LA LETTRE A DIOGNETE

Cette apologie, adressée sous forme de lettre à un païen de haut rang nommé Diognète, date probablement des années 190-200. Elle fut peut-être rédigée à Alexandrie.

« Les chrétiens ne se distinguent des autres hommes ni par le pays, ni par le langage, ni par les coutumes. Car ils n’habitent pas de villes qui leur soient propres, ils n’emploient pas quelque dialecte extraordinaire, leur genre de vie n’a rien de singulier. Leur doctrine n’a pas été découverte par l’imagination ou par les rêveries d’esprits inquiets; ils ne se font pas, comme tant d’autres, les champions d’une doctrine d’origine humaine.

Continuer la lecture de LA LETTRE A DIOGNETE

Saint Eliane de Homs

 

 

En ces temps où la ville de Homs connaît une actualité tragique, il peut être intéressant de savoir que cette ville possède un saint patron qui s’appelle Saint Eliane.

 

La photo montre l’autel où se trouvent les reliques du saint. Le lieu a été rénové au début des années 1970.

 

Eliane est né dans la ville de Homs à l’époque romaine dans le courant du IIIème siècle. Il appartenait à une famille aisée et son père Kondakius était un notable.
Il a reçu l’enseignement du christianisme par l’intermédiaire de sa nourrice qui s’appelait Matrona. Elle lui a fait faire la connaissance d’un ascète dénommé Hypathios qui vivait dans une grotte dans la région du Hermel près du fleuve de l’Oronte. Devenu jeune homme, il entra dans l’armée à la demande de son père, mais par la suite il quitta l’armée pour étudier la médecine. Il eut une grande notoriété en tant que médecin ; il soignait beaucoup de gens et en même temps il essayait d’amener les gens vers le christianisme. Au cours de la persécution qui eut lieu au cours du règne de Dioclétien en 284 et qui s’abattit sur les chrétiens de la ville de Homs, beaucoup furent arrêtés et parmi eux il y avait Silouane l’évêque de Homs. Et alors qu’on les conduisait vers les bêtes pour être dévorés, Eliane s’approcha des chrétiens arrêtés en les encourageant et en les enjoignant de ne pas craindre la mort. A partir de cet instant, Eliane prêcha ouvertement le christianisme. Les romains l’arrêtèrent aussitôt et il fut emprisonné dans une grotte dans les environs de la ville. Il fut torturé en plantant des clous dans tout son corps. Il refusa jusqu’à la mort de renier le Christ.
Lorsque les persécutions ont diminué en intensité, les chrétiens de la ville ont pris le corps d’Eliane, l’ont enterré dans la ville en construisant une petite chapelle à cet endroit. Par la suite, lorsque le christianisme devint la religion officielle de l’Empire, on bâtit une grande église à cet endroit et qui existe encore de nos jours. Les reliques de Saint Eliane sont conservées dans cette église qui dépend du patriarcat orthodoxe d’Antioche (dont le siège est à  Damas).  Saint Eliane est fêté le 6 février.
Prière dite par Saint Eliane juste avant de mourir :
O Seigneur mon Dieu, Toi suis es la source de la miséricorde et de la tendresse, Toi qui as envoyé Ton fils pour notre salut et délivrer le monde des souffrances éternelles. Toi qui as ouvert les entrailles de Ta miséricorde en accueillant tous ceux qui se tournent vers Toi ; Tu as permis que le chemin de la Vie Eternelle soit parsemé d’épines afin que se révèle la vertu de ceux qui mènent le bon combat et que soit montrée la vraie virilité. Je Te prie de Te pencher dans Ta bienveillance vers le nouveau-né que je suis et que ma jeunesse ne m’empêche de m’attacher de toutes mes forces au ferme espoir qui réside en Toi. Ne permets pas -Toi qui nous aides à faire miséricorde- à la peur de trouver son chemin dans mon cœur. J’ai été heureux de trouver dans ce bon pays un petit troupeau qui T’appartient, mais Tu as permis, selon Ta Sagesse que nous ne comprenons pas, que des loups traversent l’enclos et attaquent le berger. Montre Ta bienveillante miséricorde envers ce troupeau dispersé et rassemble ceux qui se sont éparpillés sous Tes ailes afin que ce troupeau ne soit plus insulté par n’importe quel passant. Illumine les habitants de ce beau pays de la lumière de Ta connaissance afin qu’ils soient conduits dans Ta direction, montre leur un peu de Ta beauté et de Ta bonté afin que Tu deviennes le centre de leurs préoccupations. Car les cœurs des tes serviteurs sont comme des rivières, détourne leurs penchants vers le bien et éloigne-les du mal. Et par Ta main puissante soutiens la faiblesse de ceux qui Te désirent afin qu’ils reposent dans l’abondance de tes bénédictions. Amen.

