Bulletin du mois de Juin 2021 de l’Eglise Orthodoxe à l’Ile Maurice

pentecoteParoisse orthodoxe de la sainte Transfiguration Numéro 65, Juin 2021

Pentecôte (en grec Pentikosti) signifie cinquantième jour. C’est le jour de la Pentecôte que le SaintEsprit est descendu sur les Apôtres sous forme de langues de feu, cinquante jours après la Résurrection du Christ. Souvenonsnous du récit de la Pentecôte raconté dans les Actes des Apôtres, au chapitre 2. Alors que les Apôtres se trouvaient tous réunis en un même lieu, un vent violent entra dans la maison et le SaintEsprit s’empara de chacun d’eux, leur donnant le pouvoir de parler toutes les langues et d’être compris par tous les hommes.

L’icône de la Pentecôte

Comparons ce récit à l’icône que nous vénérons en cette fête, les douze Apôtres recevant les langues de feu. Nous trouvons une grande différence entre le texte des Actes et l’icône. Dans le récit, l’événement de la Pentecôte se fit avec un grand tumulte, ce fut un profond bouleversement. Alors que sur l’icône, nous voyons les apôtres sur deux rangées, siégeant dans un calme hiératique, comme pour juger les douze tribus d’Israël, selon la parole du Christ (Matthieu 19, 28). Ils ne sont que douze sur l’image, alors qu’il nous est précisé dans le texte que de nombreux frères étaient réunis, environ cent vingt personnes et quelques femmes dont Marie, Mère de Jésus. Le calme des apôtres contraste totalement avec la description qui parle d’une agitation si forte qu’elle fut prise pour de l’ivresse. Les douze apôtres que nous voyons sur l’icône forment le collège apostolique.    Le collège apostolique, c’est le fondement de l’Église, douze colonnes sur lesquelles repose l’édifice, bâti sur la pierre angulaire, c’est à dire le Christ. L’icône de la Pentecôte n’est pas l’illustration d’un événement historique, mais elle est le symbole de l’Église.La présence du SaintEsprit est indiquée par les flammes qui viennent du ciel et reposent sur chaque apôtre. Alors que l’absence du Christ, absence nécessaire pour que vienne l’Esprit (Jean 16, 7), est indiquée par une place vide. En effet, on remarque que l’arc de cercle ne se referme pas en haut du fer à cheval que forment les apôtres, laissant un espace libre. C’est la place du Christ attendu pour le Second Avènement.Ce que les apôtres ont reçu le jour de la Pentecôte ne s’arrête pas au cercle apostolique, le SaintEsprit est destiné à tous les peuples. Ce personnage couronné représente le Cosmos, l’univers dans son ensemble. La descente du SaintEsprit sur les apôtres est un événement cosmique, la création tout entière sera pénétrée des rayons lumineux, les Énergies divines que Dieu communique. Le linge étendu signifie l’attente du monde, prêt à recevoir les dons de l’Esprit. C’est de l’Église, centre du monde, que part le feu qui va embraser l’univers. Le Christ et l’Esprit sont envoyés du ciel par le Père pour transfigurer la terre.Le roi couronné, tenant le linge, représente les nations réunies, prêtes à recevoir l’enseignement chrétien. Les langues de la Pentecôte font naître la compréhension entre les membres de l’Église, même s’ils sont de race, de pays et d’époques différents. Car tous partagent la « Bonne Nouvelle » du Christ ressuscité, « Bonne Nouvelle » annoncée et transmise de siècle en siècle, à partir des apôtres jusqu’à nos jours.L’aspect calme et ordonné des apôtres, formant un cercle harmonieux, représente la Communion des saints faisant de l’Église un seul corps, le Corps du Christ animé par l’Esprit Saint. Que deux ou trois soient réunis en mon Nom, je suis là au milieu d’eux (Matthieu 18, 20). Dans l’Esprit Saint, les apôtres sont unis, mais ne se confondent pas, car chacun garde son identité, sa diversité. Ils sont l’image de Dieu, TrinitéUnité : les trois Personnes divines toujours unies et jamais confondues. De même les apôtres sont unis, mais ils ne sont pas uniformes. Le miracle des langues reçues par chaque apôtre personnellement, chacun parlant une langue différente, c’est le miracle de l’accord parfait dans la variété. C’est comme un orchestre jouant une symphonie: les instruments les plus divers s’accordent entre eux pour ne former qu’un seul son.De cette vision des douze apôtres unis dans l’Esprit Saint par le feu de la Pentecôte découle toute l’histoire de l’Église avec ses conciles, proclamant toujours et partout la même foi catholique et apostolique. L’union des apôtres avec le SaintEsprit se perpétue dans toute l’Église, en commençant par les évêques, successeurs des apôtres. Cette concorde permet aux Pères de l’Église de dire, à chaque concile, la formule prononcée par les apôtres à Jérusalem : II a plu au SaintEsprit et à nous (Actes des Apôtres 15, 28).

