Sur la Résurrection (2)

Maintenant, pour être juste, mes camarades de classe ne disaient pas qu’ils ne croyaient pas en la Résurrection, seulement que cela n’avait pas d’importance. Cependant, j’aurais aimé qu’ils nous disent s’ils y croient vraiment.

Et à présent, je serais curieux de savoir s’ils y ont vraiment cru ou non ! Mais comment pourraient-ils ne pas voir à quel point la résurrection est vitale ? Je suis encore abasourdi par le souvenir de cette discussion, elle m’étonne encore. J’étais absolument consterné à ce sujet et je dois avouer que cela me dérange toujours quand j’y pense. Mais ça ne me surprend plus, j’ai en quelque sorte perdu mon innocence ce jour-là,j’ai perdu ma croyance naïve que tous tiennent à certaines convictions fondamentales. Malheureusement, ce n’est pas vrai. J’ai grandi en entendant me dire que tout le monde croit en ces choses : la Sainte Trinité, la naissance virginale, que le Christ est vraiment Dieu et homme, la Crucifixion pour le pardon des péchés de l’humanité, la Résurrection etc. Mais ce n’est pas vrai, et ces croyances s’érodent rapidement et sont remplacées par des concepts scientifiques plus modernes. Et on banalise le Christ, on en fait un philosophe ou un Maître. Eh bien, depuis que je suis devenu professeur, j’ai considéré qu’il était très important de parler de la Résurrection, et c’est quelque chose sur lequel j’insiste dans mes cours, car je veux que les jeunes étudiants dans mes cours comprennent vraiment à quel point c’est important, et franchement à quel point la résurrection est étayée par les preuves qui vont être présentées

(à suivre)

Dr Jeannie Constantinou

(Extrait de) https://pravoslavie.ru/102747.html

Sur la Résurrection (1)

Parlons de l’importance de la Résurrection. Cela peut sembler une question très basique, mais je suis convaincu qu’il est très, très nécessaire que nous en discutions. La résurrection est ce qu’il y a de plus important dans le christianisme. Sans la résurrection, il n’y aurait pas de christianisme. Sans la résurrection, il n’y aurait pas d’Église. A notre époque, il est très fréquent que les gens parlent comme si la résurrection n’était pas très importante. Même les gens qui s’identifient comme chrétiens ont tendance à s’en éloigner comme s’ils étaient un peu gênés de croire en quelque chose d’aussi peu scientifique, quelque chose qui ne peut être documenté par des preuves scientifiques. Nous sommes trop évolués pour croire en la Résurrection, nous sommes trop intelligents pour de telles choses ! Ce genre d’idées était bien pour les gens qui vivaient il y a longtemps, mais nous sommes plus intelligents qu’eux, n’est-ce pas ? » C’est ce que beaucoup de gens pensent. J’aimerais partager une expérience que j’ai eu dans une salle de classe (d’études théologiques) il y a quelques années. je n’étais pas le professeur; J’étais un étudiant. Nous avions une discussion en classe sur la résurrection parce qu’un prêtre épiscopal avait été choisi pour devenir évêque dans l’église épiscopale. Il y avait une certaine controverse au sujet de son élection parce qu’il avait ouvertement déclaré qu’il ne croyait pas en la résurrection du Christ. Il y avait un gros article à ce sujet dans le journal, et cela a donc conduit à cette discussion particulière en classe.

