Les Saints Pères : sur la maladie (6)

 

La maladie et le travail de la perfection.

 

Le Père du désert, saint Dorothée de Gaza (VIème siècle), exhorte ses disciples à « prendre la peine de savoir où ils se trouvent : avez-vous quitté votre ville ? Mais (peut-être) que vous êtes encore juste à l’extérieur des portes de votre ville ! Est-ce que vous restez près de la décharge des ordures ? Ou bien vous avez avancé un peu dans votre voyage, ou même beaucoup, ou bien vous êtes encore à mi-chemin, vous avez peut-être parcouru deux milles, puis vous êtes revenus en arrière de deux milles, voire de cinq milles, ou bien vous avez voyagé jusqu’à la Ville Sainte et que vous êtes entrés dans Jérusalem, ou bien vous êtes restés à l’extérieur (de Jérusalem) et que vous ne pouvez pas entrer « (sur la vigilance et la sobriété).

 

La maladie nous aide à voir «où nous sommes» sur le chemin de la vie : «La maladie est une leçon de Dieu et sert à nous aider dans notre progrès si nous Lui rendons grâce» (Sts. Barsanuphe et Jean de Gaza VIème siècle, Philocalie) ; « car la seule règle que nous devons observer est de supporter chaque maladie avec gratitude, car elle nous est envoyée à cause de nos péchés » (Saint Jean Chrysostome, Homélie 38 sur Saint-Jean).

 

Personne ne peut utiliser la maladie comme excuse pour se reposer du travail de la vie spirituelle. « Peut-être que certains pourraient penser que la maladie et la faiblesse corporelle entravent le travail de la perfection, car les œuvres et les accomplissements de ses mains ne peuvent pas continuer. Mais ce n’est pas un obstacle » (saint Ambroise, Jacob et la vie heureuse).

 

Dans la vie du moine Jean, disciple de Saint Nil de la Sora (XVème siècle), on voit comment l’infirmité corporelle n’est pas une raison pour interrompre la lutte pour le salut. Le moine Jean était handicapé ; à cause de cela, il avait été obligé de quitter le monastère de Saint-Cyrille du nouveau lac. Se sentant attristé pour lui-même, il a passé (dans la prière) une veille toute une nuit au cours de l’hiver. « Soudain, il vit un Ancien inconnu vêtu de l’habit monastique sortir de l’autel et lui dire : Eh bien, apparemment, vous ne voulez pas me servir. Si c’est le cas, retournez à Saint-Cyrille ».

« À ces mots, l’Ancien l’a frappé avec sa main droite fortement sur l’épaule. Notant que l’Ancien ressemblait exactement à St. Nil comme il est représenté sur l’icône, Jean fut rempli d’une grande joie, tout son chagrin ayant disparu, et il résolut fermement de passer le reste de sa vie dans la skite du Saint (La Thébaïde du Nord). (Un skite est un ermitage, dans lequel un groupe d’ermites vit en retrait sous l’autorité d’un monastère principal).

 

Même si nous sommes alités, nous devons continuer la lutte contre les passions en produisant des fruits dignes de repentir. Ce travail de perfection exige de nous d’acquérir la patience et la longanimité. Quelle meilleure façon de réaliser cela que lorsque nous sommes sur le lit d’infirmité ? St. Tikhon de Zadonsk (XVIIIème siècle) dit que, dans la souffrance, nous pouvons savoir si notre foi est vivante ou simplement «théorique». Le test de la vraie foi est la patience au milieu des souffrances, car «la patience est l’armoirie du chrétien». « En quoi consiste de suivre le Christ ? » demande-t-il. Suivre le Christ c’est «endurer tout, en regardant le Christ qui a souffert. Beaucoup souhaitent être glorifiés avec le Christ, mais peu cherchent à rester avec le Christ souffrant. Pourtant, non seulement par la tribulation, mais c’est même avec beaucoup de tribulations, que l’on entre dans le Royaume de Dieu.  »