Daprès Catéchèse orthodoxe, les fêtes de la vie de JésusChrist,2. La résurrection, éd. Cerf, pages 223234

Divine Liturgie
Confinement: église fermée.
Dimanche 6 juin: laveugle né Epitre: Actes 16/1634 Evangile: Jean 9/138
Jeudi 10:Ascension de notre Seigneur JésusChrist Epitre: Actes 19/18 Evangile: Jean 14/111
Dimanche 13:les Pères du premier Concile œcuménique Epitre: Actes 20/1618 Evangile: Jean 17/113
Dimanche 20: Pentecôte Epitre: Actes 2/111 Evangile: Jean 7/3752, 8/12
Dimanche 27:tous les saints Epitre: Héb. 11/3312/2 Evangile: Mat. 10/3233, 3738; 19/27-30
Eglise orthodoxe de la Sainte Transfiguration GrandeRivière NO Ile Maurice(derrière le garage Bala)
Divine Liturgie Chaque dimanche à 9h30
Site WEB:http://orthodoxchurchmauritius.org
Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53Email: p.athanasios@myt.mu
Père Ian, tel.: 52 57 90 53Email: fr.ian@antiochian.org.nz

L’Être… quel mystère merveilleux.!.. Saint Sophrony l’Athonite.

La prière, assurément, restaure en nous le souffle divin que «Dieu insuffla dans les narines d’Adam», si bien qu’«Adam devint une âme vivante» (voir Gn 2, 7). Régénéré par la prière, notre esprit commence à s’émerveiller devant le grand mystère de l’Être. Tel un torrent impétueux, un enthousiasme d’un genre particulier submerge notre intellect : «L’Être… quel mystère merveilleux! Comment est-il possible ?… Admirable est notre Dieu et admirable sa création.»

Nous expérimentons le sens des paroles du Christ: « Moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en surabondance » (Jn 10, 10). En surabondance! Oui, en vérité, il en est ainsi. Cette vie est paradoxale, comme l’est tout l’enseignement du Seigneur : « Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fût allumé » (Lc 12, 49). À nous tous, descendants d’Adam, il nous est indispensable de passer à travers cette flamme céleste pour qu’elle consume les racines de nos passions mortifères, faute de quoi nous ne verrons pas ce feu se transformer en lumière d’une vie nouvelle.

En effet, dans notre état de chute, la brûlure précède l’illumination, et non l’inverse. Ainsi donc, bénissons le Seigneur aussi pour l’action consumante de son amour. Il y a encore beaucoup de choses que nous ne connaissons pas. Cependant, nous savons maintenant, fut-ce partiellement (voir 1 Co 13, 9), qu’il n’y a pas d’autre voie pour devenir « des fils de la résurrection » (Lc 20, 36), des fils de Dieu, pour régner avec l’Unique-engendré. Aussi douloureux soit le processus de notre re-création, quels que soient les tourments et parfois les agonies que Dieu nous fait traverser, tout, à la fin, sera béni.

