Avons-nous trouvé le Paradis?

aimilianos

Avons-nous trouvé le paradis ?
Archimandrite Aimilianos de Simonopetra.

Le jeudi 9 mai, l’Archimandrite Aimilianos, l’Ancien  Higoumène du monastère  de Simonopetra, père spirituel de nombreux moines, religieuses et laïcs, s’est endormi dans le Seigneur au monastère de l’Annonciation à Ormylia (Chalkidiki) à l’âge de 85 ans, après une longue maladie. Mémoire éternelle !

 

L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. (Genèse 2 :15).

Les plantes (du jardin d’Éden) ressemblaient à une parure de la beauté divine, formant un monde naturel, une expression naturelle de la majestueuse sainteté de Dieu. Le monde naturel était le reflet de la grandeur de Dieu et, à travers la nature, Dieu était visible aux yeux de nos premiers ancêtres. En s’occupant du jardin, ils s’occupaient de la gloire et de la majesté de Dieu, labourant avec soin et cultivant les êtres vivants qui les entouraient.
En premier lieu, alors, il y a le travail. Nous ne pouvons jamais faire l’expérience de Dieu sans travail. Les personnes qui ne travaillent pas avec effort dans leurs activités terrestres ont peu de chances de connaître beaucoup de succès dans leur vie spirituelle. Nous devons travailler.
Après avoir placé Adam et Eve dans le jardin, Dieu leur dit : « Vous pouvez manger de n’importe lequel des arbres au paradis » (Genèse 2 :16). Ne soyez pas surpris par ça. Manger est aussi une tâche spirituelle, car le paradis est un lieu qui relie à la fois les sens du corps et ceux de l’intellect. Adam a communié avec Dieu au moyen du fruit des arbres, qui était une figure de la nourriture du ciel, à propos de laquelle Christ a dit : Prenez, mangez et buvez (Mt 26 :26-27). En mangeant de la nourriture du jardin, Adam ne nourrissait pas seulement son corps, mais aussi son âme. C’était une façon pour lui de participer à Dieu. Et ainsi lorsque nous entendons les mots : Prenez, mangez, buvez, nous entendons la voix de Dieu nous appelant à la communion du paradis. Mais alors que la nourriture d’Adam était le fruit du jardin, nous mangeons le pain qui est descendu du ciel (Jean 6.32-35).

Pour Adam, le fait de manger et de boire était une ascension vers Dieu. Et il en est de même pour nous : nous sommes nourris par les enseignements divins et par toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Mt 4.4). Les paroles des Pères sont aussi nourriture et boisson, de même que la vie des saints, ainsi que toutes les prières et tous les cantiques de l’Église. Et c’est notre jardin de délices, notre Éden, un banquet divin, une jouissance et une ivresse avec Dieu. C’est ainsi que le royaume de Dieu nous est rendu agréable, digestible et donc capable de s’offrir à nous comme nourriture spirituelle.
Bien sûr, il y avait un arbre, comme vous le savez, dont il était interdit de manger à Adam, car il n’était pas encore prêt, il n’avait pas suffisamment mûri. Pour que quelqu’un reçoive un grand don spirituel ou la révélation d’un grand mystère, il doit grandir et mûrir dans l’obéissance, afin de montrer, sur une longue période, que c’est ce qu’il désirait. C’est pourquoi votre père spirituel peut te donner une règle : »Pendant deux ans tu feras ceci ou cela », pour que tu puisses montrer au cours de ces deux ou deux mois, ou quelle que soit l’heure, qu’il y a eu un changement pour le meilleur, votre obéissance étant le signe de votre engagement. C’est ce que Dieu a fait avec Adam.
Le fait que Dieu ait cherché à amener Adam à la connaissance progressivement peut être compris par l’introduction d’animaux dans le jardin. Avant de lui présenter Eve, Dieu a présenté les animaux à Adam et lui a demandé de les nommer (Genèse 2 :19). Il ne lui a donné aucun autre ordre ou instruction. Il voulait qu’Adam se rende compte qu’il était le roi de la création, capable d’imposer des noms à toutes les créatures. Mais qu’est-ce qu’Adam a ressenti ? Exactement ce que Dieu voulait qu’il ressente : qu’il était seul. Tous les animaux l’ont approché par paires et tous les couples ont vécu collectivement dans des troupeaux, groupements ou divers types d’arrangements. Adam, cependant, était unique parmi les créatures en étant seul. Il a ainsi perçu le besoin d’aide, de communauté humaine et de société.
C’est alors que Dieu a dit : Je vais le secourir en lui donnant un partenaire semblable à lui (Genèse 2 :18). Alors Dieu a créé la femme. Et pourtant, ce n’était pas à cause d’un problème moral, ni à cause de quelque chose de biologique ou physique, parce que le mariage ne se réduit pas à une relation physique, même si le corps y participe. Ainsi, la création d’Ève était un rite sacré, un acte mystique, un rite d’initiation, car le mariage est un passage vers la plénitude de la vie : le Christ. Se marier, c’est entrer dans le royaume, entrer au paradis.