Source:http://ar.wikipedia.org/wiki/

Sur la parabole du pharisien et du publicain

HOMELIE POUR LE DIMANCHE DU PUBLICAIN ET DU PHARISIEN P. Jean – La Réunion- 5 février 2012

Ce dimanche du publicain et du pharisien marque l’entrée dans le temps du Triode du Carême qui comprend trois dimanches préparatoires suivis du Grand Carême et de la Semaine Sainte.
A partir d’aujourd’hui il y a un chant des matines qui donne la tonalité générale de toute cette période : « Ouvre-moi les portes du repentir, Toi qui donne la vie ».
Le repentir avec l’humilité est un thème qui va nous occuper pendant les soixante-dix jours qui nous conduisent jusqu’à Pâques.

Continuer la lecture de Sur la parabole du pharisien et du publicain

Une histoire de la mission au Congo

UNE HISTOIRE SURVENUE LORS DE LA MISSION DU PERE COSMAS GRIGORIATIS DE BIENHEUREUSE MEMOIRE

Nous nous trouvons dans l’un des villages du Zaïre (le Congo aujourd’hui). La végétation tropicale est abondante tout autour. Les bananiers plus bas sont remplis de fruits, leurs branches sont inclinées et le palmier à côté de la hutte montre fièrement sa force!

Pensif, ressentant un peu d’amertume, un vieil homme Zaïrois se tient en dehors de sa maison (une hutte)  en  train  de mâcher de la canne à sucre.

«Pourquoi le Christ ne me veut pas? » marmonnait-il avec grief. « Alors qu’est-ce que je peux faire  si j’ai deux épouses et une vingtaine d’enfants avec elles? Je veux devenir un chrétien! Je veux être baptisé orthodoxe! Mais le missionnaire, Père Cosmas, dit «non». «Non! Le Christ ne veut pas cela. »

La nuit tombée, autour du feu, il réunit ses deux épouses et tous ses enfants pour une réunion de famille. Il leur a fait part de ses intentions, de son désir sacré, de son souhait d’être baptisé chrétien orthodoxe et de l’obstacle énorme qui l’empêche d’atteindre cet objectif. Il souhaitait certainement  devenir chrétien orthodoxe. Son désir était sincère. Des larmes coulaient sur son visage ridé.

Dans son fort intérieur se déroulait un grand combat, un terrible dilemme, après tout ce qu’il avait vu et entendu de cette vraie religion. D’autre part, il aimait tant ses deux femmes et il était impossible de choisir à laquelle des deux il devait renoncer.

Il se dit en essayant de lutter contre ses larmes: «Laquelle dois-je refuser? Il m’est impossible de décider. » Les enfants se sont rassemblés dans leur coin sans dire un mot et se couchèrent pour dormir, sans avoir mangé selon leur habitude car ils étaient également tristes.

Le vieil homme se retourna toute la nuit sur son lit formé d’herbes. Soudain, son cœur se sentit à l’aise, comme si la tempête s’était arrêtée ou la tornade a commencé à s’atténuer. Il pensait au  refus catégorique du missionnaire, refus basé sur une loi inflexible de l’orthodoxie. Et voilà qu’ensuite à nouveau il pleurait et sanglotait  sans consolation. Pour la première fois ses lèvres inconsciemment, murmurèrent une prière à notre doux Seigneur Jésus, Qui-comme on le verra- s’inclina à côté de lui, écouta ses souhaits et se précipita pour l’aider. Ses épouses étaient éveillées à l’extérieur de la hutte, sous le clair de lune, n’ayant pas  pris la décision importante de savoir laquelle partirait. La plus jeune était penchée sur le palmier, les larmes aux yeux et désespérée. Elle tomba dans un sommeil léger, et comme dans un rêve elle vit  sous une forme brillante le Crucifié, Jésus, qui lui était inconnu jusqu’à ce moment. Et Il lui dit avec douceur et fermeté:

« Apprends dans ta vie que l’amour signifie le sacrifice. C’est pourquoi tu me vois sur la Croix. Etre chrétien et orthodoxe sont une exigence pour crucifier nos passions, nos désirs imparfaits. Le «Je» et le «je veux» doivent se conformer à « il le faut ».  Pars  toi qui l’aime le plus, pars. Je serai à tes côtés. Je bénirai ton chemin. Je te protégerai. Ta récompense pour ce sacrifice sera grand, même si tu ne me connais pas. Toi aussi tu seras également à côté de moi un jour … au Paradis …  »

Zermen (la plus jeune épouse) se réveilla effrayée mais résolue. L’aube approchait. Elle entra dans la hutte, a rapidement essuyé ses larmes et avec ses mains calleuses a doucement réveillé l’homme qui avait été son mari jusque là et qui était à moitié endormi.

«Je pars», dit-elle, « parce qu’il le faut. Je ne peux pas résister à la toute-puissance, que donne le Christ que tu aimes et dont tu veux être le disciple … je quitte pour de bon! Sa volonté sera faite ». Ainsi s’exprima cette âme pure.

Des larmes de joie et de tristesse ont accompagné la séparation. Elle prit ses enfants  partit vers le milieu de la forêt et disparut. Quelle décision forte! Quelle grandeur! Quel cadeau  très cher elle a présenté devant les pieds du Christ sans qu’elle ne comprenne la portée, retenant son cœur dans son départ vers l’inconnu, délaissant la tranquillité de sa maison!

Joyeux, le vieil homme, avec son cœur plus léger, courut vers le missionnaire et lui a annoncé ce qui s’était passé. Après s’être repenti et  confessé, il  accepta le saint baptême, et puis après, il a reçu la sainte communion. Son grand désir était devenu réalité. Spirituellement  né à nouveau, il décida de vivre selon les commandements de Dieu.

Le lendemain du baptême, il effectua également un mariage orthodoxe. Le bonheur et la joie débordaient chez  les gens de ce petit village du Zaïre!

Cependant, les voies du Seigneur nous sont inconnues. Trois jours après son baptême, le Christ a soudainement rappelé l’homme à être près de Lui dans les cieux. Il s’endormit dans le Seigneur. «Heureux sont ceux qui dorment dans le Seigneur …»!

La nouvelle a fait l’effet  d’une bombe à travers le tout village. Il est parti si soudainement … de façon totalement inattendue … incroyable! Il avait un aspect paisible et souriant qui a fait une grande impression sur tout le monde. Les anges ont accueilli avec leurs mains pour la plus grande honte des démons cette  âme toute belle et l’ont conduite au trône de Dieu, pour qu’elle vive éternellement dans le Royaume des Cieux.

Ayant appris  ce qui s’était passé, sa seconde épouse retourna avec ses enfants. Et tous ensemble ils reçurent le baptême et vécurent heureux, en suivant le chemin que notre Christ leur a montré. La Sainte Lumière qui était venue la nuit de la décision éclaira leur hutte pour ne jamais la quitter. Elle devint le phare de leur espérance et de leur salut.

Source :
MAGAZINE: ORTHODOX MISSIONARY PATH OF LOVE
JUILLET-AOUT-SEPTEMBRE 2011, LARISA

http://www.impantokratoros.gr/which-schuld-deny.en.aspx