Si l’assimilation de la connaissance scientifique exige un labeur assidu durant de longues années, l’effort pour acquérir la prière est incomparablement plus ardu. Lorsque l’Évangile et les épîtres deviennent notre réalité quotidienne, nous commençons à voir clairement à quel point nos conceptions antérieures de Dieu et de la vie en Lui étaient naïves. Mystérieuse est la sagesse de la révélation qui nous a été faite. Celle-ci dépasse de loin l’imagination de l’homme: «Ce que l’oeil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas monté au coeur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment » (1 Co 2, 9). La moindre touche de l’Esprit divin est une gloire qu’on ne saurait comparer au contenu d’une vie sans Dieu. La prière authentique qui nous unit au Très-Haut, n’est rien d’autre que la lumière et la force du ciel descendant sur nous. Dans son essence, elle transcende notre plan d’existence; elle n’a pas de source d’énergie dans ce monde. Si je me nourris bien pour que mon corps soit vigoureux, ma chair se révolte et ses exigences croissent: elle en a assez de prier. Si je mortifie ma chair par un jeûne rigoureux, cette douloureuse abstinence crée pour un certain temps un terrain favorable à la prière, mais ensuite mon corps s’épuise et refuse de suivre l’esprit. Si je fréquente des personnes de valeur, je peux éprouver une satisfaction intérieure, faire parfois une nouvelle expérience dans le domaine psychologique ou intellectuel, mais j’en reçois très rarement une impulsion pour la prière profonde. Si, sur le plan intellectuel, je suis doué pour le travail scientifique ou la création artistique, mon succès me servira de prétexte à la vanité ; et je serai alors dans l’impossibilité de trouver mon coeur profond, lieu de la prière spirituelle. Si je suis riche et que je cherche à tirer parti du pouvoir lié à la richesse, ou à réaliser certaines de mes idées, ou encore à satisfaire mes désirs esthétiques et culturels, mon âme ne montera pas vers Dieu tel que nous l’avons connu par le Christ. Si je me retire au désert après avoir renoncé à mes biens, toutes les énergies cosmiques se ligueront pour paralyser ma prière. Et ainsi de suite, sans fin…

Admirable est notre Dieu
et admirable Sa création.!..

La véritable prière adressée au Dieu véritable est une communion avec l’Esprit divin qui prie en nous; c’est Lui qui nous donne de connaître Dieu; c’est Lui qui élève notre esprit à l’état de contemplation de l’éternité. En tant que grâce venue d’en haut, l’acte de prier transcende notre nature terrestre. C’est pourquoi notre corps corruptible, incapable de s’élever dans la sphère spirituelle, lui résiste. Incapable de contenir l’Infini, notre intellect lui résiste aussi ; il est tiraillé par des doutes et rejette tout ce qui dépasse sa compréhension. Le milieu social dans lequel nous vivons s’oppose à la prière, car il organise sa vie en ayant d’autres buts, diamétralement opposés à elle. Les esprits hostiles ne la supportent pas. Mais seule la prière permet au monde créé de renaître de sa chute, car elle triomphe de sa pesanteur et de son inertie par la grande tension de notre esprit pour observer les commandements du Christ.

Le combat pour la prière est ardu, car les états de notre esprit varient. Parfois la prière coule en nous comme une puissante rivière, parfois notre cœur se dessèche. Veillons à ce que toute diminution de la force de prier soit aussi brève que possible. Prier signifie bien souvent exposer à Dieu notre état pitoyable : faiblesse, acédie, doutes, crainte, angoisse, désespoir, en un mot tout ce qui est lié aux conditions de notre existence. Exposer donc notre état, mais sans rechercher des expressions élégantes ou même une suite logique… Souvent, cette manière de s’adresser à Dieu marque le début d’une prière prenant la forme d’un dialogue.