Et cela devient clair lorsque nous nous rappelons les paroles du prophète Malachie : « Vous vous étiez engagés devant le Seigneur envers la femme épousée dans votre jeunesse. C’était votre compagne, vous vous étiez liés à elle  (et pourtant vous l’avez trahie)» (Mal 2.14). En d’autres termes, vous et votre femme ne faites qu’un et vous avez signé tous les deux l’alliance avec Dieu. Le mariage est donc un serment prêté devant Dieu, l’établissement d’une alliance. Et cette alliance n’est pas signée avec le sang, comme le Christ a signé la Nouvelle Alliance, mais elle est signée par la cohabitation et la communion du mari et de la femme.
Et le prophète a ensuite posé la question suivante : « Le Seigneur n’a-t-il pas fait de vous un seul être avec elle, par le corps et l’esprit ? »  (Mal 2.15). Cela signifie que ce n’est pas un Dieu qui vous a créé et un autre (dieu) qui a créé votre femme, mais un seul et même Dieu qui vous a créés et qui vous a uni dans le mariage. C’est comme si Dieu disait : « Je suis un seul Dieu, et c’est pourquoi je vous impose un seul sceau, un seul signe ; mon empreinte fait de vous les miens et en même temps, vous fait un. »
Et puis le prophète continue : « Et que souhaite ce seul être ? N’est-ce pas d’avoir des enfants accordés par Dieu ? Prenez-donc garde à vous-mêmes et ne trahissez pas la femme épousée dans votre jeunesse » (Mal. 2 :15). Nous savons que Dieu a insufflé à Adam le souffle de vie (Genèse 2 :7). Mais quand il l’a fait, il a retenu une partie de son souffle, un reste de son esprit, afin qu’il puisse être insufflé dans la femme, afin qu’elle aussi devienne une âme vivante (Genèse 2 :7). Et ainsi Dieu dit au mari : « Vous voyez ? Je vous ai donné un peu de mon souffle, et une partie de votre souffle à votre femme. Mais mon esprit est un, et maintenant vous et elle vous êtes une seule personne. » Et tout cela n’est qu’un avant-goût, un prélude à l’unité de l’humanité tout entière dans le corps de l’Église.
Le prophète poursuit : « Qu’est-ce que Dieu cherche si ce n’est une progéniture divine ? » (Mal 2.15). Ceux qui se marient doivent avoir des enfants. Certainement, pour que les enfants puissent également se rendre au paradis, où Dieu a inscrit leurs noms dans le livre de la vie. Mais ce n’est pas simplement une question de reproduction biologique. Dieu veut que vous sentiez la vie qu’Il donne, une présence productive dans votre union, afin que votre union et votre foyer soient remplis de vie.
Par conséquent, gardez votre esprit et n’abandonnez pas la femme de votre jeunesse (Mal 2 :15). N’abandonne pas ta femme. Le mariage est indissoluble. Pourquoi ? Pour la même raison que Dieu et l’Église sont indissolubles. Si l’Église pouvait être divisée et transformée en plusieurs églises, si Dieu pouvait être divisé et divisé en parties, il serait alors possible que le mariage soit rompu, puisque mari et femme sont ensemble l’Eglise. Voilà comment Dieu a élevé l’état du mariage : c’est le mystère du Christ et de son Eglise (Eph 5.32).
C’est au paradis qu’Adam a appris à vivre en communauté et c’est pourquoi toutes les formes de vie en communauté se tournent vers le paradis comme lieu d’origine. L’archétype de la société est apparu pour la première fois au paradis et c’était en soi une révélation à l’homme de la forme du royaume éternel de Dieu.
Mais il ne peut y avoir de vraie communauté sans une offrande volontaire de sa liberté à Dieu. La coexistence d’individus isolés, chacun attaché à la poursuite de ses propres intérêts et désirs personnels, peut éventuellement être qualifiée de société, mais on ne peut pas parler de communauté. Dieu m’a donné le cadeau de ma liberté pour aucune autre raison que celle de la lui rendre. Mais si je cherche au contraire à conserver ma liberté de manière égoïste et individualiste, je deviendrai esclave d’impulsions et de désirs stupides. Mon besoin d’amour et de compagnie est essentiellement un désir ardent de Dieu, et même mon mariage ne m’aidera pas si je n’ai pas l’Église pour épouse. Le mariage est donc, comme le monachisme, un désir d’infini ; ce n’est pas la satisfaction d’une pulsion biologique, mais une orientation de soi vers l’eschaton. Le mariage est un voyage, une ascension vers la perfection du paradis, qui est, comme nous l’avons dit, un lieu dans lequel nous sommes déjà entrés et dans lequel nous continuons à progresser.