Notre professeur a posé une question hypothétique à la classe : « Et si les os de Jésus étaient retrouvés et qu’il y avait un moyen, juste hypothétiquement parlant, de prouver sans l’ombre d’un doute qu’il s’agissait bien des os de Jésus, seriez-vous toujours un chrétien ? En d’autres termes, la question était : « est-ce que la résurrection du Christ compte finalement ? Or c’était une classe d’environ 30 personnes, dont la plupart étaient très impliquées dans leurs paroisses. Un de mes amis était directeur d’une école paroissiale, quelques autres étaient diacres et il y avait des personnes chargées de catéchiser les convertis à l’Église. (Ce n’était pas une école orthodoxe, soit dit en passant.) J’étais le plus jeune de la classe et j’avais environ trente ans – donc ce n’étaient pas des enfants dont il est question. C’étaient des adultes mûrs, intelligents, éduqués et chevronnés. J’étais le plus jeune et j’étais le seul chrétien orthodoxe. Je ne raconte pas cette histoire pour dénigrer qui que ce soit, mais pour vous illustrer ce qui se passe dans les « églises » parmi de nombreux laïcs, même les laïcs les plus engagés. Alors le professeur a posé la question : « Seriez-vous encore chrétien si les ossements de Jésus étaient découverts ? » J’ai été stupéfait d’entendre pratiquement toutes les autres personnes de la classe dire des choses telles que : « Je serais toujours chrétien, ma foi ne serait pas ébranlée. Ma foi est assez forte pour résister à une telle chose ». D’autres ont dit: « Jésus était un grand Maître, cela n’affecterait pas vraiment ma foi ». J’en étais abasourdi alors que tous les uns après les autres exprimaient ce genre de sentiments, alors je me suis dit : « Si nous ne sommes pas d’accord sur l’importance de la résurrection, qu’avons-nous encore en commun ? Ce fut ma première expérience du fait que de nombreuses croyances essentiellement chrétiennes ne sont tout simplement pas communes. Maintenant, pour être juste, mes camarades de classe ne disaient pas qu’ils ne croyaient pas en la Résurrection, seulement que cela n’avait pas d’importance.

Dr Jeannie Constantinou

(Extrait de) https://pravoslavie.ru/102747.html

A suivre

Dimanche de Saint Jean de l’Échelle

Je suis en train de grimper sur l’échelle de Saint Jean Climaque

Archiprêtre John Moses (+2019)

Je suis venu à la conviction que Dieu est satisfait de moi. Cela peut sembler une idée ridicule pour ceux qui me connaissent. Passez un peu de temps avec moi et vous constaterez que je suis un vieil homme insensé et stupide qui devrait vraiment être plus avancé dans sa vie spirituelle qu’il ne l’est. Après tout, je suis chrétien depuis ma jeunesse, alors comment est-il possible que je sois toujours un vieil homme aussi stupide, pécheur et stupide ?

La plupart des dimanches, il y aura quelqu’un qui me dira qu’il a honte parce que lorsqu’il vient se confesser, il semble confesser les mêmes péchés semaine après semaine en se demandant si cela changera un jour. À cause des péchés persistants, le découragement s’installe et on dit alors: « Il semble que je fasse un pas en avant et deux pas en arrière. Certes, Dieu est fatigué de moi et très mécontent de moi.

Oh que je comprends ce qu’ils ressentent ! Parfois, j’entends la même voix : « tu ne peux pas faire changer à un léopard ses taches ». Dans mon cas, il serait peut-être plus approprié de dire : « vous ne pouvez pas apprendre de nouveaux tours à un vieux chien ». Je suis venu à la conviction que Dieu est satisfait de moi. Il y a des siècles, il a été décidé que l’Église n’était pas censée être un lieu où seuls les parfaits se réunissaient pour se rencontrer. L’Église est censée être un lieu où les pécheurs pouvaient se rassembler afin que, par le ministère de l’Église, ils puissent vaincre leur péché. La confession est devenue un lieu où ceux qui n’étaient pas encore parfaits pouvaient venir se rafraîchir. Certes, il y a eu des saints qui ont progressé rapidement dans la Grâce, ou qui par le martyre et de grands exploits ascétiques ont atteint des sommets de pureté que peu d’entre nous pourront jamais atteindre. Je n’ai certainement pas atteint le grade de saint, loin de là. Je suis venu à la conviction que Dieu est satisfait de moi.

Pour la plupart d’entre nous, le salut (theosis) sera un long, long voyage d’un pas en avant et de deux pas en arrière. Malgré ce fait, Dieu est satisfait de nous précisément parce que nous essayons de marcher sur ce chemin de lutte. Le Seigneur a dit qu’il y aurait beaucoup de gens qui ne lutteraient pas pour le Royaume de Dieu. En fait, il a dit que la route que la plupart des gens empruntent est une route large, droite et insouciante. C’est facile d’aller sur cette autoroute car, comme sur les voies express, il n’y a pas de feux rouges. Ceux qui les empruntent peuvent avoir à se démener avec les conséquences de leurs décisions, mais ils n’ont pas besoin de s’arrêter pour remettre en question leurs motivations ou la poursuite de leurs passions et plaisirs. La route du Royaume est bien différente. Elle est étroite et c’est difficile. On ne peut pas marcher sur cette route sans lutte et effort et il y a de nombreux arrêts et redémarrage sur la route du Royaume. Puisque nous essayons de marcher sur cette route étroite et de nous remettre en question et de lutter avec nous-mêmes, Dieu est très satisfait de nous.

Sur la route étroite, abandonner la lutte est une tentation constante, mais c’est la pire des choses à faire. Lorsque nous sommes tentés d’abandonner, nous devons nous demander quelle sera la fin du chemin si nous prenons le chemin large, droit et insouciant. J’ai lu une fois l’histoire d’un père du désert qui luttait puissamment contre la luxure. Cela durait depuis des années et des années, jusqu’au jour où un grand saint monastique est venu au monastère et, après avoir entendu parler de la terrible lutte du père, a prié Dieu pour que le frère soit libéré de la luxure. Le lendemain, le père vint voir le grand moine et lui demanda ce qu’il avait fait. « Frère, j’ai vu que tu étais dans une grande détresse et j’ai appris que tu combattais cette passion depuis des décennies. Alors, j’ai demandé au Seigneur de vous en décharger. Le père se mit à pleurer et supplia le saint de demander au Seigneur de renouveler la lutte. Le saint a été étonné et a demandé pourquoi il voudrait une telle chose. Le père a répondu: «Parce que par la lutte, j’atteignais le salut. Maintenant qu’il n’ y a plus de lutte, que vais-je faire ?

Je grimpe l’échelle de Saint Jean Climaque – un échelon à la fois et chaque échelon monte plus haut. Un petit coup et puis je recule de deux. Je suis triste d’avoir reculé, mais dois-je arrêter ? Non! J’atteindrai à nouveau et j’avancerai à nouveau, et cette fois j’essaierai de m’accrocher un peu plus fort. Pourquoi devrais-je continuer à essayer ? Parce que mon Père est content que je sois sur l’échelle, voilà pourquoi. J’escalade l’échelle de Saint Jean Climaque. Grimpez, mes frères et sœurs, bien que vos bras se lassent de l’effort ! Car en luttant pour le prochain échelon, Dieu est si content de vous !

Source: https://www.pravmir.com/i-am-climbing-st-johns-ladder/

Bulletin du mois d’avril 2022 de l’Eglise Orthodoxe à Maurice

Paroisse orthodoxe de la sainte Transfiguration
Numéro
75, avril 2022
Dans l’un de ses écrits, Saint Jean Climaque, dont nous célébrons la mémoire le dimanche 3 avril, affirme : « Mes frères, nous ne serons pas jugés pour n’avoir pas fait de miracles ou de prophéties; mais nous serons jugés pour n’avoir pas pleuré nos péchés Durant toute notre vie »…

Qu’estce qu’un péché sil doit engendrer en nous la désolation du
cœur, et si cette douleur du cœur, au lieu d’assombrir notre vie, doit servir à linspirer ?

Nous pensons souvent que le péché est la transgression d’une loi, la violation d’une dette, un acte injuste. Toutefois, dans le péché, il y a quelque chose de bien plus fondamental qui doit véritablement


provoquer en nous de la tristesse, et plus que cela, une souffrance
profonde et aiguë.
Le péché est tromperie, infidélité et déloyauté envers Dieu parce que le péché signifie qu’à chaque fois que Dieu s’est adressé à nous, Ses paroles n’ont eu que peu dimportance, elles n’ont pas été pour nous essentielles bien qu’Il se soit adressé à nous avec tout Son amour divin, afin de nous montrer combien nous sommes précieux à Ses yeux. Quel prix avonsnous pour Lui, s’Il a donné Sa vie et Sa mort afin de nous sauver et que nous croyions en Son amour divin !

C’est pourquoi, lorsque nous péchons, cela signifie que nous nous
détournons de Celui qui nous a aimé « à la vie et à la mort » et, par
conséquent, que Sa vie et Sa mort sont trop insignifiantes à nos yeux pour que nous y répondions avec amour, avec fidélité et dévouement. Or, le résultat d’une telle attitude est que nous transgressons sans arrêt les lois de vie qui conduisent à la vie éternelle, ces lois qui auraient pu nous rendre véritablement humains comme le Christ était un véritable homme, dans une pleine harmonie avec Dieu.

Mais tous ces péchés concrets que nous accomplissons sans cesse, la négligence les uns envers les autres, lindifférence : tout cela
provient de l’apathie de nos cœurs.

Le Christ ne dit pas en vain dans lÉvangile de ce jour : « Un tel esprit, on ne le chasse que par le jeûne et la prière ». Le carême signifie qu’il faut se détourner de tout ce qui nous attire, nous séduit, nous détourne de l’amour, de la loyauté et de la fidélité, et détruit notre unité. La prière est la relation avec le Dieu vivant qui est amour, et en qui seul nos pouvons trouver la force d’aimer.

On comprend pourquoi, quand un homme, qui avait amené son enfant épileptique aux disciples du Christ, s’est adressé à lui en lui disant : « Ils n’ont pas pu le guérir », le Christ a répondu : « AmenezleMoi ». Si l’on n’est pas amené au Christ, tous les efforts sont vains.
Dans notre relation à Dieu, nous devons être comme des amoureux

dont le cœur, à chaque instant, nuit et jour, qu’ils soient endormis ou éveillés, jubile et palpite d’un amour qui les emplit totalement, qui est joie, paix, force et audace ; un amour qui fait qu’en regardant autour de nous nous verrions chacun dans une nouvelle lumière, nous verrions l’image de Dieu brillant en chacun de ceux que nous rencontrerions, et nous nous en réjouirions.
Voilà pourquoi saint Jean Climaque nous appelle à concentrer toute notre attention sur notre relation à Dieu ; parce que c’est de celleci que dépend tout le reste. Dieu est comme la clé de l’harmonie grâce à laquelle on peut déchiffrer et chanter une mélodie ; Dieu, dit un autre écrivain, est une fine cordelette liant ensemble des fleurs qui, sinon, s’éparpilleraient ; tout comme les fleurs, même les vertus, même la beauté, même la vérité part en morceaux s’il n’y a pas d’amour divin, d’allégresse, de joie, qui ne nous sont donnés que dans notre relation à Dieu, parce qu’Il est amour, Il est la vie. Il est la vérité, Il est la joie, la lumière, la jubilation.

Tournonsnos donc vers ce repentir dont parle saint Jean Climaque.
Ne pleurons pas vainement le passé, ne regrettons pas vainement de n’être pas ce que nous voudrions être, mais tournonsnous vers un repentir qui est un cri vers Dieu :  Viens, Seigneur, viens vite ! Si nous crions de tout notre cœur, de toute notre intelligence, de toute notre pauvreté, le Seigneur viendra et, dans la relation avec le Dieu vivant, nous nous trouverons nousmêmes et tout deviendra beauté : nous entrerons dans le Royaume des Cieux. Amen.

Daprès Mgr Antoine Bloom, Homélies pour chaque dimanche,

Sofia, 2018, pages 210214.



Divine Liturgie

Dimanche 3 avril : St Jean Climaque

Epitre : Héb. 6, 1320 ; Evangile : Marc 9, 1732

10 : Ste Marie dÉgypte

Epitre : Hé. 9, 11
; Evangile : Marc 10, 3245
17 : Rameaux

Epitre : Phil. 4, 49 ; Evangile : Jean 12, 118

Mercredi saint 20, à 18h30 : Office de lhuile sainte.

Vendredi saint 22, à 15h : décoration de lEpitaphion

à 17h : Lamentations

Dimanche 24 : Grande et sainte PÂQUE.

Epitre : Actes 1, 18 ; Evangile : Jean 1, 117

Eglise orthodoxe de la

Sainte Transfiguration

GrandeRivi
ère NO
Ile Maurice

(derrière le garage Bala)

Divine Liturgie

Chaque dimanche à 9h30

Site WEB:

http://orthodoxchurchmauritius.org

Père Athanasios, tel.: 57 33 32 53

Email: p.athanasios@myt.mu

Père Ian, tel.: 52 57 90 53

Email: fr.ian@antiochian.org.nz