Parfois nous serons portés par les vagues de l’Amour divin que, dans notre naïveté, nous prendrons subjectivement pour notre amour pour Lui. Voici comment cela s’est passé pour moi : je n’osais penser que, dans sa grandeur infinie, le Créateur de l’univers pourrait arrêter son attention sur moi, insignifiant et misérable que je suis. Je disais dans ma prière « Oh ! S’il était possible que tu m’aimes comme je t’aime!… Vois-tu combien mon cœur a soif de toi jour et nuit ? Incline-toi vers moi ; montre-moi ta face ; rends-moi tel que tu veux voir ceux que tu as créés, tel que toi, le Très-Saint, tu puisses m’accueillir et m’aimer… » Je ne savais ce que je disais (voir Le 9, 33). Je n’osais penser que c’était Dieu lui-même qui priait en moi.!..

 

 

Référence :

La Prière, Expérience de l’éternité. Archimandrite Sophrony Sacharov.

Posted by Holy Trinity Family – Douma

D’un point de vue profane c’est illogique

strigay

Eglise Saint Nicolas (Strigay)

« D’un point de vue profane, c’est complètement illogique » Comment et pourquoi un prêtre de Saratov restaure une église détruite dans un village éloigné.

Moins de 800 personnes vivent dans le village de Strigay, situé dans le district de Bazarny-Karabulak de la région de Saratov. Son principal attrait est une église en ruine qui, même après un siècle de désolation, émerveille encore les visiteurs par sa grandeur: sa taille énorme, la beauté de son architecture et la qualité de ses briques et de ses balustrades en fer forgé. Selon des estimations préliminaires, sa restauration coûterait 50 millions de roubles (environ 650 000 dollars), et cette estimation ne couvre pas la peinture, ni l’achat de mobilier et une iconostase. Il est difficile d’imaginer combien de force et de ressources seront nécessaires pour ramener cette église à la vie. Comme le dit le prêtre Dionisy Kamenshchikov – recteur de l’Église du prophète Elias à Saratov -, l’histoire est un bon maître. L’église Saint-Nicolas de Strigay a été construite en 1907 par des paroissiens et le P. Dionisy pense que c’est possible encore aujourd’hui de la restaurer: il a fait participer les paroissiens de sa propre église, située à environ 120km du village, aux travaux de restauration.