 

Pour ceux qui supposent qu’ils ne peuvent progresser dans la vie spirituelle que lorsque tout est « bien », saint Jean-Cassien (Vème siècle) répond : « Vous ne devriez pas penser que vous pouvez trouver la vertu seulement quand vous n’êtes pas contrariés, car il n’est pas en votre pouvoir d’éviter que les problèmes ne se produisent. Plutôt, vous devriez chercher la patience en raison de votre humilité et de votre souffrance, car la patience dépend de votre propre volonté »(Conférences). Vers la fin de sa vie, Saint Séraphim de Sarov (XIXème siècle) souffrait d’ulcères ouverts sur ses jambes. «Pourtant, comme sa biographie nous l’apprend, « en apparence il était toujours brillant et joyeux, car, en esprit, il ressentait la paix et la joie célestes qui sont les richesses de l’héritage glorieux des saints ».

 

« Vous êtes frappés par telle maladie », disent les saints Pères, « afin que vous ne vous éloignez pas de Dieu. Si vous pouvez supporter et remercier Dieu, cette maladie vous sera considérée comme une œuvre spirituelle » (Sts Barsanuphe et Jean, Philocalie). L’évêque Théophane le Reclus (XIXème siècle) explique : «Endurant les choses désagréables joyeusement, vous approchez un peu des martyrs. Mais si vous vous plaignez, non seulement vous perdrez votre partage avec les martyrs, mais vous serez de plus à plaindre. Soyez donc joyeux !

Afin de ne pas perdre le cœur quand nous tombons malade, nous devons penser et mentalement « embrasser les souffrances de notre Sauveur comme si nous étions avec Lui pendant qu’il souffre d’abus, de blessures, d’humiliations … la honte, la douleur des clous, le coup avec la lance, le flux d’eau et de sang. De là, nous recevrons une consolation dans notre maladie. Notre Seigneur ne laissera pas ces efforts aller sans récompense « (St. Tikhon de Zadonsk).

La patience que nous pouvons apprendre sur un lit de maladie ne peut être trop soulignée. L’Ancien Macaire d’Optina (XIXème siècle) a écrit à une personne qui était malade : «J’ai été très heureux d’entendre d’une personne qui vous est proche combien courageusement vous avez porté le cruel fléau de votre lourde maladie. En vérité, alors que l’homme selon la chair périt, l’homme spirituel se renouvelle.

 

Et à un autre, il écrit : «Loué soit le Seigneur que vous acceptez votre maladie avec douceur ! Supporter la maladie avec patience et gratitude est très apprécié par Celui qui récompense souvent les personnes souffrantes de ses dons impérissables.

 

« Considérez ces mots : Bien que notre homme extérieur périsse, pourtant l’homme intérieur est renouvelé ».

 

Saint Ambroise de Milan a comparé un corps infirme à un instrument de musique cassé. Il a expliqué comment le «musicien» peut encore produire de la «musique» agréable à Dieu sans son instrument :

 

« Si un homme habitué à chanter en accompagnement d’une harpe trouve la harpe brisée, et ses cordes défaites … il la met de côté et au lieu de l’utiliser, il se réjouit de sa propre voix. «De la même manière, un homme malade permet à la harpe de son corps de se trouver hors d’usage. Il trouve du plaisir et réconfort dans son cœur en sachant que sa conscience est claire. Il se soutient avec les paroles de Dieu et les écrits prophétiques et, en les considérant comme doux et agréables à son âme, il les embrasse avec son esprit. Il ne peut rien lui arriver parce que la présence gracieuse de Dieu lui fait plaisir … Il est rempli de tranquillité spirituelle » (Jacob et la vie heureuse).

