Sur l’aspect vivifiant de la Sainte Communion

Cette histoire d’aide miraculeuse du sacrement de la Sainte Communion m’a été racontée par une femme croyante qui était directement impliquée dans le sauvetage d’un bébé. « Ma sœur cadette a eu une première grossesse très compliquée, qui s’est soldée par la naissance de son bébé au huitième mois, et le nouveau-né a à peine été sauvé. Il est né pesant 1,6 kg  et il a été placé dans un incubateur. Cela s’est produit à la fin du siècle dernier, et il n’y avait pas de bonnes conditions pour les bébés prématurés à l’époque. L’anarchie régnait partout (en Géorgie), et les maternités ne faisaient pas exception. Pour chaque jour de séjour du nourrisson à l’hôpital, ils exigeaient beaucoup d’argent, ce que ma sœur n’avait tout simplement pas. « Le bébé est né très faible avec des problèmes de santé. Nous avons décidé d’inviter un prêtre pour baptiser le nouveau-né directement à l’hôpital, mais les médecins ne l’ont pas laissé entrer. Enfin, nous avons réussi à persuader le médecin de garde d’autoriser le prêtre à voir l’enfant. Il baptisa le bébé, qui fut nommé Savva (Sabbas) en l’honneur du vénérable Savva de Storozhev. «Mais l’enfant faiblissait. Il ne prenait pas de poids, était très faible et réagissait à peine à quoi que ce soit. Les médecins ont détourné les yeux lorsque nous les avons interrogés sur son état. Il était clair qu’ils n’espéraient pas qu’il survivrait. « Nous voulions inviter à nouveau un prêtre, pour donner la sainte communion à l’enfant et compter pleinement sur Dieu. Mais c’était hors de question, il nous avait fallu beaucoup d’efforts pour convaincre le personnel de l’hôpital de nous permettre de faire baptiser le bébé. Puis, croyant fermement au pouvoir vivifiant de la Sainte Communion, je résolus de faire un pas désespéré : après avoir enveloppé l’enfant dans un foulard (il était très petit), je l’ai « volé » de l’hôpital et je l’ai pris à l’église. La liturgie était en cours. Les paroissiens qui me connaissaient ont commencé à me demander de qui il s’agissait. Je leur ai tout dit, et bientôt toute l’église a prié pour le bébé. Le nouveau-né a reçu le Saint Corps et le Saint Sang du Christ, et je suis retourné à l’hôpital sain et sauf. Ils n’avaient même pas remarqué l’absence du bébé, car à cette époque, les nouveau-nés à l’hôpital étaient généralement négligés. Le lendemain, la couleur de la peau du bébé a commencé à revenir à la normale (avant, elle était bleuâtre), et le bébé a commencé à prendre du poids et à revivre sous nos propres yeux. « Notre Savva a survécu ! « Aujourd’hui, il est déjà adulte ; il connaît l’histoire de sa naissance, et qui lui a sauvé la vie ! » Notre famille connaît également le pouvoir vivifiant des Saints Mystères du Christ. J’ai écrit sur la façon dont ce sacrement a sauvé ma belle-mère nouveau-née de la mort lorsqu’elle est tombée gravement malade. Voyant que la petite fille empirait et qu’il n’y avait aucune aide des médecins, sa mère (une femme pieuse qui allait à l’église à l’époque soviétique) a amené l’enfant mourant au saint calice. Ayant reçu la communion, la jeune fille s’est rapidement rétablie. Et dès lors, ma belle-mère n’a souffert d’aucune maladie toute sa vie, presque jusqu’à sa mort. Le pouvoir de la Sainte Communion a un effet bénéfique sur les nourrissons en particulier, et dans ma vie j’en ai vu la preuve à plusieurs reprises. Lorsque mon fils (qui communie régulièrement depuis l’âge de trois mois) était un nourrisson, après la Sainte-Cène il dormait jusqu’à l’heure du déjeuner sans se réveiller ni demander à manger, et il était très calme. En vérité, les Saints Mystères du Christ le nourrissaient mieux que n’importe quelle nourriture ! Ce sacrement aide également les personnes dans des situations désespérées. La mère d’un de mes amis est tombée gravement malade. Les médecins ont détecté un caillot de sang dans son cœur. Mon amie et ses quatre sœurs sont allées à l’église, ont prié pour leur mère et ont décidé d’inviter un prêtre pour lui donner la communion. Leur mère a reçu la communion directement dans la salle d’hôpital. Deux semaines plus tard, un deuxième test a révélé qu’elle n’avait pas de caillot de sang ! En effet, le Saint-Esprit à travers les Saints Mystères du Christ réalise l’impossible !  Les chrétiens ont ce feu céleste pour nourriture. C’est leur délice. Il nettoie, purifie et sanctifie leur cœur. Cela les amène à croître. C’est leur air et leur vie. » Ces paroles de S. Macaire le Grand caractérisent de la meilleure façon possible le sacrement de la Sainte Communion et son effet sur les gens.