 Le Pays de Saint-Nicolas dans «la Suisse de Saratov».
Une fois, j’ai commencé à penser que notre paroisse avait besoin d’une tâche qui unirait tout le monde. Il est devenu clair qu’une option pourrait être de restaurer une église en ruine dans un village. J’ai commencé à chercher et j’ai trouvé une église à Strigay qui m’a immédiatement frappé. Le fait est qu’elle est situé dans le district de Bazarny-Karabulak, une zone que nous appelons la «Suisse de Saratov». Il y a de très beaux endroits avec des forêts de conifères ici – quelque chose de très rare dans la région de Saratov, qui est dominée par les steppes. Ce qui rend cette région si spéciale, c’est qu’elle peut être appelée la «terre de Saint-Nicolas», car neuf églises sur dix dans cette région lui sont dédiées, avec quelques rares dédicaces à l’Archange Michel. Telle était la vénération de Saint-Nicolas le faiseur de miracles dans ce pays! Nous avons fait le premier «essai» avec ma famille. La distance entre notre maison et le village est d’environ 124km dans un sens, le trajet entier est de 249km , donc pas très proche. En arrivant, nous avons vu une immense église: sa superficie est de près de 604 mètres carrés. C’est énorme même pour une ville. Nous y avons effectué un service de prière. Quand j’ai parlé de l’église aux paroissiens, tout le monde s’est enthousiasmé à l’idée de commencer à travailler sur sa restauration. Une fois que nous avons commencé à voyager et à nettoyer la zone de nos propres mains, il est devenu clair que tout le monde en avait vraiment besoin, il nous est devenu possible de travailler pour la gloire de Dieu. Nous avons commencé à travailler l’année dernière. Certains membres de notre groupe de jeunes sont venus ici, ont coupé et enlevé les arbres qui poussaient directement dans l’église. C’était le point de départ. Entre vingt et trente personnes se sont désormais impliquées dans la restauration de l’église. Ce sont principalement nos paroissiens; il y a aussi des constructeurs du village voisin. L’un d’eux a déjà construit une église dans un village voisin, et même s’il est âgé, il a un zèle de jeunesse. Il attend que nous installions l’électricité pour qu’il puisse commencer. Un autre point intéressant; notre église Saint-Elie est nouvelle, elle a été reconstruite sur la place Saint-Elie à Saratov, à côté de l’endroit où se trouvait l’ancienne église Saint-Elie avant sa destruction après la Révolution. Maintenant, il y a des écoles sur ce site, il était donc impossible de la reconstruire sur son site d’origine. La nouvelle église Saint-Elie est quatre ou cinq fois plus petite que celle d’origine, qui avait également un autel dédié à Saint-Nicolas. Maintenant, j’aime plaisanter sur le fait que la Révolution a «explosé» de telle manière qu’un autel latéral a volé à 120km de chez nous. Maintenant, cette église est attachée à la nôtre. Pas par logique, mais par l’appel du cœur. Lorsqu’on me demande pourquoi je fais cela et qui en a besoin, je réponds que j’en ai besoin, mais je ne peux pas l’expliquer logiquement. Objectivement, le village est en train de mourir. Si vous conduisez dans la rue, vous pouvez voir que seulement une maison sur trois est habitée; les résidents jeunes et d’âge moyen sont partis. D’un point de vue séculier, la restauration de cette église est complètement illogique et vouée à l’échec. Même si elle est restaurée, que se passera-t-il si le village se meurt?
Certes, il serait plus facile et moins coûteux de construire une petite église dans la ville, et elle se soutiendrait d’elle-même. En théorie, bien sûr. En pratique, il est beaucoup plus facile de restaurer une église en ruine. Quiconque voit ces magnifiques ruines ne peut rester indifférent et souhaite sincèrement y participer. Nous leur offrons une telle opportunité, par des dons et par nos efforts conjoints. Notre paroisse est située au centre de Saratov et tout va bien avec les églises de notre ville – il y en a beaucoup. Nous reconstruisons l’église du village en nous guidant non pas par la logique, mais par l’appel de notre cœur. Non seulement moi, mais tous nos paroissiens sont impliqués dans ce processus. L’entretien d’une telle église coûte très cher, le chauffage en hiver coûtera plus de 100 000 roubles (1 300 dollars) par mois. C’est une somme énorme, mais si le Seigneur vous donne l’opportunité de ne pas passer