C’est pourquoi Salomon dit : « Ta femme est comme une source d’eau pure. Bois à cette source !» (Pr 5 :15). Que veut-il dire par là ? Cela signifie que vous ne devez avoir qu’une seule femme. Vous ne devez pas courir vers d’autres sources, d’autres femmes, où vous n’avez rien à faire. Vous ne devez pas profiter de plaisirs qui ne vous sont pas destinés. Dans le même temps, la monogamie a un sens plus profond : nous sommes l’épouse d’un seul Dieu, et chacun de nous est empêché de boire dans d’autres sources, de chercher à se rafraîchir à des sources étrangères. En d’autres termes, nous ne devons boire que dans les rivières du paradis, dans la coupe de la vie qui nous a été donnée dans l’Église.
Comme le dit le psalmiste, nous avons été épousés pour la beauté de Dieu (cf. Ps 46), qui est l’Eglise, le paradis céleste. Pour elle, nous devons être fidèles et, pour elle, nos yeux ne doivent pas nous égarer et nous ne devons jamais oublier les vœux que nous lui avons faits pour ne jamais tomber. Nous devons être fascinés et absorbés par sa beauté. C’est elle qui nous apporte Dieu et sans elle, nous ne pouvons pas vivre. Lorsque nous avons le puits, nous avons également le mur, ainsi que les fondations ; alors nous avons tout.
Comment un moine vit-il jour et nuit pour Dieu ? Il ne peut le faire que dans la mesure où il vit déjà au paradis. Et c’est là le but de toute vie humaine. Autant que possible, essayons de faire en esprit, dans un sens spirituel, ce que les moines font tous les jours dans leurs monastères. Essayons de sentir que nous sommes séparés du monde. Cela signifie que nous vivons dans le monde mais que nous ne sommes pas du monde (cf. Jean 15.19). Mon salut se fera au monastère. Les vôtres auront lieu chez vous, dans vos lieux de vie quotidien, dans votre vie sociale et à travers votre église. Où que nous soyons, nous boirons de nos propres sources et si nous restons fidèles à l’Église, nos coupes seront remplies des dons du Saint-Esprit.
Le premier paradis et ses premiers occupants sont maintenant partis. Le deuxième paradis, lieu de communion avec Dieu, est l’Église. C’est le paradis spirituel dans lequel habite Christ, le second Adam. Et Christ, s’étant revêtu de ma nature humaine, est entré dans les profondeurs de mon être, de sorte que le paradis est maintenant en nous, car nous sommes remplis de la présence de Dieu. Où que je sois, où que vous soyez, mes chers amis, où que nous soyons et malgré le fait que nous soyons pécheurs, vous trouverez le paradis. Avons-nous alors trouvé le paradis ? Nous l’avons et il est en nous.

Référence:
La voie de l’Esprit. Archimandrite Aimilianos de Simonopetra (2009).