 

Souvent, la «musique» spirituelle la plus douce parmi toutes est produite dans l’anonymat, par des saints inconnus ou presque inconnus. Mais de telles « mélodies » sacrées sont d’autant plus douces qu’elles sont entendues par Dieu seul. Un tel malade contemporain qui a vécu une vie semblable à un ange malgré une maladie avancée et terrible était la sainte nouvelle martyre russe, Mère Maria de Gatchina. (XXème siècle). Son histoire n’est connue que parce qu’il a plu à Dieu que providentiellement un de ses visiteurs, le professeur I. M. Andreyev, enregistre ses souvenirs.

 

Mère Maria a souffert d’une encéphalite (inflammation du cerveau) et de la maladie de Parkinson. « Tout son corps devenait comme enchaîné et immobile, son visage était anémique et semblable à un masque, elle pouvait parler, mais elle parlait avec une bouche à moitié fermée, à travers ses dents, prononçant lentement de façon monotone. Elle était totalement invalide et avait toujours besoin d’aide et de soin. Habituellement, cette maladie s’accompagne de brusques changements psychologiques, de sorte que les patients atteints finissent souvent dans les hôpitaux psychiatriques. Mais Mère Maria, qui était une invalide physique totale, non seulement n’a pas dégénéré psychiquement, mais a révélé des qualités complètement extraordinaires de sa personnalité qui ne sont pas caractéristiques de ceux atteints par cette maladie : elle devenait extrêmement douce, humble, soumise, peu exigeante, concentrée en elle-même, elle devenait absorbée par une prière constante, portant son état difficile sans le moindre murmure.

 

« Comme récompense pour cette humilité et cette patience, le Seigneur lui a envoyé un don : celui de la consolation de la souffrance. Des gens complètement étrangers et inconnus, souffrant, de douleurs, de dépression et de découragement, ont commencé à la visiter et à discuter avec elle. Et tous ceux qui sont venus ont été consolés ressentant une illumination au milieu de leur chagrin, une pacification de leur douleur, un apaisement de leurs peurs, la guérison de la dépression et du découragement « (The Orthodox Word, vol. 13, n ° 3).

 

« Ainsi, Dieu a agi comme un Père providentiel et non comme un ravisseur, il nous a impliqué au commencement dans des choses pénibles, nous donnant à la tribulation en quelque sorte comme à des maîtres d’école. Etant alors châtiés et attristés par ces choses, et que par la suite ayant fait preuve de patience et de compréhension, toute cela étant une discipline correcte, nous devenions héritiers du Royaume des Cieux « (Saint Jean Chrysostome, Homélie 18, Sur les Statues).

 

Prière de notre saint Père saint Ambroise, évêque de Milan

 

Saint Ambroise attribua cette prière à l’apôtre Matthieu, à l’occasion de la conversion de l’apôtre.

 

Je suis seul, Seigneur Jésus, O Toi qui guérit mes blessures. Qui me séparera de l’amour de Dieu, qui est en Toi ! La tribulation, la détresse, la faim ? Je suis tenu solidement comme par des clous et je suis attaché par les liens de la charité. Tranche, Seigneur Jésus, avec Ton épée puissante, la corruption de mes péchés. Assure-moi dans les liens de ton amour ; coupe ce qui est corrompu en moi. Viens vite pour mettre fin à mes nombreuses afflictions cachées ou secrètes. Soigne ma blessure de peur que l’humeur maléfique ne se propage. Par le moyen de la purification, nettoie en moi tout ce qui est souillé. Écoutez-moi, hommes attachés à la terre, qui dans vos péchés produisent des pensées insensées : j’ai trouvé un médecin. Il habite dans le ciel et donne sa guérison à ceux de ce monde terrestre. Lui seul peut guérir mes douleurs, et personne d’autre. Lui seul sait ce qui est caché, Lui seul peut enlever la douleur de mon cœur et la peur de mon âme – Jésus-Christ. Le Christ est la grâce, Le Christ est la vie, Le Christ est la Résurrection ! Amen.

FIN

Source ; http://fatheralexander.org/booklets/english/fathers_illness.htm