devant une église comme celle-ci, mais d’essayer de la faire revivre, eh bien alors essayez et vous devez le faire. Nous avons fait concevoir un projet, calculé le coût de la restauration de son plancher, de ses dômes, de ses portes et de ses fenêtres – cela coûterait environ 25 millions de roubles (32 000 $). Le même montant est nécessaire pour terminer la construction. Il est effrayant de penser à combien d’argent il faudra pour des ustensiles, une iconostase et de la peinture. Nous prévoyons de commencer par la restauration de la maçonnerie. Vous pouvez voir sur les photos que l’église n’a pas de toit. La neige, la pluie et les fluctuations de température affecteront négativement la maçonnerie; la restauration de la maçonnerie est donc une tâche primordiale, et après cela, nous nous chargerons du reste des travaux. Lorsqu’il fait plus chaud, il sera possible de commencer à travailler. Lorsque le Seigneur bénit une personne pour qu’elle participe à la restauration d’un sanctuaire, d’une église ou d’un monastère, il lui montre une grande miséricorde. Si nous regardons les Saintes Écritures, Dieu n’a pas permis au prophète David de construire le Temple – il a été construit par son fils Salomon. Dieu n’a pas béni l’homme qui a écrit le psautier – dont les psaumes sont parmi les éléments les plus importants du culte orthodoxe – pour construire le temple! Le Seigneur lui a dit par l’intermédiaire d’un prophète: « Tu as versé beaucoup de sang – tu ne bâtiras pas le Temple, mais ton fils Salomon le fera. » Nous devons tous garder cela à l’esprit: lorsque Dieu permet à quelqu’un de construire ou de restaurer une église, c’est la plus grande miséricorde, et cela est avant tout nécessaire pour la personne elle-même.
Une nouvelle réalité et des perspectives possibles
Quand je pense à l’avenir de cette église, je vois plusieurs chemins. Le premier est le plus réaliste: y ouvrir un petit couvent, avec l’église comme centre. Mais ce serait une erreur de ma part de parler à l’avance d’une question aussi grave. Je prie à ce sujet et nous voulons le faire si Dieu pourvoit. Si un couvent grandit ici, il y aura des offices, des pèlerins et le village s’épanouira. La deuxième voie est associée aux processus sociaux déclenchés par la pandémie. Les gens ont soudainement découvert qu’il était possible de travailler et de gagner de l’argent en ligne. En même temps, beaucoup disent: «J’irai vivre à la campagne et j’y élèverai des enfants, mais comment pourrais-je subvenir à leurs besoins?» Cependant, les habitants de la ville ne comprennent pas qu’être agriculteur signifie un travail très dur. Le monde a changé au cours de l’année écoulée et de nouvelles opportunités sont apparues. Le processus peut commencer lorsque des jeunes forts, entreprenants et actifs quittent les grandes villes pour les zones rurales. Ils peuvent bien y vivre – il n’y a pas d’embouteillages ni de problèmes de stationnement; l’air est pur et vous pouvez faire pousser des légumes frais dans votre jardin; vous pouvez construire la maison que vous voulez; et les enfants étudieront en ligne. Un autre aspect positif est que ce processus peut contribuer à la croissance démographique. Si vous donnez naissance à un autre enfant dans le village, vous ajoutez simplement une autre pièce. Chaque nuage est entouré  par une lueur d’espoir – la pandémie ouvre une nouvelle réalité pour nous, et pour l’Église aussi. Les églises rurales peuvent être demandées dans ces conditions. Si je ne vis pas pour voir ceci ou si le Seigneur décide autrement, nos paroissiens n’auront pas d’autre choix que de continuer et de terminer ce travail. C’est aussi important parce que les gens veulent qu’on prie pour ces vieilles églises. Avec Dieu, rien n’est impossible. Saint-Nicolas est connu comme le Faiseur de miracles parce qu’il peut faire des choses inexplicables du point de vue de la logique humaine.
L’histoire est un bon maître.