 Irina Krikhéli Traduit par Dmitry Lapa Pravoslavie.ru 18/10/2021  La source de la citation : https://pravoslavie.ru/77995.html

 

Une loi spirituelle

« Nous devons toujours être prêts à ce que notre bien soit répondu par le mal. Selon la loi spirituelle, comme le jour suit la nuit, le bien est toujours suivi du mal. Les Saints Pères disent figurativement que nous recevons très souvent « la bile pour la manne ». Cela vient du Seigneur. C’est un test de notre foi, de notre volonté de vivre selon les commandements de Dieu et de faire courageusement (malgré tout !) le bien. »
St Ignace Brianchaninov

 

A propos de Dieu

Un certain Américain rendit un jour visite à Saint Porphyrios de Kafsokalivia et lui dit qu’il était arrivé à la conclusion que Dieu n’existait pas…
Saint Porphyre a répondu non pas par des arguments logiques, mais par une déclaration divinement inspirée :
« Vous avez récemment acheté une parcelle de terrain en Californie. Lorsque vous retournez dans votre pays, allez du côté est de la parcelle – là où se trouve la source – et creusez un trou d’environ un mètre et demi de profondeur. Vous y trouverez de nombreuses pièces d’or espagnoles d’une telle époque et une amphore ! Rentrez chez vous et faites ce que je vous dis, puis revenez et nous continuerons notre conversation sur l’existence de Dieu… ».
L’Américain n’a pas cru les paroles de l’ancien. Mais lorsqu’il est rentré chez lui, une intense curiosité l’a envahi : et si c’était vrai ? Il s’est rendu sur sa propriété et a commencé à creuser à l’endroit dont l’ancien lui avait parlé. En effet, il a déterré une amphore antique contenant exactement le nombre de pièces que Saint Porphyre lui avait indiqué. Et même la date estampillée sur les pièces était la même ! L’Américain était stupéfait !
L’été suivant, il est retourné voir Saint Porphyre et lui a tout raconté. L’ancien l’a écouté attentivement et lui a répondu avec un sourire bienveillant : « Enfant, si tu ne sais même pas ce qu’il y a dans ta propre parcelle, comment peux-tu raisonner sur ce qu’il y a dans le Ciel ? !!! ».
Source  :   https://www.facebook.com/monsainteelisabeth

Bulletin du mois de novembre 2021 de l’Eglise Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration
Numéro
70, novembre 2021
Après la naissance de la Vierge Marie et son sevrage, Joachim et
Anne, les saints ancêtres de Dieu, se sont hâtés daccomplir leur
promesse de la dédier à Dieu. Cest ainsi que lorsque la TouteSainte
Marie a atteint lâge de trois ans, ils lont amenée au Temple de Dieu
à Jérusalem et lont mise entre les mains du Souverain Sacrificateur. Il
la ensuite conduite dans le Saint des Saints où elle est restée pendant
neuf années entières.

(Note : lEntrée dans le Temple est célébrée dans lÉglise Orthodoxe le 21 novembre. Ce récit nous est transmis dans le Protévangile de Jacques. Ce livre appartient aux évangiles dits apocryphes, mais lÉglise considère que certaines parties de celui
cisont historiquement exactes, en particulier, la partie incluse dans le Synaxaire de la fête de lentrée de la Très Sainte Mère de Dieu dans le Temple.)

« Même à cet âge tendre […] [la Théotokos] comprit … ce qui lui arri-
vait, indiquant ainsi que plutôt que dêtre conduite par dautres au
Saint des Saints, elle est venue à Dieu par ellemême volontairement,
de son plein gré. Cétait comme sil était naturel pour elle de senvol-
er vers Lui par amour saint et divin, croyant quentrer et habiter dans
le Saint des Saints était quelque chose de désirable et sachant que
cela lui convenait. Selon la pratique juive, seul le Souverain Sacrifica-
teur était autorisé à entrer dans le Saint des Saints une fois par an,
mais il était persuadé par révélation divine de permettre à la Toute
Sainte Vierge dentrer également dans le Saint des Saints, qui était
une préfiguration dellemême. Ainsi, celle qui est éternellement le
Saint des Saints est entrée dans le Saint des Saints temporel.

(Note : Saint Grégoire Palamas, Homélie 52, 12 et 53, 43, Chrestou 6, pp. 5489
et 572.)

Saint Grégoire Palamas nous a révélé, par lillumination divine, la vie
merveilleuse que la Théotokos a vécue làbas. Son œuvre était la
contemplation incessante de Dieu. Servie par des anges, sa vie était
celle dun ange. Elle a ouvert par sa prière incessante un nouveau
chemin vers le ciel, que saint Grégoire appelle le « silence de lintel-
lect ». Toute son existence a été dédiée à Dieu. Par son mode de vie
totalement saint, « elle na pas simplement ressemblé à Dieu, mais
elle a aussi fait de Dieu la ressemblance de lhomme !

(Note : Homélie 53, 5961, Chrestou 6, pp. 5823.)

En accord avec le plan de la providence divine, quand la TouteSainte
Vierge atteignit lâge de douze ans, le sage Joseph « reçut de
Zacharie la Vierge immaculée pour sa protection et ses soins, afin de

servir le grand mystère [de lIncarnation du Christ] qui devait être accompli par elle ». LAnnonciation de lArchange Gabriel pour quelle donne naissance au Fils de Dieu a suivi, après que Joseph ait pris soin de la Vierge.

(Note : St Maximus the Confessor, The Life of the Most Blessed Theoto-
kos [en grec] (Makri dAlexandroupolis : Holy Monastery of Theotokos, 2010), pp.
425.)


Tiré de: Hieromonk Gregorios, The Orthodox Faith,

Worship, and Life, pages 6162

Divine Liturgie
Samedi 6 novembre à 10 h. : commémoration des défunts

Dimanche 7 novembre : guérison de la fille de Jaïrus

Epitre : Gal.1/1119 ; Evangile : Luc 8/4156

Dimanche 14 : Apôtre Philipe

Epitre : I Cor 4/916 ; Evangile ; Luc 10/2537

Lundi 15: début du Carême de Noël

Dimanche 21: Entrée de la très sainte Mère de Dieu au Temple

Epitre : Héb. 9/17 ; Evangile : Luc 10/3842 ; 11/2728

Dimanche 28 : le jeune homme riche

Epitre : Eph.2/410 ; évangile : Luc 18/1827
Eglise orthodoxe de la
Sainte Transfiguration

GrandeRivi
ère NO
Ile Maurice

(derrière le garage Bala)

Divine Liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Site WEB:

http://orthodoxchurchmauritius.org









Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53

Email: p.athanasios@myt.mu


Père Ian, tel.: 52 57 90 53

Email: fr.ian@antiochian.org.
nz