HOMELIE PRONONCEE PAR LE P. JEAN (8 mai 2011)

HOMELIE POUR LE DIMANCHE DES MYRRHOPHORES

Aujourd’hui nous célébrons la mémoire des saintes femmes myrrhophores.

On appelle myrrhophores ces saintes femmes qui ont apporté la myrrhe, cette huile parfumée pour aller oindre selon la coutume juive le corps du Christ mort.

L’Eglise en célébrant cette fête nous apprend pas mal de choses à travers ces femmes. Tout d’abord, au moment où les apôtres, ses disciples, tous des hommes, étaient désespérés, découragés devant cet échec effroyable que paraissait être l’arrestation, la torture et la mise à mort de Celui en qui ils avaient mis toute leur espérance, au moment où on peut dire si on en juge d’après les deux disciples d’Emmaüs, qu’ils avaient perdu la foi, voilà cependant les femmes qui sont pleines d’amour.

Nous ne savons pas ce qu’elles pensaient, mais ce que nous savons, c’est ce qu’elles ressentaient. Elles voulaient aller auprès du corps de leur Maître pour Lui manifester leur amour et oindre Son corps de parfum. Elles vont vers la tombe de grand matin, le samedi elles ne pouvaient pas le faire car c’était le sabbat, le jour du repos, où il était interdit non seulement de travailler mais même d’aller faire une promenade. Mais, dès que le sabbat était terminé, avant même que le jour ne se lève, elles se mettent en route avec leurs parfums et leurs aromates. En chemin une pensée leur vient à l’idée ; « Comment pénétrerons-nous dans la tombe puisque la pierre est très lourde et qu’elle était même scellée ? ».
Continuer la lecture de HOMELIE PRONONCEE PAR LE P. JEAN (8 mai 2011)

Homélie pascale de St Justin Popovic

Cette homélie résume avec force l’essence du christianisme.
Source: http://stmaterne.blogspot.com/

Condamnés à l’immortalité
L’homme a condamné Dieu à mort. Par Sa Résurrection, Il a condamné l’homme à l’immortalité. En échange des coups, Il l’embrasse. En échange de la trahison, une bénédiction. En échange de la mort, l’immortalité. L’homme n’a jamais montré autant de haine envers Dieu que lorsqu’il L’a crucifié. Et Dieu n’a jamais montré autant d’amour pour l’homme que lorsqu’Il est ressuscité. L’homme avait même voulu réduire Dieu à n’être qu’un mortel, mais par Sa Résurrection, Dieu a rendu l’homme immortel. Le Dieu crucifié est Ressuscité et a tué la mort. Et la mort n’est plus. L’immortalité s’est emparée de l’homme et du monde entier.

Par la Résurrection du Dieu-Homme, la nature humaine a été menée irréversiblement sur le chemin de l’immortalité, et est devenue redoutable pour la mort elle-même. Car avant la Résurrection du Christ, la mort était redoutable pour l’homme, mais après la Résurrection du Christ, l’homme est devenu redoutable pour la mort. Lorsque l’homme vit dans la Foi au Dieu-Homme ressuscité, il vit au dessus de la mort, hors de son atteinte. Elle lui est un marche-pied : « O Mort, où est ton aiguillon? O Hadès, où est ta victoire? » (1 Co 15,55).
Continuer la lecture de Homélie pascale de St Justin Popovic

LA RESURRECTION

Quel est le sens de la fête de Pâques ?
L’ évènement que nous fêtons est que Jésus de Nazareth est ressuscité d’entre les morts et qu’il a vaincu la mort comme le chante l’Eglise orthodoxe dans le tropaire de Pâques « Christ est ressuscité des morts, par la mort il a vaincu la mort, et à ceux qui sont dans les tombeaux Il a donné la vie ».
L’évènement de la résurrection a été mis en avant avec soin dans le Nouveau Testament, en raison de la difficulté à croire en la résurrection et aussi parce qu’elle est considérée comme la base de la foi chrétienne. Si la résurrection n’a pas eu lieu alors la foi des chrétiens et l’Évangile du Christ sont tous faux.
Mais le fait est que la résurrection est un évènement réel, qu’il faut cependant prouver. De plus elle est le fondement de la foi des chrétiens. Il y a deux aspects à cette question :premièrement le témoignage de ceux qui ont vu et deuxièmement la certitude de la foi.
Qu’elle soit le cœur de la foi chrétienne, l’apôtre Paul parle de la résurrection en se référant aux premiers témoins et aussi en lui donnant son sens car il n’a pas fait de différence entre l’évènement et sa signification : il a développé une théologie qui se résume en ces mots :

Continuer la lecture de LA RESURRECTION