Avant la Révolution, environ 4 000 personnes vivaient dans ce village. L’église a été construite de manière à ce que deux autels latéraux puissent y être ajoutés. Il était possible de démonter la maçonnerie et de l’agrandir. Au tournant du siècle, la population a considérablement augmenté. Ce processus avait commencé sous le règne d’Alexandre III et a donné une impulsion sérieuse à la croissance économique. Les villages de cette époque ont grandi à pas de géant. On nous a dit que nos ancêtres, les villageois, étaient extrêmement pauvres; mais cette nation de «pauvres» a construit de telles églises géantes avec leur propre argent! Puis la Révolution est venue avec toutes ses conséquences. Pourquoi est-il important de connaître l’histoire de votre pays, le lieu où vous vivez et votre paroisse? Et de comprendre la façon dont nos ancêtres vivaient, travaillaient et aimaient leurs églises. En regardant ces ruines glorieuses, cet énorme travail (à une époque où il n’y avait pas de transport, pas de technologie), il est difficile de croire que cette énorme église a été construite avec des dons de gens ordinaires. On peut s’émerveiller de la piété et de l’amour de ces gens pour la maison de Dieu et apprendre d’eux. L’histoire est un bon professeur pour quelqu’un qui veut apprendre. Nos ancêtres ont fait ce qui nous semble inconcevable aujourd’hui. En regardant ces églises détruites, vous commencez à vous demander ce qui a dû arriver aux gens pour que leurs églises soient dans un tel état? Ce n’est pas Dzerzhinsky ou Lénine qui sont venus à l’église et l’ont détruite. Tout cela a été fait par des gens ordinaires. Dans les années 1990, nos villageois ont continué ce «travail» – ils ont essayé de démonter l’église et de retirer les balustrades avec un tracteur, mais n’ont pas réussi. L’histoire apprend beaucoup à ceux qui veulent en tirer des leçons … Comment les gens peuvent-ils prospérer dans un endroit où il y a une église en ruine, où un poulailler est fait de briques d’église? Un tel village peut-il prospérer? Cela n’est pas naturel.
L’ange gardien reste dans l’église jusqu’à la fin des temps
De la tradition de l’Église, nous savons que chaque église a son ange gardien. Même si l’église est détruite, l’ange y reste jusqu’à la fin des temps. Il y a une histoire intéressante à ce sujet dans la vie de saint Joasaph de Belgorod. Une fois lors d’une réunion du clergé de Belgorod et de ses environs, il a vu un prêtre de 130 ans, dont la longévité a suscité son intérêt. Après une conversation avec lui, le saint a appris que l’ancien prêtre avait commis un péché grave et avait besoin de se repentir. Il avait servi dans un village. Un jour de fête, il célébra pour la première fois la première liturgie divine et, craignant d’être puni par son propriétaire foncier, il célébra la dernière (deuxième) liturgie divine pour lui le même jour, ce qui est interdit par les canons. Après la Proskomedia, il entendit une voix lui dire: «Arrête, qu’est-ce que tu fais? Ne le fais pas ou bien tu seras damné. Et sans réfléchir, le prêtre répondit hardiment: «Non, c’est toi qui seras damné!» et il a continué à célébrer la liturgie. En entendant cette histoire, saint Joasaphlui  a dit: «Qu’as-tu fait?! Tu as maudit un ange de Dieu, le gardien de cet endroit. Vous êtes tous les deux liés par la malédiction. C’est la raison de ta longévité. »
Le saint emmena le prêtre à l’endroit où se trouvait autrefois l’église. Là, ils ont célébré la liturgie, et à la fin, saint Joasaph a appelé le prêtre et lui a ordonné de lire « Seigneur, maintenant laisse partir ton serviteur. » Après cela, il a béni le vieux prêtre et a dit: « Je vous pardonne et vous absous de tous vos péchés. » Réconcilié avec Dieu, l’ange et sa conscience, le prêtre, toujours debout dans ses vêtements, s’affaiblit et, tombant devant l’autel où il venait d’offrir le sacrifice, recommanda son esprit à Dieu. Il est important de noter qu’ils sont allés à l’endroit exact où le péché avait été commis. Cette histoire confirme que même si une église est détruite et qu’il y a maintenant un terrain vague là-bas, l’ange gardien y reste pour toujours et protège cet endroit.
Lorsque la liturgie est célébrée à nouveau dans une église ou un monastère ressuscité, même l’environnement change. Je connaissais un prêtre qui servait dans un monastère où, à l’époque soviétique, il y avait une clinique psychiatrique. Il m’a dit à quel point il y avait une atmosphère oppressante – il voulait constamment dormir, il n’avait aucune énergie pour quoi que ce soit. Il se força à célébrer la liturgie aussi souvent que possible, et peu de temps après, tout commença à s’améliorer: les pèlerins commencèrent à arriver et, surtout, l’atmosphère déprimante se dissipa. Je le répète: les gens ne vivront pas heureux s’ils ont une église en ruine près d’eux, couverte de graffitis en langage obscène, avec des chiens vivant dans son autel. Comment pouvez-vous compter sur la bénédiction de Dieu et sur une vie normale lorsque vous traitez votre église comme cela?
Restaurez une église et vous restaurerez les ruines de votre âme.
Comment commencer à reconstruire un sanctuaire détruit? Tout d’abord, demandez à Dieu sa bénédiction dans vos prières. Deuxièmement, vous ne devriez pas commencer ce travail en pensant que vous ferez beaucoup de bien à quelqu’un d’autre – avant tout, vous avez besoin de ce travail pour vous-même. En restaurant une église, vous aller restaurer les ruines de votre âme, qui a été détruite par le péché. Il ne peut y avoir aucune autre motivation. Troisièmement, il est important de passer rapidement des paroles aux actes. Beaucoup regarderont les ruines et se lamenteront: «Si seulement un sponsor apparaissait, quelqu’un viendrait et ferait quelque chose.» Personne ne fera rien pour nous! Et nous ne savons pas comment Dieu décidera: il y a de nombreux cas où tout a été rasé et maintenant il y a un monastère prospère. Et de tels miracles se produisent sous nos yeux. Quatrièmement, vous devez avoir un cœur enflammé et une tête sobre. Rien de tout cela ne peut être fait sur une impulsion, car cela prend de nombreuses années. Vous devez être prêt à donner les meilleures années de votre vie. Vous devez avoir de l’énergie et une bonne force physique, mais en même temps, vous devez être capable de gérer vos finances avec prudence et, pour ce faire, vous devez mûrir. Vous devez avoir la bénédiction de Dieu pour que tout se fasse. Maintenant, nous collectons des fonds pour les briques, puis nous les poserons, puis nous devons construire un nouveau toit; et si nous ne le faisons pas, le processus ira en arrière – les murs s’effondreront. Tout ce que les gens ont donné peut être perdu. Ensuite, vous devez préparer le sol rapidement, installer les fenêtres, les portes et les conduites d’eau. Il faut que l’Église vive et que la liturgie soit célébrée. Lorsque vous commencez à reconstruire une église, vous devez avoir la détermination de rester jusqu’au bout. Ce chemin ne prendra fin qu’à la fin de votre vie ou si Dieu vous bénit pour un autre service. Il y a un point de non-retour dans ce travail. Mais même si vous essayez de faire quelque chose sans réussir, vous devez l’accepter avec humilité – au moins vous avez fait tout ce que vous pouviez. Mes paroissiens et moi avons remarqué qu’une plénitude d’être et le goût de la vie s’ouvraient pour nous exactement au moment où nous avons commencé à visiter Strigay. Vivant en ville, nous ne pouvons même pas voir le ciel, et ces promenades au village sont devenues un moment de repos et une occasion festive pour nous. Une fois que vous y êtes, vous voyez une vie complètement différente – quelque chose qui ne peut être expliqué tant qu’une personne n’a pas goûté d’elle-même. Le Seigneur donne et réconforte vraiment; Il donne grâce à tous ceux qui s’impliquent dans la restauration de la sainte église!
Prêtre Dionisy Kamenshchikov Préparé par Natalia Chizh Traduit par Dmitry Lapa Pravoslavie.ru 23/04/2021 Fr. Dionisy Kamenshchikov par téléphone ou sur les réseaux sociaux. Téléphone: +7 (917) 210-21-12 Page dans les médias sociaux, VKontakte: https://vk.com/id348590320
Si vous êtes en Fédération de Russie, vous pouvez aider à la restauration de l’église Saint-Nicolas de Strigay en transférant des fonds en utilisant ces détails: Sberbank de Russie: Numéro de carte Sberbank: 5469560021015652 (destinataire: Denis Aleksandrovich K. / Денис Александрович К.). Dans le but du paiement, assurez-vous d’indiquer: «Don». JSC « Econombank », Saratov: Nom complet: Organisation religieuse locale Paroisse orthodoxe de l’église du Saint Prophète Elias sur la place Ilinskaya à Saratov, diocèse de Saratov de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou). Adresse légale: 410056, Saratov, Sovietskaya Ulitza, 91A. DCI (numéro d’identification fiscale) / KPP (code d’enregistrement): 6455999725/645501001 OGRN ((Numéro d’enregistrement de l’État principal): 1116400002718 Compte de règlement: 40703810402000323767 Compte correspondant: 30101810100000000722 Banque BIK: 046311722 Banque: JSC Econombank, Saratov
 https://orthochristian.com/138832.html

priereegliserestauration