez-le aux choses qui comptent vraiment!

Comment pouvons-nous prier aujourd’hui, alors que nous n’avons plus de temps pour rien avec notre rythme de vie moderne?

—Le temps est le même, mais notre attitude à son égard a changé. Nous perdons des heures à faire des choses inutiles alors que nous n’avons pas de temps pour les choses qui comptent. Par exemple, de quel temps disposait ma grand-mère, celle dont le mari a été tué pendant la Seconde Guerre mondiale et dont le fils a perdu son père; elle qui n’était pas rémunérée pour son travail; qui n’avaient que des «jours de travail» [dans la ferme collective] qui étaient cochés  sur les feuilles de rapport; avec une vache maigre qui mugissait dans l’étable… Mais pour une raison quelconque, les gens trouvaient du temps pour la vie spirituelle et la prière… Maintenant, nous sommes bien pourvus: nous avons des machines à laver, des aspirateurs, des lave-vaisselle… N’avons-nous vraiment pas de temps libre?! Nous vivons simplement sans réfléchir.

Le philosophe grec de l’antiquité Diogène courrait dans les rues d’Athènes avec une torche levée à la main en criant au milieu du jour qu’il était à la recherche d’un homme! De même, je veux m’épuiser en criant: « Utilisez votre temps à bon escient! Consacrez-le aux choses qui comptent vraiment! Nous avons très peu de temps !!! Nous ne pouvons pas vivre en nous asseyant devant la télévision et en faisant des choses futiles… »

Nous trouvons toujours le temps de voyager ou d’aller dans un endroit intéressant. Mais ce n’est pas la chose la plus importante dans nos vies. Tout cela est permis, car Dieu bénit le temps du repos. Mais ce n’est pas l’ essentiel…

Source:https://orthochristian.com/126356.html

(A suivre)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *