Quand la mort nous rend visite

https://www.facebook.com/Abbot-Tryphon-1395030584153681/

Quand la mort nous rend visite
Nous, les croyants orthodoxes, nous savons que la mort n’est pas à craindre.
En tant que petit garçon grandissant à Spokane, dans l’État de Washington, nous vivions près d’un des grands cimetières de la ville. Dès les premiers jours, quand on m’a permis de monter à vélo hors de notre voisinage immédiat, je traversais ce cimetière. Le grand mausolée, ainsi que le nombre de chapelles funéraires familiales, étaient fascinants pour moi, et pas du tout effrayants.
L’un de mes premiers souvenirs a été de partager avec un enseignant de l’école du dimanche, dans notre église luthérienne, à quel point j’étais triste qu’une partie de ce cimetière soit envahie par la végétation et négligée. J’ai même désherbé une des tombes, suivant la suggestion de ce professeur, « de faire ma part ». Je n’étais qu’en cinquième année, mais je savais l’importance de garder en vie les souvenirs des membres de notre famille disparus depuis longtemps.
Au moins deux fois par an, j’allais dans d’autres cimetières avec ma grand-mère et passais du temps à entretenir les tombes de ses sœurs et de ses parents, ainsi que d’autres membres décédés de notre famille, que je connaissais tous à travers des photographies et des histoires partagées avec moi par ma grand-mère bien-aimée. La vie de ces membres de la famille, morts depuis longtemps au moment de ma naissance, était vivante pour moi, à travers les yeux de ma grand-mère.
Grand-mère Haraldson était de la vieille école, où, même en tant que fervente baptiste, elle parlait à ses proches comme s’ils étaient là avec elle, soit sur une photo qu’elle embrassait, soit sur la pierre tombale qu’elle nettoyait. Pour elle, les fleurs laissées sur les tombes de ses proches étaient un lien permanent avec des personnes qui lui manquaient encore et qu’elle aimait toujours. Les visites et les fleurs étaient son moyen de leur faire savoir qu’elle les aimait toujours. Elle m’a dit une fois que Jésus leur ferait savoir qu’elle venait leur rendre visite.
Depuis mon enfance, les cimetières sont importants pour moi. Chaque fois que je suis à Spokane, non seulement je passe par la maison dans laquelle j’ai été élevé et la vieille maison de ma grand-mère, mais je continue de visiter ce vieux cimetière. La zone qui était autrefois négligée, est maintenant restaurée et magnifique.
Lorsque j’enseignais à Berkeley, en Californie, je mettais souvent mon déjeuner dans un sac et je conduisais jusqu’à ce vieux cimetière historique d’Oakland, où certaines des personnes les plus célèbres de la baie (de San Francisco) sont enterrées, et mangeais mon déjeuner dans l’endroit le plus paisible que je connaissais. Ce faisant, je suivais une vieille tradition européenne de pique-nique dans les cimetières.
Une nouvelle tendance s’installe dans notre pays, avec la pratique croissante de l’incinération. En abandonnant la tradition chrétienne de l’enterrement et l’adoption de la pratique païenne de la crémation, nous déclarons symboliquement que nous ne croyons plus à la résurrection des morts et au caractère sacré du corps humain, fait à l’image et à la ressemblance de Dieu.
En renonçant à la tradition de visiter les tombes de nos proches, nous nous éloignons davantage, en tant que peuple, de la réalité de la mort. En abandonnant la tradition des parcelles familiales, nous avons perdu une tradition historique qui a maintenu les histoires familiales vivantes et contribué ainsi à la perte de souvenirs familiaux. Les souvenirs de ceux qui nous ont précédés auront finalement été l’une des plus grandes pertes pour nous, en tant que peuple.
Il y a une bonne raison pour laquelle l’Église orthodoxe interdit la crémation de ses morts, et une bonne raison pour laquelle nous, les orthodoxes, enterrons nos morts dans une terre consacrée. À de nombreuses reprises tout au long de l’année, le clergé de notre Église se rend sur les tombes des croyants orthodoxes et offre des prières pour leur âme, dans l’espoir de la résurrection générale. Comme ma grand-mère baptiste, nous savons que nos parents décédés sont réconfortés par nos visites et par les prières que nous offrons en leur nom. Nous, croyants orthodoxes, savons que la mort n’est pas quelque chose à craindre, mais qu’elle est notre entrée dans la vie éternelle.
L’amour en Christ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *